~En for & au fond, écho d’hors dragons ~

1 janvier 2014 § 172 Commentaires

L’an neuf guidant ma plume , c’est veuf d’une âme de fond ,
qu’aux flammes de blanche saison , résonne la corne de brume ,
là haut les vents m’allume , « quant est-il d’Hors dragons ? »
force est d’entendre le son , l’écho lui s’y consume.
Dragons_d_hors_04
~
l’Esprit livre en lumière , sa toute primaire bataille , 
matière est elle de taille ? pour l’âge du savoir faire ,
au vu d’un porte sphère , chevauchant grises écailles ,
Léman scelle en la maille , son étincelle solaire.
Dragons_d_hors_22
~
Capitaine de ma Tour & Seigneur de son Âme ,
l’Hiver ma foi s’entame , ô chant du troubadour ,
sans l’or blanc pour velours , où sang lui verse une larme ,
à l’aune de veillées d’armes , d’ascensions au long cours.
Dragons_d_hors_44
~
Déjà s’allongent les jours , s’illumine l’Oriflamme ,
le ciel est tel ma dame , reflétant l’ombre d’amours ,
 l’eau bleue & lac d’atours , se mirent en moi deux trames ,
au souvenir de ses charmes , estocade ou bravoure ?
Dragons_d_hors_55
~
Le vague des alentours , est choix des quatre vents ,
je fais vœux à présent , de ne plus ramer sourd ,
certain d’être hors concours , au cœur des éléments ,
s’éloignent en soi misant , dévoilant brise à jour.
Dragons_d_hors_11
~
De cette balade au clair , entre pierres et belle rade ,
ces mots sont pour l’aubade , remerciements s’insèrent .
A vous nobles éphémères , le sieur va sans pommades ,
dédier là sa tirade , dans le sillage d’hier.
Dragons_d_hors_88
~
Dragons_d_hors_99
~
En cet instant charnière , juste à cheval sur l’An ,
l’Onde plie nos océans , relie l’Arbre univers ,
l’Œil aux aguets d’éthers , dévoile au firmament ,
comment son âme d’enfant , sert d’ancrage à la Mère.
Dragons_d_hors_111
~
Aux nuits d’étoile polaire , en ce soleil couchant ,
ma lyre prendra le temps , d’aller vous jouer un air ,
Légendaires des sept mers , cette lune aux cerfs~volants ,
avance d’un pas de géant , l’Heure mue par la Lumière.
~
NéO~

 

~A l’ombre des tours, l’éveil se fait jour~

4 septembre 2013 § 129 Commentaires

A_l_ombre_des_tours_04
 
L‘illusion des saisons , s’enchaîne à la surface ,
Critique étant la masse , aux flux d’informations ,
Drôles de révolutions , dont les poisons sur place ,
tournent en rond dans la nasse , menaçant l’horizon.
    ~
A_l_ombre_des_tours_08
 
En mille lieux du désert , l’ancrage est sage point d’eau ,
Ce penchant pour l’écho , aux fléaux millénaires ,
Conte l’ombrage salutaire , au gré d’un long repos ,
L’astre brûlant nos peaux , métisse les fils du Père.
    ~
A_l_ombre_des_tours_11
 
L‘Alliance des éphémères , marche à part vers le haut ,
Pour ne point vivre idiot , une foi à la Lumière ,
Aux Tours bien des mystères , se forgent hors du flambeau .
A voir la voie des mots , aux anges au seuil de Mère.
    ~
A_l_ombre_des_tours_22
 
L‘œil garde un angle ouvert , sur la nature des mondes ,
Outre chemins de rondes , songe la couleur des vers ,
Pour les souffleurs d’hier , la noble matière abonde ,
Le sable mouvant nous sonde , explore tel Gulliver.
    ~
A_l_ombre_des_tours_33
 
Seule l’âme de taille altère , un tant soi peu sans toge ,
Hors du commun déroge ,où d’autres aiment se complaire ,
Par faim d’élémentaires , ces Esprit s’interrogent :
L’éternité nous loge , où défaillent nos chimères ?
    ~
A_l_ombre_des_tours_44
 
