~ Des Unis Vers ~

Dans Son Ensemble l’Une Veille au Chœur ,

Le Vide Autour est Pur Mystère .

Uni~Vers

Des Liens en Hors évoquent en Mère ,

En l’Energie de la Lueur ,

Notre Vivant y Trouve à Fleur ,

Ondes en Maillage Elémentaire ,

Dans le Sillage des Âmes d’Hier ,

Ce Monde en Voix est La Demeure 

~

O~


 

The Celestine Prophecy

A la Recherche des Veines du Dragon

Les Nombres Heureux

Les Anges Gardiens

La Prophétie 2012

Ordo ab chao

Qi

§ 30 réponses à ~ Des Unis Vers ~

  • Drenagoram dit :

    Un astéroïde va frôler la Terre mardi

    AFP Mis à jour le 03/11/2011 à 18:19 | publié le 03/11/2011 à 18:12

    Un astéroïde de la taille d’un porte-avions passera à proximité de la Terre mardi et sera le plus gros à frôler notre planète depuis 1976, indique la Nasa sur son site internet. Il n’y a toutefois aucun risque de collision dans la mesure où l’objet céleste de 400 mètres de largeur, baptisé 2005 YU55, s’approchera au plus près à 324.600 km soit 0,85 fois la distance de la Terre à la Lune.

    Les effets gravitationnels de cet astéroïde ne seront pas perceptibles sur la Terre y compris sur les marées ou les plaques tectoniques, précise l’agence spatiale américaine. L’astéroïde 2005 YU55 se trouve sur une orbite qui le fait passer à intervalles réguliers dans le voisinage de la Terre, de Vénus et de Mars. Mais mardi il croisera au plus près de notre planète depuis au moins 200 ans. La prochaine fois qu’un astéroïde aussi grand devrait s’approcher à une distance comparable de la Terre sera en 2028, selon la NASA.

    Des observations de l’astéroïde effectuées en 2010 avec le radiotélescope américain d’Arecibo, à Porto Rico, indiquent qu’il s’agit d’un objet de forme approximativement sphérique et tournant lentement sur lui-même, en 18 heures. Sa surface est plus noire que le charbon. Les astronomes amateurs souhaitant l’observer devront avoir un télescope avec une ouverture d’au moins 15 centimètres. La NASA commencera à suivre de près 2005 YU55 à partir de 16h30 vendredi.

    Lien vers la Source

  • Hélégia dit :

    Jusqu’au jour où le destin faisant, il y en aura une qui décalera la terre de son axe ou bien plus grave… et là … Tout sera remis en question… On est bien peu de chose et l’humain semble trop souvent l’oublier …

    L’humain croit être le maitre de l’univers… Mais l’immensité même de l’univers dépasse de loin ce que l’on croit maitriser et savoir 😉

    En tout cas, heureuse d’avoir sur mon chemin des personnes comme toi qui ont pleinement conscience de cette immensité de la nature et de l’univers qui impose le respect et l’humilité.

    Gros Bisous
    Amitiés des Contrées « Ch’ti » du Nord de France
    Que les fées déposent sur ta frimousse douceur et bonheur.

    Hélégia

    • Drenagoram dit :

      Bonsoir Hélégia 😉

      A Mon Regard sur l’Uni Vers . les Mondes à l’Hors sont mis à Nu ,
      Le Reste en Soi n’est que Point de Vue , Au Coeur de l’Une est la Matière ,
      Bien peu de Choses sont en Savoirs , Une Juste Cause est de Conscience ,
      Au Fur à Mesure qu’une Onde y Pense , les Yeux de l’Une sont un Miroir .
      ~
      Ni Dieu ni Maitre en Cette Histoire , juste la Nature pour Evidence ,
      Une Forme en Soi de Résilience , Il est Grand Temps de Prendre Part.
      Dans le Berceau de l’Aurifère , les Mots prennent Sens avec l’Esprit ,
      Le Tout est Mû par sa Magie , Source d’Alchimie à la Lumière .
      ~
      NéO~
      ~
      La Science Moderne n’est qu’une Chimère , Sans Cesse remise au Goût du Jour ,
      De l’Invisible en Liens Autour , Aux Perceptions d’un Septième Sens ,
      A l’Origine était l’Essence , Le Fruit de l’Une est né d’Amour ,
      Portant la Vie en Libre Cours , dans les Couleurs de Sept Nuances .
      ~
      Les Temps à l’Hors savent l’Ephémère ,Au Coeur d’Etoiles seul Conte le Jour .

      Amitié 😉

  • marie-ne dit :

    Ni Dieu Ni Maitre, juste Une Nature née d’Alchimie..
    Toute sa Magie dans chaque Clair,
    Tout son Mystère dans chaque Nuit.
    De l’Origine jusqu’à Nos Jours,
    Une Onde en Cours poursuit son cours
    comme par Magie, elle crée l’Essence,
    est-ce l’Amour? On dit qu’il est Alchimie Au Si.
    Nul ne le Sait, Mais si d’Origine,
    La Lumière Fut, d’un Beau Mélange,
    il vint la Vie.

