~En for & au fond, écho d’hors dragons ~

1 janvier 2014 § 172 Commentaires

L’an neuf guidant ma plume , c’est veuf d’une âme de fond ,
qu’aux flammes de blanche saison , résonne la corne de brume ,
là haut les vents m’allume , « quant est-il d’Hors dragons ? »
force est d’entendre le son , l’écho lui s’y consume.
Dragons_d_hors_04
~
l’Esprit livre en lumière , sa toute primaire bataille , 
matière est elle de taille ? pour l’âge du savoir faire ,
au vu d’un porte sphère , chevauchant grises écailles ,
Léman scelle en la maille , son étincelle solaire.
Dragons_d_hors_22
~
Capitaine de ma Tour & Seigneur de son Âme ,
l’Hiver ma foi s’entame , ô chant du troubadour ,
sans l’or blanc pour velours , où sang lui verse une larme ,
à l’aune de veillées d’armes , d’ascensions au long cours.
Dragons_d_hors_44
~
Déjà s’allongent les jours , s’illumine l’Oriflamme ,
le ciel est tel ma dame , reflétant l’ombre d’amours ,
 l’eau bleue & lac d’atours , se mirent en moi deux trames ,
au souvenir de ses charmes , estocade ou bravoure ?
Dragons_d_hors_55
~
Le vague des alentours , est choix des quatre vents ,
je fais vœux à présent , de ne plus ramer sourd ,
certain d’être hors concours , au cœur des éléments ,
s’éloignent en soi misant , dévoilant brise à jour.
Dragons_d_hors_11
~
De cette balade au clair , entre pierres et belle rade ,
ces mots sont pour l’aubade , remerciements s’insèrent .
A vous nobles éphémères , le sieur va sans pommades ,
dédier là sa tirade , dans le sillage d’hier.
Dragons_d_hors_88
~
Dragons_d_hors_99
~
En cet instant charnière , juste à cheval sur l’An ,
l’Onde plie nos océans , relie l’Arbre univers ,
l’Œil aux aguets d’éthers , dévoile au firmament ,
comment son âme d’enfant , sert d’ancrage à la Mère.
Dragons_d_hors_111
~
Aux nuits d’étoile polaire , en ce soleil couchant ,
ma lyre prendra le temps , d’aller vous jouer un air ,
Légendaires des sept mers , cette lune aux cerfs~volants ,
avance d’un pas de géant , l’Heure mue par la Lumière.
~
NéO~

 

~A l’ombre des tours, l’éveil se fait jour~

4 septembre 2013 § 129 Commentaires

A_l_ombre_des_tours_04
 
L‘illusion des saisons , s’enchaîne à la surface ,
Critique étant la masse , aux flux d’informations ,
Drôles de révolutions , dont les poisons sur place ,
tournent en rond dans la nasse , menaçant l’horizon.
    ~
A_l_ombre_des_tours_08
 
En mille lieux du désert , l’ancrage est sage point d’eau ,
Ce penchant pour l’écho , aux fléaux millénaires ,
Conte l’ombrage salutaire , au gré d’un long repos ,
L’astre brûlant nos peaux , métisse les fils du Père.
    ~
A_l_ombre_des_tours_11
 
L‘Alliance des éphémères , marche à part vers le haut ,
Pour ne point vivre idiot , une foi à la Lumière ,
Aux Tours bien des mystères , se forgent hors du flambeau .
A voir la voie des mots , aux anges au seuil de Mère.
    ~
A_l_ombre_des_tours_22
 
L‘œil garde un angle ouvert , sur la nature des mondes ,
Outre chemins de rondes , songe la couleur des vers ,
Pour les souffleurs d’hier , la noble matière abonde ,
Le sable mouvant nous sonde , explore tel Gulliver.
    ~
A_l_ombre_des_tours_33
 
Seule l’âme de taille altère , un tant soi peu sans toge ,
Hors du commun déroge ,où d’autres aiment se complaire ,
Par faim d’élémentaires , ces Esprit s’interrogent :
L’éternité nous loge , où défaillent nos chimères ?
    ~
A_l_ombre_des_tours_44
 
Oublions Légendaires , la censure pour un temps ,
Même à contre courant , l’Alchimiste persévère ,
Le feu couvant la pierre , l’artiste ignore seing~blanc , 
l’An neuf se montre flambant , d’ors la mesure se perd.
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Hélas mon Âge de faire , approche le mur du chant ,
La porte aux quatre vents , reste ouverte en lisière ,
Ma Lyre en bandoulière , point d’orgue du cheminant ,
Refuse d’être l’instrument , soumise aux clefs sectaires .
    ~
A_l_ombre_des_tours_66
 
Une fois marquée au fer , la chaire devient geôle ,
Gardant l’épié au sol , ses ailes au delà du verre .
L’esprit ce réfractaire , à taire l’envie d’envol ,
Brise alors ce bémol , d’une crise identitaire.
    ~
A_l_ombre_des_tours_77
 
Sa liberté de paroles , étant toute relative ,
En soie l’éveil arrive , à bord comme un symbole ,
Suivant ces années folles , dont ma croix primitive ,
Errant le long des rives , jouait du cor sur les cols.
    ~
A_l_ombre_des_tours_88
 
L‘horloge poursuit sa course , dans ma mémoire interne ,
Face aux aiguilles du terme , ma veine cherche la source ,
Sans vendre la peau de l’Ourse , faute d’un moral en Berne .
L’Astrolabe ma gouverne , sème l’Achab à mes trousses .
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Dans le Sillage aimant , de l’Une et ses reflets ,
Navigue bien des pensées , au large d’éléments ,
A fuir l’aveuglement , l’évidence reprend pied ,
Sage étoile cette alliée , guide au Nord mon sextant .
    ~
A_l_ombre_des_tours_122
 
Face aux flux miroitants , œuvrant dans l’univers ,
L’Onde tisse la toile polaire , de ce tableau vivant ,
Fontaine d’un jeu troublant , nouant l’endroit de repères ,
Belle est matrice au claire , l’oiseau de mes printemps .
    ~
A_l_ombre_des_tours_133
 
Avant la fin des Temps , justifiant l’éphémère ,
« Tu visiteras l’enfer , en tant qu’enfant fuyant , »
Hors la faucheuse se fend , d’un doux sourire amère ,
Sa griffe en un éclair , porte à faux maux passants.
    ~
A_l_ombre_des_tours_144
 
Au fil de maint détours , l’esprit toujours en quête ,
Fait fi de vains prophètes , ayant requêtes pour cours ,
Deux vers ornant ma tour , en regard de la bête ,
« Nul miroir aux alouettes , n’enchante le Troubadour. »
    ~
A_l_ombre_des_tours_155
 
Au Diable les hauts discours , sur les valeurs de lames ,
Avant de rendre les armes , nu comme au premier jour ,
L’âme vole à mon secours , sans peur à fleur des flammes ,
Hors si le monde se damne , demeure fidèle autour.
    ~
A_l_ombre_des_tours_166
 
Songe ou trêve sans pareil , l’avis est loin d’être rose ,
L’excuse métamorphose , l’atout existe en ciel ,
Au lieu de tendre l’Oreille , toute la galerie s’expose ,
A trouver porte close , une fois sonné le réveil.
    ~
A_l_ombre_des_tours_177
 
Dans l’ombre des façonneurs , l’Alliance reste de mise ,
L’Une sait sa Terre promise , tourner mal par ailleurs ,
Rendez vous aux lueurs , sa Présence s’y précise ,
Savoir demeure en Pise . où la chaise vide se meurt.
    ~
A_l_ombre_des_tours_188
 
L’éveil en vous dormeurs , est bienvenu à ce jour ,
Hors l’onde éclaire nos tours , de mille et une couleurs ,
Ce monde héberge l’horreur , comme il accueille l’amour ,
Soleil & l’Une autour , érigeons l’havre au cœur .
    ~
A_l_ombre_des_tours_199
 
En cet instant du Rêve , l’écho de vers brisés ,
Atteint l’âme éveillée , dont les saisons sans sève ,
Un beau matin s’achèvent , au son du cor usé ,
Son arbre de vie mort né , au renouveau s’élève.
 
    NéO~

~Rose & Vaillant, Alliance & 6ème sens~

21 juillet 2013 § 93 Commentaires

Rose_et_vaillant_alliance_04
 
Hors des monts du Midi , la Vie montre ses dents ,
Au delà de quarante ans , mon âme est pleine d’envies ,
S’émerveillant chaque nuit , des lumières du Vivant ,
Ce clair~obscur du Temps , entre deux tours séduit .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_11
  
Une Foi en corps relie , l’échappée belle aux vents ,
Dame Rose m’accompagne en , au cœur de l’Alchimie ,
Nous voilà onze amis , sur d’hauts sentiers grisants ,
A fleur des éléments , au seuil de cette magie.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_22
 
Hors l’Alliance se poursuit , en prenant là hauteur ,
Au travers des couleurs , l’indicible se produit ,
Ce monde d’émaux fleurit , se teinte de jolies sœurs ,
Rien d’étonnant d’ailleurs , tant l’onde semble infinie .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_32
 
Au refuge d’avant nuit , les champs de l’enchanteur ,
Chantent en voie mille lueurs , « ô chœur de mes écrits » ,
J’en aime le moindre bruit , résonant en demeure ,
D’un lac d’Anthème sonneur , d’une veillée d’âmes ici.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_33
 
Mon corps vaillant fait fi , des maux superficiels ,
Aussi légère soit~elle , ma rose en l’âme gémit ,
Où la lumière s’enfuit , chaque fleur pour l’essentiel ,
Accueille alors l’éveil , pour l’élève averti .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_44
 
Au cœur de ce réduit , chaque être porte son soleil ,
L’Univers tend l’oreille , en toutes ses galaxies ,
Nous sommes au sein d’esprits , à nul autre pareil ,
Evoluant sous ce ciel , perclus en théories.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_53
 
Hors à mon humble avis , la parole ne vaut rien ,
Sans vivre au moins le lien , juste une foi dans sa vie ,
Ce chemin d’alchimie , embrase à portée de mains ,
Par le feu du divin , le froid régnant sans lui .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_51
 
Depuis des lunes je fuis , ce monde courant sa fin ,
Cherchant à voir enfin , une neuve porte de sortie ,
Sans être de dernière pluie , l’Une veille sur son écrin ,
Face au déluge lointain , se profile bien des bris .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_55
 
Clef de voûte à la lumière , étendard de l’Alliance ,
Rose & Vaillant dans l’anse , s’unissent pour l’éphémère ,
Marchant cette fois envers , entrant en résistance ,
Hors Quêtes de connaissances , agissent les Légendaires.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_66
 
Au delà d’un sixième sens , l’existence même de Mère ,
Traverse en un éclair , nos murs d’indifférences ,
Sa Nature reste une chance , tel un haut rayon vert ,
Perçant l’antre en matières , d’éléments sous silence.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_77
 
Au fil d’une telle avance , la montagne amplifie ,
L’écho des songes enfouis , à fleur des parois denses ,
Hors vivre n’est point une science , mais un état d’esprit ,
En nous sommeille le fruit , d’une once de résilience.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_88
 
Face à ce vide immense , le marcheur peut conter ,
Des faits d’histoires tissés , évitant nombres d’errances ,
Où l’étoffe par vaillance , affronte l’adversité ,
Rose de mémoire aînée , parle aux vents de sa Lance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_99
 
Sur la route de Susanfe , le pas d’Encel dansait ,
Invitant sous ses traits , nos pieds à la prudence ,
Sans porter l’indolence , l’œil le trouve aux aguets ,
Inutile en effets , de jouer avec malchance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_101
 
Vaillant reprit ses sens , près de la roche dorée ,
Jouant de leurs reflets , l’une par intermittence ,
Compose avec aisance , au gré d’hivers cernés ,
Un monde où s’accrocher , approche de la nuance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_103
 
Hors rien ne sert je pense , d’attendre une réaction ,
Toute chose œuvre dans le fond , durant son existence ,
A faire de sa croyance , un choix sans illusions ,
Telle l’empreinte des dragons , Au deçà de mon enfance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_104
 
La marque des temps nouveaux , sublime ces grands royaumes ,
Hors de la main des Hommes , elle forge d’anciens joyaux ,
Sa nature sur les hauts , par les saisons transforme ,
Ceux dont le pic de forme , leurs fait changer de peaux .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_111
 
Une foi en corps s’en faut , à voir dont l’Une colore ,
Son territoire du nord , avec d’ors oripeaux ,
L’artiste aimant là haut , nous rendre envieux de son sort ,
Comment craindre la Mort ?, au vu d’un tel Tombeau.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_122
 
Un nouveau jour s’élève , le dernier pour ce tour ,
La Haute cime au long cours , voit où le songe s’achève ,
Au pied du col ma trêve , fût brève mais de bon secours ,
Car du chapeau toujours , dame Rose salue mes rêves .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_133
 
Susanfe au nom du col , ouvre mille et un sésames ,
Passage de bien des âmes , il mène suivant l’éole ,
Vers les géants au sol , touchant du doigt la trame ,
Nous laissant sous le charme , d’une mythique farandole.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_144
 
Marchant au bord de l’abîme , tout en guettant l’orage ,
L’Haute cime dans notre sillage , devient le but ultime ,
Hors nos promesses s’arriment , à revenir en sages ,
Pour un futur voyage , où l’accord en soi prime .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_155
 
Au cœur d’un beau pierrier , l’humeur tend à la fête ,
Nous garderons en têtes , ce gage particulier ,
Celui de savoir lier , roches tendres et dures arêtes ,
Pour parvenir en Quête , à toutes choses unifier.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_161
 
Hors l’Onde dans son reflet , relie l’entre deux mondes ,
En soie juste une seconde , demeure au mieux cette clef ,
Ouvrant pour y songer , d’autres vies en la Ronde ,
Où la Magie abonde , nos racines sont plongées .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_166
 
A l’aube d’un nouvel âge , ma tour augure en for ,
De faire un brin d’efforts , pour ne point faire barrage ,
Dame Rose à son ouvrage , d’azurs sait réconforts ,
Vaillant au son du cor , loue d’alliance son courage.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_177
 
Une fois encore la croix , croise en chemins ma ligne ,
Au delà d’un simple signe , elle illumine ma voie ,
Ce fil au son du bois , demande à Rose d’être digne ,
De source à l’Origine , Hors du Col du Jorat .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_188
  
Au vu d’une course folle , si loin d’antique Provence ,
L’Onde porte à l’évidence , l’Alliance en premier rôle ,
Ces liens unissent symboles , au fil de providences ,
Aux compagnons de cette chance , Vaillant offre son épaule.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_199
 
Quand à NéO~ l’heureux , de n’être plus à part ,
Son âme devenue miroir , reflète une voie pour deux ,
L’Alliance en corps noueux , donne au sommet de son art ,
L’envie d’être sur le quart , sans jouer un double jeu.
    ~
    NéO~
    ~

Bel été Légendaires….

~Une foi à la lumière, l’atour du paradis~

25 juin 2013 § 145 Commentaires

Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_04
 
Tournant le dos au blanc , du loin de sa masse nord ,
Nous partîmes dès l’aurore , cueillir à pas de géant ,
En la demeure du temps , la rose des chercheurs d’hors ,
Celle donnant songes aux corps , en voûte par éléments .
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_11
 
Dame chance au rendez vous , souhaitée depuis des lunes ,
De bonne heure fait fortune , sans aucune faute de goût ,
Tissant de bout en bout , vers chacun son rêve diurne ,
Cette foi en cause commune , l’augure roi désavoue.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_22
 
La clef de vert vivants , lors d’un séjour sans bris ,
Aux portes du Paradis , ouvre nos regards vaillants ,
Dehors le nez au vent , l’arche est ceinte d’énergies ,
Ce fil d’Ariane relie , aux tours les cheminants.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_55
 
Dans le sillage des ans , le pas sage sert de lien
Compagnon transalpin , l’ancien en soi prudent ,
Sur ces terrains glissants , d’audace guide nos chemins ,
Face à notre ange gardien , s’efface le mauvais sang .
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_66
 
Hors deux cordées de quatre , font nombre d’infini ,
Une boucle alors relie , ceux dont l’étoile aime battre ,
Sous les rayons de l’astre , au rythme de l’harmonie ,
« Ecouter l’onde d’autrui , évite en ronde désastres « 
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_77
 
L‘Or blanc reste à ce prix , son cours ma foi sous vents ,
Se fixe au fil du Temps , à l’ombre du Paradis
L’ailleurs se pare ici , de mille reflets changeants ,
Au seuil de l’enchantement , blanche tour est pure Magie.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_88
 
Sa vue m’inspire folie , à vivre passionnément ,
Tel aimer l’isolement , à fleur du paradis ,
Le cœur donne à l’envie , toujours un bleu mordant ,
Nuages sont d’océans , ma muse une île à vie.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_99
 
Au point d’ancrage joli , la madone veille aux trois ,
Son port d’attache au delà , transforme l’étoffe ainsi ,
A ceux revenant d’ici , se greffe le don de soie ,
Parfois à portée de bras , être son héraut suffit .
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_111
 
Loin de tenir la corde , en matière d’alchimie ,
Mon âge de faire ici , trône au sommet de la horde ,
Nul bruit sème la discorde , l’oiseau y fait son nid ,
Au bref instant de répit , mon âme dragon s’accorde.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_122
 
Chapeau bas les ami(e)s , grand merci simplement ,
Cette course naturellement , l’air de rien justifie ,
Un petit brin de poésie , à la mémoire d’écran ,
Son total bienveillant , soigne nos cuirs endurcis.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_122
 
Croisant non sans soucis , à pied la mauvaise neige ,
Notre bonne humeur s’allège , tout en gardant de l’allant ,
Si certains sans un cri , font mine de faire semblant ,
D’autres sont donnés partant , ayant compris le manège.
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_144
 
Etoile ou sortilège ? Victor en Italie ,
Vestige d’une saine magie , résiste à l’état de siège ,
Sans aucun privilège , nous étions juste bénis ,
Demain sera Mont pourri , loin d’être le Florilège .
    ~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_155
 
Le ciel porte en emblème , le feu d’une alchimie ,
Plongeant au delà des nuits , un septième à la belle ,
Ce parcours si réel , à tout jamais s’inscrit ,
Au cœur de sept amis , dont la voie s’entremêle .
    ~
NéO~
Hors_du_Temps_l_atour_du_Paradis_177
 

~Rose & Vaillant, le Cinquième Elément~

21 décembre 2012 § 185 Commentaires

Le_Cinquème_Elément_11
 
Le Temps se Joue des Tours , Comme la Nuit des Amants ,
Depuis l’île Hurle aux Vents :  » Osez en Libre Cours  » ,
Vivez Enfin le Jour , Cessez d’Être Deux Enfants ,
Assez Versé de Sang , l’Anneau a Soif d’Amour .
    ~
Le_Cinquème_Elément_22
 
Vaillant sécha ses Larmes , sur le Tombeau de Rose ,
Quand Importe la Cause , l’Hiver décor le Drame ,
L’Automne y perd son Charme , Ses Cheveux Blancs Reposent ,
Après Métamorphoses , A Fleur d’un Matin Calme .
    ~
Le_Cinquème_Elément_33
 
Pour en Dénouer la Trame , le Deuil est Salutaire ,
Dans le Sillage d’Hier , sur les Pas de la Dame ,
L’Homme irait Chercher l’Âme , au Cercle de l’Enfer ,
Trouvant en Âge de Faire , La Clef Valant Sésame .
    ~
Le_Cinquème_Elément_44
Se Battre pour la Lumière , Demande à l’Hors Alliance ,
Au Delà d’une Quête de Sens , l’Esprit doit Savoir Faire ,
Le Vide Auprès de Mère , Faire Terre tout ses Silences ,
Nul n’a de Seconde Chance , sans Espoirs Éphémères .
    ~
Le_Cinquème_Elément_55
 
La Mort depuis Longtemps , Rôdait d’Ombres sur ces Terres ,
Je ne puis t’aimer Entière , sans me connaître Vraiment ,
Qui est Tu mon Enfant ? Pourquoi Donc ses Mystères ?
A Poursuivre des Chimères , Tu Perds l’Hors de Ton Temps .
    ~
Le_Cinquème_Elément_66
 
Pour Entrevoir l’Envers , l’œil se doit d’être Perçant ,
Sans Faire Don de son Sang , Nul ne Revient de l’Enfer ,
Hors Rose était aux Fers , sa Cellule un Néant ,
En Absence d’Éléments , Le Vœu Reste Arbitraire .
    ~
Le_Cinquème_Elément_77
 
Sur le Seuil de sa Pierre , Le Philosophe Errant ,
Sans Rentrer dans le Rang , Mène sa Quête Aurifère ,
L’Espace Demeure Ouvert , Mais Pour Combien de Temps ?
La Porte du Questionnement , s’Ouvre en Epoque Charnière .
    ~
Le_Cinquème_Elément_88
 
Que Veux Tu Légendaire ? La Mère ou bien l’Enfant ?
Quand l’Âme Souffre le Tourment , l’Esprit à Vif est Nerf ,
Dès l’Hors Comme à la Guerre , Les Clairs en un Mouvement ,
Abrègent Naturellement , Par l’Envoi du Tonnerre .
    ~
Le_Cinquème_Elément_99
 
« Ton Nom est Lucifer , Prince des Ambivalents ,
Le Mien étant Vaillant , Au Chœur de l’Univers ,
Souviens Toi de Vesper , l’Astre au Soleil Couchant ,
Prends Mon Âme sur le Champ , En Mars mon Sang Libère « 
    ~
Le_Cinquème_Elément_100
 
Le Vil n’est point Lumière , l’Ancienne l’a Fait Mordant ,
Sa Lame sans Enchantement , Traverse Lentement ma Chère ,
Les Maux se Font Plus Clairs , Sa Mue Suit le Serpent ,
D’Abord l’Environnement , Ensuite l’Essence de l’Air .
    ~
Le_Cinquème_Elément_111
 
L‘Île m’éloigne du Désert , Mon Choix les Jours Suivants ,
Par Foi & Librement , Voit s’approcher l’Hiver ,
Deux Fleurs à la Lumière , Au Pied de la Tour d’Argent ,
S’épanouissent Vaillamment , Conscientes de l’Éphémère .
    ~
Le_Cinquème_Elément_122
Au Delà Songe le Roi Cerf , Dans les Bois du Levant ,
Son Enfant d’Hors Maintenant , Rêve Auprès de sa Rivière ,
Court Une Voie Solitaire , En Quête d’un Vert Printemps ,
Sa Langue Naît Étrangère , Aux Yeux des Malvoyants .
    ~
     NéO~

~L’Arche d’Alliance, au Choeur des Sens~

4 septembre 2012 § 114 Commentaires

                                    
          La Saison était Belle , Au Temps l’Automne s’en Vient ,
            Renouer en Flore ses Liens , Cueillir Sept Etincelles ,
        Là Haut sur la Passerelle , Glânent Auprès des Anciens ,
       Ceux Valant moins que Rien , En Regards des Nouvelles .
                                                         ~
                                                         
                Entre Sierre & Zinal , l’Une est en son Domaine ,
Ses Pierres demeurent pérennes, telles des Gardiennes du Graal 
         Au Chemin des Etoiles , bien des Planètes s’enchaînent ,
          Dans l’Ombre de ses Reines , Flâne le Dormeur du Val .
                                                         ~
                                                       
              Sa Cour est Luxuriante , Faite de Rois de la Forêt ,
     Leurs Branches Aiment à Saluer , Toutes Visions Différentes ,
             Parlant d’une Âme Vivante , Sous l’Ecorce Eclairée ,
             L’Esprit entend d’Orée , Une Raison qui l’Enchante .
                                                            ~
 
             En Lumière de la Source , Arpenter ses Chemins ,
             Porte l’Eté vers sa Faim , Au Menu des Cinq Sens ,
         Comme Repères en Ressources , Un Filet d’Hors Alpin ,
          Sous l’Arbre Lyre se teint , d’une Note en Résonance .
                                                         ~
 
       Une Fois Franchit le Gué , le Monde Perd Connaissances ,
           Pour une Seconde Naissance , en Lisière des Reflets ,
     L’Onde Poursuit sa Pensée , au Choeur Même de l’Alliance ,
     Si Chère en est l’Essence , au Cours d’une Marche à Pieds .
                                                         ~
 
          La Frontière entre Lignes , Sous l’Oeil d’un Noble Ent ,
             Se Dessine par un Fil , aussi Fragile qu’un Vers ,
    Si Fortes soient nos Racines , Le Seuil reste Hors d’Atteintes ,
      Pour Quiconque Loin de la Ville , regrette son Atmosphère .
                                                         ~
 
              La Présence Légendaire , d’un Aïeul sous le Vent ,
           Valait de mon Vivant , une Rencontre sur ses Terres ,
           L’Empreinte de l’Aurifère , La Marque de ses Géants ,
     Provient Naturellement , De Nombreuses Soeurs dans l’Aire .
                                                         ~
 
                 Celui ci dans son Cercle , Cultivait son Jardin ,
            Son Réseau Souterrain , s’ancrait Loin à la Ronde ,
     Les Fleurs sous son Couvercle , sans Manger dans sa Main ,
    S’Epanouissaient Enfin , sans Craindre un Coup de Fronde .
                                                         ~
                                                         
                De ce Moment Hors Pair , A la Lueur des Fées ,
             L’Instant lui fut Gravé , Entre Deux Hémisphères ,
               Là Où se Loge l’Inné , Près de la Grise Matière ,
       Dans l’Arche venant de Mère , En Voûte se Forge la Clef .
                                                          ~
 
                    A l’Ecoute Nécessaire , Au Delà des Sentiers , 
              D’Âme Nature sait Allier , L’Etrange à son Mystère ,
    Ces Belles Hors du Désert , Fleurissent en Nombres Premiers ,
             Pour Être Franc du Collier , Heureux va le Solitaire .
                                                           ~
 
                  Son Totem Végétal , Tout un Symbole en Foi ,
                   Vit des Oboles de Soie , Simple Don Minéral ,
            Naître Homme ou Animal , chacun dépose sa Croix ,
               A la Croisée d’une Voie , Où l’Ensemble est l’Egal .
                                                         ~
 
        De Ce Jardin d’Hauteurs , Les Graines aux Vents Semées ,
           Frêles Echos sont Portées , s’en Allant Dire Ailleurs ,
         Citant Mémoires du Choeur , Cette Histoire Murmurée ,
         L’ Anneau de Communauté , Dehors les Murs se Meurt .
                                                         ~
 
          Les Pierres de l’Une au Sol ,Guident le Son de mes Pas ,
         La Vie nous Tend ses Bras , d’Aiguilles Luit sa Boussole ,
                Du Nord file son Ecole , Baliser ma Claire~Voie ,
             Tissant une Nef sous Bois , Hors Saison d’Auréoles .
                                                         ~
 
             Le Sentier se Prolonge , A Flanc de Douces Collines ,
               Dans ce Val d’Anniviers , Eden aux Mille Mélèzes ,
                La Lumière y Sublime , L’Univers d’Hôte Songes ,
                    Soulignant sa Génèse , Bien Avant l’Arrivée .
                                                         ~

NéO~

                                                        

~A l’Horsin, l’Une est Hors de Question~

4 avril 2012 § 192 Commentaires

        C‘est là l’Hors du Commun , noble Quête du Mortel ,
   Un Hors d’Oeuvre Essentiel , Quand six Sens vont d’Instinct.
    Être Hors Norme le vaut bien , car porter le Grain de Celle ,
      C’est « Hors Sol«  toucher le Ciel , un Septième de Divin.
                                             ~
         
         Hors des Sentiers Battus , en des Lieux Ordinaires ,
   « Hors Pair » Brille sous Lumière , Mère est Hors de ma Vue.
     L’Hors ne court pas les Rues , sur les Marches d’Univers ,
          Précieuse est sa Matière , Hors de Portée d’imbus.
                                             ~
   
    L‘Hors d’Usages parle en Bien , d’une Route sans ornières ,
       Où de Bonnes Manières , mettent Hors Jeu le Malsain.
      Hors du Temps les Anciens , savent l’Âge d’Or Aurifère ,
   Même Hors d’Âges leurs Vers , Riment en Corps ô Combien.
                                             ~  
    
     Hors Concours Quotidien , faire le Lien ouvre Toujours ,
           Son Esprit à l’Atour . Hors de Danger du Rien ,
    Si le Vide est Tant Craint , « Hors les Murs » libre cours ,
  C’est Hors Course par Amour , Pleins d’Espaces en son Sein.
                                             ~
       
         Hors d’Haleine sur le Long , A l’Ecoute d’Hauteurs ,
      Sa Voûte porte mes Couleurs , à l’Orée d’Hors Saisons ,
   Bleus et Verts de Passions , Hors Série sonnent ses Heures ,
     Volées aux Sons des Choeurs , Hors d’Atteinte Carillons.
                                             ~
   
    Hors Taxe donne le Passeur , à la Frontières des Mondes ,
      L’Hors s’offre loin à la Ronde , Hors Bilan des Valeurs ,
     A l’Espoir d’Âmes Soeurs , Hors de Prix s’affiche l’Onde ,
      Hors la Loi d’une Seconde , Fixe son Cours par Coeur.
                                             ~
 
  Tant d’Hors Pistes mènent ailleurs , pour revenir sur nos Pas ,
    Mieux vaut Être Hors de Soi , Hors du Champ Migrateur ,
     Tout les Grands Voyageurs , vont Hors Limites Au Delà ,
       Hors Zone Chercher d’éclats , Hors Circuit la Saveur.
                                             ~
         
          Hors Antenne coule l’Onde , sa Nature va Sauvage ,
            Insoumise en Sillages , Hors Délais ni repaires ,
          Tout en lâchant sa Bonde , Hors Médias paysages ,
          Faire le Voeu à la Page , de ne plus être en Colère.
                                             ~
     
      Même Hors d’Etat de Nuire , l’Envie ne me plait Guère ,
        En Mauvaise Conseillère , Hors de Cause pour l’Ire ,
        Hors de Contrôle écrire , reste sans Signes Sincères ,
            Une Voix Hors Ligne amère , a bien y réfléchir.
                                             ~
      
        Hors Contrat d’Editions , sans Parutions Souveraine ,
          Tout l’Hors Sujet déchaine , Hors de Propos dit on ,
      Hors Barème du Million ,Va sans Fautes mais en Peine ,
             Hors Catégorie Reine , récompenser par Don .
                                            ~
    
       Hors du Feu de la Rampe , Chacun de nous est Acteur ,
       Rêve d’un Monde Meilleur , Hors Service de la Lampe ,
       Le Bon Génie décampe , reste à l’Hors ses Chercheurs ,
   Têtes de Pont d’Hors Pondeurs , d’Idées Neuves de Trempes.
                                            ~
      
        Ces certifiés Hors~Classe , tous de Races du Vivant ,
  Un Cinquième d’Eléments , Quatre Hors~Rang bien Vivace ,
      Au Vif Argent Hors~Place , se retirent bien sous Vents ,
    Tels en Somme des Géants , Hors~Cadre mais si Tenaces.
                                            ~
    
       A l’Invisible Hors Texte , se joignent d’Autres Pensées ,
        Par la Toile des Reflets , Hors Faute sert de Prétexte ,
      Hors d’eau est sans Conteste , sans vouloir se Mouiller ,
       Hors d’Air est en Projets , Hors Cotes cultive le Geste.
                                            ~
   
      Je pourrais citer d’Hors , Mille et Une Nuits sous Lune ,
       A Chercher l’infortune , Hors de Combat sans Torts ,
   Dans son Palais de Flore , Règles d’Hors sont Comme Une ,
    « Hors Tout » mesure Fortune , Donne sa Parole en Hors.
                                            ~
  
    Hors de Doutes s’il en Faut , Nombres d’Hors sont Visions ,
     Autant d’Hors de Questions , surnagent à Fleur de Peau ,
    Gardant Lettres Hors de l’eau , par d’Infimes Convictions ,
    C’est Hors de Proportions , Quatre Intimes Parts d’Echos.
                                            ~
                                          NéO~
 
 
Dans ma Ruée vers l’Hors , en des Rives Printanières ,
L’Onde n’oublie pas ses Frères , ni ses Sœurs de l’Aurore ,
D’Hors & déjà d’Accords , l’Au revoir sans Mystères ,
Résonne en Couvrant l’Air , d’une douce Note en son For.

~ A Flore d’Hiver , sa Lumière d’Hors ~

4 janvier 2012 § 239 Commentaires

                                                    
                                                          ~            
Dans les Bras de Lumière , dorment deux êtres de Soie , 
L’Une et l’Autre content pour Moi , ce récit d’éphémères ,
Leurs Lignes dorent pour l’Entière , une Branche Lettre A ,
Dame Blanche , Anita , vont d’Alliance trouver Mère.
                                                          ~             
Ici l’Onde souffle Temps , dessine l’écume des Jours ,
Rien ne Reste Toujours , l’Océan est mouvements ,
Dans le Creux du Vivant , voyage une vague d’Amour ,
L’Âme de Fond , livre autour , Son Sillage émouvant .
                                                         ~                  
L’Horizon entre Cimes , Signe aussi au Passage ,
Un Sillage en Alpha , Une étoile pour Deux ,
En Mémoires des Rimes , la Magie se Partage ,
Divisant pour une Foi , l’Arbre de Vie sous nos Yeux.
                                                         ~              
Compagnons Solitaires , Solidaires en Rayons ,
Fait de soie en Haillons , Habillés de Lumières ,
Nos Racines sont en Terres , Chaines aux Mêmes Maillons ,
Peu Importe l’Illusion , l’Une est Identitaire.
                                                         ~                 
Au Pays de l’Hors Blanc , ses Enfants Contreforts ,
Non Content de leurs Sorts ,Ont l’Allure de Géants ,
Leurs Manteaux bien sous Vents , sont Couverts par la Flore .
Hauts Royaumes des Cadors , Ici Songent les Gogants.
                                                         ~              
Au Couchant de l’Aurore , telles étaient ses Pensées ,
Accueillant Hors Reflets , la Nouvelle en deux Morts ,
Essentielle Métaphore , Vers Miroir du Passé ,
Vœux d’Histoires bien Aimées , Disparues en des Corps.
                                                        ~                       
Je les Retrouve là , Dans un Duo de Vie ,
Songe Verso mes Amies , Belles Aimantes des Bois ,
Sous la Voûte Filante , l’Une Tourne chaque Nuit ,
Son Œil de vers nous Lie , A Présent je vous Vois.
                                                         ~        
Dans ses Branches d’Univers , bien des Mondes se Côtoient ,
Plusieurs Arches d’un Seul Toit , sont Berceaux de Lumière ,
Leurs Alliances éphémères , Forgent une voûte pour la Soie ,
La Promesse qu’Au Delà , le Printemps suit l’Hiver.
                                                          ~             
C‘est en Frère du Vivant , Main Ouverte à l’écorce ,
Le Cœur nouant sa Force , Contre un Vert d’élément ,
Echangeant nos Regards , Point de Vue par Nature ,
A l’écoute des Murmures , quand l’Azur est Tout Chant .
                                                         ~         
Sous le Dôme de l’Alliance , l’Arbre est Porteur du Sceau ,
Aucun Maux n’est Couvert , quand la Parole est d’Hors ,
Tout le Monde à sa Chance , d’y entendre l’écho ,
Le Message de nos Pairs , Sage Parabole d’Alors.
                                                         ~                    
Une Forêt d’Aurifère , A Perdu Connaissances ,
Deux Esprits en Partances , ont Rejoint par la Mer ,
Trois Rivages Divers , les Pierres d’havre à Fleur d’Anses ,
Quatre Larmes en Silence , Coulent au Cœur des Rivières.
                                                         ~           
l’Orée du Chemin , Deux Âmes Sœurs en Lisières ,
Veillent aux Liens faits d’Hiers ,Tissés pour son Prochain ,
La Chaleur dans le Grain , Provient bien de Matières ,
D’un Ancien Savoir Faire , Poussière d’Hors du Destin.
                                                       ~          
Dans le Feu de l’Hiver , les Lueurs s’estompaient ,
Pour un Moment de Paix , en Présences Nécessaires ,
Juste un Tour sur la Sphère , Au Loin l’Astre plongeait , 
L’Âge de Faire pour de Vrai , Rejoignait sans Frontières.
 ~
   NéO~
                                                         ~                               
  A la Mémoire d’Annie Masson & Anita le Sant

~La Force des Chênes, l’Hors du Colosse~

5 mars 2011 § 341 Commentaires

  
Depuis longtemps ce légendaire , au Cœur en Veille était une Foi ,
Auprès des Siens l’Arbre était Roi , Aïeul en Terre d’Anciens de Mère ,
Sur la Colline au Mille lumières , ce Chêne aux Liens Songeait ma Voie ,
Du Temps Jadis où l’Arbre en Hors , parlait d’Accords avec ce Monde ,
Ces bras immenses loin à la ronde , portaient l’histoire en terre du nord 
    ~
L’esprit venait me voir à l’Hors , Danser dehors au fil de l’Onde ,
Parler envers quand l’âme Abonde , Faisant danser ma Muse en For ,
Résonnant Fort à fleur d’écorce , la Vie vit sa Magie Première .
~Pour un espoir élémentaire ,  La Force des Chênes l’Hors du Colosse ~

Elle coulait là depuis le Temps , l’Une pouvait vivre comme dans un livre 
Tournant les pages en marches à suivre , ayant perdue le Conte des Ans ,
Gardant un Œil sur ces Géants , tandis qu’Ailleurs sa vue délivre ,
Tout Prisonnier se sentant Ivre , en Liberté Hors des Carcans .

 A voir le Monde glisser lentement , dans une Dérive du secondaire ,
La Bonne Parole de Source Claire , disparaissait derrière le Vent,
Le Passager serrait l’Errant , en manque d’espace et d’Atmosphère ,
Hors Toute sa Force venait d’Hier , Où l’Âme trouvait du répondant .
    ~
Ses bras puissants sortaient de terre , la raison Mère d’un Cœur Vaillant
A la Lumière du cor de Brumes , son vœu allait aux êtres Chairs ,
Dans le Sillage de Faux Mystères , puissent ils percer le vrai semblant ,
Savoir l’envers donne à la Plume , des Yeux pour naître en l’Univers.

Bien silencieux demeure mon pair , sur la nature du mot changement 
Ma longueur d’Onde en questionnement , éveille le Gardien Solitaire ,
La Fréquence même ne peut se taire , inutile Hors de Faire écran ,
A la Croisée des liens Vivants , le Face à Face à l’œuvre opère .
         
Quelle fourche prendre au fil du temps ? ce choix impose une idée claire 

Comment d’abord pour le Mieux Faire , en Lieu et Place Naturellement ,
Par Distinction entre Noir & Blanc , quand le voyant s’affiche au Vert ,
La Règle d’Hors est en Lumière , Ecouter l’Onde en l’élément .
          
Au Diapason le chêne Transcrit , sa Part d’infime à l’univers ,
Traçant une ligne entre hémisphère , ce Lien relie à l’Harmonie ,
Les Âmes d’Hier savaient ceux~ci , Vibrer le long de l’écorce Mère ,
Alliés des bois contre le fer , jamais leurs lames tranchaient la Vie 
 
Je sais dès Lors qu’un Tout relie , qu’une Parole d’Hors est Légendaire,
L’Arbre murmure et puis se terre , mille songes s’envolent avec Esprit 
Cherchant l’écho pour donner fruit , le mot résonne où l’une je sers 
En décodeur élémentaire , Auprès du Petit Peuple Bruit .
 
Jamais un Chêne au Jour ne Pleure , Hors il demeure un Acte d’Amour ,
Soigner ses Plaies au Fil des Rêves , sans mise en scène va de bon cœur ,
Je serais en chêne au delà d’ailleurs , son cor meurtrit soignant ma sève 
Etant de son vivant l’élève , en Attendant d’être à ma Tour .

Dans les bras mondes de ce Colosse , ma mise au ban reste secondaire ,
Comme Sang Lié de Solitaire , ma voie est d’être de chair et d’Os .
A battre mon cœur rompait l’écorce , entre nous deux aucune frontière
Sur la colline des Légendaires ,un souffle Mère cernait mon torse
 
Si vous venez un jour le Voir , choisissez l’aube ou le couchant ,
Le découvrir demande du Temps , tant sa Nature porte de regards ,
L’architecture de son Histoire , en fait une Œuvre du Monde Vivant ,
A ma Mémoire l’Ancien de Morrens , Loin à la Ronde rayonne en Phare .
 
Hauts Voyageurs de Mille racines , A l’Onde je saurais citer d’Hors ,
Mes Compagnons d’une Vie en Flore , dont le chœur me parle d’origine ,
Au seuil le sage lie entre lignes , le vers poursuit sa quête d’aurore 
Mon Œil décelant au son du Cor , leurs vrais visages au fil des Signes .
~
NéO~

~En lisière d’un rêve, à l’orée de la sève~

11 février 2011 § 283 Commentaires

     ~
Dans la clairière nimbée de Brumes , sous un Gogant de bleus dévers ,
Je voyais l’Une en l’Arbre ouvert , porter son Temps le long d’Accords ,
Baignée par l’Onde d’éther ma Plume , livrée au sort de la Lumière ,
Vers l’inconnu d’une Aube d’hiver , aimait l’Instant comme une Trêve ,
Né d’un Partage de légendaires , ce Songe reflète les chercheurs d’Hors ,
Afin par foi d’y donner Corps , Ma lyre en sève rêve la Lisière .
     ~
Bien avant l’ère des temps modernes , était l’âge d’Or des blancs rivages 
Sous cet Aïeul Tricentenaire , les Branches du Roi couvraient le Seuil .
Sa belle couronne en chevelure , ceignait le Monde d’une Once d’Essence
Je voyais l’Hors de Tous mes Sens , Son beau visage de vraie Nature .
Ses yeux d’orée à la Lisière, plongaient en moi sans l’ombre des Feuilles .
~
Il l’était l’Être au Mille Cernes , d’Anciennes Mémoires et de Cultures ,
Réelle Magie venant de Mère , cet Arbre d’Or m’offrait une Chance ,
J’allais à lui d’un grand respect , d’accords mon Âme parlait au Sage ,
Toutes ces années à chercher l’Onde , menaient sous l’Arche de ce Tilleul 
     ~
Sous les rayons du Roi Soleil , le voile perdait de sa substance ,
Hors dans l’esprit de mon errance , cet Autre regard sonnait Merveilles ,
A l’Horizon d’un lieu d’éveil , quatre branches filaient en toute confiance
Certaines au vu de la résilience , d’avoir du sens aux yeux du Ciel .
     ~
Pour un Hiver trouver son Nord , signifie Hors un Arbre Pair ,
Sa belle Silhouette au Sein de Mère , illuminait tout mes Efforts ,
L’énergie venant de son For , traversait aisément ma chair ,
Un Même écho de Solitaire , Résonnait tel le son du Cor .
    ~
Au cœur de l’ombre l’onde en silence , écrit mon nom en quête du Graal 
Sa trame s’étend Au delà du Voile , son Charme opère à fleur d’Alliance ,
Au chœur des voix résonne ce bois , ma Litanie s’ouvre à cette Vie ,
Voyage ailleurs où l’autre monde , auprès d’étoiles gravite en cernes
Cherchant le souffle du lien de soie , ma poussière se mélange ainsi ,
Nouant à Terre un vers étrange , dont la Lumière en l’Arbre est graine .
    ~
Par foi au cœur du phénomène, la Magie daigne relier nos vies ,
Ici la Main de l’Une Agit , sa raison mère demeure pérenne ,
Au fil de l’Onde deux branches en sienne, se croisent au bord du paradis ,
Effleurant l’autre chacune se dit , ma raison d’être ne sera pas vaine .
    ~                                                           
Où l’enchanteur se donne la peine , ce monde prend part juste à l’orée 
A éclairer par sa Beauté , des Univers en l’Une Règne ,
Le Rêve à l’hors sans Mise en scène , finit lui seul par justifier ,
Combien la Source veille l’allié , pour déchiffrer le songe en chaines 
    ~
A côtoyer nombre de Géants , je vois le vivant bien loin d’une Science ,
En cultivant cette différence , mon regard s’attarde sur l’élément ,
Afin de rester clairvoyant , mes Pensées sondent par le bon sens ,
Pourquoi ce geste évoque l’Alliance , la Main Tendue au fil du Temps.
    ~
Pris dans les Cordes du cheminement , j’allais de l’avant envers l’ancien ,
Aux plis de l’Onde du moindre rien , apparaissaient tels des Titans .
Des Créatures dont le couronnement , épousait par Traits aériens ,
Le Haut royaume d’un Monde dit vain , tant sa Portée le rend distant .
    ~
Pourtant un signe de sa main , donnait une âme à cette Estampe ,
Son corps vrillé au feu de la rampe , portait l’essence d’un beau destin ,
Flottant dans l’Air un doux parfum , issu d’Hivers grisait mes Tempes ,
L’Arbre était fait d’une Autre Trempe , de celle à vie revenant sans Fin .
    ~
Enfin le lien devenait Clair , Tel ce Chêne vert Ami Sylvin ,
La pierre autour de ce Gardien , changeait de formes à la Lumière ,
Hors la nuance orne le Mystère , cernant les rives d’une île au loin ,
Dont la Mémoire veille à prendre Soin , d’Esprits au Seuil du Légendaire 
    ~
Dans le sillage des Âmes d’Hier , la mienne Songeait à faire son Deuil ,
L’Hiver se prête au fil des Feuilles , aux yeux d’une Muse perdue en Mère 
Sous l’Arche vide la vie m’éclaire , ma Plume en quête du trisaïeul ,
A vu le jour au gré d’écueils , franchit au cours de blancs déserts .
….
NéO~


Où suis-je ?

Entrées taguées Avenir sur DRENAGORAM.