Oublions Légendaires , la censure pour un temps ,
Même à contre courant , l’Alchimiste persévère ,
Le feu couvant la pierre , l’artiste ignore seing~blanc , 
l’An neuf se montre flambant , d’ors la mesure se perd.
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Hélas mon Âge de faire , approche le mur du chant ,
La porte aux quatre vents , reste ouverte en lisière ,
Ma Lyre en bandoulière , point d’orgue du cheminant ,
Refuse d’être l’instrument , soumise aux clefs sectaires .
    ~
A_l_ombre_des_tours_66
 
Une fois marquée au fer , la chaire devient geôle ,
Gardant l’épié au sol , ses ailes au delà du verre .
L’esprit ce réfractaire , à taire l’envie d’envol ,
Brise alors ce bémol , d’une crise identitaire.
    ~
A_l_ombre_des_tours_77
 
Sa liberté de paroles , étant toute relative ,
En soie l’éveil arrive , à bord comme un symbole ,
Suivant ces années folles , dont ma croix primitive ,
Errant le long des rives , jouait du cor sur les cols.
    ~
A_l_ombre_des_tours_88
 
L‘horloge poursuit sa course , dans ma mémoire interne ,
Face aux aiguilles du terme , ma veine cherche la source ,
Sans vendre la peau de l’Ourse , faute d’un moral en Berne .
L’Astrolabe ma gouverne , sème l’Achab à mes trousses .
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Dans le Sillage aimant , de l’Une et ses reflets ,
Navigue bien des pensées , au large d’éléments ,
A fuir l’aveuglement , l’évidence reprend pied ,
Sage étoile cette alliée , guide au Nord mon sextant .
    ~
A_l_ombre_des_tours_122
 
Face aux flux miroitants , œuvrant dans l’univers ,
L’Onde tisse la toile polaire , de ce tableau vivant ,
Fontaine d’un jeu troublant , nouant l’endroit de repères ,
Belle est matrice au claire , l’oiseau de mes printemps .
    ~
A_l_ombre_des_tours_133
 
Avant la fin des Temps , justifiant l’éphémère ,
« Tu visiteras l’enfer , en tant qu’enfant fuyant , »
Hors la faucheuse se fend , d’un doux sourire amère ,
Sa griffe en un éclair , porte à faux maux passants.
    ~
A_l_ombre_des_tours_144
 
Au fil de maint détours , l’esprit toujours en quête ,
Fait fi de vains prophètes , ayant requêtes pour cours ,
Deux vers ornant ma tour , en regard de la bête ,
« Nul miroir aux alouettes , n’enchante le Troubadour. »
    ~
A_l_ombre_des_tours_155
 
Au Diable les hauts discours , sur les valeurs de lames ,
Avant de rendre les armes , nu comme au premier jour ,
L’âme vole à mon secours , sans peur à fleur des flammes ,
Hors si le monde se damne , demeure fidèle autour.
    ~
A_l_ombre_des_tours_166
 
Songe ou trêve sans pareil , l’avis est loin d’être rose ,
L’excuse métamorphose , l’atout existe en ciel ,
Au lieu de tendre l’Oreille , toute la galerie s’expose ,
A trouver porte close , une fois sonné le réveil.
    ~
A_l_ombre_des_tours_177
 
Dans l’ombre des façonneurs , l’Alliance reste de mise ,
L’Une sait sa Terre promise , tourner mal par ailleurs ,
Rendez vous aux lueurs , sa Présence s’y précise ,
Savoir demeure en Pise . où la chaise vide se meurt.
    ~
A_l_ombre_des_tours_188
 
L’éveil en vous dormeurs , est bienvenu à ce jour ,
Hors l’onde éclaire nos tours , de mille et une couleurs ,
Ce monde héberge l’horreur , comme il accueille l’amour ,
Soleil & l’Une autour , érigeons l’havre au cœur .
    ~
A_l_ombre_des_tours_199
 
En cet instant du Rêve , l’écho de vers brisés ,
Atteint l’âme éveillée , dont les saisons sans sève ,
Un beau matin s’achèvent , au son du cor usé ,
Son arbre de vie mort né , au renouveau s’élève.
 
    NéO~

~Rose & Vaillant , Ô Amants du Vivant~

4 mai 2012 § 450 Commentaires

                                 Rose Acte IV
 
En Trois Actes Antérieur , se Joue Mémoire de Rose ,
Vaillant défend sa Cause , Avec l’élan du Cœur ,
Sa Seconde Chance se Meurt , d’un Lent Poison Morose ,
Colère à petites Doses , Rongea l’Hors Intérieur.
                                                       ~  
Toutes les Femmes sont nées Fleurs , Au Regard de Vaillant ,
Un Esprit Bienveillant , Leurs a donner Couleurs ,
Depuis le Monde est Leurres , Hors Combien Restent au Chant ?
Par Foi Naturellement , En connaissances d’Ailleurs.
                                                       ~
                                                       ~          
Rose a dans la Douleur , Vécu nombres de Tourments ,
Sans Lumières Sentiments , ni un Gramme de Douceur ,
Ses Chênes étaient Noirceurs , Nul Amour l’entourant ,
Point de Jour pour l’Enfant , Juste de Sombres Lueurs.
                                                       ~
                                                       ~            
Au Loin l’Astre Brillait , Par l’Absence de ses Feux ,
Phare Matin Silencieux , Clairs Prémices de l’Été ,
Pas une Note déchirait , le Voile d’Hors en ces Lieux ,
Vaillant Plongea ses Yeux , Vers sa Morte Bien Aimée.
                                                       ~
                                                       ~            
Brin de Flore à Pleurer , son Vœu lui était Chaire ,
Rose parlait d’une Lumière , Au Delà de l’Orée ,
Voulant Voir ces Reflets , Après bien d’âpres Guerres ,
l’Homme Irait en Enfer , Chercher l’Âme Esseulé .
                                                       ~
                                                       ~        
Sa Conscience toute Entière , Prenait Acte des Méfaits ,
A Vouloir aux Arrêts , son Épée mettre aux Fers ,
Sang & Larmes Coulèrent , sans même tirer un Trait ,
Sur Une Histoire si Vrai , entre Deux Solitaires.
                                                       ~
                                                       ~        
Aux Regrets nés d’hiers , sa Peine Forgea l’Anneau ,
Graver au Cœur des Maux , par des Forces Pérenne ,
Dans l’Écorce Souterraine , Sa Reine suivait son Flot ,
Vaillant Trouva les Mots , Inscrits à Fleur du Chêne.
                                                       ~
                                                       ~   
L‘Une & l’Hôte au long s’aime , d’un Amour Hors du Temps ,
L’Arbre est notre Témoin , Si son Souffle s’égrène ,
Portez vers la Gardienne , Quatre Graines d’Éléments ,
« Ô Amants du Vivant , Gardez la Flamme Mienne. »
                                                       ~
                                                       ~       
Comment Livrer dès l’Hors , Bataille contre les Dieux ?
Quand le Corps se fait Vieux , Le Cœur bat bien plus Fort .
La Vie demande Efforts , La Mort nous donne au Mieux ,
Ses Ténèbres pour Jeux , sans le Moindre Réconfort.
                                                       ~
                                                       ~        
L’Ancienne vivait au Seuil , Son Œil Torve en Bandeau ,
Mit mon Charme en Lambeaux , Nul n’abuse de son Deuil ,
A Ciseau Pierre & Feuille , Elle gagna son Fardeau ,
Portant bas sur son Dos , nos Vieilles Ruses en Recueils.
                                                       ~
                                                        ~             
Etranger sur ses Terres , écrivant mon Destin ,
Toutes les Lignes de ma Main , Voulaient en Neuf bien Faire .
Dénouer la Trame Mortuaire , Verte Opale en Jardin ,
C’est connaître pour toute Faim , Rien d’envies éphémères.
                                                        ~
                                                        ~        
La Faux n’est jamais Loin , elle nous Souffle sur l’épaule ,
Distribue les Beaux Rôles , par des Mots Assassins .
En Mémoire du Parfum , d’une Fleur Née d’Eole ,
Le Guerrier s’auréole , de Combattre comme Saint.
                                                        ~
                                                        ~       
Dans cette pièce Millénaire , chaque Acte prend la Parole ,
S’opposent par Paraboles , l’Avis d’autres Univers ,
Combien sont Nécessaires ? pour donner par Symboles ,
L’Onde d’Amour si frivole , quand le Chœur n’est sincère.
                                                        ~
                                                       ~       
Près du Vieil Arbre Blanc , Reposent Fleurs & Guerriers ,
Quand le Chêne est Cerné , Rose Discerne l’Hors du Temps ,
Dame Nature Noue Amants , Par le Fil des Années ,
L’ Anneau Entrelacé , Autour d’Âmes du Vivant .
                                                     
                   NéO~
                                                   
 

( Acte I ~ Acte II ~ Acte III )

~A l’Horsin, l’Une est Hors de Question~

4 avril 2012 § 192 Commentaires

        C‘est là l’Hors du Commun , noble Quête du Mortel ,
   Un Hors d’Oeuvre Essentiel , Quand six Sens vont d’Instinct.
    Être Hors Norme le vaut bien , car porter le Grain de Celle ,
      C’est « Hors Sol«  toucher le Ciel , un Septième de Divin.
                                             ~
         
         Hors des Sentiers Battus , en des Lieux Ordinaires ,
   « Hors Pair » Brille sous Lumière , Mère est Hors de ma Vue.
     L’Hors ne court pas les Rues , sur les Marches d’Univers ,
          Précieuse est sa Matière , Hors de Portée d’imbus.
                                             ~
   
    L‘Hors d’Usages parle en Bien , d’une Route sans ornières ,
       Où de Bonnes Manières , mettent Hors Jeu le Malsain.
      Hors du Temps les Anciens , savent l’Âge d’Or Aurifère ,
   Même Hors d’Âges leurs Vers , Riment en Corps ô Combien.
                                             ~  
    
     Hors Concours Quotidien , faire le Lien ouvre Toujours ,
           Son Esprit à l’Atour . Hors de Danger du Rien ,
    Si le Vide est Tant Craint , « Hors les Murs » libre cours ,
  C’est Hors Course par Amour , Pleins d’Espaces en son Sein.
                                             ~
       
         Hors d’Haleine sur le Long , A l’Ecoute d’Hauteurs ,
      Sa Voûte porte mes Couleurs , à l’Orée d’Hors Saisons ,
   Bleus et Verts de Passions , Hors Série sonnent ses Heures ,
     Volées aux Sons des Choeurs , Hors d’Atteinte Carillons.
                                             ~
   
    Hors Taxe donne le Passeur , à la Frontières des Mondes ,
      L’Hors s’offre loin à la Ronde , Hors Bilan des Valeurs ,
     A l’Espoir d’Âmes Soeurs , Hors de Prix s’affiche l’Onde ,
      Hors la Loi d’une Seconde , Fixe son Cours par Coeur.
                                             ~
 
  Tant d’Hors Pistes mènent ailleurs , pour revenir sur nos Pas ,
    Mieux vaut Être Hors de Soi , Hors du Champ Migrateur ,
     Tout les Grands Voyageurs , vont Hors Limites Au Delà ,
       Hors Zone Chercher d’éclats , Hors Circuit la Saveur.
                                             ~
         
          Hors Antenne coule l’Onde , sa Nature va Sauvage ,
            Insoumise en Sillages , Hors Délais ni repaires ,
          Tout en lâchant sa Bonde , Hors Médias paysages ,
          Faire le Voeu à la Page , de ne plus être en Colère.
                                             ~
     
      Même Hors d’Etat de Nuire , l’Envie ne me plait Guère ,
        En Mauvaise Conseillère , Hors de Cause pour l’Ire ,
        Hors de Contrôle écrire , reste sans Signes Sincères ,
            Une Voix Hors Ligne amère , a bien y réfléchir.
                                             ~
      
        Hors Contrat d’Editions , sans Parutions Souveraine ,
          Tout l’Hors Sujet déchaine , Hors de Propos dit on ,
      Hors Barème du Million ,Va sans Fautes mais en Peine ,
             Hors Catégorie Reine , récompenser par Don .
                                            ~
    
       Hors du Feu de la Rampe , Chacun de nous est Acteur ,
       Rêve d’un Monde Meilleur , Hors Service de la Lampe ,
       Le Bon Génie décampe , reste à l’Hors ses Chercheurs ,
   Têtes de Pont d’Hors Pondeurs , d’Idées Neuves de Trempes.
                                            ~
      
        Ces certifiés Hors~Classe , tous de Races du Vivant ,
  Un Cinquième d’Eléments , Quatre Hors~Rang bien Vivace ,
      Au Vif Argent Hors~Place , se retirent bien sous Vents ,
    Tels en Somme des Géants , Hors~Cadre mais si Tenaces.
                                            ~
    
       A l’Invisible Hors Texte , se joignent d’Autres Pensées ,
        Par la Toile des Reflets , Hors Faute sert de Prétexte ,
      Hors d’eau est sans Conteste , sans vouloir se Mouiller ,
       Hors d’Air est en Projets , Hors Cotes cultive le Geste.
                                            ~
   
      Je pourrais citer d’Hors , Mille et Une Nuits sous Lune ,
       A Chercher l’infortune , Hors de Combat sans Torts ,
   Dans son Palais de Flore , Règles d’Hors sont Comme Une ,
    « Hors Tout » mesure Fortune , Donne sa Parole en Hors.
                                            ~
  
    Hors de Doutes s’il en Faut , Nombres d’Hors sont Visions ,
     Autant d’Hors de Questions , surnagent à Fleur de Peau ,
    Gardant Lettres Hors de l’eau , par d’Infimes Convictions ,
    C’est Hors de Proportions , Quatre Intimes Parts d’Echos.
                                            ~
                                          NéO~
 
 
Dans ma Ruée vers l’Hors , en des Rives Printanières ,
L’Onde n’oublie pas ses Frères , ni ses Sœurs de l’Aurore ,
D’Hors & déjà d’Accords , l’Au revoir sans Mystères ,
Résonne en Couvrant l’Air , d’une douce Note en son For.

~Une Journée en Hiver, Hors Frontières~

4 février 2012 § 194 Commentaires

 Dans la Vallée des Hêtres , la Forêt s’est Voilée ,
Recouverte en Allées , des Nuages aux Fenêtres ,
Pour Trouver Quatre Lettres , Il me faut Donc m’élever ,
Au Delà l’étoilée , peut tout Jours me Promettre.
                                                         ~                      
Une Journée en Hiver , sur les Terres éclairées ,
Là où l’Onde aime Errer , Hors du Jeu des Frontières ,
Tant m’apporte la Matière , Peu m’importe les Reflets ,
Telles étaient mes Pensées , pour une Quête d’Aurifère .
                                                         ~                 
C‘est aux Pieds des Géants , sur la Trace du Passé ,
A l’écoute du Silence , l’Esprit vers la Lisière ,
Qu’un Ancrage au Vivant , a Fait le Vœu de Mère ,
Plongeant en son Essence ,Vingt Mille Lieux sous Lumière.
                                                         ~           
Au Grand Chœur de ces Bois , la Voie est Toute Racée ,
Mélangeant les Lignées , Aux Couleurs d’Autre Foi ,
Plus d’un Arbre porte en Soie , l’Âme des Vers Oubliés ,
L’éden saurait Relier . Tout ces Enfants du Roi .
                                                         ~              
Bien des Pas ont Laissé , Une Empreinte sur la Neige ,
Son Enceinte s’allège , sous Mille Rayons Dorés ,
Le Corps devient Léger , l’Harmonie en Solfège ,
Joue sa Note en Saint Siège , l’Esprit aime s’y Poser.
                                                          ~              
Près du Buisson Ardent , dans un Murmure dit Vain ,
La Nature conte en Bien , une Journée sous le Vent ,
Le Fou Naturellement , fait de l’Esprit Hors Chemins ,
Il est Sage d’être Ainsi , dans ce Paradis Blanc.
                                                          ~           
Sur une Ombre en Lumière, la Présence du Soleil ,
Offre Sixième Merveille , en Alliance Singulière ,
Pour ce Pin Solitaire , loin du Nombre vit l’éveil ,
L’Arbre est de Bons Conseils , Il sait l’Une Être Tiers.
                                                          ~                  
Juste à Fleur de Frontières , A la Rencontre du Vide ,
L’œil découvre le Guide , Niché au Cœur des Pierres ,
Vérité est Fait Mère , en des Courants Rapides ,
Pour une Clarté limpide , il faut vivre sans Barrières.
                                                         ~                  
En revenant sur mes Pas , en Songeant à Hier ,
Brins de Pensées éclairent , un Long Retour sur Soi ,
Ainsi raisonnent les Bois , en Présence de l’Hiver ,
Le Mauvais Temps leurs Sert , A s’évader Au Delà.
                                                         ~                      
Ici dort l’Horizon , Trait d’Union entre l’Être ,
Il vaut mieux se Connaitre , en des Airs d’Hors Saisons ,
Appeler l’Abandon , A l’écoute du Silence ,
L’Homme sans Nom a Sept Chances , Autant de Vies pour le Bon.
                                                           ~                   
Rien ne presse Vraiment , Mère a Toute sa Raison ,
Dans les Brumes du Vallon , il fait bon être Vivant ,
Sentir l’Une en l’Hors Blanc , nous Conter sa Passion ,
Eveiller par le Fond , Nos Questions sur le Temps.
                                                          ~                     
A Fleur de Fin Janvier , l’Hiver était Clément ,
Bien Trop Doux sur Léman , Invitant Février ,
Mais le Vent à Tourner , la Rigueur vient sur l’An ,
Souffler des Froids d’Antan , Geler les Bois sur Pieds.
                                                        ~
C‘est pour l’Onde un Partage , Sons Voyagent Outre Monde ,
D’anciennes Contrées Abondent , en Vestiges d’un Autre Âge ,
Yggdrasil vient s’ancrer , Entrouvrir Hors Pilier ,
Quand l’Esprit Envisage , Sa Lumière nous Inonde ,
Aux Confins d’une Profonde , Tresse des Songes Sauvages ,
Du Haut d’Arbre Perché , Mémoire Reflète Pensée.
~
NéO~

~En Désert Aurifère traverser un Hiver~

24 novembre 2011 § 168 Commentaires

A un de ses Jours à l’Hors , Hors Séjour en Désert .
Pour un Vœu de Lumière , l’Onde Retrouve sa Flore.
                                                         ~
                                                          ~                                                     
               NéO~
 
            Grand Merci à Tous & à Toutes.

~En lisière d’un rêve, à l’orée de la sève~

11 février 2011 § 283 Commentaires

     ~
Dans la clairière nimbée de Brumes , sous un Gogant de bleus dévers ,
Je voyais l’Une en l’Arbre ouvert , porter son Temps le long d’Accords ,
Baignée par l’Onde d’éther ma Plume , livrée au sort de la Lumière ,
Vers l’inconnu d’une Aube d’hiver , aimait l’Instant comme une Trêve ,
Né d’un Partage de légendaires , ce Songe reflète les chercheurs d’Hors ,
Afin par foi d’y donner Corps , Ma lyre en sève rêve la Lisière .
     ~
Bien avant l’ère des temps modernes , était l’âge d’Or des blancs rivages 
Sous cet Aïeul Tricentenaire , les Branches du Roi couvraient le Seuil .
Sa belle couronne en chevelure , ceignait le Monde d’une Once d’Essence
Je voyais l’Hors de Tous mes Sens , Son beau visage de vraie Nature .
Ses yeux d’orée à la Lisière, plongaient en moi sans l’ombre des Feuilles .
~
Il l’était l’Être au Mille Cernes , d’Anciennes Mémoires et de Cultures ,
Réelle Magie venant de Mère , cet Arbre d’Or m’offrait une Chance ,
J’allais à lui d’un grand respect , d’accords mon Âme parlait au Sage ,
Toutes ces années à chercher l’Onde , menaient sous l’Arche de ce Tilleul 
     ~
Sous les rayons du Roi Soleil , le voile perdait de sa substance ,
Hors dans l’esprit de mon errance , cet Autre regard sonnait Merveilles ,
A l’Horizon d’un lieu d’éveil , quatre branches filaient en toute confiance
Certaines au vu de la résilience , d’avoir du sens aux yeux du Ciel .
     ~
Pour un Hiver trouver son Nord , signifie Hors un Arbre Pair ,
Sa belle Silhouette au Sein de Mère , illuminait tout mes Efforts ,
L’énergie venant de son For , traversait aisément ma chair ,
Un Même écho de Solitaire , Résonnait tel le son du Cor .
    ~
Au cœur de l’ombre l’onde en silence , écrit mon nom en quête du Graal 
Sa trame s’étend Au delà du Voile , son Charme opère à fleur d’Alliance ,
Au chœur des voix résonne ce bois , ma Litanie s’ouvre à cette Vie ,
Voyage ailleurs où l’autre monde , auprès d’étoiles gravite en cernes
Cherchant le souffle du lien de soie , ma poussière se mélange ainsi ,
Nouant à Terre un vers étrange , dont la Lumière en l’Arbre est graine .
    ~
Par foi au cœur du phénomène, la Magie daigne relier nos vies ,
Ici la Main de l’Une Agit , sa raison mère demeure pérenne ,
Au fil de l’Onde deux branches en sienne, se croisent au bord du paradis ,
Effleurant l’autre chacune se dit , ma raison d’être ne sera pas vaine .
    ~                                                           
Où l’enchanteur se donne la peine , ce monde prend part juste à l’orée 
A éclairer par sa Beauté , des Univers en l’Une Règne ,
Le Rêve à l’hors sans Mise en scène , finit lui seul par justifier ,
Combien la Source veille l’allié , pour déchiffrer le songe en chaines 
    ~
A côtoyer nombre de Géants , je vois le vivant bien loin d’une Science ,
En cultivant cette différence , mon regard s’attarde sur l’élément ,
Afin de rester clairvoyant , mes Pensées sondent par le bon sens ,
Pourquoi ce geste évoque l’Alliance , la Main Tendue au fil du Temps.
    ~
Pris dans les Cordes du cheminement , j’allais de l’avant envers l’ancien ,
Aux plis de l’Onde du moindre rien , apparaissaient tels des Titans .
Des Créatures dont le couronnement , épousait par Traits aériens ,
Le Haut royaume d’un Monde dit vain , tant sa Portée le rend distant .
    ~
Pourtant un signe de sa main , donnait une âme à cette Estampe ,
Son corps vrillé au feu de la rampe , portait l’essence d’un beau destin ,
Flottant dans l’Air un doux parfum , issu d’Hivers grisait mes Tempes ,
L’Arbre était fait d’une Autre Trempe , de celle à vie revenant sans Fin .
    ~
Enfin le lien devenait Clair , Tel ce Chêne vert Ami Sylvin ,
La pierre autour de ce Gardien , changeait de formes à la Lumière ,
Hors la nuance orne le Mystère , cernant les rives d’une île au loin ,
Dont la Mémoire veille à prendre Soin , d’Esprits au Seuil du Légendaire 
    ~
Dans le sillage des Âmes d’Hier , la mienne Songeait à faire son Deuil ,
L’Hiver se prête au fil des Feuilles , aux yeux d’une Muse perdue en Mère 
Sous l’Arche vide la vie m’éclaire , ma Plume en quête du trisaïeul ,
A vu le jour au gré d’écueils , franchit au cours de blancs déserts .
….
NéO~


~ Deus Ex Machina ~

17 décembre 2009 § 5 Commentaires

 Il semblerait que le CHAOS règne en Maître à

Copenhague
 Le Loup sortira t’il du Bois , une fois le moment venu ?
Quelle Fin heureuse en soi , nous réserve Hollywood ?
Hors Pas d’Happy End magique cette fois ci ,
Rien ne sert de Masquer l’atroce Réalité.
Sous les Frasques de l’Arène , se joue l’avenir de vies .
~
Le dernier rêve en sève , cède la place au true blood ,
Les lignes de Forces à perte de vues .
Manœuvrent d’antiques pantins en chaines ,
Agissent au sein coupant nos Veines ,
Le Monde se Traîne sans autre Esprit ,
Vois son destin telle l’île de Mu
 Coupé en deux faute d’être reliée .
 -L’ Arbre aux Mille Reflets –
 
Au pas sage sur le temps ce Monde laisse à penser ,
Rien ne semble être fait dans l’ordre même des choses ,
Hors toute métamorphose suppose vouloir changer ,
Le cours d’une destinée mourant à petites doses .
 
 Message
Celui qui lit se souvient du Lien.
Entre les Hommes & les Arbres.
Témoins du Temps ~ Gardiens du Passage
Essences de la Terre , Lances végétales
Reflétant l’Univers à la pointe des Cîmes
Au coeur de la Magie , s’élancent Neuf Branches Divines
Alchimistes de Matières , aux écorces-résines
Le Peuple à part entière ,Puise en Profondes Racines.
L’Evolution fait ses Victimes , des Nouveaux Hommes-Machines
  
Au Coeur de la Pierre-ciseau, Main de fatalité résigne 
Agir avant le Déclin , Nul n’enterre la Forêt sans un Signe.
~
 

Arbre Couronne
Légendedes Esprits de la Forêt
S’élance au ciel, immense et majestueux.
L’Arbre de Vie, Chêne Vénérable, Ancêtre Sylvestre
Sous ton règne, Végétal, le Bois devient précieux.
Puisse un jour à nouveau, fleurir tes branches lointaines
Porte en terre tes fruits, à l’aube de l’automne.
Effleure de tes Songes Paroles, la Psyché des Hommes
Remonte le Fleuve du Temps et Brise les Chaines.
 » Souviens toi de moi comme de l’Arbre Couronne « 
Laisse couler ta sève mon frère. Larmes de ta peine
Rien ne pousse bien longtemps, à l’ombre de la Haine
Au droit du Saule, Couleur chaude de l’Ebène
Sors de Terre et déploie tes Fières Racines
Rien ne germe en hiver sous un glacis d’épines
Enserre de tes bras, Humain, l’écorce millénaire
Laisse ta peau s’imprégner de ma douce chaleur
Prends en moi la Force de Faire
Dans ton Combat.
Je serais là
.Au loin.
.Veillant.
.Sur Toi.
.4.4.4.4.
.Reviens.
.Au Vent.
.Du Nord.
.Messager.
.Eclaireur.
.Apporter.
.La nouvelle..
.D’un monde du Lien.
.Au son de l’Âme du Cor.
.Que Résonne clairement au Loin.
L‘Echo, Naissance Nécessaire, du Passé
Paroles Oubliées des Anciennes Civilisations.
A la chute de l’Empire ………..Le destin des Nations
Du Cycle de Gaïa …………………………… Le Quatrième Âge.
 CAUSES A EFFETS
 
~
~ Liens ~
 ~
  
L’ARBRE
 
 
L’ Arbre de la Vie
 
 
Quand le dernier arbre sera abattu ,
la dernière rivière empoisonnée ,
 le dernier poisson capturé ,
 alors seulement vous vous apercevrez ,
que l’argent ne se mange pas.
~
Prophétie d’un Amérindien Cree.
  
~~~~~~~~~~~~ 
~~~~~~Vert Eden ~~~~~~
~~~~~~ Nuances éclatantes ~~~~~~
~~~~~~ Bourgeons à fleur de Branches ~~~~~~
 ~~~~~~Noble Essence- Arbre Couronne ~~~~~~
~~~~~~ Au pied du Vénérable, où tous Egaux ~~~~~~
   ~~~~~~ Enfin Conscient de nos Aînées Racines ~~~~~~~
 ~~~~~~ Vivront libres, fidèles à nos Idéaux ~~~~~~
 ~~~~~~ Que nos Actes ici dessinent ~~~~~~
~~~~~~ Hêtre l’Ami du Chêne ~~~~~~
 ~~~~~~ Au Coeur Vivant ~~~~~~
 ~~~~~~ De la Forêt ~~~~~~
Observe
Apprends
Le Vert
Savoir
Des Liens
Sylvestres
. Magie .
De mes
Ancêtres,
Ecoute..
Lentement,
Couler la Sève
° Source du Rêve °
Sur l’Île du Testament
Le vent du Sud se lève
Emportant sur la grève..
Les graines de mes Enfants
 » Que tienne mille an la Trêve « 
 » Avant que ne coule Sang et Sève »
 » Dans le Blanc jardin d’Adam et Eve. »
  —-            —-              —-         —-
   —                —                  —            —
   —                    —                      —                 — 
Dernières Sauvegardes du Bio Système 
Forêts Boréales
Lien de l’Accord  
O
  

2010 Année de la Biodiversité

100% Naturel

http://www.noeconservation.org

WWF

Objectifs Non Atteint

L’Or Noir de DeepWater Horizon 

Vers Le Lien Vert

———-

 Un pas vers le Lien menant aux Ancêtres

  Main Tendue sur l’Ecorce Peau des grands Êtres 

Sequoia & Kings Canyon

« Prenez soin de mon présent
Jardin divers de mes enfants »
Unique richesse , avenir roseau
Ressource claire , fragile berceau
Mon âme repose dans son écho
Un coeur qui bat de vos égos
L’amer rappel de l’éphémère
Ecoute le chant de la Terre
Grave en toi ses Maux
« Sauve Moi du Chaos »

~Sauve moi du Cycle de l’inhumain~

Qui voudrait d’un Hêtre sans Lien ?
Du plus lointain de mes Ancêtres
A la frêle pousse sortant à l’Air
Le bois précieux veut nous transmettre
L’ Amour du bien à la Terre Mère
Les lignes anciennes de nos Racines
« Paroles d’un Arbre en la Demeure « 
Gravé dans le Marbre des Songes
~
O~

 

 

Où suis-je ?

Entrées taguées Mondes sur DRENAGORAM.