    Wouhaou, je te permets 😀 heu, comment ça je te permets, tu fais comme tu veux bien sûr, mais je t’autorises d’hors et déjà, à virer les commentaires, qui te sembleront un brin trop torturés ou tordus, ou trop Fatigant, à lire. 😀
    Je te laisse ce com, que tu puisses rire de mes délires… heu j’espère en tout cas, que tu en riras, un peu tout de même. 😉

    Toujours est-‘il, que les Vers dansent (mais aussi les Verts denses), 😀 sont à l’honneur dans ton « chez toi ».
    hou là, j’espère que je vais pas te faire mal à ta têtète, quand tu me liras .. 😉
    je valides, et surtout je files.
    Belle Nuit, en Uni Vers!
    🙂

    • Drenagoram dit :

      Bonjour Marie~ne 😉

      Tes Mots en Soie ont Libre Cours ,
      Des Brins d’Amour à Fleur de Vie ,
      Se Posent sous Vents pour la Lumière ,
      Au Fil du Temps , Danseurs en Lignes .
      ~
      Ils Apparaissent comme par Magie ,
      Sur les Pages d’Hors d’un Livre Ouvert ,
      A l’Hors en Clair l’Onde dit Merci ,
      A Celle venant sans Contre Jour .
      ~
      Au Yeux de l’Une dès l’Origine ,
      Il fait bon Être en Lien au Si ,
      Depuis un An , Dense est l’Amie ,
      L’Essence du Monde Songe Unis Vers .
      ~
      NéO~
      ~
      Becs Bien Valides 😉

      • marie-ne dit :

        le Pleing de Becs En Uni Vers Uni.
        Amour Tout Chants, Ondes de Biens En Energie.
        Pensées de Biens pour Tout l’Ensemble. 😉

        (copié collé parole de Michel Jonasz) 😀
        On s’ballade dans l’atmosphère sur une sphère
        Une bille une boule un ballon qui tourne en rond
        Passant des nuits si sombres à la lumière
        Nous voilà ensemble
        Unis vers l’uni
        Unis vers l uni
        Unis vers l uni
        Unis vers l’uni, unis vers l’uni

        Sur ce minuscule grain d’poussière
        Sur cet atome cet électron
        Sur cette particule élémentaire
        Nous voilà ensemble
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni, unis vers l’uni

        Temporairement locataires sur la terre
        Emergeant des fonds les plus profonds
        Attentlon à ne pas manquer la nécessaire

        Vérité de la transformation
        Vérité de la transformation

        On s’ballade dans l’atmosphère sur une sphère
        Une belle voyageuse un vagabond
        Cellule lancée à travers les airs
        Nous voilà enhemble
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni
        Unis vers l’uni, unis vers l’uni, unis vers l’uni
        Unis vers l’uni

      • Drenagoram dit :

        Bonsoir Marie~Ne en Planète Mère ,
        Ton Hémisphère à Plein Régime 😉
        Hors la Matière Tourne par Rimes ,
        ces Mots s’arriment à la Lumière .
        Pour Donner Sens aux Unis Vers ,
        Reliant des Airs aux Sons Intimes ,
        Le Plus Précieux d’un Monde Infime ,
        l’Echo de notre Imaginaire .
        ~
        Quand par Mémoire la Voix Eclaire ,
        Nos Sentiments de Déjà~Vu ,
        La Parole Touche notre Âme à Nu,
        au Choeur de Soie rien ne se perd ,
        En Harmonie le Charme Opère,
        l’Esprit esquisse entre~aperçus ,
        Des Connections à Portée de Vue ,
        Un Pas de Deux en l’Uni Vers 😉
        ~
        NéO~
        ~
        Becs sous la Voûte 🙂

  • Drenagoram dit :

    Une forte éruption solaire frappe la terre

    AFP Publié le 23/01/2012 à 21:34

    La plus forte éruption solaire depuis 2005 a commencé à frapper la Terre, bombardant notre planète de particules magnétiques qui pourraient perturber les communications par satellite, ont annoncé aujourd’hui les autorités américaines. L’éruption, qui s’est déclenchée hier près du centre du soleil, devrait projeter des particules de protons en direction de la planète jusqu’à mercredi, a averti l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère (Noaa).

    « L’éruption elle-même n’avait rien de spectaculaire mais elle a projeté dans l’espace une masse coronale (nuage de plasma au champ magnétique intense, ndlr) à la vitesse phénoménale de 6,4 millions de kmh », a déclaré Doug Biesecker, physicien au Centre de prévision météorologique spatiale de la Noaa.

    Aurores boréales

    La tempête géomagnétique provoquée par le soleil est la plus forte depuis 2005 mais elle ne se classe qu’en catégorie 3 sur une échelle qui en compte 5, a-t-il précisé. Elle est donc considérée comme « forte » mais pas « sévère ».

    Selon le site internet de la Noaa, un événement de catégorie 3 peut provoquer des perturbations dans les systèmes informatiques embarqués à bord de satellites ainsi que dans les communications radio au niveau des pôles. La navigation aérienne, les plateformes pétrolières et les explorateurs pourraient ainsi rencontrer une gêne dans ces régions. « Nous n’attendons pas d’impact majeur d’un événement de ce type », a-t-il souligné. Les habitants d’Europe et d’Asie pourraient aussi en profiter demain soir pour admirer des aurores boréales.

    Source

    • mu64 dit :

      Belle nuit sous les aurores Néo
      Becs magnétiques

      • Drenagoram dit :

        Merci à l’Hors Mu 😉

        Je n’ai Rien Vu , le Ciel était Trop Obcsur ,
        Point d’Aurore en Azurs , mais des Ondes Bienvenues ,
        En Attendant l’Avenue , d’une Tempête de Nature ,
        Je Crois les Temps être Mûrs , Pour sa Lumière Reçue .
        ~
        NéO~
        ~
        Becs de Mère

  • Drenagoram dit :

    Un astéroïde de la taille d’un bus a frôlé la Terre

    Mis à jour le 28.01.2012


    Un astéroïde de la taille d’un bus a frôlé la Terre vendredi, ont affirmé les experts du Minor Planet Center, un organisme qui traque ces objets dans le système solaire.

    Gareth Williams, directeur associé du Minor Planet Center a expliqué que l’objet n’a pu être détecté que lorsqu’il s’est trouvé tout près de la Terre en raison de sa petite taille.
    Image: AFP
    Les experts ont cependant assuré qu’ils n’avaient jamais été inquiets quant à la possibilité d’un éventuel impact.

    L’astéroïde, baptisé 2012 BX34, mesurait entre six et 19 mètres de diamètre, a indiqué Gareth Williams, directeur associé du Minor Planet Center dont le siège se trouve aux États-Unis.

    Collision «évitée de peu»

    L’objet céleste, soudainement apparu mercredi dans le champ de vision d’un télescope de l’Arizona, s’est approché à 60’000 km de la Terre vendredi vers 16h00 (suisses), a précisé Gareth Williams, assurant qu’une collision avait «été évitée de peu». L’agence spatiale américaine avait annoncé jeudi sur Twitter que l’astéroïde «passerait sans problème à côté de la Terre le 27 janvier.»

    Gareth Williams a expliqué que l’objet n’a pu être détecté que lorsqu’il s’est trouvé tout près de la Terre en raison de sa petite taille. Il a cependant estimé que bien que le fait qu’il eut frôlé la Terre eut été une surprise, cela n’était pas totalement inhabituel. «L’année dernière nous avons observé environ 30 objets qui sont passés dans l’orbite de la Lune», a ajouté l’expert.

    (ats/Newsnet)

    Source

  • Je viens ici avec retard, mais tant que cela.. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur cette science moderne entre autre.. Je dis pas tant que cela, car il m’a fallu accéder en astrologie aux astéroïdes et j’ai vu l’impact que ceux ci ont sur notre vie. On en revient aux effets qui ne sont pas visibles d’office à l’oeil tel que l’on s’attend. Les effets sont là mais il faut regarder à partir des étoiles, de leur position à ce moment là et des effets qui ont eu lieu..

    • Drenagoram dit :

      Ouvrant les Yeux sous la Voûte Mère ,
      Au Gré des Sillages de l’Une ,
      Le Temps se Joue de l’Infortune ,
      De Naître au Fond comme Ephémère
      Lançant sous Vide ses Vieilles Pierres ,
      A la Recherche d’une Terre Commune .
      ~
      Sous Influences de leurs Courants ,
      Des Mondes Vivant Gravitent et Dansent ,
      S’Offrent la Chance sous Paravent ,
      De Lier Leurs Courses en Connaissances .
      Tout ces Impacts Transforment l’Elan ,
      Celui du Choeur né par l’Alliance .
      ~
      NéO~
      ~
      Becs Elliptique

  • ll y a deux ans, je n’aurais pas pu dire cela. Parce que d’une part, je ne savais pas encore que l’on étudiait aussi les astéroïdes depuis peu en astrologie. Et j’ai trouvé cela très intéressant.. conclusion, ce que l’on ne voit pas de suite en évidence, se montre d’une autre façon

  • Drenagoram dit :

    Là où le vent solaire ne souffle plus
    Lucia Sillig
    Le système solaire dans l’espace interstellaire. (DR)

    La sonde Voyager 1 est-elle en train de sortir du système solaire? Pour fêter ses 35 ans, la sonde envoie d’étranges messages

    Elle aurait dû sentir le vent solaire tourner. Notre Soleil émet un flux de particules qui, jusqu’à il y a peu, poussait la sonde Voyager 1 dans le dos. A l’approche de la limite de l’espace intersidéral, ce flux aurait dû dévier pour rejoindre la traîne de l’astre se déplaçant dans le cosmos. Le vent a faibli, faibli, puis, plus rien. C’est ce que suggère une étude publiée dans la revue Nature le 6 septembre. Pour fêter ses 35 ans, la sonde américaine envoie aux Terriens des messages étranges. Est-elle vraiment en train de sortir du système solaire?

    En 1977, l’imagination des humains voguait déjà beaucoup plus loin que leurs vaisseaux: dans une galaxie lointaine, très lointaine, les héros du premier volet du film Star Wars affrontaient le terrible Dark Vador. Le 20 août de la même année, Voyager 2 quittait la Terre, suivie, le 5 septembre, par Voyager 1; les deux engins ont à leur bord 100 fois moins de mémoire que n’en contient le plus petit des iPod nano.

    Les sondes de la NASA ont observé les ouragans démesurés de Jupiter, la redoutable activité volcanique de sa lune Io et l’étrange structure de sa jumelle Europa. Elles ont étudié les anneaux de Saturne et le pôle magnétique d’Uranus qui se trouve bizarrement près de l’Equateur. Sur Neptune, à 30 unités astronomiques (UA) du Soleil, soit 30 fois la distance entre l’astre et la Terre, elles ont détecté les vents les plus rapides qu’on n’ait jamais mesurés sur une planète. «Les sondes Voyager nous ont montré que le système solaire est beaucoup plus complexe qu’on ne peut l’imaginer en restant assis dans son fauteuil sur Terre», soulignait mercredi lors d’une conférence de presse Ed Stone, responsable scientifique du projet à l’Institut de technologie de Californie depuis 1972.

    En 1989, Voyager 2 a dépassé son dernier objet céleste majeur, Triton, une lune de Neptune, avant de mettre le cap sur l’espace interstellaire, comme Voyager 1 avant lui. Tout le monde attend maintenant que les sondes atteignent ce bout du monde: l’héliopause. Là où la bulle que le Soleil emmène avec lui et qui nous protège des rayons cosmiques, appelée héliosphère, s’arrête. Là où le vent des particules ne vient plus de l’intérieur, soit du Soleil, mais de l’extérieur, de supernovae qui ont explosé il y a des millions d’années (lire LT du 16.06.2011). Pour certains, cette héliopause constitue les confins de notre système solaire, pour d’autres, ces derniers se situent encore beaucoup plus loin. «En tout cas, c’est la fin de l’atmosphère solaire», commente Ed Stone.

    Il raconte que lorsque les sondes ont quitté la Terre, on ne savait pas quelle était la taille de cette bulle. Depuis, les engins ont permis d’arriver à une estimation de 117 à 177 UA. Actuellement, Voyager 2 se trouve à quelque 100 UA du Soleil, Voyager 1 à 122. Sachant que cette dernière s’éloigne d’environ 3,5 UA par année, Ed Stone – qui n’est plus tout jeune – espère ne pas devoir ­attendre trop longtemps.

    Or, les résultats de l’étude publiée dans Nature laissent penser que la sonde n’est pas aussi proche de l’héliopause qu’on ne le pensait. «En 2010, le vent qui provenait radialement du Soleil a baissé drastiquement et nous ne percevons pour ainsi dire plus de flux dans aucune direction, ajoute Ed Stone. La sonde est dans une région de quasi-stagnation, comme dans une zone de lentes turbulences. On ne s’y attendait pas.»

    Peter Wurz, de l’Université de Berne, souligne que la matière doit bien aller quelque part. L’astrophysicien rappelle en outre que si le vent solaire radial a presque stoppé du côté de Voyager 1, il ne montre aucun signe de décélération sur la voie qu’a empruntée Voyager 2… «Mais après tout, il n’est pas étonnant que la physique des confins du système solaire soit différente de ce que nous observons ici», ajoute-t-il.

    De son côté, Michel Grenon, de l’Observatoire de Genève, relève que l’héliosphère n’est pas sphérique. Comme un rocher dans une rivière, le Soleil laisse une traîne derrière lui: «L’héliopause est quelque chose d’éminemment variable, notamment en fonction de l’activité solaire.» C’est un des aspects que les auteurs de l’étude suggèrent d’inclure dans les modèles de calcul.

    Depuis le mois de mai, la sonde Voyager 1 envoie d’autres signaux déroutants. Des paramètres qui étaient restés relativement stables depuis des années font désormais des bonds: ils baissent ou augmentent subitement, avant de retourner à leurs valeurs précédentes. C’est d’autant plus troublant que ces paramètres – des mesures de particules venant de l’intérieur et de l’extérieur de la bulle – sont ceux qui doivent permettre de déterminer si la sonde se trouve enfin dans l’espace inter­sidéral… Pour en avoir le cœur net, les scientifiques doivent calculer le champ magnétique mesuré par l’engin. Mais en raison de la faiblesse de ce champ, cela prend du temps.

    «Est-ce une question de jours, de mois ou d’années avant que l’engin rejoigne l’espace interstellaire? Je ne sais pas», concède Ed Stone. La source d’énergie au plutonium de Voyager 1 ne tiendra pas éternellement, et tous les instruments de mesure et de communication seront éteints progressivement entre 2020 et 2025. Si le voyage n’est pas fini d’ici là, il se terminera sans nous.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Une étude prédit un effondrement planétaire irréversible imminent
    http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/70447.htm

    En se basant sur des théories scientifiques, des modélisations d’écosystèmes et des preuves paléontologiques, une équipe de 18 chercheurs,


    Surce image : http://lesinfosdo.com/tag/canada/
    incluant un professeur de la Simon Fraser University (SFU, Vancouver), prédit que les écosystèmes terriens vont faire face à un effondrement imminent et irréversible.

    Dans un article récemment publié dans Nature, les auteurs examinent l’accélération de la perte de biodiversité, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes, l’interconnexion grandissante des écosystèmes et le changement radical dans le bilan énergétique global. Ils suggèrent que tous ces éléments constituent des précurseurs à l’apparition d’un état planétaire de seuil ou encore d’un point de basculement. Si cela s’avérait exact, ce que les auteurs prédisent pour le siècle en cours, les écosystèmes de la planète, en l’état de connaissances actuelles, pourraient rapidement et irréversiblement s’effondrer.

    « Le dernier point de basculement dans l’histoire de la Terre est apparu il y a 12.000 ans, lorsque notre planète est passée de l’âge de glace, qui a duré 100.000 ans, à un état inter glacial », dit Arne Mooers, professeur de biodiversité à SFU. « Alors, des changements biologiques les plus extrêmes menant à notre état actuel sont apparus en seulement 1000 ans. C’est comme passer de l’état de bébé à l’âge adulte en moins d’une année. Et la planète est en train de changer encore plus vite aujourd’hui ».

    « Il y a une probabilité élevée que le prochain changement d’état global sera extrêmement perturbateur pour nos civilisations. Souvenez-vous, nous sommes passés de l’état de chasseurs-cueilleurs à celui capable de marcher sur la Lune dans une des périodes les plus stables et anodines de toute l’histoire de la Terre », précise Moeers. « Lorsque le seuil sera atteint, ce sera un point de non-retour. La planète ne possède pas la mémoire de son état précédent ».

    Ces projections contredisent une croyance populaire répandue selon laquelle la pression de l’Homme sur le changement climatique qui détruit notre planète est encore contestable, et qu’un effondrement serait alors graduel et étalé sur plusieurs siècles. L’étude conclut que nous serions avisés de ne pas transformer la surface de la Terre de plus de 50%, ou nous ne serions plus capables d’inverser ce processus. Nous avons aujourd’hui atteint 43% de ces changements, en convertissant les paysages en zones agricoles et urbaines. « En un mot, les hommes n’ont rien fait réellement d’important pour éviter le pire car les structures sociales existantes ne sont juste pas les bonnes », dit Mooers. « Mes collègues qui étudient les changements climatiques induits à travers l’histoire de la Terre sont plus qu’inquiets. En fait, ils sont terrifiés ».

    – Article paru sur le site internet de l’Université Simon Fraser : http://redirectix.bulletins-electroniques.com/7Avu8
    – Article publié dans la revue Nature :http://www.nature.com/nature/journal/v486/n7401/full/nature11018.html

    Rédacteur : Didier Marty-dessus

    Source

  • Drenagoram dit :

    Être en Conscience de l’Uni Vers , une Expérience Hors Frontières

  • Drenagoram dit :

    La Magie est dans l’Air , c’est en Ailes qu’elle Repose ,
    De pas Métamorphose , la Chenille née de Mère ,
    S’Ouvre à l’Esprit de la Terre , Au Pas Sage de la Gnose ,
    Hors la Vie n’est point Rose , Mais la Cause Légendaire .
    ~
    NéO~
    ~
    Amitié de l’Alliance 😉

    • mu64 dit :

      Amitiés et belle nuit néo.
      Bon dimanche soir à tous, quel que soit l’hémisphère 😉

      • Drenagoram dit :

        Bonsoir Miss Univers , Merci pour ce Salut ,
        Comme tu l’as sans doutes Vu , l’Être a deux Hémisphères ,
        Le Lien étant Hors Pair , Pour d’Esprit Faire sa Mue ,
        En Matière d’Inconnue , l’Energie vient de Mère .
        ~
        NéO~
        ~
        Becs sans Espace 😉

  • melusinefee dit :

    A revenir ici encore Une fois.. je te dirai qu’en lien communs je donnerais Atomes crochus… Entre ciel et Terre.. Energie Atome Hic. c’est chaud !

