~Le Temps des Fléaux~

             Au Fil du Temps , le Monde perdure,

Trouve en Nature différentes Forces ,
D'un même Vivant prend la mesure ,
L'Une vit bien Sûr à fleur d'écorce .
Quatre éléments incitent à l’Hors ,
A voir en Flore bien des tenants ,
Debout tissant sont liens du Cor ,
D’un céleste corps né en mouvements .
 
 
 
Aux regards d’ans chacun s’en sort ….
Trop peu d’efforts sont fait pourtant ,
Mécaniquement rien n’améliore ,
Une Vie à bord valant de l’argent.
    ~
Hors le changement d’un tel décor ,
Viendra d’abord aux quatre vents ,
Rien d’imminent à perdre le Nord ,
Vivons d’accords Naturellement .
    ~
    NéO~
         ~
    «  Afin d’ouvrir ce Chant , en matières d’Avenir , 
Notre Oreille à présent doit se tendre en Lumière ,
Il est Temps au Final en Monde d’interagir ,
Pour en regard d’éveil enfin briser nos Fers .
~
L’énergie tourne en rond , dans nos châteaux de cartes ,
Hors notre échec est Mat , Face à ce puits sans Fond ,
Deux Tours aux Illusions , ne se laissent point abattre ,
Chaque doit se mettre en quatre , pour une pérenne vision .
~
Au Delà la Solution , demeure cet équilibre ,
L’Univers en soi vibre , au fil des réactions ,
Pourquoi bâtir au nom ? en oubliant sa fibre .
A défaut d’être libre , apprenons là le son .
 

					
					




	

§ 59 réponses à ~Le Temps des Fléaux~

  • marie-ne dit :

    celui là je suis moins pressée, mais on y est déjà dedans. 😉 disons que ce temps a commencé..

    • Drenagoram dit :

      L’Epoque de Changement d’Ere ,
      A se Jouer du Climat , pour l’amour du Baroque ,
      On Oubli l’Hors en Terre ,
      Tous ses Tics et ses Tocs.
      D’une Horloge en Interne ,
      Sont à la Source faits d’Ondes de Chocs ,
      Donnant à l’Ecorce bien des Cernes ….
      ~
      NéO~
      Te Voilà Exploratrice , en Regard du Vivant .

  • Drenagoram dit :

    La sécheresse inquiète les agriculteurs

    Par Eric De La Chesnais
    19/04/2011 | Mise à jour : 16:57

    Crédits photo : AURORE MARECHAL/AFP
    Les températures au-dessus des normales saisonnières et le manque de précipitations depuis deux mois font craindre des dégradations sur la qualité des cultures. Les marchés des céréales s’emballent.

    La sécheresse s’installe dans la campagne française, plus particulièrement au nord de la Loire. Avec des températures de 10 degrés au-dessus des normales saisonnières, les conditions climatiques commencent à devenir préoccupantes à un moment où la végétation est en plein pousse. «Les blés n’ont pas fait grand-chose jusqu’à maintenant, il manque d’eau, constate Yannick Bouillis, éleveur laitier à Epiniac près de Dol en Ile et Vilaine où il fait 26°c à l’ombre ce mardi 19 avril. Je n’arrive plus à voir le rouleau derrière le tracteur tellement il y a de poussière», ajoute-il, lui qui sème avec plus de deux semaines d’avance sème le maïs. Seul avantage de ce temps sec, les cultures sont moins soumises aux maladies parasitaires, tel le vers taupin, la rouille où la septoriose. «La pression de maladie va être faible mais il ne faudrait pas que cela dure sinon les rendements vont encore être faibles pour la deuxième année consécutive. Qu’est ce qu’on va donner à nos bêtes», poursuit l’exploitant.

    Mêmes inquiétudes du côté de la Mayenne, où Michel Amiard constate déjà que ses vaches Rouge des Prés se mettent sous les arbres en quête de fraicheur comme en plein été alors que nous ne sommes qu’au printemps. Déjà l’éleveur de race à viande pense à diminuer son cheptel afin d’avoir plus de liberté d’affouragement et plus de trésorerie. «Depuis 2 mois le déficit hydrique est important avec seulement 25% de précipitations par rapport au normal de saison», remarque Michel Portier, directeur d’Agritel, société spécialisée dans la gestion du risque du prix des produits agricoles. Face à cette situation préoccupante, trois départements français de l’ouest, la Charente-Maritime, la Vienne et les Deux-Sèvres ont déjà pris des mesures de rationnement pour l’irrigation des cultures. «Les agricultures devront arroser la nuit», indique par exemple Christiane Barret, préfète des Deux-Sèvres sur BFM TV.

    La sécheresse ne se limite pas aux frontières de l’Hexagone
    Reste que cette sécheresse ne se limite pas aux frontières de l’Hexagone mais touche l’ensemble de l’Europe du nord «sur une large bande affectant l’Angleterre, le Nord de la France, le Benelux, l’Allemagne, la Pologne et l’Ukraine», remarque Michel Portier. Une situation climatique qui si elle contente les vacanciers actuels, inquiète les producteurs mais aussi les marchés qui ne voient pas d’amélioration à court terme. À 15 jours aucune précipitation n’est attendue sur le Nord de l’Europe. «Cela devrait tenir en alerte les marchés mondiaux dans un contexte fondamental déjà particulièrement tendu chez les grands exportateurs», prévient le gérant d’Agritel. Cet après-midi sur le marché physique à Rouen, le blé gagnait plus de 8 euros (+3,51%) à 236 euros la tonne. Outre-Atlantique, la situation est aussi préoccupante, la qualité des blés d’hiver américains a stagné durant la semaine achevée au 17 avril en raison de conditions climatiques toujours trop sèches, a indiqué lundi soir dans son bulletin hebdomadaire sur l’état des cultures (Crop Progress), l’USDA (département américain de l’Agriculture). Les blés d’hiver restent «bons» à «excellents» à 36%, contre 69% l’an dernier à la même date.

    Pour le maïs, où les stocks mondiaux sont très tendus, autour de 18 jours de consommation, les ouragans de la semaine dernière ont affecté les semis. Les fermiers américains ont semé 7% de leur maïs contre 16% l’an dernier à pareille époque toujours selon l’USDA. De quoi faire aussi réagir les marchés aussi en Europe. Le maïs cotait a pris 1,7% à 234 euros la tonne cette après-midi. De quoi donner du grain à moudre aux partisans d’une plus grande régulation du cours des matières premières du G20.

    http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2011/04/19/04012-20110419ARTFIG00556-la-secheresse-inquiete-les-agriculteurs.php

  • Drenagoram dit :

    Tornades/USA: plus de 220 morts
    AFP
    28/04/2011 ~ Mise à jour

    Les autorités du Tennessee ont annoncé ce matin que 30 personnes avaient péri dans leur Etat à la suite des intempéries marquées par des tornades et des inondations, portant le bilan national à plus de 220 morts.

  • Drenagoram dit :

    USA: les tornades ont fait 118 morts
    AFP

    24/05/2011 | Mise à jour : 21:02

    Le dernier bilan de la tornade qui a frappé dimanche soir Joplin, une ville de 50.000 habitants dans le sud-ouest du Missouri, s’établissait mardi à 118 morts et quelque 1.500 disparus. Parmi ces derniers, un garçonnet de quinze mois, Skyular Logsdon, dont on a retrouvé des vêtements déchirés et trempés par la pluie, enroulés autour d’un poteau téléphonique, à 200 mètres environ de son domicile. Les autorités s’attendent à de nouvelles intempéries et l’espoir de retrouver des survivants dans les ruines de la ville s’amenuise bien que des cris aient été entendus provenant des décombres.

    Cette tornade, d’un kilomètre de large et de près de dix kilomètres de long, est la plus meurtrière aux Etats-Unis depuis celle qui a fait 181 morts à Woodland, dans l’Oklahoma, en 1947. Quelque 2.000 maisons ont été détruites à Joplin, ainsi que de nombreux commerces, écoles et autres bâtiments. Elle est la dernière d’une série de puissantes tempêtes qui, ce printemps, ont fait plus de 300 morts et pour plus de deux milliards de dollars de dégâts dans tout le pays.

    Le président Barack Obama a l’intention de se rendre à Joplin dimanche, au lendemain de son retour aux Etats-Unis, après une tournée dans quatre pays européens. Les secours ont été entravés par les intempéries et deux policiers ont été frappés par la foudre lundi. L’un d’eux reste hospitalisé dans un état critique.

    Les recherches n’ont jusqu’ici permis de retrouver qu’un nombre limité de survivants. Des responsables du Missouri ont fait état de 17 personnes retrouvées vivantes lundi mais les autorités locales n’en ont confirmé que sept. Des équipes cynophiles ont été dépêchées sur place. Les bourrasques ont soufflé le toit de l’hôpital où six personnes ont été tuées. Mardi, l’hôpital était vide et deux grandes zones bâchées avaient été installées à l’extérieur, l’une pour soigner les blessés, l’autre pour servir de morgue provisoire.

  • Drenagoram dit :

    Irène : évacuation obligatoire pour 250.000 New-Yorkais

    Sillage: http://www.nhc.noaa.gov/index.shtml

    Par Adèle Smith Mis à jour le 26/08/2011 à 21:35 | publié le 26/08/2011 à 21:34

    INFOGRAPHIE – Alors que l’ouragan Irene devrait toucher le continent pendant le week-end, le maire de New York a ordonné l’évacuation de quartiers vulnérables. Plusieurs grandes villes pourraient être inondées.


    C’est l’état d’urgence sur la côte Est des États-Unis, où 65 millions de résidents et touristes sont menacés par le gigantesque ouragan Irene. Son arrivée est attendue entre samedi, en Caroline du Nord, et dimanche, à New York. Sans pouvoir encore prédire avec certitude quelle sera l’intensité du cyclone qui touchera les côtes américaines, les autorités redoutent d’importantes destructions sur une zone densément peuplée de plus de 1000 km entre la Caroline du Nord et le Massachusetts. «Tout indique qu’Irene sera un ouragan historique», a prévenu Barack Obama dans un message enregistré depuis son lieu de vacances sur l’île de Martha’s Vineyard sur la côte Est. Il devrait écourter ses vacances d’une journée.

    L’armée est mobilisée, des centaines de milliers de personnes continuent d’être évacuées et la population stocke vivres et générateurs en prévision de plusieurs jours de chaos. Moins puissant que l’ouragan Katrina qui avait dévasté la Louisiane en 2005, mais aussi large, Irene était classé au plus haut de la catégorie 2 vendredi matin par le Centre national des ouragans de Miami (NHC) avec des vents atteignant jusqu’à 177 km/heure.

    L’œil du cyclone progresse lentement (22 km/h) vers le cap Hatteras en Caroline du Nord. L’impact est prévu ce samedi matin. La base navale de Norfolk, la plus grande au monde, a déplacé ses navires en mer, où ils risquent moins de dommages. En raison de la taille exceptionnelle de l’ouragan, qui présente des conditions cycloniques sur un rayon de 150 km et des vents puissants sur plus de 460 km, le NHS craint une importante montée des eaux dans les zones côtières. Certaines villes des États de la zone Mid Atlantic, comme Norfolk, Baltimore, Ocean City, New York, voire Boston pourraient être inondées. Les sols de la région sont déjà saturés d’eau après d’importantes pluies au cours de l’été. La National Oceanic and Atmosperic Administration (NOAA) prévoit 12 à 24 cm de précipitations tout le long de la côte Est ce week-end.

    Les autorités locales ont ordonné l’évacuation des zones côtières les plus exposées, en particulier les Outer Banks, en Caroline du Nord, qui pourraient être touchés et la ville casino d’Atlantic City, dans le New Jersey. Michael Bloomberg, le maire de New York, a ordonné vendredi l’évacuation obligatoire avant samedi 17 heures de plus de 250.000 New Yorkais vivant dans des secteurs côtiers particulièrement vulnérables. «C’est une question de vie ou de mort», a déclaré le maire dans une conférence de presse, en indiquant que c’était la première fois qu’une telle mesure d’évacuation était imposée aux New-Yorkais. Le maire a aussi annoncé que tous les transports publics seraient suspendus à compter de samedi midi et il a recommandé à tous les habitants de rester chez eux pendant 24 heures à compter de samedi soir. Il leur a demandé d’éviter de s’approcher des fenêtres, et de stocker eau et nourriture pour les jours à venir.

    Risque d’arbres arrachés
    Tout au long de la journée de vendredi, les autorités ont appelé le public à respecter les consignes d’évacuation. «La phase de préparation au cyclone est sur le point de se terminer, si vous êtes dans sa trajectoire, évacuez rapidement les lieux (…) ne vous préoccupez pas tant de savoir si c’est un cyclone de catégorie 2 ou 3», a prévenu vendredi après-midi la secrétaire au département de Sécurité intérieure, Janet Napoletano, répétant la consigne donnée la veille par les maires et gouverneurs des villes et États concernés. «Toute notre planification et préparation sera vaine si les gens ne suivent pas les ordres d’évacuation», a insisté le responsable de la Fema, Craig Fugate. Il a mis en garde contre le risque d’arbres arrachés et de coupures d’électricité, qui dureront probablement plusieurs jours.

    Six ans après Katrina, Irene est le premier grand test pour la Federal Emergency Management Agency (Fema), dont les capacités de réponse avaient atteint leur limite à la Nouvelle-Orléans. L’agence s’est entièrement réorganisée depuis 2005 ; sa gestion des tornades dévastatrices dans le sud du pays cette année a été jugée très efficace par les autorités locales. Mais elle est touchée par des coupes budgétaires, qui pourraient affecter ses capacités de prédiction des cyclones à plus long terme. Barack Obama a assuré que la Fema et la Croix-Rouge coordonnaient depuis une semaine leurs actions avec les autorités locales. «Nous mettons en œuvre tous les moyens fédéraux à notre disposition», a-t-il assuré.

    Note: sur cette carte, aujourd’hui correspond au 27 et demain au 28 août.
    ——————————————————————————–

    Deux facteurs clés : la température de l’eau et celle de la terre
    L’ouragan Irene est le neuvième phénomène météorologique de grande ampleur à parcourir la zone Atlantique-Nord depuis le début de l’année. Le précédent, Harvey, début août, était resté une tempête tropicale. Irene est, depuis quelques jours, classé comme ouragan et a déjà fait 5 morts en traversant les Ca­raïbes. Le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami, prévoyait pour 2011 (jusqu’en octobre) une année «moyenne» avec 11 tempêtes tropicales, 6 ouragans et deux ouragans majeurs. Si les prévisions de trajectoire de ces immenses masses d’air tourbillonnantes (de 500 à 1000 km de diamètre) au-dessus de l’océan sont maintenant plutôt fiables – la connaissance de la température de l’eau qui «nourrit» la force de la tempête est un facteur clé tout comme le niveau de pression atmosphérique -, les prévisions de leur trajet lorsqu’elles touchent terre sont beaucoup plus délicates à établir. L’ouragan peut, presque à son bon plaisir, se renforcer ou diminuer d’intensité. Le NHC s’est d’ailleurs refusé, au moment d’établir ses prévisions avant la saison des cyclones, à émettre des avis sur la question. Vendredi, le NHC ne pouvait être sûr à ce stade de savoir si Irene resterait au large ou toucherait directement la Côte est des États-Unis.

    Des vents de 175 km/h
    Irene a plusieurs particularités: «née» le 15 août, d’une onde dépressionnaire venue d’Afrique qui a traversé l’Atlantique, cette tempête est la première de l’année à gagner les «galons» d’ouragan dans cette région du monde. De plus, ce phénomène est l’un des rares à monter vers le nord pour gagner le cap Hatteras et New York. Le dernier ouragan à l’avoir fait est Gloria, en 1985. Vendredi, Irene a été rétrogradé de catégorie 3 en catégorie 2 sur l’échelle de Saffir-Simpson, qui en compte cinq, avec des vents de 175 km/h, mais le NHC prévoit un nouveau renforcement aujourd’hui. Il devrait atteindre New York dimanche.

    La prochaine tempête tropicale de l’Atlantique-Nord s’appellera Jose, la suivante Katia. Tout le monde espère que l’on ne verra pas le 21e prénom, Whitney, choisi par un comité piloté par l’Organisation météorologique mondiale. En 2012, la première tempête tropicale sera nommée Alberto, suivi de Beryl, puis de Chris… La série d’appellations est prête jusqu’en 2016.

  • Drenagoram dit :

    Irene : Obama a déclaré l’état de « catastrophe majeure »
    Trois jours après le passage de l’ouragan Irene au-dessus des États-Unis, le président américain a décrété l’état de « catastrophe majeure » à New-York et en Caroline du Nord.

    Les dégât causés par l’ouragan Irene pourraient coûter plusieurs milliards de dollars SIPAIrene a laissé des traces. Alors qu’il s’apprête à observer directement les dégâts causés par Irene à Paterson dans le New Jersey, dimanche, Barack Obama a d’ores et déjà déclaré l’état de « catastrophe majeure » à New-York et en Caroline du Nord. Cette décision devrait notamment permettre de débloquer des fonds fédéraux pour les opérations de secours qui ont été sévèrement frappées par le passage de l’ouragan dans ces deux états.

    « L’accessibilité »
    Trois jours après le passage de l’ouragan au-dessus d’une partie des Etats-Unis, les secours continuent en effet de venir en aide à des milliers de citoyens bloqués par des inondations et vivant sans électricité. Des bateaux et des avions ont même été mobilisés pour distribuer l’aide d’urgence dans plusieurs endroits. « Le problème, c’est l’accessibilité », a indiqué Dave Miller, le chef des opérations d’urgence. Alors que de nombreuses routes sont actuellement impraticables à cause de chutes d’arbre et de coulées de boue, des écoles et des centres communautaires ont été transformés en abris. La société de gestion du risque Eqecat, estime ainsi que les dégât causés par Irene se chiffrent à près de 10 milliards de dollars. Les chiffres officiels font, quant à eux, état d’au moins 43 personnes décédées dans 11 états, dont 7 dans le New Jersey et 8 dans l’Etat de New-York. Avant de frapper les Etats-Unis, l’ouragan Irene s’était abattu sur les Caraïbes, tuant alors 5 personnes. Une autre victime est également à déplorer au Canada.

    Si Irene représente le premier ouragan de la saison dans l’Atlantique, elle pourrait prochainement être suivie par Katia. Ce cyclone se transforme en effet peu à peu en ouragan et s’approche des Etats-Unis.

  • Drenagoram dit :

    Le typhon Talas fait au moins 25 morts au Japon

    Mis à jour le 05/09/2011 à 08:32 | publié le 05/09/2011 à 07:49

    http://www.lefigaro.fr/international/2011/09/05/01003-20110905DIMWWW00321-japon-le-typhon-talas-fait-au-moins-25-morts.php

    EN IMAGES – L’ouest du pays a été frappé samedi par le typhon le plus meurtrier depuis 2004, laissant derrière lui des scènes qui rappellent l’après-tsunami du 11 mars.

    • Drenagoram dit :

      le bilan du typhon Talas s’alourdit à 41 morts
      Publié par : Sylv1 le : 8 septembre 2011

      Source:http://www.maxisciences.com
      Info rédaction, publiée le 06 septembre 2011

      Mardi, les autorités japonaises ont informé que le bilan du passage du typhon Talas s’élevait désormais à 41 morts. Plus de 50 personnes sont toujours portées disparues et des milliers de sinistrés restent bloqués dans l’ouest du pays, malgré l’intervention des secours.

      Alors que les équipes d’urgence s’affairent toujours autour des décombres, le bilan s’alourdit de jour en jour suite au passage du typhon Talas sur les côtes ouest du Japon. Mardi, les autorités locales ont ainsi annoncé que le phénomène avait désormais fait 41 morts. Un chiffre qui pourrait à nouveau augmenter dans les prochains jours, alors que plus d’une cinquantaine de personnes sont toujours portées disparues.

      Le cyclone formé dans l’océan Pacifique a traversé le pays samedi et dimanche, accompagné de vents puissants et de fortes pluies qui ont causé des inondations et des glissements de terrain, emportant des arbres, des maisons et des bâtiments. Mardi, la police, les pompiers et les forces d’auto-défense (nom de l’armée japonaise) continuaient de chercher des survivants et de porter secours aux sinistrés. Mais des milliers d’habitants restent toujours bloqués par les inondations, qui rendent difficile l’intervention des secours.

      Des vivres livrées par les airs

      Dans la seule préfecture de Wakayama, la plus meurtrie, quelque 4.500 habitants ne pouvaient ainsi quitter leur village, les liaisons routières étant coupées. Un bourg de la préfecture voisine de Nara comptait 400 personnes réfugiées dans des centres d’évacuation. De leur côté, les autorités s’appliquent donc à livrer aux sinistrés bloqués vivres et eau par les airs. « Après avoir apporté 1.000 litres d’eau potable en hélicoptère, nous prévoyons d’expédier du riz, des nouilles instantanées et des boissons plus tard dans la journée« , a expliqué un responsable de la préfecture cité par l’AFP, prévenant toutefois : « Aller chercher ces personnes prendra davantage de temps« .

      Dimanche, le typhon Talas a quitté le pays pour atteindre la mer du Japon. Il a depuis été rétrogradé au rang de tempête tropicale, mais cette dépression, combinée aux basses pressions accompagnant le typhon Noru qui évolue actuellement au nord-est des côtes nippones, continuait mardi de provoquer de fortes pluies sur le nord du Japon, rapporte l’AFP.

  • Drenagoram dit :

    Fortes pluies aux USA: au moins 3 morts

    AFP Publié le 08/09/2011 à 17:09

    Au moins trois personnes sont mortes et des milliers d’autres ont reçu des ordres d’évacuation à la suite de pluies torrentielles qui se sont abattues sur le nord-est des Etats-Unis, ont indiqué ce jeudi des responsables américains.

    Ces nouvelles intempéries se produisent alors que la région se remet difficilement du passage la semaine dernière de l’ouragan Irène, qui a causé pour plus de 10 milliards de dollars de dégâts et causé la mort d’une quarantaine de personnes dans l’est des Etats-Unis.

    Des avertissements d’inondations étaient en vigueur dans plusieurs comtés des Etats de New York, du New Jersey, de la Pennsylvanie, du Connecticut et du Maryland, où des cours d’eau débordaient, inondant des villes et des fermes et forçant la fermeture d’autoroutes, selon le service météorologique national. Un ordre d’évacuation obligatoire a été décrété pour quelque 10.000 résidents de la ville de Binghamton, dans l’Etat de New York, et plusieurs villes et villages envisageaient de prendre des mesures similaires.

    Des inondations étaient également signalées dans certaines secteurs de Washington et autour de la capitale américaine. « Nous nous attendons à une crue record ou quasi-historique dans plusieurs parties de l’Etat », a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’agence des services d’urgence de la Pennsylvanie, Ruth Miller.

    Au moins trois décès, qui restent à confirmer, ont été signalés aux autorités en Pennsylvanie, a ajouté Mme Miller, alors que l’Etat se préparait à connaître ses pires inondations depuis 1972. Ces intempéries sont provoquées par les restes de la tempête tropicale Lee, rétrogradée en dépression tropicale après avoir touché dimanche les côtes de la Louisiane.

  • Drenagoram dit :

    Météo: la Niña de retour

    Publié le 08/09/2011 à 21:41

    Le phénomène climatique La Niña, rendu responsable de pluies torrentielles en Australie, Amérique du Sud et Asie du Sud fin 2010, début 2011, est en train d’émerger à nouveau, ont assuré aujourd’hui les météorologues de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

    Le Centre de prédiction climatique de l’agence a relevé le mois dernier le niveau de surveillance du phénomène, indique la NOAA dans un communiqué. Le phénomène se caractérise par des eaux inhabituellement fraîches dans le Centre et l’Est de l’océan Pacifique, tandis que son corollaire El Niño est marqué par des températures supérieures à la normale.

    « La Niña, qui a provoqué des conditions météorologiques extrêmes autour du globe au cours de la première moitié de 2011, a ressurgi dans l’océan Pacifique tropical et il est prévu qu’elle se renforce progressivement et se poursuive au cours de l’hiver », indique le communiqué de l’agence américaine. Entre juin 2010 et mai 2011, la Niña « a contribué aux Etats-Unis à des chutes de neige record, des inondations au printemps et des épisodes de sécheresse, ainsi qu’à d’autres phénomènes climatiques extrêmes dans le monde, comme de fortes pluies en Australie et une sécheresse extrême dans l’est de l’Afrique équatoriale », souligne la NOAA.

    Dans la Corne de l’Afrique, environ 12 millions de personnes sont confrontées à une importante famine, après l’une des pires sécheresses depuis des décennies, provoquée par La Niña. Le phénomène climatique est aussi tenu pour responsable de pluies torrentielles en Australie, en Asie du sud-est et en Amérique du sud fin 2010, début 2011. En mai, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) avait estimé que La Niña, réapparue mi-juillet 2010, était en fin de course.

  • Drenagoram dit :

    Inondations/Chine: 90 morts

    AFP Publié le 21/09/2011 à 18:04

    Les fortes inondations qui ont touché de nombreuses régions de la Chine ont fait 90 morts et 22 disparus, a annoncé aujourd’hui l’agence Chine nouvelle. Des pluies torrentielles se sont abattues sur le nord, le centre et le sud-ouest du pays provoquant des inondations dans plusieurs provinces et entraînant des évacuations massives. Neuf régions ont été frappées par les pluies, les inondations et les glissements de terrains.

    Le ministère des Affaires civiles a envoyé aux zones affectées 22.000 tentes, 70.000 couvertures en coton et 35.000 articles vestimentaires.

    Hier, ce ministère avait annoncé que 1,66 million de personnes à travers le pays avaient été obligées d’abandonner leur domicile. Plus de 120.000 maisons se sont effondrées et les dégâts – pertes économiques, maisons endommagées ou récoltes ravagées – sont estimés à 26,09 milliards de yuans (4,08 milliards de dollars).

    La Chine est frappée tous les étés par des précipitations. En 2010, elles avaient provoqué les pires inondations des dix dernières années, faisant plus de 4.300 morts ou disparus.

  • Drenagoram dit :

    Le typhon Nesat qui a balayé les Philippines mardi, noyant sous les eaux une partie de son île principale, a fait 23 morts et 35 disparus, selon le dernier bilan provisoire communiqué mercredi soir par les autorités.

    Le précédent bilan faisait état de 18 morts et 35 disparus.

    Nesat a touché mardi les côtes du nord-est de l’île de Luçon, l’île la plus vaste où vit plus de la moitié des 90 millions de Philippins. Les vents soufflant à 170 km/h en rafale et les trombes d’eau ont causé d’importants dégâts.

    Des millions de personnes ont été privées d’électricité, dans la capitale Manille notamment, où le courant n’était pas entièrement rétabli mercredi soir.

    Des quartiers de la capitale ont été envahis par 1,5 mètre d’eau et les secours étaient à pied d’oeuvre pour porter assistance aux habitants réfugiés sur les toits de leurs maisons.

    Le nord de l’île a été le plus touché par les intempéries, avec plus de 70 000 personnes sinistrées dans la province montagneuse de Bulacan et les provinces voisines. Des digues ont été ouvertes pour réduire le niveau des eaux, derrière des barrages, qui menaçaient de déborder.

    «Nous essayons de rétablir les services d’électricité et de télécommunications aujourd’hui, et de remettre en état les 61 réseaux routiers sur l’île de Luçon endommagés par les glissements de terrain et les inondations», a déclaré à l’AFP Benito Ramos, responsable du Bureau de la défense civile.

    À Manille, les pluies violentes ont provoqué l’inondation de l’ambassade américaine, d’un hôtel Sofitel 5 étoiles et d’un hôpital dans le quartier historique, près de la baie.

    Les écoles et établissements gouvernementaux à Manille et aux environs ont été fermés et des dizaines de vols intérieurs et internationaux à l’aéroport de Manille ont été annulés.

    Nesat se dirigeait mercredi vers la mer de Chine méridionale.

    Mais une autre tempête tropicale était en formation au-dessus de l’océan Pacifique et pourrait frapper le pays d’ici la fin de la semaine, ont prévenu les services de la météorologie nationale.

    «Nous devons terminer les réparations les plus urgentes (…) avant que cette tempête arrive», a déclaré Benito Ramos.

    Une vingtaine de typhons frappent les Philippines chaque année.

    Les derniers, Nock-ten et Muifa, ont fait 70 morts en juillet. En août, Nanmadol a fait 35 morts.

    En 2009, la tempête tropicale Ketsana, qui avait noyé une grande partie de Manille sous les eaux, avait fait 464 victimes.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Inondations historiques en Thaïlande : au moins 220 morts
    mardi 04 octobre 2011 à 09h39

    Les pires inondations depuis des décennies en Thaïlande ont tué 224 personnes, submergeant de nombreuses régions du pays, notamment une partie de la cité historique d’Ayutthaya.

    L’un des temples les plus célèbres, le Wat Chaiwatthanaram, a été fermé au public. © Image Globe
    Lors des deux derniers mois, 58 des 77 provinces du royaume ont été inondées et 25 sont toujours gravement touchées. Des millions de personnes ont été affectées par les intempéries. « Ce sont les pires inondations en terme de volume d’eau et de personnes touchées », a commenté un responsable du Département de prévention des catastrophes, sous couvert de l’anonymat.

    « La situation est la pire que je n’ai jamais vue et cela va durer jusqu’à la première semaine de novembre », a confirmé Royal Chitradon, expert indépendant en gestion de l’eau.

    L’un des temples les plus célèbres de l’ex-capitale du royaume de Siam Ayutthaya, le Wat Chaiwatthanaram, a été fermé au public après que le niveau d’eau ait atteint 1,50 m.

    Mais les autorités devraient pouvoir empêcher l’inondation du principal parc archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, plus éloigné de la rivière Chao Praya, a-t-il ajouté.

    La ville de Chiang Mai, autre ville touristique dans le nord du pays, a également été durement touchée et les autorités se battent désormais pour protéger Bangkok.

    La semaine dernière, le gouvernement a annoncé le déploiement d’environ 10.000 soldats, 500 véhicules militaires et plus de 100 bateaux pour aider les victimes.

    http://www.levif.be/info/actualite/environnement/inondations-historiques-en-thailande-au-moins-220-morts/article-1195113369604.htm

  • Drenagoram dit :

    Bangkok sacrifie ses faubourgs pour se sauver des eaux

    Par Florence Compain Publié le 20/10/2011 à 22:41

    REPORTAGE – Impuissant à stopper les inondations, le gouvernement ordonne l’ouverture de 200 écluses.

    À Bangkok

    Chiraporn Amphon bataille avec un balai pour faire avancer son embarcation de fortune. Les deux grosses bassines qu’elle a ligotées sont terriblement instables, confie-t-elle, mais c’est le seul moyen pour rejoindre sa maison où elle campe au premier étage, à quelques centimètres de la surface de l’eau. Ouvrière dans l’usine voisine, elle raconte ses nuits blanches à guetter la montée des eaux, l’écoute attentive de chaque bruit pour confondre la peur.

    Sa voisine, Sopha Kinkhajon, une employée municipale assignée depuis une semaine à la vérification du canal de Rangsit, ne vient plus travailler qu’avec une bouée autour de la taille. Elle est fatiguée de déambuler dans ce sinistre décor de bouillasse fétide et de murailles coupe-flots qui cèdent, de n’entendre que des histoires d’électrocutions, de morsures de serpents et de crocodiles en vadrouille. À bout de nerfs, elle sanglote en implorant la grâce de la déesse des eaux.

    Dans les faubourgs nord de Bangkok, engloutis sous deux mètres d’eau, on ne se déplace plus qu’en carré de polystyrène, en chambres à air et autres bricolages ingénieux. Un peu plus loin, l’autoroute Pahonyotin est un lac où les échassiers se reposent sur les glissières de sécurité et où l’on jette ses filets sur la bande d’arrêt d’urgence. Face aux eaux qui déferlent du nord, Bangkok a sacrifié les plaines centrales du pays puis ses banlieues, s’est barricadé derrière des kilomètres de digues de sacs de sable, a dragué ses canaux et creusé des tranchées. Mais jeudi soir, la trépidante mégapole de 12 millions d’habitants qui se déplie sur le delta du fleuve Chao Phraya, lequel se jette dans le golfe de Thaïlande, s’est résignée à être inondée à son tour. Le chef du gouvernement, Yingluck Shinawatra, a ordonné l’ouverture des 200 écluses qui régulent quelque 2000 kilomètres de cours d’eau et de canaux de la capitale. L’idée est maintenant de drainer rapidement 10 milliards de mètres cubes d’eau vers la mer pour éviter les épidémies dues à l’eau stagnante. Toutes les stations de pompage seront en action pour accélérer le processus.

    Depuis que le premier ministre a annoncé qu’«on ne peut pas bloquer l’eau indéfiniment», la peur est palpable. Les rues de la capitale se sont soudainement vidées. Tous vérifient fiévreusement les fortins qu’ils ont montés devant leur porte d’entrée, s’affairent à fabriquer des bouchons pour leurs canalisations, tentent de se procurer le plan d’évacuation de la ville. Les plus inquiets ont garé leur voiture en double file sur les autoroutes aériennes pour les sauver de l’immersion, fait des stocks d’eau potable, de nouilles déshydratées et de bougies. Dans le quartier des affaires, de Silom, la Bangkok Bank a empilé les sacs de sable sur deux mètres de hauteur.

    «Atlantide asiatique»
    Mais personne ne sait vraiment ce qu’il va se passer. Les rumeurs de tsunami d’eau douce circulaient jeudi. «Quand vous bloquez beaucoup d’eau, celle-ci s’accumule jusqu’à devenir un tsunami risquant de frapper Bangkok», a suggéré Kohlak Charoenruk, vice-président du centre d’alerte nationale pour les catastrophes naturelles. Sept quartiers de l’est de la ville abritant 900.000 personnes seront submergés, mais la masse d’eau pourrait aussi gagner le centre. Car en devenant un monstre urbain, Bangkok a perdu ses défenses naturelles.

    La capitale aurait pu s’accommoder des déluges, des crues fluviales du nord et des mascarets du sud, si elle ne s’effondrait pas en cuvette. Pour son malheur, elle subit le redoutable «effet ciseaux»: un affaissement des sols argileux de 1,5 à 5,3 cm par an concomitant à l’élévation du niveau de la mer. Du coup, la plus grande partie de l’agglomération se trouve aujourd’hui au-dessous du niveau de la mer. Les quartiers de l’est, comme Lat Phrao, Phra Khanong et Bang Na ont perdu 1,7 mètre en l’espace de soixante ans.

    Qualifiées de «crise nationale», les pires inondations depuis 50 ans ont fait 315 morts, ravagé 10% des rizières du pays et paralysé 14.000 usines. Le coût de la reconstruction pourrait dépasser 3,5 milliards d’euros. Le gouvernement, qui subit son premier vrai test depuis sa prise de pouvoir en août, peine à faire face. Les informations contradictoires données aux Bangkokiens par les diverses autorités sont source de confusion extrême. Et dans les campagnes, l’exaspération est telle que les forces de l’ordre ont dû mobiliser 80 000 hommes pour empêcher les habitants des zones inondées de s’attaquer eux-mêmes aux digues. Pour le météorologue Smith Dharmasaroja, qui prédit qu’«en 2100 Bangkok sera l’Atlantide asiatique», «ce n’est aujourd’hui que le présage de l’avenir submergé de la Cité des Anges

  • Drenagoram dit :

    Le séisme de magnitude 7,2 qui a secoué dimanche la province orientale turque de Van a fait 432 morts et 1.352 blessés, selon un nouveau bilan provisoire annoncé par la Direction officielle des situations d’urgence (Afad). Un précédent bilan officiel faisait état de 370 morts et de 1.300 blessés.

    Selon l’Afad, 2.262 bâtiments se sont effondrés dans la zone sinistrée, principalement dans les villes d’Ercis et de Van, la capitale de la région, peuplées en majorité de Kurdes et proche de l’Iran.

  • Drenagoram dit :

    Ils ont fui Bangkok,
    promis à la noyade

    Par Florence Compain Mis à jour le 28/10/2011 à 11:53 | publié le 27/10/2011 à 20:01

    Les services publics sont fermés, 50 000 soldats ont été réquisitionnés et les produits de base rationnés.

    Au bout d’un réseau alambiqué de palettes en équilibre et de sacs de sable éventrés, Nai la cantinière fait sauter ses nouilles. Une eau maronnasse jusqu’à la taille, elle manie la spatule et secoue son wok avec la vigueur requise pour le pad thaï, le plat national.

    Dans les relents de pla-ra, la saumure de poisson, elle explique qu’à 85 ans elle en a vu d’autres et que sa bicoque brinquebalante, qui jouxte le marché aux amulettes sur les rives du fleuve Chao Phraya, change de physionomie au fil des crues fluviales du nord et des mascarets du sud. Cette année, le plancher a été tellement surélevé qu’il faut se recroqueviller pour franchir la porte, devenue minuscule. Et Nai ne dort plus que dans sa barque, qui trône au milieu de la chambre à coucher.

    Au pied du pont à haubans de Rama 8, le ring de boxe de Jek est à fleur d’eau et les sacs de frappe ont des airs de pare-battages. Mais, imperturbable, il continue l’entraînement au rythme d’une musique nasillarde.

    Menaces sanitaires
    Nai et Jek illustrent le fatalisme avec lequel les petites gens font face aux pires inondations que vit la Thaïlande depuis cinquante ans. Après avoir ravagé 60 des 77 provinces du royaume et fait 373 morts, les eaux envahissent Bang­kok. Les spécialistes ne s’accordent pas sur la date exacte ni sur l’ampleur de la catastrophe, mais tous dépeignent des scénarios cauchemardesques. «Le déferlement de 1,2 milliard de mètres cubes d’eau, soit le volume de 480.000 piscines olympiques, va coïncider avec les grandes marées», selon le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU.

    Pour Seri Supharatid, directeur du Centre sur le changement climatique et les catastrophes de l’université de Rangsit, le sort de Bangkok repose sur ses digues : «Si toutes cèdent, la totalité de la ville sera inondée.» Autre réjouissance: Bangkok devrait macérer dans ces eaux fétides durant un mois avant qu’elles ne puissent être évacuées vers la mer. Vu le cocktail de virus qui y prospèrent, la santé de millions d’individus est menacée.

    Les inondations ont déjà touché sept routes majeures et treize quartiers de la capitale. Jeudi, c’était le sauve-qui-peut à Saimai, au nord de la ville. Des centaines d’habitants luttaient contre le courant en tirant de grosses bassines dans lesquelles ils avaient jeté quelques vêtements. Au milieu des flots, recroquevillée au fond d’une glacière, une vieille femme pleurait en silence avant d’être hissée dans un camion poubelle avec d’autres sinistrés et de grossir les rangs des milliers de Bangkokiens transformés en réfugiés dans l’aéroport de la ville.

    Rationnement et évacuations
    Bangkok s’est mis en mode de crise. Le gouvernement a annoncé la ferme­ture des services publics et des écoles. Cinquante mille soldats ont été réquisitionnés pour aider aux évacuations. À court de produits de base, les supermarchés rationnent les achats. Dans l’angoisse, tout le monde fait des stocks, et la demande en eau, riz et conserves a été multipliée par dix.

    Les autoroutes aériennes qui sillonnent la capitale sont devenues difficilement praticables, car on y a garé les voitures en double ou triple file pour les sauver de l’immersion. Les motocyclistes ne se déplacent plus qu’avec un gilet de sauvetage ou une bouée autour de la taille. Quant aux prix des barques, pédalos, kayaks et scooters des mers, ils ont flambé.

    Les quartiers chics, où les murs d’enceinte reflètent le niveau de stress ambiant, se sont vidés soudainement jeudi. Depuis que, en larmes, le premier ministre, Yingluck Shinawatra, a suggéré aux Bangkokiens de fuir la ville «pour leur propre sécurité», il n’y a plus une chambre d’hôtel libre à Pattaya, Hua Hin et Cha-am, les stations balnéaires voisines. Un million de personnes auraient déjà quitté la capitale promise à la noyade.

    Lien vers l’Article

  • Drenagoram dit :

    USA: tempête de neige dans le nord-est

    Publié le 29/10/2011 à 22:24 Réactions (10)

    Une tempête de neige s’est abattue aujourd’hui sur le nord-est très peuplé des Etats-Unis, où des pannes d’électricité et des perturbations du trafic aérien ont été signalées. Très inhabituelle pour une fin octobre, la tempête en provenance du centre de la Pennsylvanie a atteint le sud-est de l’Etat de New York après avoir balayé une partie de la Virginie, de la Virginie occidentale et du Maryland.

    Soixante-trois mille abonnés ont été privés d’électricité en Pennsylvanie, en Virginie occidentale et dans le Maryland, selon la compagnie Allegheny Power. Sa concurrente Penelec en a dénombré 30.000 en Pennsylvanie et dans le New Jersey. Plusieurs vols ont dû être reportés à l’aéroport international de Philadelphie et des retards de plus de quatre heures ont été signalés à l’aéroport John Kennedy de New York.

    La couche de neige pourrait atteindre 30 cm dans certains secteurs du Connecticut, de Pennsylvanie et du Massachusetts, selon les services météorologiques.

  • Drenagoram dit :

    Inondations : plus de 550 M€ de coût

    AFP Mis à jour le 10/11/2011 à 19:25 | publié le 10/11/2011 à 18:39

    Les inondations qui ont frappé le sud de la France durant la première semaine de novembre pourraient coûter entre 550 et 800 millions d’euros aux assureurs dans le cadre du régime catastrophe naturelle, indique aujourd’hui dans un communiqué la Caisse centrale de réassurance (CCR).

    L’estimation de la CCR porte sur « une zone s’étendant des Pyrénées-Atlantiques aux Alpes-Maritimes et la Corse », a précisé la CCR. Le chiffre avancé « contient des éléments d’incertitude, en particulier sur le nombre de communes qui seront effectivement reconnues en état de catastrophe naturelle ainsi que sur les risques d’entreprises et leurs pertes d’exploitation ».

    Le risque d’inondation n’est pris en charge par les assureurs que pour les zones faisant l’objet d’un arrêté de catastrophe naturelle. Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a assuré mardi à l’Assemblée nationale que tout était mis en oeuvre pour qu’un tel arrêté soit pris « dans les meilleurs délais ».

    Le bilan humain des intempéries, qui ont touché le sud du pays pendant une semaine, s’élève pour l’instant à cinq morts et un disparu, victimes notamment de rivières en crue. Contrairement à 2009 et 2010, malgré plusieurs événements naturels d’ampleur, les assureurs avaient été jusqu’ici plutôt épargnés cette année.

    En 2010, outre la tempête Xynthia, l’autre événement marquant avait été les inondations survenues dans le Var les 15 et 16 juin 2010, dont le coût avaient atteint 615 millions d’euros pour les assureurs. Le Var fait partie des départements touchés par les inondations survenues ces derniers jours.

  • Drenagoram dit :

    Philippines/tempête: plus de 500 morts

    AFP Mis à jour le 18/12/2011 à 09:02 | publié le 18/12/2011 à 08:09

    La tempête tropicale Washi, qui a balayé le sud des Philippines, a causé la mort de plus de 500 personnes et laissé des milliers d’autres sans abri, eau et électricité, dans un paysage de désolation envahi par l’odeur des corps décomposés. Washi, qui a frappé les côtes philippines à partir de vendredi soir, a provoqué la mort d’au moins 521 personnes, tandis que plus de 300 autres sont portées disparues, a indiqué dimanche la Croix Rouge.

    Des villages entiers ont été balayés, des routes et des ponts détruits, selon des témoins. « Les régions touchées sont si étendues que les recherches n’ont pu atteindre toute la zone. Beaucoup des maisons ont été emportées, ce qui signifie que les corps (des habitants) aussi ont été déplacés », a déclaré dimanche à l’AFP Gwen Pang, secrétaire général de l’organisation caritative.

    « Nous ne comptons pour le moment que les cadavres dans les morgues », a-t-elle ajouté. L’île de Mindanao (sud), une des régions les plus pauvres des Philippines et théâtre de rébellions spératistes, a été la plus durement touchée, avec notamment la ville portuaire de Cagayan de Oro, et Iligan, a précisé Gwen Pang.

    Le tempête a aussi touché la petite île de Negros. Elle a atteint l’île de Palawan (ouest) dimanche avant l’aube et continuait vers l’ouest, au-dessus de la mer de Chine méridionale, selon les services météo.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Catastrophes naturelles: pertes records

    AFP Mis à jour le 18/01/2012 à 15:24 | publié le 18/01/2012 à 15:14

    Les pertes économiques consécutives à des catastrophes naturelles ont atteint un niveau record l’an passé, à hauteur de 366 milliards de dollars (286 milliards d’euros), estime l’ONU dans sa dernière étude annuelle sur le sujet publiée mercredi.

    En 2011, l’ONU a ainsi enregistré quelque 302 catastrophes naturelles, qui ont provoqué le décès de 29.782 personnes, affecté quelque 260 autres millions en 2011, et infligé des coûts économiques record.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Tornades: état d’urgence dans l’Alabama

    AFP Publié le 23/01/2012 à 19:59

    L’état d’urgence a été déclaré aujourd’hui dans l’Alabama où au moins deux personnes ont été tuées par de puissantes tornades qui se sont abattues sur cet Etat du sud des Etats-Unis, ont annoncé les autorités. Un jeune homme de 16 ans et un homme de 82 ans ont été tués lundi dans deux villes proches de Birmingham, après qu’une tornade a détruit leur maison, a précisé Randy Christian, un responsable de la police locale.

    Il a ajouté que les secours avaient reçu plusieurs appels de personnes prisonnières de leur maison dans au moins trois villes autour de Birmingham. Le gouverneur de l’Alabama, Robert Bentley, a déclaré l’état d’urgence dans l’Etat, a indiqué son bureau. Cet état d’urgence est valable pour les 67 comtés de l’Etat et devrait faciliter les opérations de secours en permettant aussi l’aide d’autres Etats, est-il indiqué dans un communiqué. L’essentiel des dégâts concerne les comtés de Jefferson et Chilton, selon le gouverneur.

    « J’appelle les habitants de l’Alabama à prêter attention aux alertes météo pour protéger leur famille, maison et commerce », déclare le gouverneur. Quelque 36.000 foyers sont privés d’électricité à travers tout l’Etat, en particulier dans le comté de Jefferson où se situe la capitale Birmingham qui compte un million d’habitants. Les écoles du comté étaient fermées aujourd’hui .

    Source

  • Drenagoram dit :

    Catastrophe mercredi25 janvier 2012

    En attendant le grand séisme

    Etienne Dubuis

    Le tremblement de terre de Bâle. La pire catastrophe du genre ces mille dernières années en Suisse. (Keystone)

    La Suisse subit une fois par siècle un gros tremblement de terre. Pour se préparer au suivant, les autorités fédérales organisent en mai un exercice sans précédent

    La Suisse subit rarement de gros tremblements de terre. Mais rarement ne signifie pas jamais. Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), à qui reviendrait la tâche de superviser les secours en cas de malheur, s’est emparé par conséquent du problème. Il a décidé de mener cette année dans la région de Bâle un exercice, baptisé SEISMO 12, destiné à entraîner les services ­compétents à affronter un séisme de grande ampleur. Un séminaire a rassemblé des centaines de personnes mardi à Suhr, dans la banlieue d’Aarau, pour préparer cette… préparation.

    Il se produit chaque année quelque 200 tremblements de terre en Suisse, principalement en Valais, dans la région bâloise, en Suisse centrale, en Engadine et dans la partie saint-galloise de la vallée du Rhin. Si l’écrasante majorité d’entre eux est très faible, une dizaine s’avèrent assez puissants pour être ressentis par la population. Il arrive parfois même que cette activité de la croûte terrestre s’emballe pour causer des séismes majeurs. De magnitude 6 à 6,5 une fois par siècle (le plus récent a eu lieu en 1946 à Sierre). Et de magnitude 6,5 à 7 une fois par millénaire (le dernier a frappé Bâle en 1356).

    S’il se produisait actuellement, un séisme de magnitude 6 à 6,5 serait susceptible de causer des dizaines de morts et plusieurs milliards de francs de dégâts, assure l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Et un séisme de 6,5 à 7 pourrait provoquer des centaines de morts et des pertes de 50 à 100 milliards.

    SEISMO 12 n’a pas la prétention de réaliser des miracles. L’effondrement des édifices et des infrastructures étant la principale cause de mortalité en cas de tremblement de terre, le renforcement du bâti constitue le meilleur moyen de réduire la mortalité. Mais une bonne réaction à la catastrophe n’en est pas moins susceptible de sauver des vies, d’épargner un grand nombre de souffrances, de réduire les pertes et de relancer la machine économique dans les plus brefs délais.

    «Les organismes impliqués connaissent tous leur métier, a expliqué mardi, en guise d’introduction au séminaire, le directeur de l’Office fédéral de protection de la population, Willi Scholl. Mais nous pouvons encore améliorer leur performance en leur donnant l’occasion de collaborer entre eux.» D’où l’idée de rassembler un maximum de participants durant plusieurs journées, en mai d’abord (du 8 au 10), puis en novembre.

    Tant qu’à faire, SEISMO 12 aura pour trame une catastrophe majeure, confie l’un de ses principaux acteurs, Alain Vuitel, chef de l’état-major fédéral ABCN (pour risques atomique, biologique, chimique et naturel), un organe créé au début de l’an dernier au sein du DDPS. Le scénario de départ prévoira quelque 6000 morts et 18 000 blessés graves.

    La réaction à un tremblement de terre passe par trois phases, explique Alain Vuitel. La première, la gestion de l’urgence, dure de quelques heures à quelques jours. Elle vise à sauver des vies et à prendre soin des blessés tout en empêchant la catastrophe de s’étendre en luttant contre le feu. La deuxième, la gestion de la crise, s’étend sur quelques semaines ou quelques mois. Elle a pour but de remettre la société en état de fonctionner. La troisième, la plus longue, est la reconstruction.

    SEISMO 12 exercera les deux premières phases ce printemps et la troisième en automne. Les participants commenceront par tester les «moyens électroniques de conduite», qui doivent permettre à la Centrale nationale d’alarme de la Confédération (CENAL) d’élaborer malgré la pression une image cohérente de la situation à destination des autorités cantonales et fédérales concernées. Leurs principaux représentants se réuniront ensuite autour d’une table ronde pour simuler la «gestion de crise», qui comprend aussi bien l’information au grand public que le maintien de l’ordre et la coordination de l’aide étrangère.

    «C’est bien de se préparer mais il faut savoir garder une grande souplesse, a averti un cadre de la protection civile italienne chargé de gérer les secours après le séisme de L’Aquila, Marco Agnoloni. Beaucoup dépend de détails impossibles à prévoir: une météo plus ou moins favorable, l’existence d’une rivière capable d’approvisionner des déplacés, la présence d’un terrain de football apte à accueillir un camp de tentes…»

  • Drenagoram dit :

    Europe: la vague de froid a fait au moins 260 morts

    04.02.2012 – 19:09 – mise à jour: 20:12

    Des sans-abri ukrainiens, dans la ville de Lvov, combattent le froid comme il le peuvent. [Markiian Liseiko]
    Le bilan de la vague de froid qui sévit depuis une semaine en Europe continuait à s’alourdir, atteignant au moins 260 morts samedi, particulièrement dans l’est, où l’Ukraine et la Pologne sont les plus touchées avec 167 décès à elles seules.
    En Ukraine, on compte maintenant 122 morts, et les postes de secours d’urgence, où les plus démunis peuvent se réchauffer et recevoir un plat chaud, ont déjà accueilli 65’000 personnes, dont 12’000 depuis 24 heures. Les températures, descendant jusqu’à -21°C dans la journée et -30°C la nuit, devraient toutefois s’adoucir samedi.

    En Pologne, où le thermomètre a atteint -27°C dans la nuit dans le nord-est, le froid a fait huit nouvelles victimes, portant le total à 45. La plupart sont des sans-abri, souvent alcoolisés. Les centres d’accueil viennent d’adoucir leurs règlements et acceptent des personnes en état d’ébriété.

    Ouest de l’Europe pas épargné
    L’ouest du continent, où le bilan humain est moins sévère, n’est cependant pas épargné. En France, deux personnes sont mortes de froid, deux malades d’Alzheimer qui étaient sortis et n’ont pas su rentrer. Le froid intense dans l’est et la neige et le verglas dans le nord et l’ouest plaçaient une grande partie du pays en état d’alerte, avec des températures descendant jusqu’à -20°C à Reims et Mulhouse et des vents atteignant 30 km/h.

    Les autorités redoutent également un pic de demande d’énergie auquel le réseau d’électricité ne pourrait faire face, et ont demandé aux usagers de modérer leur consommation. Le géant gazier russe Gazprom a de son côté annoncé samedi qu’il ne pourrait assurer les livraisons supplémentaires demandées par l’Europe occidentale.

    La ville éternelle sous la neige
    En Italie, les intempéries ont fait une sixième victime samedi, un sans-abri d’origine allemande. Rome était toujours pratiquement paralysée samedi après les chutes de neige qui ont affecté une grande partie de la péninsule, y compris la Sardaigne et la région méridionale de Naples.

    afp/rber

  • Drenagoram dit :

    Monde

    Vague de froid: Le Danube pris par les glaces
    10.02.2012 – 15:15


    Sur les 588 km du Danube en Serbie, les blocs de glace couvrent par endroits jusqu’à 100% de la surface du fleuve. [Ivan Milutinovic – Reuters]
    Le Danube bloqué par la glace sur des centaines de kilomètres, des dizaines de milliers de villageois isolés par la neige, et un bilan vendredi de quelque 590 morts, en comptant toute la Russie: le grand froid continuait à sévir sur l’Europe et menaçait même de s’aggraver ce week-end.
    Le trafic sur le Danube était interrompu par les glaces sur des centaines de kilomètres en Autriche, en Hongrie, en Croatie, en Serbie et en Bulgarie, paralysant toute activité sur la principale voie navigable commerciale d’Europe.

    Sur les 588 km du Danube en Serbie, les blocs de glace couvrent par endroits jusqu’à 100% de la surface du fleuve, avec une épaisseur pouvant atteindre 50 cm, une situation inédite depuis un quart de siècle, et les autorités estiment que la navigation ne pourra pas reprendre avant dix jours.

    Les autorités ont annoncé vendredi avoir abandonné pour l’instant l’option, un moment envisagée, d’utiliser des explosifs pour dégager les blocs de glace.

    Près de 600 morts dans le Vieux Continent
    Sur l’ensemble du continent, et particulièrement dans l’est, le froid continuait à tuer, et le bilan était vendredi matin de quelque 590 morts, toutes victimes confondues et en comptant toute la Russie.

    Le froid est tel à Kiev (Ukraine) que même les chiens errants peinent à trouver de quoi subsister. [SERGEI SUPINSKY – AFP] En Ukraine, où les températures pourraient descendre jusqu’à -30 degrés Celsius ce week-end, les autorités ont cessé de communiquer de nouveaux chiffres chaque jour, mais elle restait le pays le plus touché avec 135 décès (dont 112 morts directement du froid) au dernier bilan officiel, mardi.

    En Pologne, le froid a fait cinq nouvelles victimes, pour un total de 82 depuis le début de la vague de froid, sans compter la cinquantaine de personnes tuées par le monoxyde de carbone ou dans des incendies à cause de systèmes de chauffages défaillants.

    En Russie, onze personnes ont péri depuis le début du mois à Moscou dans des incendies provoqués notamment par l’utilisation d’appareils de chauffage défectueux en raison de la vague de froid. Pour l’ensemble du pays, le froid a tué 46 personnes depuis début février.

    Le froid a également tué 24 personnes en Lituanie, 10 en Lettonie, où le nombre d’incendies a atteint un niveau record, et une en Estonie.

    En République tchèque, le froid a fait 25 morts, et l’on attendait pour ce week-end des températures tombant à -40° dans les montagnes et à -25° à Prague. On compte aussi au moins 16 morts en Hongrie, et cinq en Slovaquie.

    Congères de 4 mètres en Roumanie

    A Bucarest (Roumanie), les passants composent avec la neige… et des affiches loin d’être en phase avec la météo. [Radu Sigheti – Reuters] En Roumanie, 13 morts de plus dans la nuit de jeudi à vendredi ont porté à 57 le nombre de morts, tandis que quelque 23’000 personnes étaient isolées dans l’est du pays, leurs provisions de nourriture et d’eau en cours d’épuisement. Alors que les amas de neige atteignaient jusqu’à quatre mètres par endroits, des dizaines de maisons étaient quasiment ensevelies et les habitants contraints de passer par la fenêtre ou de creuser des tunnels dans la neige pour sortir. Le gouvernement a mis en place un pont aérien pour héliporter des denrées.

    La Bulgarie, où le froid a fait 30 morts depuis dix jours et où toutes les écoles restaient fermées, a de son côté annoncé qu’elle cessait vendredi ses exportations d’électricité, ayant besoin de toute sa capacité pour faire face aux besoins du pays. Le pays est un des principaux exportateurs d’électricité dans les Balkans, elle exporte vers la Grèce, la Serbie, la Macédoine et la Turquie.

    Dans les Balkans, on compte maintenant 37 morts dues au froid, et les températures continuaient un peu partout à descendre sous les -20 degrés.

    Des dizaines de milliers de personnes étaient toujours isolées en raison de la neige dans des villages reculés souvent privés d’électricité en Serbie, en Croatie, en Bosnie, en Macédoine, au Monténégro et en Albanie. Des opérations héliportées étaient en cours en Bosnie et en Macédoine pour approvisionner en vivres et en médicaments des bourgades isolées et pour transporter des personnes malades vers des hôpitaux.

    La neige est de retour en Italie
    Plus à l’ouest, on compte également depuis dix jours cinq morts en Grèce, cinq en Autriche, quatre en Allemagne et un aux Pays-Bas.

    En France, le décès par hypothermie d’au moins trois personnes âgées, dont un homme de 83 ans qui avait quitté sa voiture bloquée par la neige pour tenter de rentrer chez lui à pied, et celui de deux sans-abri à Paris, annoncé vendredi, porte à une douzaine le nombre de morts depuis le début de la vague de froid.

    A Celenza Valfortore, près de Bari en Italie, des quantités inhabituelles de neige ont surpris les habitants. [Luca Turi – Keystone] En Italie, comme prévu, la neige était de retour vendredi matin, modérée mais provoquant tout de même l’angoisse, après une vague de neige et de températures glaciales qui ont fait au moins 45 morts depuis dix jours.

    Dans la capitale, qui était encore épargnée dans les premières heures de la matinée, on s’attendait à 30 centimètres de neige, mais les autorités pensent cette fois être mieux préparées: elles ont distribué 4000 pelles, positionné 600 camions de déblayage et chasse-neige sur les artères importantes ainsi que 1000 tonnes de sel.

    Les automobilistes ne pouvaient circuler que munis de chaînes, et écoles et administrations étaient fermées. Malgré tout, les habitants, traumatisés par la désorganisation et le chaos de vendredi et samedi dernier, ont stocké massivement des provisions en vue du week-end.

    Enfin à Hambourg, en Allemagne, on se réjouissait du froid: pour la première fois depuis cinq ans, le plus grand festival sur glace d’Allemagne pourra avoir lieu ce week-end sur l’Aussenalster, le lac extérieur de la ville, recouvert de plus de 20 cm de glace. Les autorités de la cité hanséatique, qui attend un million de visiteurs, ont donné leur feu vert, après avoir vérifié que la couche de glace était suffisamment solide.

    afp/jzim

  • Drenagoram dit :

    États-Unis : Des tornades font de nombreux mortsInternationalPublié le 3 mars 2012 à 14h39

    Mis à jour le 3 mars 2012 à 14h39

    Des tornades « particulièrement dangereuses » ont fait de nombreuses victimes et des dégâts énormes dans plusieurs états des USA.

    Les tornades sévissent actuellement aux États-Unis SIPALes tornades sont de saison aux États-Unis. Ce n’est pas vraiment une surprise. Sauf que cette année, elles sont d’une rare violence. Ainsi, le centre du pays attendait samedi avec inquiétude de nouvelles tornades pour une journée qui s’annonçait encore « particulièrement dangereuse », après celles qui ont vendredi tué au moins 27 personnes et rayé une ville de la carte. L’Indiana et le Kentucky étaient les deux Etats les plus touchés par les quelque 80 tornades qui ont dévasté huit Etats de la région vendredi, quelques jours après une précédente vague d’intempéries qui avait fait 13 morts dans le pays. Camions emportés comme des fétus de paille dans des lacs, maisons entièrement rasées, écoles, casernes de pompiers, prisons et autres bâtiments publics détruits, routes et lignes électriques coupées ont été signalés un peu partout dans la journée.

    Le Service national de météorologie a indiqué avoir reçu 83 alertes à la tornade pour la seule journée de vendredi, portant le nombre total à 133 depuis le début de la semaine. La situation de la cité de Marysville, dans l’Indiana, inquiétait particulièrement les autorités. « Les informations téléphoniques étaient que la ville de Marysville a disparu », a déclaré vendredi soir un porte-parole de la police, Chuck Adams.

    545 personnes ont été tuées en 2011
    Selon les autorités locales, 13 personnes ont péri dans le seul Etat de l’Indiana, 12 dans celui du Kentucky et deux dans l’Ohio. « Les premières informations indiquent que les dommages les plus importants sont concentrés dans le sud-ouest de l’Indiana, avec notamment des dégâts importants » dans les localités d’Henryville, de Marysville, de Pekin et de New Pekin, selon un communiqué du centre conjoint d’information de l’Indiana. Toute la nuit, les sauveteurs ont cherché des survivants dans les agglomérations touchées par les tornades et samedi matin ils continuaient à fouiller les débris pour en délivrer les blessés prisonniers.

    Mais la région était toujours samedi en alerte face à une situation inquiétante, avec quatre Etats menacés par une tornade massive accompagnée de grêlons de la taille de balles de golf, selon le Service national de météorologie. Les conditions météorologiques, avec un redoux précoce, ont provoqué l’arrivée de ces tornades fin février, plus tôt que d’habitude. La saison des tornades commence normalement en mars dans le sud, et vers la fin du printemps plus au nord. Quelque 545 personnes ont été tuées en 2011 aux Etats-Unis à la suite de tornades, un record depuis 1936, selon le Service national de météorologie. 2012 restera également comme une année meurtrière.

    Actu France-Soir

    Source
    ~

    ~

  • Drenagoram dit :

    Quatre morts et de nombreux blessés après un fort séisme en Italie
    20.05.2012 10:40

    Un violent séisme de magnitude 6 sur l’échelle de Richter a secouré le nord-est de l’Italie dimanche à l’aube. Il a fait au moins quatre morts et une cinquantaine de blessés et détruit des bâtiments et des clochers.
    Le nord-est de l’Italie, industriel et très peuplé, a été réveillé dans la nuit de samedi à dimanche par un fort séisme qui a fait au moins quatre morts, des dizaines de blessés, et détruit des hangars d’usines, des habitations et clochers autour de la ville de Ferrare, au patrimoine historique classé.

    La secousse s’est produite à 4h04. Elle est survenue à 5,1 km de profondeur. Son épicentre a été localisé à Finale Emilia, à 36 km au nord de Bologne, dans la région de Modène. Un ouvrier a été tué à Ponte Rodoni di Bondeno, par l’écroulement d’un hangar d’une usine de polystyrène expansé. Deux autres ont trouvé la mort dans une usine de carrelage à Sant’Agostino de Ferrare.

    Un ouvrier est aussi porté disparu dans l’effondrement du toit d’une fonderie dans un autre village de la zone. Une Allemande de 37 ans est par ailleurs décédée près de Bologne, des suites d’un malaise qui serait dû à la peur causée par le tremblement de terre.

    Vingt longues secondes
    Intensité et épicentre du séisme qui a touché la région de Bologne. [http://earthquake.usgs.gov] Une cinquantaine de personnes ont été blessées dans la région de Ferrare et de Modène, zone de l’épicentre, mais aucune ne serait gravement atteinte. La forte secousse sismique a duré une vingtaine de secondes interminables. Elle a été ressentie dans tout le nord-est de la péninsule, de l’Emilie-Romagne à la Vénétie, et même plus légèrement en Lombardie, dans le Frioul ou en Toscane.

    Elle avait été précédée d’une première, qui n’avait pas causé de dommages, et suivie de deux autres, moins fortes. Selon des experts, cette atténuation des secousses laisse présager que le pire est passé.

    Sous l’impact, plusieurs maisons et clochers d’églises de la région se sont écroulés, et des hôpitaux ont été évacués par mesure de sécurité. « Il y a quelques dégâts, certaines structures sont tombées avec des gens à l’intérieur », a déclaré une personne au centre général des pompiers de Ferrare. A Bologne et dans d’autres villes, des milliers d’habitants réveillés au milieu de la nuit sont descendus paniqués dans les rues.

    Les centraux téléphoniques des pompiers ont été saturés. Les premières images diffusées par les télévisions en continu dans la région la plus touchée montraient des maisons à demi écroulées, des amoncellements de gravats sur les routes, des corniches d’églises ou de tours détachées.

    agences/pbug

    Source

  • Drenagoram dit :

    Fortes répliques après un séisme meurtrier en Italie
    Mots clés : Séisme, Italie

    Par lefigaro.fr
    Mis à jour le 29/05/2012 à 16:36 | publié le 29/05/2012 à 11:40

    Des pompiers fouillent dans les décombres d’une usine détruite par le séisme de mardi, à Mirandola. Crédits photo : Luca Bruno/AP

    VIDÉO – Au moins quinze personnes ont été tuées, lors de la secousse de magnitude 5,8 qui a frappé le nord-est du pays, mardi matin. Elle s’est produite à quelques kilomètres de l’épicentre du tremblement de terre qui avait fait six morts et des milliers de déplacés, le 20 mai.

    Le nord-est de l’Italie a été touché mardi matin par un puissant séisme de magnitude 5,8, faisant au moins quinze morts et plusieurs blessés, selon les carabiniers. L’épicentre du tremblement de terre se situe près de Modène, en Émilie-Romagne, une région déjà touchée le 20 mai dernier par un séisme de force 6, qui avait fait six morts et des milliers de déplacés.

    Trois nouvelles secousses de magnitude comprise entre 5,3 et 5,4 ont été ressenties dans la région à la mi-journée. Une des répliques, caractérisée par sa longueur, se serait produite à seulement un kilomètre de profondeur.

    Une porte-parole de la protection civile a parlé de «quatre ou cinq» le nombre de personnes portées disparues. «Ces dernières pourraient être retrouvées ou bien le nombre des victimes pourrait augmenter», a-t-elle déclaré. D’après le commandant des carabiniers de Modène, Salvatore Iannizzotto, trois ouvriers, un Italien, un Marocain et un Indien, ont trouvé la mort dans l’effondrement d’une usine à San Felice sul Panaro. Deux autres personnes sont mortes à Mirandola, une commune voisine, une à Concordia et une autre à Finale. Selon le carabinier, le curé de Rovereto di Novi est décédé mais il n’a pas précisé si sa mort était due à un malaise ou à l’effondrement d’un bâtiment. Pour le moment, l’identité des autres victimes n’a pas été dévoilée.

    De nombreux édifices ont été endommagés dans la région, notamment à Mirandola où la cathédrale a été gravement touchée ainsi que plusieurs églises. Aussi, plusieurs bâtiments déjà à demi écroulés depuis le dernier tremblement de terre se sont effondrés.

    417 secousses depuis le 20 mai
    L’épicentre du séisme a été enregistré à une profondeur comprise entre 5 et 10 kilomètres par l’Institut national de géophysique et vulcanologie. Des bureaux et des magasins ont été évacués par précaution dans tout le centre-nord de l’Italie où la secousse a été ressentie, comme à Milan, Bologne, Florence, Venise et Pise, mais aussi près de la frontière avec l’Autriche ou de la France. Les communications téléphoniques ont été perturbées durant les minutes qui ont suivi la secousse alors que la protection civile et les pompiers étaient submergés d’appels.

    Depuis le 20 mai, la région a enregistré 417 secousses ou répliques du séisme dont l’épicentre était proche de Ferrare. Trois d’entre elles étaient d’une magnitude supérieure à 5.

    Lors d’une courte conférence de presse, le président du Conseil italien, Mario Monti, accompagné du président de la région, Vasco Errani, a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Il a également déclaré que «l’État fera tout son possible et dans les plus brefs délais pour assurer un retour à la vie normale et aux activités productives». Dans un communiqué, François Hollande a exprimé sa «solidarité» et son «amitié» au peuple italien. «La France se tient à la disposition des autorités italiennes pour leur apporter toute l’aide humaine et logistique qui pourrait leur être utile dans cette épreuve», a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, le match amical de football qui devait opposer mardi soir à Parme la sélection italienne au Luxembourg a été annulé par la Fédération italienne de football, en accord avec les autorités.

    Source

  • Drenagoram dit :

    USA: le printemps le plus chaud du siècle

    AFP Publié le 07/06/2012 à 20:45

    Les Etats-Unis ont connu cette année le printemps le plus chaud depuis plus d’un siècle que ces données existent, avec des températures bien au-delà de la moyenne enregistrée jusque-là.

    Les Etats-Unis, hors Alaska, Hawaii et territoires d’outre-mer, ont connu cette année une température moyenne de 13,9 degrés Celsius de mars à mai, soit 2,9 degrés au-dessus de la moyenne constatée entre 1901 et 2000, montrent les données diffusées par l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

    Le printemps 2012 a enregistré une température moyenne supérieur de 1,1 degré Celsius par rapport au dernier printemps le plus chaud enregistré, celui de l’année 1910. La période allant de juin 2011 à mai 2012 est aussi la plus chaude période de 12 mois enregistrée aux Etats-Unis depuis que ces données sont collectées, avec une température moyenne supérieure de 1,8 degré Celsius à la moyenne, a précisé l’Agence.

    Les scientifiques alertent régulièrement l’opinion sur la responsabilité des émissions de CO2 liées à l’activité industrielle dans le réchauffement climatique. Ces émissions de dioxyde de carbone ont augmenté en 2010 aux Etats-Unis, après avoir brièvement entamé une baisse, selon des données officielles.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Incendie « hors normes » en Catalogne

    Par Christian Goutorbe
    Mis à jour le 24/07/2012 à 08:03 | publié le 23/07/2012 à 22:54


    Crédits photo : LLUIS GENE/AFP

    VIDÉO – Le sinistre, qui a déjà fait 4 morts et brûlé 13.000 hectares en deux jours, est toujours actif mardi matin.

    Depuis lundi midi, la ville de Figueras (Espagne) respire enfin. Les fumées des feux nombreux, disséminés le long de la route nationale II (La Junquera-Gérone), ont déserté les rues de la ville et les incendies qui angoissaient les habitants de la périphérie urbaine ont pratiquement disparu. Il ne reste que quelques fumerolles. Le vent a changé. Le marin a remplacé la terrible tramontane mais avec un souffle aussi puissant et complexe à traiter par les soldats du feu, rendant parfois impossible l’usage des bombardiers d’eau, qui ont dû se poser lundi soir. Les forêts de montagne de la frontière sont toujours visées par les langues de feu. Mardi matin, une porte-parole des pompiers de Catalogne a annoncé que le «feu était toujours actif». «Les bombardiers d’eau devraient se joindre aux moyens aériens dans la matinée», a-t-elle ajouté.

    «La violence du vent, sa vitesse nous obligent à agir avec prudence en protégeant les personnes. Nous devons sécuriser chaque opération. Car une rafale peut traverser la longueur d’un terrain de foot en deux minutes. Si à ce moment-là, les avions sont au ravitaillement, alors, vous perdez le match», explique le colonel Salles-Mazou du Codis 66 qui se donne trois jours pour mater ce feu «hors normes» ayant parcouru et détruit 13.000 hectares en bordure de zones habitées et traversées par des axes de communication très importants: l’autoroute 7 (AP7) et la ligne à grande vitesse Perpignan-Figueras. Signe encourageant, lundi soir, la circulation a été totalement rétablie sur l’autoroute A9 côté français. Les Espagnols partageaient lundi soir le même optimisme après des heures de doute au cœur de la tourmente dimanche. Ils assuraient tenir définitivement le front ouest, protéger les mas isolés en pleine montagne et en forêt à dix kilomètres de La Junquera et la ville d’Agullana, 800 habitants. Dimanche, les pompiers ont procédé à plusieurs évacuations par hélicoptère dans d’autres mas isolés. Lundi soir, la nuit s’annonçait moins difficile à gérer avec la capacité à regrouper enfin les forces pour couper la trajectoire des fronts de flammes, notamment à l’ouest de la ligne à grande vitesse.

    Lourd bilan humain
    Le bilan humain est particulièrement lourd avec quatre morts et huit blessés hospitalisés. Outre les 13.000 hectares de végétation détruits par les flammes, le site touristique français du fort de Bellegarde, château médiéval sur les hauteurs du village du Perthus (Pyrénées-Orientales) et classé monument historique, a été ravagé par les flammes. S’il est encore trop tôt pour connaître l’origine exacte du sinistre, peut-être un mégot jeté par mégarde selon les autorités catalanes, un point semble d’ores et déjà établi: l’incendie se serait déclaré dimanche vers 12h30 à la lisière d’un parking du Perthus.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Les Canaries et la Galice en Espagne sont la proie des flammes
    11.08.2012 11:46

    Un incendie de forêt, qui a ravagé cette semaine 3000 hectares dans l’archipel espagnol des Canaries, est reparti vendredi après avoir été maîtrisé. D’autres feux faisaient rage en Galice, au beau milieu de la canicule qui frappe l’Espagne.
    Sur l’île de La Gomera, aux Canaries, environ 300 personnes ont été évacuées de sept villages ainsi que d’une zone de loisirs au sein du parc national de Garajonay, a annoncé le conseiller à la sécurité du gouvernement des Canaries, Javier González Ortiz, alors que l’incendie qui avait été maîtrisé reprenait de la vigueur.

    En fin de journée, trois hélicoptères s’efforçaient de combattre les flammes, tandis qu’un autre hélicoptère et deux hydravions étaient attendus en renfort. Un dixième de la superficie du parc de Garajonay était parti en fumée au début de la semaine.

    Ces incendies avaient soulevé des inquiétudes pour la préservation de cet écosystème d’une rare valeur, vestige des forêts subtropicales qui couvraient les bords de la Méditerranée il y a plusieurs dizaines de millions d’années et qui est inscrit au Patrimoine mondial par l’Unesco.

    La Galice aussi touchée
    Trois feux qui ont dévasté en quelques heures des centaines d’hectares se sont aussi déclarés vendredi en Galice. Dans la province d’Ourense, au moins 400 hectares avaient brûlé en fin de journée aux environs de Barco de Valdeorras et deux villages envahis par la fumée ont dû être évacués, a indiqué le gouvernement régional.

    Après avoir connu l’hiver le plus sec depuis 70 ans, l’Espagne a déclenché l’alerte aux incendies, avec un risque très élevé sur la plus grande partie du territoire, après l’arrivée mercredi d’une vague de chaleur africaine, les températures dépassant les 40 degrés dans de nombreux endroits.

    Le 22 juillet, un incendie très violent avait éclaté dans le nord-est du pays, à la frontière avec la France, brûlant 13’000 hectares de végétation en Catalogne. Quatre personnes avaient été tuées. Le plus dévastateur de ces incendies avait détruit 50’000 hectares début juillet dans la région de Valence, dans l’est de l’Espagne.

    ats/pbug

    Source

  • Drenagoram dit :

    Philippines: séisme de magnitude 7.9

    avec Reuters Publié le 31/08/2012 à 15:04

    Un séisme de magnitude 7.9 a frappé les Philippines aujourd’hui. L’épicentre est situé sur la côte est, à 60 kilomètres de la ville de Guiuan dans la province de Samar selon l’US géological survey (USGC).

    Une alerte au tsunami a été lancée pour les Philippines, l’Indonésie, le Japon, Taïwan, Guam et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Un feu de douze kilomètres de long ravage l’Andalousie

    31.08.2012 13:59

    Des « milliers de personnes » ont dû quitter leur domicile par mesure de précaution dans la région touristique de Marbella, au sud de l’Espagne. Des maisons ont déjà souffert de dommages depuis le départ de l’incendie jeudi soir.
    Un incendie de douze kilomètres de long a forcé vendredi matin l’évacuation « de milliers de personnes » près de la station balnéaire de Marbella, sur la côte touristique andalouse au sud de l’Espagne, ont informé les autorités.

    Selon le président de la province de Malaga, Elias Bendodo, qui s’exprimait au micro de la radio publique espagnole RNE, il s’agit surtout d’une mesure de précaution. « Des maisons ont souffert des dommages », a-t-il ajouté.

    Stabilisation probable de l’incendie
    Plus de 250 personnes travaillaient à l’extinction du feu, qui s’est déclaré jeudi en fin de journée et a touché les communes de Mijas, Marbella, Alhaurin de la Torre, Ojen et Coin, a précisé le ministère régional andalou de l’environnement.

    Une « humidité relativement très faible, un fort vent et des températures élevées » ont favorisé le départ du feu jeudi.

    Au lever du jour vendredi, 17 avions et hélicoptères se disposaient à renforcer la tâche des pompiers et des 10 camions qui ont lutté au sol contre les flammes toute la nuit.

    Seul le front nord de l’incendie, près des communes de Coin et Ojen, restait actif et les autorités se montraient optimistes vendredi, soulignant que l’humidité était plus forte et que le vent était tombé. « L’incendie pourrait être stabilisé dans les prochaines heures », affirme le communiqué, qui ne précise pas la surface affectée.

    Une catastrophe sans précédent depuis 10 ans
    Frappée cet hiver par une sécheresse sans précédent depuis 70 ans, l’Espagne connaît cet été des incendies dévastateurs. Les flammes ont réduit en cendres 139’886 hectares entre le 1er janvier et le 12 août, soit 0,5% de la superficie forestière du pays. Selon le ministère de l’Agriculture, il s’agit d’une catastrophe sans précédent depuis dix ans.

    afp/jgal

    Source

  • Drenagoram dit :

    La colère du Volcan de Feu déplace 30’000 personnes

    GUATEMALA — Ce volcan du Guatemala a connu jeudi sa plus forte éruption depuis une décennie, avec des fumerolles visibles depuis la capitale distante de 75 km.
    Mis à jour à 14h46

    image:Afp

    Déjà «10’000 personnes ont été évacuées (…) Au total, il est prévu qu’il y en ait plus de 33 ?000», a indiqué le porte-parole des services de prévention contre les catastrophe (Conred, publique), David de Leon.

    A 3’763 mètres d’altitude

    De grandes fumerolles étaient visibles depuis la capitale et sur la route du Pacifique, à 20 km du cratère, des automobilistes ont signalé un immense nuage de cendres qui s’échappait d’un flanc du volcan, situé entre les départements de Chimaltenango, Escuintla et Sacatepequez, au sud-ouest de la ville de Guatemala.

    «Ce type d’éruption est plus fort que la normale et n’avait pas été observé ces dernières années, c’est pourquoi nous avons déclenché l’alerte orange (danger)», aux environs du volcan, dans l’ouest du pays, a indiqué à des médias locaux Gustavo Chigna, de l’Institut de vulcanologie.

    Il a ajouté qu’en raison de la forte explosion, de la cendre était retombée sur plusieurs villages autour d’une colonne qui s’est élevée à 3’763 mètres d’altitude. Des grondements ont été entendus à plusieurs kilomètres à la ronde.

    De forts grondements

    Javier Garcia, du village de El Porvenir, a raconté sur une radio locale n’avoir pas eu l’intention de quitter sa maison mais «en voyant la forte éruption et toute la cendre qui retombait», lui et ses proches ont «décidé de fuir pour trouver refuge». «Tout est devenu noir et nous ne pouvions plus respirer», a-t-il ajouté.

    «Depuis la nuit dernière, on entend de forts grondements, ici, dans la maison, et ce matin (jeudi), c’est devenu tout noir quand le volcan a commencé à lancer des cendres», a relaté sur la même radio une femme du village de Sangre de Cristo, tout en préparant quelques effets avant d’évacuer les lieux avec ses quatre enfants.

    Les personnes sont évacuées par des autocars appartenant à des plantations de canne à sucre et avec des camions de transports de bétail et de marchandise, a indiqué un porte-parole des pompiers de cette commune, Mariano Lam.

    De fortes pluies

    Mariano Lam a également signalé que beaucoup d’habitants refusaient de quitter leurs maisons et «avaient décidé de rester sur place à leur propres risques».

    Pour compliquer les choses, de «fortes pluies sont signalées dans les zones à proximité du volcan et la formation d’éventuels lahars (coulées de boue mélangeant eau et cendres volcaniques) est surveillée, afin de prendre des mesures préventives sur les routes et dans les rivières», a ajouté la Conred.

    Le 3 septembre, les autorités avaient déclenché une alerte jaune sur la zone, après que ce volcan, dont le cratère culmine à 3.763 m, avait enregistré sa troisième et plus importante éruption de l’année.
    (afp/Newsnet)

    Créé: 14.09.2012, 14h46

    Source

  • Drenagoram dit :

    Alertes au raz de marée au Canada et aux Etats-Unis

    28.10.2012 10:03

    Le séisme est survenu à l’ouest des côtes canadiennes, sur l’ancienne île de la Reine-Charlotte. [Wilfried Kecichwost – AFP]

    Des alertes au tsunami ont été lancées en Amérique du Nord dimanche après un séisme d’une magnitude de 7,7 survenu au large du Canada, où des personnes ont été évacuées. Sur le qui-vive, les îles de Hawaï ne devraient constater qu’une faible hausse du niveau des eaux.
    Un tremblement de terre est survenu à 04h04 heures suisse dans la région de l’archipel de Haida Gwaii (ex-îles de la Reine-Charlotte sur la côte ouest du Canada). Il a été ressenti à travers une grande partie du centre et du nord de la province de Colombie-Britannique, a indiqué le ministère canadien des Ressources naturelles.

    L’agence Séismes Canada précise que le tremblement de terre a été suivi par plusieurs répliques et par un petit raz de marée. Aucun dégât n’était rapporté « pour le moment ».

    En raison d’une alerte au raz de marée, les résidents d’au moins quatre localités situées près des côtes ont fui vers des zones plus élevées.

    Une alerte a été lancée pour les zones côtières du Pacifique. [United States Geological Survey (USGS)]

    Hawaï évacuée aussi
    Le raz de marée a atteint Hawaï dimanche à 09H28 heure suisse, mais le niveau d’eau ne devrait que peu augmenter.

    Le nord de l’île de Vancouver, le Cap Décision en Alaska et d’autres Etats du Pacifique comme le Mexique et le Honduras sont concernés par l’alerte au tsunami.

    ats/bri

    Source

  • Drenagoram dit :

    Sandy : New York et le New Jersey sonnés et paralysés

    Par lefigaro.fr

    Mis à jour le 30/10/2012 à 16:01 | publié le 30/10/2012 à 07:27

    La force des vents de Sandy a légèrement faibli, mais plus de 5,5 millions de foyers restent sans électricité. Crédits photo : KEITH BEDFORD/REUTERS

    Rues inondées, routes impraticables, aéroports fermés : les États de New York et du New Jersey découvrent l’étendue des dégats après le passage de l’ouragan.

    • Obama décrète l’état de «catastrophe majeure»

    Le président américain Barack Obama a décrété mardi matin l’état de «catastrophe majeure» dans l’État de New York après le passage de l’ouragan, Sandy, qui a violemment balayé la côte est des Etats-Unis. Cette décision «rend les fonds fédéraux disponibles pour les personnes touchées dans les comtés du Bronx, de Kings, de Nassau, de New York, de Richmond, de Suffolk, et du Queens», précise la Maison-Blanche dans un communiqué. Ce statut peut se traduire en particulier par des aides pour des logements temporaires et les réparations, précise le texte. L’état de catastrophe majeure a également été décrété pour le New Jersey. Les zones les plus touchées sont les États du New Jersey, de New York et du Connecticut (voir la carte proposée par le New York Times)


    Un parking au sud de Manhattan. Crédits photo: @raywert
    • Au moins 16 personnes tuées

    La tempête Sandy a fait au moins 16 morts dans le pays, selon les autorités américaines. Les autorités locales des États de New York, du New Jersey, de Pennsylvanie, de Virginie-Occidentale et de Caroline du Nord avaient fait état lundi soir de douze morts, et la police de Toronto a indiqué qu’une Canadienne avait été tuée par des débris emportés par des rafales de vent. Au moins cinq personnes ont été tuées par le cyclone dans l’État de New York et dans le New Jersey, dont un père et une mère de famille, à la suite de la chute d’un arbre qui a épargné leurs enfants. L’agence AP et le média américain USA Today évoquent eux 17 morts.

    Dans les autres États, les morts étaient le plus souvent liés aux chutes d’arbres provoquées par les rafales de vent. Sandy avait déjà fait 67 morts dans les Caraïbes avant de remonter vers le nord, le long de la côte Atlantique, et de toucher les États-Unis. En mer, la tempête a provoqué la perte d’un trois-mâts, le HMS Bounty, réplique de la célèbre frégate anglaise dont l’équipage s’était mutiné au XVIIIe siècle. Sur un équipage de 16 personnes, 14 ont été secourues, deux sont décédées.


    Le HMS Bounty a coulé lundi 29 octobre, à près de 145 km des côtes de Caroline du Nord
    •Une digue lâche dans le New Jersey, une ville menacée

    La montée des eaux d’une rivière dans le New Jersey après le passage du cyclone Sandy a provoqué la rupture d’une digue dans le comté de Bergen (New Jersey), à quelques kilomètres de la ville de New York. La rupture de la digue de la rivière Hackensack a mobilisé d’importants secours de la police et de la garde nationale pour venir en aide aux habitants de la ville de Moonachie, menacées par les flots, selon les médias locaux. Aucune victime n’est à déplorer pour le moment. Cape May, dans le New Jersey est aussi inondé, à en croire ces images amateurs.

    • Le désastre naturel le plus coûteux de l’histoire des États-Unis

    À New York, l’East River et l’Hudson River ont inondé des tunnels alors que des vents violents et des pluies torrentielles s’abattaient sur la ville, des trombes d’eau envahissant les rues du sud de Manhattan dans le secteur de Battery Park, une partie du quartier de Chelsea à l’ouest, et plusieurs rues à l’est, jusqu’à la 2e Avenue. Le niveau d’eau a commencé à descendre mardi matin.


    Crédits photo : Andrew Burton/AFP
    Quelque 670,000 foyers étaient privés d’électricité lundi soir à Manhattan et plus de 8 millions de foyers dans l’ensemble des États-Unis. Au Canada, plus de 130.000 résidences étaient plongés dans le noir. Un transformateur électrique a explosé à New York dans la nuit, comme le montre cette vidéo amateur relayée par The Gothamist .(à partie de 2:45)


    «Le bas Manhattan est complètement recouvert par l’eau de mer. Je n’exagère pas. L’eau s’engouffre dans le tunnel de Battery», a écrit Howard Glaser, directeur des opérations pour l’État de New York et conseiller du gouverneur Andrew Cuomo, sur son compte Twitter @hglaser1.

    Howard Glaser@hglaser1
    lower manhattan is being covered by seawater. I am not exaggerating
    30 Oct 12 RépondreRetweeterFavori
    Dans le centre de Manhattan, à New York, une grue au sommet d’un immeuble de 90 étages en construction s’est partiellement effondrée sous l’effet des bourrasques. Dans les zones bordant l’East et l’Hudson River à Manhattan, à Brooklyn et Staten Island, nombre des 375.000 habitants sommés d’évacuer ont préféré se barricader chez eux. Les dommages causés par Sandy pourraient s’élever à 10 à 20 milliards de dollars, selon le cabinet d’études en gestion du risque Eqecat, ce qui pourrait faire de Sandy le désastre naturel le plus coûteux de l’histoire des Etats-Unis.


    Les New-Yorkais ont posté de nombreuses photos sur Twitter des dégâts occasionnés par Sandy. Ici, un manège, encore illuminé, est cerné par les eaux. Crédits photo: @andjelicaaa
    Sept tunnels du métro new-yorkais ont été inondés en raison de la montée des eaux provoquée par le cyclone Sandy, qui a frappé dans la soirée la grande métropole américaine, a annoncé mardi matin l’autorité de contrôle du métro parlant de la plus grave catastrophe en «108 ans» d’existence.

    Plus de 200 patients d’un hôpital de New York, dont 20 bébés du service de néonatalité ont dû être évacués, à la suite de la défaillance d’un groupe électrogène dans la nuit de lundi à mardi, au passage de l’ouragan Sandy.

    •Un incendie ravage 50 maisons

    Un incendie a détruit mardi environ 50 maisons, déjà inondées, dans un quartier du Queens, à New York, comme le montrent ces images tournées par le Daily Telegraph.

    Plus de 190 pompiers ont été déployés au carrefour de Breezy Point, a déclaré un porte-parole, ajoutant que deux personnes souffraient de blessures superficielles. Ce quartier est situé sur la péninsule de Rockaway, cernée par l’océan atlantique.

    • Une centrale nucléaire en alerte

    Les centrales d’Indian Point et de Salem ont chacune dû fermer un réacteur. Celle d’Oyster Creek, à l’arrêt, a craint pour le système de refroidissement de sa piscine de combustible usagé. Toutes trois ont cependant tenu le choc.

    Lire: les centrales nucléaires ont résisté à l’ouragan Sandy

    • Sandy est désormais un cyclone

    Sandy est à présent considéré par le Centre national des ouragans (NHC) comme un «cyclone post-tropical», ce qui signifie qu’il est toujours accompagné de vents dont la force est caractéristique des ouragans, mais qu’il n’a plus la particularité des tempêtes tropicales. Ses vents violents ont légèrement faibli, à 130 km/h contre 150 précédemment, mais ils se faisaient sentir jusqu’à près de 800 kilomètres à la ronde. Il a touché terre à quelque 10 kilomètres d’Atlantic City, le «Las Vegas de la côte Est», où ses effets se sont fait sentir dès le matin. Le long de la jetée d’Atlantic City, casinos, bars et hôtels clinquants qui accueillent chaque année plus de 30 millions de visiteurs étaient barricadés derrière des planches et des sacs de sable. La police a fermé toutes les routes menant à la ville.

    Selon les services météorologiques, c’est l’étendue massive de la tempête, sa faible vitesse de déplacement, et sa confluence avec un front froid venu du Canada qui la rendent particulièrement dangereuse. «Ça va être long. Les jours à venir vont être difficiles. Des gens (…) vont être tués pendant la tempête», a mis en garde le gouverneur du Maryland, Martin O’Malley. Sandy devrait aussi se faire sentir loin dans les terres. Les montagnes de Virginie-Occidentale pourraient se couvrir d’un mètre de neige tandis que les vagues du lac Michigan, à plus de 1000 kilomètres de l’Atlantique, pourraient atteindre 10 m de hauteur, selon la météo nationale

    •Tous les vols Air France annulés

    Air France a annulé l’ensemble de ses vols de et vers New York et Washington mardi en raison du passage de l’ouragan Sandy sur la côte Est des Etats-Unis, a annoncé mardi la compagnie sur son site internet. En revanche, elle pense être en mesure d’opérer ceux au départ et à destination de Boston, qui avaient fait l’objet d’annulations lundi.

    «En raison du passage du cyclone Sandy sur la côte nord-est des Etats-Unis, nous sommes contraints d’annuler tous nos vols de et vers Washington Dulles et New York Kennedy le mardi 30 octobre», indique Air France. Air France propose à ses clients qui avaient prévu de voyager sur ces trois destinations entre le 28 octobre et le 1er novembre de reporter jusqu’au 7 novembre leur voyage. Elle leur recommande également de consulter son site internet pour se tenir au courant de l’évolution de la situation.

    La quasi-totalité des aéroports du nord-est américain sont restés fermés mardi. Près de 16.000 vols ont déjà été annulés.

    VOS TÉMOIGNAGES – Vous habitez aux États-Unis ou au Canada, racontez-nous comment vous vous préparez, ou les dégâts déjà causés autour de vous par le cyclone. Faites-nous part de la situation sur place dans les commentaires ci-dessous.

    Source

  • Drenagoram dit :

    PHILIPPINES 14:06

    Le typhon «Bopha» fait 239 morts à Mindanao

    AFP

    Le typhon Bopha, le plus puissant de l’année aux Philippines, a fait au moins 239 morts et des centaines de disparus dans l’extrême sud du pays. (Keystone)

    L’extrême sud du pays est balayé par des vents violents et noyé sous des trombes d’eau. Le typhon, le plus puissant de l’année dans l’archipel philippin, a déjà fait plusieurs centaines de victimes

    Le typhon Bopha, le plus puissant de l’année aux Philippines, a fait au moins 239 morts et des centaines de disparus dans l’extrême sud du pays balayé dans la nuit de mardi à mercredi par des vents violents et noyé sous des trombes d’eau, a annoncé un porte-parole de l’armée.

    Un précédent bilan faisait état de 115 personnes tuées dans des inondations, des glissements de terrain ou des chutes d’arbres sur l’île de Mindanao généralement épargnée par les nombreux typhons qui touchent chaque année l’archipel philippin.

    Un total de 142 personnes ont péri et 241 autres étaient portées disparues à New Bataan, une ville difficile d’accès dans une région de petite montagne, a déclaré le lieutenant-colonel Lyndon Paniza, commandant militaire de la région sud. Pas moins de 81 victimes ont été recensées dans la province voisine du Davao Oriental et 15 autres sur le reste de l’île. Ce bilan encore provisoire a été corroboré par la sécurité civile.

    Les autorités révisaient régulièrement à la hausse mercredi le coût humain des intempéries à mesure que les secours dégageaient les accès aux régions isolées du sud de l’archipel. Bopha a touché terre mardi par l’est de Mindanao, avec des vents atteignant 210 km/h et de fortes pluies. Le typhon, qui a perdu de sa force dans la nuit, poursuivait sa trajectoire en direction de la mer de Chine méridionale mais il devait encore déverser d’abondantes précipitations sur l’île de Palawan (ouest).

    Plus de 56 000 personnes évacuées

    Mardi, les autorités avaient préventivement fait couper l’électricité dans les villes et les villages afin d’éviter les incendies et les électrocutions sur cette île d’ordinaire épargnée par les typhons et dont une grande partie de la population est musulmane. Plus de 56 000 personnes ont quitté leur domicile en bord de mer, le long de cours d’eau exposés aux crues et dans des zones susceptibles de connaître des glissements de terrain, et ont trouvé refuge dans un millier d’abris publics, souvent des écoles ou des églises.

    « Nous avons un besoin urgent dans ces zones de housses mortuaires, de médicaments, de vêtements secs et surtout de tentes, parce que les survivants vivent dehors depuis que le typhon a emporté leurs maisons ou leurs toits », a déclaré à l’AFP Mme Corazon Soliman.

    « Les corps sont laissés tels quels sur le sol à l’extérieur à New Bataan et nous ne voulons pas risquer l’apparition de maladies ».

    L’étroite passe permettant d’accéder à la ville a été rendue impraticable par la chute d’arbres et de rochers, a déclaré le major général Ariel Bernardo, commandant de la 10ème division d’infanterie basée à Mindanao.

    « Nous espérons pouvoir faire décoller nos hélicoptères pour des missions de reconnaissance, de recherche et de sauvetage », a-t-il dit.

    De nombreux habitants de Mindanao, dont une grande partie de musulmans, étaient encore privés d’électricité mercredi et coupés du monde.

    « Trois communes côtières restent isolées », selon Corazon Malanyaon, gouverneur du Davao Oriental. « Les routes menant à ces villes sont encombrées d’arbres et de débris, et le pont qui en permet l’accès s’est effondré », a-t-elle ajouté.

    Selon ses informations, « 95% des bâtiments du centre-ville (de Cateel) ont perdu leur toiture, y compris les hôpitaux » et au moins 16 personnes y ont trouvé la mort.

    Les Philippines subissent une vingtaine de tempêtes ou typhons majeurs chaque année, survenant pour la plupart pendant la saison des pluies entre juin et octobre. Bopha est le 16e cette année.

    En août, des inondations dues à une série de tempêtes avaient fait une centaine de morts et déplacé plus d’un million de personnes.

    En 2011, 29 typhons avaient causé la mort de 1.500 personnes, dont 1.200 à Mindanao après le passage de la tempête tropicale Washi.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Aux Philippines, désolation après le passage du typhon

    Mots clés : Typhon, Philippines, Infographie

    Par Gary Assouline, Service infographie du Figaro

    Mis à jour le 06/12/2012 à 14:05 | publié le 06/12/2012 à 13:49

    EN IMAGES – La tempête, qui a balayé l’archipel mardi, a privé 200.000 personnes de domicile tandis que le nombre de morts s’élève à près de 500. L’armée a mobilisé ses soldats pour des missions d’urgence.

    Troisième exportateur mondial de bananes, les Philippines ont perdu un quart de leur récolte lors du passage du typhon Bopha. Sur les 42.000 hectares de plantations du pays, au moins 10.000 ont été décimés. En 2011, les Philippines ont exporté pour 471 millions de dollars de bananes, selon le gouvernement. Crédits photo : REUTERS/Erik De Castro

    Source

  • Drenagoram dit :

    Le tyhpon Bopha revient vers les Philippines

    AFP/Reuters Mis à jour le 08/12/2012 à 12:13 | publié le 08/12/2012 à 11:13

    Le tyhpon Bopha, qui a fait au moins 500 morts et des centaines de milliers de sans-abri mercredi dans le sud des Philippines, se dirigeait à nouveau aujourd’hui vers ce pays, ont annoncé les services météorologiques philippins.

    Bopha, avec ses vents allant jusqu’à 160 km/h, devrait toucher cette fois le nord du pays demain matin, plus exactement le nord de l’île de Luzon, principale île du pays où est située la capitale.

    Le président philippin Benigno Aquino a par ailleurs décrété aujourd’hui l’état de catastrophe naturelle. Les prix des produits de première nécessité sont gelés et les autorités locales peuvent puiser dans un fonds spécial pour financer des opérations de recherche et d’aide aux victimes.

    Source

    Lien de l’Agence Météorologique du Japon
    http://www.jma.go.jp/en/typh/

  • Drenagoram dit :

    Alerte autour du volcan Tungurahua

    AFP Publié le 17/12/2012 à 21:32

    L’Equateur est en alerte en raison d’un regain d’activité constaté aujourd’hui sur le volcan Tungurahua, dans le centre du pays, une région touristique près de la forêt amazonienne.

    « L’activité sismique du volcan se maintient à un niveau élevé », a indiqué l’Institut de géophysique équatorien (IG), précisant que « plusieurs explosions » avaient été enregistrées dans la nuit de dimanche à lundi dans ce volcan situé à 135 km au sud de Quito, dans la province de Chimborazo.

    « Dans la matinée, outre les explosions, une expulsion de blocs incandescents s’est produite sur le haut des versants » du volcan, a ajouté l’Institut dans son rapport.
    Une légère pluie de cendres s’est abattue sur la ville touristique de Banos, en contrebas du volcan, qui compte environ 15.000 habitants. Selon les autorités locales, la ville, voie d’accès vers l’Amazonie, reçoit en moyenne un million de touristes par an, dont 40% d’étrangers. « Nous observons une émission de cendres et on entend les explosions. Nous sommes habitués à ce type de phénomène », a déclaré à la presse le maire de la localité, Manuel Caizabanda.

    La Défense civile équatorienne a élevé dès hier l’alerte à la catégorie orange, celle précédant l’alerte rouge, le degré maximum, qui entraîne des évacuations préventives.

    Le Tungurahua (« gorge de feu ») est en éruption depuis 1999 mais il a connu depuis des « pics d’activité ». En 2006, six personnes ont été tuées au cours d’un de ces regains d’activité.

    Source

  • Aurore dit :

    Bonjour dans les ondes …

    Sous cette musique je te propose un slam :
    « Après l’ 20-t’es-UN  » :

    Pour l’21 jour de doute
    Un ciel pour-temps clément
    Contre l’21 coûte que coûte
    Des gens torrentiellement
    Pleurent intérieurement
    Et même extérieurement
    La peur aux tripes
    Le mental en faux trip
    D’avoir trop bu et écouté
    Des paroles en l’Ere bien débitées
    D’faux gourous habillés d’pouvoirs
    Aveuglés d’reconnaissance et d’avoirs
    Tout comme d’autres sans savoir ni faire
    Vont mal faire savoir plutôt défaire
    L’21 n’est pas la fin du Monde
    Mais celle d’un Nouveau Monde
    Qu’anciens initiés en réelles connaissances
    Proposent à la Terre en longue renaissance

    Belle journée Néo, jour après jour .
    Becs dans l’instant

    • Drenagoram dit :

      Bonsoir Aurore ,

      Grand Merci pour ce Lien , belle en est la Balade ,
      L’Une a le Corps Malade , ces Maux étant Anciens ,
      Sa Force est faire le Bien , Quand d’Autres la Laisse en rade ,
      Le Monde a ses Décades , L’Esprit lui se Souvient .
      ~
      Hors Vivre ce n’est pas Rien , dans la Forêt de Jade ,
      l’Argent lui parait fade , Face à l’Eclat du Lien ,
      Cette Onde a les Moyens , d’insuffler à ses Bardes ,
      A l’Aurore une Aubade , Faite d’espoirs pour les Siens .
      ~
      NéO
      ~
      Becs comme Présent

  • Aurore dit :

    Le Corps … en balade du Coeur …. traverse les mémoires de l’Une…. chemine de l’Un vers tous les l’autres, s’assoupit en mousse …

    Encore l’An dormit …

    Becs au pied ‘un arbre

    • Drenagoram dit :

      Le Cor des Alpes Reine , en Cette Journée à l’Hors ,
      Se Joint à l’Âme de Flore , Pour Vous Souhaiter sous Chêne ,
      Une Belle Année Souveraine , En Matière d’Autres Accords ,
      De Ceux Voyant en For , l’Univers d’une Seule Veine .
      ~
      NéO~
      ~
      Becs sous la Voûte & Tous mes Souhaits en Trâine 😉

  • Drenagoram dit :

    Tasmanie: des disparus dans les feux

    AFP Mis à jour le 06/01/2013 à 08:25

    publié le 06/01/2013 à 08:16

    Plusieurs personnes étaient portées disparues aujourd’hui sur l’île de Tasmanie, au sud de l’Australie, où des feux de brousse ont détruit une centaine de maisons, a annoncé dimanche la police. Les incendies ont éclaté vendredi alors que le pays souffre d’une vague de chaleur ayant fait monter les températures à plus de 40 degrés celsius en Tasmanie, une région connue en principe pour son climat plus frais que dans le reste du pays.

    La police faisait du porte-à-porte dans les villages de Dunalley et Boomer Bay, à 55 km à l’est de Hobart (sud-est), pour tenter de retrouver les personnes portées disparues, peut-être simplement réfugiées chez des proches ou des voisins. Plus de 3.000 personnes ont dû fuir leur maison.

    Selon les autorités, les températures ont baissé par rapport au pic de température de 41,8 degrés atteint vendredi – un record à Hobbart depuis 1880 – mais les pompiers luttaient toujours dimanche contre des « centaines de kilomètres de feux incontrôlés ». « Cela va durer encore plusieurs jours », a précisé le chef des pompiers de l’île, Mike Brown.

    D’autres incendies se sont déclarés dans plusieurs Etats d’Australie confrontés eux aussi à la canicule. Le 7 février 2009, la région de Melbourne avait été touchée par des incendies particulièrement dévastateurs et meurtriers qui avaient fait 173 morts, plus de 400 blessés et détruit quelque 2.000 habitations.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Des événements climatiques hors norme dans le monde

    Mots clés : Météo, Climat

    Par lefigaro.fr

    Mis à jour le 09/01/2013 à 13:22 | publié le 09/01/2013 à 12:41

    Canicule et incendies en Australie, tempête et inondations au Proche-Orient, neige à Athènes et Istanbul : la météo fait des siennes sur le globe depuis ces derniers jours.

    Source

  • Morpheus dit :

    Russie : un millier de blessés après la chute de la météorite

    Par lefigaro.fr, Service infographie du Figaro
    Mis à jour le 15/02/2013 à 17:25 | publié le 15/02/2013 à 08:07

    Mots clés : Russie, Oural, Infographie

    La météorite, un «bolide» qui s’est désintégré au-dessus de l’Oural, devait peser «des dizaines de tonnes». Crédits photo : HANDOUT/REUTERS

    VIDÉOS – Ce phénomène, causé par la destruction d’une météorite au-dessus de l’Oural, a soufflé les fenêtres dans plusieurs localités. Les autorités recensent 950 blessés.

    La chute d’une importante météorite a semé la panique dans la région russe de l’Oural vendredi, à 9h20 locales (4h20 en France). Son passage a provoqué de violentes explosions et a blessé environ 950 personnes autour de la ville de Tcheliabinsk, dont plus d’une centaine ont dû être hospitalisé. Les habitants de de cette ville industrielle d’un million d’habitants située à 1500 km à l’est de Moscou ont raconté avoir vu une lumière brillante dans le ciel, avant de ressentir et d’entendre quelques instants plus tard l’onde de choc qui a soufflé des murs et les fenêtres de 3000 bâtiments. Les autorités de la ville rapportent qu’environ 100.000 mètres carrés de verre ont été brisés.

    Le gouverneur de cette région a d’ores et déjà déjà estimé le coût des dégâts à un milliard de roubles (25 millions d’euros). Les débris provoqués par la fragmentation de la grosse météorite ont laissé une longue traînée blanche dans le ciel, visible jusqu’à Ekaterinbourg, à 200 km de Tcheliabinsk et au Kazakhstan à 120 km au sud.

    Sur des vidéos publiées en ligne par des témoins, on peut observer la fragmentation de cette météorite incandescente traversant le ciel, ainsi que les explosions qui ont suivi son passage.

    Sur cette deuxième vidéo, des habitants, sortis de chez eux pour certains torse nu, observent le phénomène au-dessus de leur immeuble, alors que des explosions se font entendre:

    L’Académie des sciences russe a estimé que la météorite faisait quelques mètres de diamètre, pesait une cinquantaine de tonnes, et s’est désintégrée à une altitude de 30 à 50 kilomètres. Elle se déplaçait du nord-est vers le sud-ouest. Selon la chaîne publique, des fragments de la météorite sont tombés dans différents endroits de la région, dont un réservoir à côté de Tchebarkoul, à 70 km à l’ouest de Tcheliabinsk.

    Des témoins ont déclaré au site de Russia Today que leurs maisons avaient tremblé pendant le phénomène et que leurs téléphones portables étaient hors service.

    «Ne pas céder à la panique»
    «Le nombre de victimes augmente au fur et à mesure», selon l’antenne locale du ministère de l’Intérieur, citée par Interfax. Le ministère a d’abord fait état de 50, puis de plus de 150, plus de 250, 500, puis 950 blessés. Les blessés ont pour l’essentiel été touchés par des éclats de verre. Les écoles ont été fermées dans toute la région, de nombreux établissements ayant eu leurs vitres soufflées par l’onde de choc, alors qu’il faisait -6°C vendredi dans l’Oural.

    Le ministère des Situations d’urgence a indiqué avoir mobilisé 20.000 hommes, placés en état d’alerte, et trois avions ou hélicoptères pour inspecter les territoires. Le ministère a appelé la population à rester calme. «Il n’y a pas d’évacuation de la population, le niveau de radioactivité est dans la norme. Nous vous demandons instamment de ne pas céder à la panique», a indiqué l’antenne locale du ministère sur son site. Un représentant de Rosatom, l’Agence russe de l’énergie atomique, a souligné que les installations nucléaires de la région n’avaient pas été touchées.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Un séisme fait des dizaines de morts dans le Sichuan, en Chine

    20.04.2013 09:26

    Des bâtiments se sont effondrés dans la campagne. [AFP]

    Un tremblement de terre de magnitude 6,6 a frappé samedi matin le sud-ouest de la Chine, faisant des dizaines de morts et des centaines de blessés, selon les autorités locales.
    « Un séisme à Ya’an, dans le district de Lushan, a fait des centaines de morts ou de blessés », a indiqué l’agence de sismologie du Sichuan, sur un site internet gouvernemental chinois.

    La catastrophe s’est produite au pied du plateau tibétain, dans la province du Sichuan, une région de forte activité sismique déjà lourdement endeuillée en 2008 par un puissant séisme. (Voir encadré)

    La cellule d’urgence de la province a fait état, plus de quatre heures après la secousse tellurique, d’un bilan provisoire de 56 décès et 600 blessés.

    2000 militaires mobilisés

    Le séisme a surpris la population juste après 8 heures locales. Certains clichés pris du ciel montraient des zones rurales où des maisons semblaient avoir été rasées jusqu’aux fondations et d’autres, d’habitat plus dense, où les dommages semblaient plus limités.

    Plus de 2000 militaires ont été dépêchés en urgence, renforçant les secouristes déjà sur place pour les opérations de sauvetage, a rapporté l’agence Chine nouvelle.

    Séisme peu profond

    L’agence de presse officielle chinoise a indiqué que le séisme avait atteint une magnitude de 7, alors que l’Institut de géophysique américain (USGS) l’a estimé à une magnitude de 6,6.

    La profondeur du séisme a été estimée à 12 km, soit relativement peu, ce qui favorise l’ampleur des dommages. La secousse a été fortement ressentie à Chengdu, la capitale provinciale du Sichuan, et jusqu’à la métropole géante voisine de Chongqing, une municipalité ayant rang de province habitée par quelque 33 millions de personnes.

    Source

  • prunelles dit :

    soubresauts de douleur mon aimée je ne peux je ne peux que …

    • Drenagoram dit :

      Aux quatre coins de l’Une , l’écorce se réveille ,
      Autour de son Soleil , sa force est peu commune ,
      Sans revers de Fortune , notre petit monde sommeille ,
      Bâtissant Mille Merveilles , au beau milieu des dunes.
      ~
      Combien faut~il alors ? de soubresauts en soi ,
      Pour voir une nouvelle voie , venir au delà du sort ,
      Est ce rendre hommage aux morts , de reconstruire chaque fois ,
      Des Tours gardant sous toits , des milliers d’âmes sans Hors .
      ~
      NéO~

      https://www.bncnetwork.net/Countries/Qatar

  • prunelles dit :

    Qui le sait ici-bas ?

  • Drenagoram dit :

    Une tornade géante fait plus de 91 morts dans l’Oklahoma

    Par Adèle Smith, Service infographie du FigaroMis à jour le 21/05/2013 à 12:22 Publié le 21/05/2013 à 06:47

    Une tornade géante a dévasté la ville de Moore dans la banlieue d’Oklahoma City lundi, faisant au moins 91 morts dont 20 enfants et piégeant des écoliers sous les décombres. Crédits photo : STRINGER/Reuters

    Cette tornade est la plus meurtrière depuis celle de Joplin, dans le Missouri, qui avait fait 161 morts il y a deux ans, selon les statistiques fournies par le service météorologique national. Crédits photo : GENE BLEVINS/REUTERS

    Les secouristes tentaient mardi de retrouver d’autres victimes ou des rescapés dans les ruines des immeubles. Crédits photo : GENE BLEVINS/REUTERS

    Une vingtaine d’enfants sont portés disparus. Des enfants, dont certains avaient moins de 9 ans, ont été sortis des décombres par les secouristes, selon la chaîne KFOR-TV. Crédits photo : Brett Deering/AFP

    Cette chaîne locale, filmant à partir d’un hélicoptère, a montré des maisons sur des dizaines d’hectares totalement détruites, avec des empilements de dizaines de voitures, des hangars jetés à terres, des murs effondrés et des personnes errant dans les débris. Crédits photo : KFOR-TV/AP

    La tornade faisait à son plus fort jusqu’à trois kilomètres de large. La météo nationale a évalué la tornade à une force EF-4 sur l’échelle de grandeur pour les tornades, soit une vitesse de vents comprise entre 260 et 320 km/h. Crédits photo : Sue Ogrocki/AP

    Les images montrent des maisons littéralement aplaties par le tourbillon, des voitures renversées les unes sur les autres et des immeubles en feu. Crédits photo : GENE BLEVINS/REUTERS

    Selon certains témoins, la tornade de lundi apparaît plus dévastatrice que le tourbillon géant, qui, avec des dizaines d’autres, a ravagé la région le 3 mai 1999, faisant plus de 40 morts et détruisant des milliers d’habitations. Crédits photo : GENE BLEVINS/REUTERS

    EN BREF
    La tornade a frappé une petite ville pendant environ 40 minutes
    Au moins 40 enfants figureraient parmi les victimes
    Plus de 240 personnes, dont 60 enfants, sont hospitalisées

    New York
    Une tornade géante a dévasté la banlieue d’Oklahoma City dans le sud des États-Unis lundi, faisant au moins 91 morts. Selon CNN, quarante enfants figureraient parmi les victimes, la plupart coincés dans une école. Un premier bilan, qui faisait état de 51 morts, s’est fortement alourdi dans la nuit. La ville de Moore (environ 55.000 habitants) est habituée à ces phénomènes météorologiques, illustrés dans le film classique hollywoodien Le Magicien d’Oz, mais ici pas de monde merveilleux après le passage de la tornade. Les images de destruction diffusées sur toutes les chaînes de télévision montrent des résidents recouverts de boue, hagards, devant leur maison détruite, des camions retournés, des carcasses de voitures froissées comme du papier et des secouristes à la recherche de survivants dans des montagnes de débris.
    Un tiers des enfants ayant péri lundi sont morts noyés. Les secours sont toujours à la recherche de nombreux élèves portés disparus, mais ils craignent le pire, depuis que la nuit est tombée sur Oklahoma City. Plus de 240 personnes, dont 60 enfants, ont été admises à l’hôpital, la plupart souffrant de blessures causées par des projectiles volants. Cette tornade estimée pour le moment à 4 sur l’échelle de Fujita allant de 1 à 5, a suivi presque exactement le même trajet qu’une autre tempête dévastatrice, laquelle avait détruit plusieurs quartiers de la ville de 41.000 habitants en 1999. Lundi, celle-ci a frappé juste avant trois heures de l’après-midi, heure locale, soit 16 minutes après la première alerte. Tout le monde n’a pas pu se réfugier dans les abris. «Nous sommes préparés à ce genre de tornade, c’est la quatrième en peu de temps, hélas il n’y a rien que nous pouvions faire de plus à l’école. La structure était l’une des plus solides du quartier», a déclaré le membre du Congrès américain Tom Cole, originaire de Moore.

    Une centaine de chevaux morts dans un ranch

    La tornade, dont la base de trois kilomètres était inhabituellement large, a frappé pendant environ 40 minutes, causant ainsi plus de destruction que celle de 1999, pourtant beaucoup plus puissante. «Ça m’a pris 20 ans à construire ma maison et ça a pris 15 minutes à la tornade pour la détruire, je n’arrive toujours pas à croire que je
    me tiens là devant un tas de ruines» a déclaré effondré un résident de Moore à la chaîne CNN. L’homme en tee-shirt tenait dans ses bras un panier à linge, dans lequel il avait mis quelques habits récupérés dans les débris. Comme tous les résidents de cette zone que les Américains appellent «Tornado Alley», il avait conservé ses effets personnels les plus précieux dans des boîtes en plastique et espère retrouver aujourd’hui des photos de famille.
    Ça m’a pris 20 ans à construire ma maison et ça a pris 15 minutes à la tornade pour la détruire
    Un résident de Moore sur CNN
    La chaîne locale KFOR rapportait lundi qu’une centaine de chevaux seraient morts dans un ranch local détruit. Dès lundi soir, Barack Obama a signé un décret permettant de déployer les ressources fédérales. Deux ans après l’une des tornades les plus meurtrières de l’histoire des États-Unis, à Joplin dans le Missouri (plus de 150 morts), les habitants de Moore prient pour que l’on retrouve des survivants dans les décombres. Certains ont échappé à la mort parce que leur maison se situait à quelques mètres seulement du point d’impact de la tornade. Une femme a survécu parce qu’elle s’était réfugiée dans sa baignoire (une pratique courante en cas de tornade) avec son chien, en se protégeant avec des oreillers. Une mère a raconté à une chaîne de télévision locale être arrivée quelques minutes seulement avant la tornade pour récupérer son fils à l’école «Plaza Towers», où l’on compte le plus grand nombre de victimes. Cette nuit, d’autres parents attendent encore un miracle.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Le super typhon Soulik menace Taïwan

    Mis à jour le 11.07.2013

    Taïwan a évacué jeudi plus de 2000 touristes alors que le super typhon Soulik dont les rafales atteignent les 240 km/h s’approche de l’île.

    1/6Taïwan, le 11 juillet
    Le typhon Soulik dont les vents soufflent à plus de 200 km/h devrait toucher Taïwan dans la nuit de vendredi à samedi.
    Image: Keystone

    Le super typhon Soulik déplace des vents soufflant à plus de 200 kilomètres/heure. Le Japon ayant mis en garde les habitants d’îles potentiellement menacées par des vagues de 12 mètres de haut, Taïwan a préféré évacuer les touristes.

    Le typhon (ou cyclone tropical) se trouvait à 790 kilomètres à l’est-sud-est de la pointe nord-est de Taïwan à 09 heures GMT (11 heures en Suisse), selon l’Agence taïwanaise de la météorologie.

    Touristes évacués

    Soulik se déplace dans le sens ouest-nord-ouest en direction de Taïwan à la vitesse de 22 km/h. Il pourrait toucher terre dans le nord de l’île, ou l’effleurer, dans la nuit de vendredi à samedi.

    L’agence météo a appelé la population à «la vigilance» et les autorités ont évacué 2300 touristes de l’île Verte qui fait face à la ville de Taitung (sud-est). Un avis de tempête a également été émis à l’attention des navires croisant au nord et à l’est de Taïwan.

    Selon la chaîne de télévision TVBS, Soulik présente une trajectoire qui rappelle celle du super typhon Herb qui avait fait 51 morts et 22 disparus en 1996. L’observatoire météo de Hong Kong a classé Soulik en super typhon, Taïwan en typhon sévère.

    La Chine et alerte

    Au Japon, l’agence météo de l’île d’Okinawa a prévenu que des vagues de 12 mètres pourraient toucher le littoral avec des vents atteignant 234 km/h par rafales.

    En Chine populaire, les autorités ont émis jeudi une alerte orange (un cran avant l’alerte maximum), selon l’agence Chine nouvelle.

    Après Taïwan, Soulik devrait en effet se diriger vers les régions côtières chinoises du Zhejiang et du Fujian, exposées à des ventes «extrêmement forts», selon le centre chinois de météorologie cité par l’agence.

    En août 2009, le typhon Morakot, le pire de l’histoire de Taïwan, avait fait 600 victimes, la plupart ensevelies par d’immenses glissements de terrain dans le Su
    (ats/Newsnet)

    Créé: 11.07.2013, 12h18

    Source

  • Drenagoram dit :

    Le coût des inondations pourrait exploser d’ici à 2050

    Par lefigaro.fr Publié le 21/08/2013 à 16:00

    Miami fait partie des zones les plus menacées par les inondations.
    Dans une quarantaine d’années, il pourrait dépasser les 1000 milliards de dollars, dans les 136 plus grandes villes côtières de la planète si elles ne se protègent pas mieux, selon une étude.

    1000 milliards de dollars – environ 750 milliards d’euros. Voilà ce que les inondations pourraient coûter en 2050 aux 136 plus grandes villes côtières de la planète si elles ne se protègent pas mieux, selon une étude parue dimanche.
    Financée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), cette étude publiée par la revue Nature Climate Change, s’intéresse au coût financier que provoquent les inondations, tels que la perte d’habitation, de commerce, d’industrie ou de toute autre infrastructure.
    Les chercheurs ont tenté de chiffrer l’évolution de cette facture dans les prochaines décennies à partir de scénarios socio-économiques (augmentation de la population, évolution de l’urbanisation, hausse du niveau de vie…) mais aussi de l’affaissement du sol dans certaines régions et de la montée du niveau de la mer due au réchauffement.
    Un coût de 60 milliards de dollars en réalisant des travaux de protection

    Le fruit de leur travail est assez frappant. En 2005, les dommages imputables aux inondations, dans ces 136 plus grandes villes côtières du monde, étaient estimés à 6 milliards de dollars par an. D’ici à 2050, ils pourraient grimper à environ 60 milliards de dollars. Cette augmentation table toutefois sur la mise en œuvre par ces villes, d’investissements comme la création ou le renforcement de digues, qui maintiendraient le risque d’inondations au même niveau qu’aujourd’hui. Ces travaux sont estimés par Nature Climate Change à 50 milliards de dollars par an pour l’ensemble des 136 villes.
    «Si on investit dans des protections, on peut réduire le risque, mais on a de plus en plus de gens qui dépendent de ces protections. Cela veut dire que en cas de rupture de digues, on a globalement des catastrophes plus importantes», souligne l’économiste Stéphane Hallegatte qui a dirigé l’étude.
    Dans le cas contraire, sans nouvelles mesures de protection dans les villes, les pertes cumulées des 136 villes exploseraient à plus de 1000 milliards de dollars par an, précise l’étude. Ce chiffre «n’est pas une prédiction», précise néanmoins Stéphane Hallegatte, car il implique des hypothèses pas forcément réalistes dans certains cas.
    Ces chiffres «sont des résultats de prospective, ce ne sont en effet pas des prédictions, juge Andrès Garzon, économiste de l’environnement, qui travaille pour le cabinet Acteon environment. C’est un exercice qui se base sur des présupposés, des hypothèses. Ce travail nous offre ainsi une vision des possibles en se projetant aux années 2030, 2050 et 2070 mais en centrant sur l’horizon 2050. En tout cas, la direction que trace cette étude est la bonne, car il est évident que les coûts vont augmenter dans les années qui viennent.»
    Marseille zone à risque en 2050

    L’étude de Nature Climate Change montre également qu’avec la hausse du niveau de la mer due au réchauffement, les zones où le risque d’inondation est le plus fort vont évoluer dans les quarante années qui viennent. Aujourd’hui, Miami, New York, La Nouvelle-Orléans ou Canton, en Chine, font parties des villes les plus exposées. En 2050, outre celles-ci, les villes indiennes de Bombay et Calcutta seront aussi très menacées.
    Mais plusieurs zones qui ne sont pas forcément les plus à risque aujourd’hui, comme le bassin méditerranéen, vont aussi être menacées. Ainsi Naples, Beyrouth, Istanbul, Athènes, mais aussi Marseille pourraient être en danger de submersion.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Californie : le feu menace le parc de Yosemite et San Francisco

    Par lefigaro.fr,
    Service infographie du Figaro
    Mis à jour le 26/08/2013 à 18:21
    Publié le 26/08/2013 à 11:03

    VIDÉO – Un gigantesque incendie ravage les forêts à l’est de la Californie depuis plus d’une semaine. Il continue d’avancer de façon incontrôlable, menaçant le parc national de Yosemite, patrimoine mondial de l’humanité.

    En seulement neuf jours, celui que le service des forêts de Californie a baptisé «Rim Fire» a détruit plus de 58.000 hectares de forêt dans le comté de Tuolumne, à l’est de la Californie. Né samedi 17 août pour une raison indéterminée dans la forêt de Stanislaus, adjacente au parc national de Yosemite, le gigantesque brasier a déjà ravagé près de 60.000 hectares de ce dernier et continue d’avancer vers l’intérieur de la réserve, qui est classée au patrimoine mondial de l’humanité. Il menace également l’alimentation de San Francisco en eau et en électricité. Parmi les 50 feux de forêt enregistrés aux États-Unis actuellement, «Rim Fire» serait le plus rapide et brûlerait chaque jour environ 3500 hectares de végétation.
    Quelque 3000 pompiers tentent de repousser les flammes et bombardent eau et retardateurs chimiques sur elles, avec l’aide d’hélicoptères et d’avions, ce qui n’a permis de ne contenir que 15% de l’incendie jusqu’à présent, selon le site d’information Inciweb. Le bilan des dégâts s’élevait dans la nuit de dimanche à lundi à 11 maisons, 1000 cabanes et quatre commerces détruits, mais le feu continue de menacer 4500 habitations. Les autorités ont ordonné l’évacuation des villages de Tuolumne, de Ponderosa Hills et de Mi-Wok. L’autoroute 120, qui traverse toute la région, a été fermée.

    La ville de San Francisco affectée

    infographie, incendies, californie
    Dans la nuit de vendredi à samedi, le gouverneur de Californie a décrété l’état d’urgence à San Francisco, le feu ayant endommagé les infrastructures électriques qui l’alimentent. Deux des trois centrales hydroélectriques de cette zone ont ainsi dû être fermées. Les autorités forestières californiennes ont annoncé que le lac réservoir de Hetch Hetchy, qui fournit 85% des besoins en eau de 2,6 millions d’habitants de la région de San Francisco, était aussi menacé par les flammes, a rapporté le quotidien L.A. Times . Dimanche, elles se trouvaient à seulement trois kilomètres du lac.
    La fermeture totale de parc écartée
    Si l’incendie continue de s’enfoncer à l’intérieur du parc national de Yosemite, ce sont 3.000 kilomètres de paysage naturel sauvage et quelque 250 espèces animales qui sont en danger de destruction. Le feu est alimenté par la végétation locale, extrêmement sèche, et des fortes rafales de vent qui repoussent les flammes vers des zones difficilement accessibles par les pompiers. Pour l’instant, la fermeture totale du parc n’est pas envisagée. Les responsables ont pourtant procédé à l’évacuation et la fermeture du terrain de White Wolf («Loup blanc») . «Les flammes ne présentent pas de risque notable, mais les effet des fumées sont si importants que nous évacuons ces zones» a déclaré le porte-parole du parc, Tom Medema.
    Avec 4 millions de visiteurs chaque année, le parc naturel de Yosemite est l’une des principales attractions touristiques des États-Unis.

    Source

    Mise à Jour

  • Drenagoram dit :

    Climat : les ravageurs gagnent du terrain

    Par Marielle Court
    Mis à jour le 03/09/2013 à 19:55 Publié le 03/09/2013 à 18:24

    La hausse globale des températures permet à certains insectes de migrer plus loin vers le nord (ici, une sauterelle en Russie).
    Insectes, bactéries, champignons ou vers, les nuisibles progressent en moyenne de 3 km par an en direction des pôles et menacent la sécurité alimentaire mondiale. On les retrouve dans des régions où ils n’auraient pas pu survivre il y a cinquante ans.

    Environ 3 kilomètres par an en direction des pôles Nord ou Sud: les insectes ravageurs se déplacent, gagnent du terrain et menacent l’agriculture mondiale. Si le transport de marchandises est la cause principale de cette migration, elle est très largement encouragée par le réchauffement climatique qui favorise l’acclimatation des insectes à des latitudes nouvelles où ils n’auraient pas pu survivre auparavant. Ce constat est dressé dans la revue Nature Climate Change par une équipe de chercheurs de l’université d’Exeter (Grande-Bretagne) qui s’est ainsi penchée sur l’évolution de la répartition de quelque 612 insectes nuisibles de par le monde.
    L’étude montre ainsi une relation étroite entre la hausse des températures enregistrées ces cinquante dernières années et l’expansion des bestioles. Tous les ravageurs sont concernés, insistent les chercheurs, qu’il s’agisse d’insectes, de champignons, de bactéries, de virus ou encore de nématodes (des petits vers). Mais tous n’avancent pas à la même vitesse. Certains papillons peuvent parcourir jusqu’à 20 kilomètres par an quand des bactéries bougent à peine.
    «Nous devons protéger nos frontières»

    Les chercheurs citent notamment le dendroctone du pin qui a survécu aux hivers moins rigoureux en Amérique du Nord, détruisant ainsi les forêts de ces régions ou encore la pyriculariose du riz. Ce champignon installé dans plus de 80 pays avec des conséquences désastreuses sur l’agriculture et la santé de certains écosystèmes s’attaque désormais au blé. Cette nouvelle maladie réduit sérieusement les rendements de la céréale au Brésil, soulignent les scientifiques. «Le réchauffement a permis au doryphore de remonter au nord de l’Europe, en Norvège et en Finlande, où les conditions hivernales auraient dû le tuer», précise également à BBC news Dan Bebber, l’un des auteurs de l’étude.
    «Si les ravageurs continuent de se développer en direction des pôles alors que la terre se réchauffe, les effets combinés d’une population mondiale en augmentation et des pertes de cultures de plus en plus importantes menaceront sérieusement la sécurité alimentaire mondiale», poursuit le scientifique. On considère actuellement que 10 % à 16 % des cultures mondiales sont perdues à cause des parasites. Les chercheurs soulignent la nécessité d’un meilleur suivi de ces évolutions. «Nous devons protéger nos frontières, instaurer des quarantaines pour les plantes afin d’éviter que les pathogènes envahissent les systèmes agricoles», ajoute-t-il.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Pakistan: séisme de magnitude 6,8

    Par lefigaro.fr avec AFP

    Mis à jour le 28/09/2013 à 10:59

    Publié le 28/09/2013 à 10:43

    Un séisme de magnitude 6,8 a secoué samedi le sud-ouest du Pakistan, une région déjà dévastée il y a quatre jours par un séisme qui a fait plus de 300 morts.

    Ce nouveau tremblement de terre s’est produit à 14 kilomètres de profondeur, à près de 100 kilomètres au nord-est du district d’Awaran, à 12H34 (9H34 heure française), selon l’institut américain de géophysique (USGS).

    « Il ne s’agissait pas d’une réplique mais d’un nouveau séisme » a déclaré à la chaîne GEO Zahid Rafi, directeur du Centre national de surveillance sismique du Pakistan.

    Source

  • Drenagoram dit :

    L’Inde se prépare à un puissant cyclone

    Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters
    Mis à jour le 11/10/2013 à 13:00
    Publié le 11/10/2013 à 10:53

    La côte Est de l’Inde se prépare à affronter le très puissant cyclone Phailin demain avec la mobilisation de l’armée, les services météo mettant en garde contre de possibles inondations et dégâts matériels importants.

    Des dizaines de milliers d’habitants étaient en cours d’évacuation ce vendredi. Cinq mille familles ont déjà été orientées vers des abris et des écoles. Les habitants des zones situées sous le niveau de la mer ont été invités à rejoindre les abris anti-cyclone ou les constructions élevées. Les premières rafales ont été ressenties vendredi sur la côte et des témoins ont évoqué des vagues de 3,5 mètres de haut.

    Les images satellites sont impressionnantes.

    Phailin occupe une surface équivalente à la moitié de l’Inde

    Le cyclone Phailin est attendu demain soir dans les Etats pauvres de l’Orissa et de l’Andhra Pradesh et devrait s’accompagner de fortes pluies et de très hautes vagues.

    Son intensité «devrait s’accentuer avec des rafales de vent atteignant 205 ou 215 km/h», ont indiqué les services météorologiques indiens qui mettent en garde contre des dégâts possibles sur les habitations, les cultures et le réseau électrique.

    Le cyclone, qualifié de « très violent » par le service météorologique national indien, occupe une surface équivalente à la moitié de l’Inde.

    Ce cyclone «est très proche d’une tempête super-cyclonique», la catégorie la plus élevée, et gagne en intensité sur le golfe du Bengale, a précisé le directeur général des services météorologiques indiens.

    La côte est de l’Inde a été frappée en 1999 par un « super cyclone » qui a fait 10.000 morts. L’Etat d’Odisha avait été balayé pendant trente heures par la tempête, avec des rafales atteignant 300 km/h.

    Source

  • Drenagoram dit :

    Fort séisme ressenti en Crète

    Par lefigaro.fr avec AFP
    Mis à jour le 12/10/2013 à 16:51
    Publié le 12/10/2013 à 16:49

    Un séisme d’une magnitude d’au moins 6,2 a frappé samedi l’île de la Crète dans le sud de la Grèce. Le séisme a frappé à 16h12 locales (13h12 GMT) en mer à environ 60 kilomètres au large de la ville de Hania, située dans l’ouest de la Crète, a indiqué l’Observatoire grec des séismes à Athènes.

    Selon l’institut américain de surveillance géologique le séisme a atteint une magnitude de 6,4.

    « Le séisme a eu lieu dans une région connue pour son activité sismique. Il a été ressenti fortement en Crète et dans le reste de la Grèce », a dit le géologue Efthymios Lekkas à la radio grecque Skai. Selon cette radio, des maisons et des boutiques ont été endommagées en Crète.

    Vendredi, un tremblement de terre de magnitude de 4,4, décrit comme « faible » par l’Observatoire, avait touché le nord du pays sans faire de dégâts.

    Source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :