~Veiné d’Hors , l’Erable naît Sycomore~

4 septembre 2011 § 314 Commentaires

     
                                                        ~            
 Au Grand Cœur de l’Été ,
Treize Reflets nés d’hauteurs ,
 Emportent l’Hôte voir Ailleurs ,
d’Outre~Rives Vers d’Orées ,
 Faire Détours en Sentiers ,
dans une Ronde d’Âmes Sœurs ,
 Suivant l’Onde sur l’à Fleur ,
pour un Jour s’éveiller.
                                                        ~
 De Vieilles Légendes dorment en Lac Noir,
l’Histoire se Conte au Fil des Ans ,
 Toute la Magie Dore au Couchant ,
Ici les Pierres attendent le Soir ,
Des cernes de l’Une à l’Hors regard ,
sur l’écorce même de son Vivant ,
 Quand l’Une & l’Hôte scellent le Temps ,
à leur rencontre renaît l’Espoir.
                                                        ~
 En Veines érables gardiennes des Cimes ,
se Tisse l’Infime des Liens d’Hier ,
 Huit Pierres d’étoiles au Pied de Pairs,
attendent sous Vent entre les Lignes ,
Cet étranger leurs faisant Signes ,
sachant l’Essence d’Être éphémère ,
 Pour les Enfants d’une Même Mère ,
d’Hors Vénérables se Montrent Dignes .
                                                        ~
 La Soie de l’Une laisse entrevoir ,
à même l’écorce un Hôte point de Vue ,
 Au Travers de sa Fibre ,
vibre un Beau Sycomore ,
 D’une étoffe née d’échange ,
bien sous Vents mise à Nue ,
 Dans un Antre aperçu ,
dame se Lit sans Efforts .
                                                        ~
 D’un Autre Coté en Face d’une Onde ,
au Vert Miroir de ses Reflets ,
 Son Corps ouvert est Lande Déliée ,
un Chant des ères où Veines Abondent,
 Du Temps de l’Une en ses Racines ,
la Sève remonte vers son Sommet ,
 A l’Hors l’érable s’en Vient Relier ,
Par sa Nature l’entre~deux Mondes.
                                                        ~   
 Depuis Longtemps il veille en Ronde ,
sur le Passage l’Arbre est le Guide ,
 De Main de Mère mais non Séïde ,
l’Enfant de l’Une naît Orphelin ,
 Coupé du Lien envers l’Ancien ,
rien de Nouveau en Regard Vide ,
 Un Monde of Course a Voie Rapide ,
les Corps passant le voit en Vain.
                                                        ~ 
 Auprès des Pierres en son Royaume ,
roi Sycomore songe en Lisière ,
 Dans la Montagne l’Arbre est Frontière ,
pour Traverser demande Paume ,
 L’esprit s’avance sous Frondaisons ,
laisse l’irraison dans sa Chaumière ,
 L’érable à l’Hors fait Sien son Frère ,
de par Alliance Lien des Saisons .
                                                        ~
 Son Cor Résonne en l’Uni~Vers ,
aux Lignes d’Hors d’un Livre Ouvert ,
 A l’étranger venant Chercher ,
des Graines de Mère dans son Sillon ,
Tournent les Pages d’Hivers Passés ,
les Veines Alternent pures émotions.
 L’écorce se plie sous les Saisons ,
Tant sa Raison entre en Matières .
                                                        ~
 Son Beau Visage en la Lumière ,
cerné d’une Vaste Couronne de Mousses ,
 Prend Formes d’un Sage vivant de Source ,
baigne au Présent dans l’Aurifère ,
 D’Hors sa crinière s’élance au ciel ,
ses Feuilles le ceigne de mille Ressources ,
 A Mon Regard sous la Grande Ourse ,
l’érable est Marche sur l’haut en l’ère.
                                                        ~
 En Magicien d’une branche du Temps ,
un Monde dormait dans son Entière
 Grand Sycomore offrait le Lien ,
l’Ancien Partage venant des Songes ,
Venant d’Avant où l’Âme Longe ,
abritait l’Arche d’une Verte Alliance ,
 Sous couvert d’un cinquième sens ,
quatre en racines parlaient aux pierres.
                                                  
  D‘une Lumière d’Hors au cœur d’érable ,
  Reflète l’Espace , Rêvent d’Unis Verts ,
  Source des Vies en l’Aurifère ,
  Le Chœur des Arbres Songe l’Immuable ,
  Donne sa Mesure à l’Onde de Mère 
                                                        ~
 Au Loin s’étend à Perte de Vues ,
un Haut Domaine riche en Essences ,
 Des frères de plaines font Preuves en Sort ,
d’une résilience Hors du Commun ,
 Ainsi Reliés d’accords au Clair ,
l’Aubier aux Vents fait Résistance ,
 Oppose la Cerne au Fil du Temps ,
son Duramen en Sève est Mues.
                                                        ~ 
Auprès d’érables au Cœur Fendu ,
les doigts de l’Une sont Féeriques ,
Aux Courbes Denses l’Essence lyrique ,
les Formes s’enveloppent sous le Feuillu ,
Chaque Sycomore doit son Salut ,
à la Portée du Lien Unique ,
Entre l’esprit d’une terre Mythique ,
et la Mémoire des Premiers Venus.
                                                        ~         
 A Fleur des Arbres Sages ,
bien des Visages sommeillent en Lignes ,
 Veillant parfois entre les Âges ,
à parler d’Hors dans la Substance ,
 Vivre d’égards au Chœur du Bois ,
c’est Rendre hommage de par le Signe
 Juste à Claire Voix dans son Sillage ,
vivre en Chemin avec l’Essence.
~
NéO~
 

Où suis-je ?

Entrées taguées Souffle sur DRENAGORAM.