    • Drenagoram dit :

      Bienvenue sans Hic en Corps une Fois ,
      Pour ces Nombreux Atomes Crochus ,
      Ce Pont en Hors est Don de Soie ,
      Aux Deux Demie Sphères , île Offre Point de Vue .
      ~
      Pour Voir la Ronde , Comme Une Entière ,
      Au Ciel Ether , Les Liens de l’Onde ,
      Il Faut Être Hors , Mais Uni Vers ,
      Relié à Mère , Conscient du Corps .
      ~
      NéO~
      ~
      Becs pour Qi 😉

  • melusinefee dit :

    tout en étant sérieuse sur le sujet.. je ne peux m’empêcher de le voir comme Boum Boum.. un grand Boom .. explosion et nouveau Monde, nouvelle vie, les astres etc.. Jupiter le Dieu du Ciel et de la Terre.. c’est un coup de chance, une protection..

    • Drenagoram dit :

      A l’Hors Là Tout à Fait Néa , Même en sous Vers c’est du Sérieux ,
      Du Genre à nous Ouvrir les Yeux , ô Jours de Fêtes un bon Petit Plat ,
      C’Est Merveilleux oui mais Voilà , Comment Vivre Avec ça sous Cieux ?
      Hors la Lumière a vingt Mille Lieux . Nous Autres avons besoin d’un Toit.
      ~
      NéO~
      ~
      Becs en Bonne Voie 😉

  • Drenagoram dit :

    Des astronomes assistent au repas d’une planète en train de naître
    AFP

    Le moment clé, interprété par la peinture selon les indications des astronomes. (AFP)

    Des astronomes ont pour la première fois vu une planète en train de naître à quelque 450 années-lumière de la Terre, une jeune géante dont le biberon stellaire est alimenté par d’énormes écoulements de gaz

    C’est grâce aux radiotélescopes d’ALMA, le plus vaste projet astronomique terrestre, situé dans le désert chilien d’Atacama, que les chercheurs ont pu observer ce moment clé, une première scientifique qui confirme la théorie sur la naissance des géantes gazeuses.

    Les astronomes de l’Observatoire européen austral (ESO) étudiaient une jeune étoile, baptisée «HD 142527», qui est entourée d’un gigantesque disque de gaz et de poussière cosmique, les restes du nuage dont elle est issue.

    Ce disque est en réalité divisé en deux parties distinctes, séparées par un immense espace vide. Le disque interne part de l’étoile et s’étend jusqu’à une distance équivalente à l’orbite de Saturne autour de notre Soleil, alors que le disque externe débute environ 14 fois plus loin.

    Selon les théoriciens, les planètes géantes grossissent en absorbant le gaz du disque externe par des écoulements qui forment des ponts traversant l’espace vide du disque.

    «Les astronomes avaient prédit l’existence de ces écoulements, mais c’est la première fois que nous avons pu les observer» directement, explique dans un communiqué de l’ESO Simon Casassus (Université du Chili), le responsable de cette étude.

    En utilisant le réseau d’antennes submillimétriques d’ALMA, qui opère dans des longueurs d’ondes insensibles à la lumière éblouissante de «HD 142527», Simon Casassus et son équipe ont pu analyser de près le gaz et la poussière cosmique situés autour de l’étoile.

    Ils y ont découvert deux écoulements de gaz denses se déversant du disque externe vers le disque interne.

    «Nous pensons qu’il y a une planète géante cachée là et qu’elle est la cause de ces deux écoulements. Les planètes grossissent en absorbant le gaz du disque externe, mais elles mangent vraiment comme des sagouins: le reste du gaz déborde et alimente le disque interne autour de l’étoile», souligne Sebastian Pérez, qui a collaboré à l’étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature.

    Impossible toutefois d’observer directement les planètes en formation, qui sont vraisemblablement toujours profondément enfouies dans ces écoulements de gaz presque totalement opaques.

    Source

  • Morpheus dit :

    L’astéroïde 2012 DA14 va frôler la Terre ce vendredi

    Par Marc Mennessier, Service infographie du Figaro

    Mis à jour le 15/02/2013 à 12:31 | publié le 15/02/2013 à 07:33

    Cet astéroïde de 45 mètres de diamètre, pour une masse de 135.000 tonnes, passera à seulement 27.700 kilomètres de notre planète. Crédits photo : -/AFP

    INFOGRAPHIE – Ce gros caillou de 45 m de diamètre rasera la Terre de si près qu’il sera possible de l’observer avec des jumelles à partir de 20h30. Les agences spatiales écartent tout risque de collision. Cette fois-ci…

    Un mois après l’astéroïde Apophis, c’est au tour de 2012 DA14, au nom nettement moins poétique, de venir frôler notre vaisseau Terre. Vendredi soir à 20h25, heure française, ce gros caillou de 45 mètres de diamètre, pour une masse de 135.000 tonnes, passera à seulement 27.700 kilomètres de notre planète. Soit un peu plus du double du diamètre terrestre et seulement un dixième de la distance Terre-Lune. Autrement dit rien ou presque: même les satellites géostationnaires qui gravitent à 36.000 km au-dessus de nos têtes en sont plus éloignés.

    Selon les experts de l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE, ex Bureau des longitudes), ce bolide cosmique, lancé à la vitesse vertigineuse de 28.000 km/h, s’approchera de si près qu’il sera possible de l’observer avec une bonne paire de jumelles.

    Probabilité d’impact nulle
    Les mieux placés seront les Indonésiens car 2012 DA14 passera à la verticale de leur pays. En France, il sera visible dans le sud-est dès 20h30 mais à Paris, il faudra patienter jusqu’à 21h15 pour commencer à le voir pointer au-dessus de l’horizon sud-est. À condition que le ciel soit suffisamment dégagé comme sur le pourtour méditerranéen. Ailleurs, Météoconsult prévoit une alternance de passages nuageux et d’éclaircies uniquement sur un grand quart nord-ouest.

    Les astronomes amateurs et les curieux pourront d’autant mieux profiter du spectacle que 2012 DA14 n’est en rien menaçant. Si aucun astéroïde géocroiseur ou NEO (Near Earth Object), comme les appellent les Anglo-Saxons, ne nous a frôlé d’aussi près depuis que ces bolides cosmiques sont suivis à la trace, la probabilité d’un impact est nulle. Même les satellites de navigations (Galileo, GPS, Glonass), situés sur une orbite d’environ 23.000 kilomètres d’altitude devraient être épargnés.

    «2012 DA14 passera à une distance remarquablement proche, mais nous comprenons suffisamment bien sa trajectoire pour conclure qu’il n’y a pas de risque de collision avec la Terre», assurait, dès la semaine dernière, Donald Yeomans, directeur du bureau des NEO de la Nasa.

    Champ gravitationnel de la Terre
    Même constat au Cnes, l’agence spatiale française, dont les spécialistes vont suivre attentivement le passage de ce «visiteur» cosmique. «Si tout danger est écarté cette fois-ci, la trajectoire de 2012 DA14 va forcément être défléchie par le champ gravitationnel de la Terre. Il peut donc s’avérer dangereux lors d’un prochain passage ou au contraire complètement inoffensif», expliquait l’un de ses experts, Christophe Bonnal, chez nos confrères de TF1.

    La période de révolution de 2012 DA 14 autour du soleil devrait ainsi passer de 368 à 317 jours après le passage de cette nuit. Toutefois, il ne devrait pas raser la Terre d’aussi près avant 2046 et l’IMCCE écarte le risque d’impact «sur le siècle».

    Vu sa taille, somme toute modeste, il n’engendrerait d’ailleurs pas de catastrophe planétaire comparable à celle provoquée par la météorite géante de 10 kilomètres de diamètre qui s’était écrasée sur Terre il y a 66 millions d’années. En revanche, 2012 DA14 causerait des dégâts importants sur une zone limitée de quelques centaines de kilomètres carrés comme ce fut le cas pour l’astéroïde tombé en 1908, à Toungouska, en Sibérie centrale.

    Pour parer à cette éventualité, des agences spatiales (Cnes, DLR, Roskosmos), des organismes publics de recherche (CNRS, Observatoire de Paris) et des industriels (Astrium) étudient depuis janvier 2012, dans le cadre du projet européen NEOShield, trois solutions visant à dévier (tracteur gravitationnel, impact d’un missile lancé à grande vitesse) ou à détruire (explosion d’une charge nucléaire) l’un des 9500 NEO actuellement répertoriés par la Nasa, en cas de menace directe. Les résultats devraient être publiés vers la mi-2015.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Les Quatre Forces

    Force nucléaire forte:

    C’est celle qui cimente les nucléons dans les noyaux. C’est elle aussi qui associe les quarks 3 par 3 à l’intérieur des nucléons et donne naissance à l’énergie nucléaire. 1 gramme de carburant nucléaire = 1 tonne de dynamite. Elle agit sur une distance de 10-13 cm, elle est 100 fois plus forte que la force électromagnétique et n’agit que sur des particules massives comme le proton et le neutron d’un poids de 10-24 grammes. La masse d’un proton est égale à 1836 fois la masse de l’électron.

    Force électromagnétique :

    Cette force, bien supérieure à la force de gravité, n’agit que sur les particules chargées, soit positivement comme les protons, soit négativement comme les électrons. Elle forme les atomes en attachant les électrons aux noyaux, mais elle ne s’arrête pas là. Elle soude les atomes en les obligeant à partager leurs électrons pour former les molécules. Elle pousse encore les molécules à se combiner à leur tour en de longues chaînes, la plus haute expression de ces chaînes est l’ADN qui permet la vie.

    Force gravitationnelle :

    Découverte au XVII siècle par Isaac Newton, cette force attractive agit sur toutes masses. La plus faible des quatre forces de la nature, mais aussi celle qui a la plus grande portée, elle agit sur l’ensemble de l’univers, elle est la colle du cosmos. L’intensité ce cette force dépend de la masse de l’objet. Ce n’est qu’à l’échelle astronomique que la gravité se fait vraiment sentir, dans d’énormes masses comme celle de la Terre (6×1027 grammes), du Soleil (1033 grammes), d’une galaxie (1044 grammes), d’un amas de galaxies (1047 grammes) ou de l’univers tout entier.

    Force nucléaire faible :

    C’est elle qui permet aux neutrons de se transformer en protons et vice versa quand les conditions s’y prêtent: lors de la radioactivité bêta, un neutron se désintègre en donnant naissance à un proton; un électron et un antineutrino sont alors émis. Elle n’agit pas sur les particules immortelles comme l’électron, le photon et le neutrino. Bien que plus forte que la gravité, elle est 1000 fois plus faible que la force électromagnétique. Elle n’a d’influence que sur une distance de 10-16 cm. C’est en 1896, par hasard que le physicien français Henri Becquerel découvrit ce processus de désintégration, sur une plaque photographique.

    Théorie de l’unification des forces

    Jusqu’à présent, les physiciens ont découvert les quatre forces fondamentales dans la nature: nucléaire forte, électromagnétique, gravitationnelle et nucléaire faible. Pourquoi quatre et non trois ou même une seule? En physique on cherche toujours une théorie qui englobe le plus de phénomènes. C’est pourquoi les physiciens ont pensé que ces forces en apparence fondamentales résulteraient d’une seule et unique force plus fondamentale encore. De cette idée sont nés les efforts de ces dernières décennies pour unifier les quatre forces que nous connaissons. Si effectivement les forces peuvent s’unifier en une seule alors pourquoi en observons-nous quatre autour de nous? C’est qu’en fait cette force unique a été brisée au cours de l’évolution de notre univers. Les forces se sont dissociées quand l’énergie a diminué.

    Unification de la force nucléaire faible et de la force électromagnétique

    En remontant le fil du temps et des énergies, trois physiciens de génie, les Américains Sheldon Glashow et Steven Weinberg et le Pakistanais Abdus Salam – récompensés par le prix Nobel de physique en 1979 – ont réussi à unifier la force nucléaire faible avec la force électromagnétique en une seule et même interaction, baptisée « électrofaible ». Pour réaliser cette union pourtant improbable, les trois chercheurs ont dû imaginer l’existence de particules porteuses de cette interaction, qu’ils appelèrent bosons intermédiaires W+, W- et Z°.

    Liaison de la force nucléaire forte au tandem électrofaible

    L’étape suivante consiste en principe à relier la force nucléaire forte au tandem électrofaible. C’est ce que vise à réaliser la théorie de la grande unification. Pour le profane, c’est un peu le mariage de la carpe et du lapin. Mais pour les experts, une étape originale s’amorce, qui nous conduit vers des niveaux d’énergie colossaux. La force ainsi unifiée est baptisée électronucléaire. Un ingrédient supplémentaire doit probablement être ajouté: la notion de supersymétrie.

    Unification finale

    Reste LE plus gros morceau. Unir, si possible, la relativité générale d’Einstein, vision moderne de la gravitation qui s’applique à l’Univers, avec la mécanique quantique des particules, qui régit l’infiniment petit. Le fruit de ce vrai casse-tête portera le nom de « théorie du tout ».

    Premier principe : désormais, les objets élémentaires seront représentés par des entités mathématiques linéaires, donc à une seule dimension – les cordes, que l’on pourrait assimiler à de petits élastiques. Plus besoin d’une multitude de particules. Toutes seraient constituées de cordes – voire d’autres objets étendus, comme des membranes – et la manière dont elles vibreraient en ferait un électron, un quark, un photon, etc. Comme leur longueur prédite serait de l’ordre de 10-35 mètres, nous ne sommes pas près de les approcher directement en laboratoire.

    Second principe : ces cordes vibreraient dans un espace-temps à non pas quatre mais dix dimensions. Où sont passées ces dimensions cachées ? Si l’on n’a jamais perçu leur existence, c’est qu’elles doivent posséder une longueur caractéristique infime ; pouvant être de l’ordre de 10-35 mètres. Les dimensions de l’espace classiques sont infinies. Les dimensions supplémentaires, elles, doivent être imaginées enroulées et refermées sur elles-mêmes. Ce concept de cordes a donné naissance à plusieurs classes de théories en apparence différentes, qui restent en fait à élaborer plus concrètement et qui n’ont pas encore pu encore être vraiment confrontées aux résultats expérimentaux. La quête du Graal des physiciens a encore de beaux jours devant elle.

    Source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :