~Mue d’Automne,l’Une vue Hors Norme~

4 novembre 2012 § 184 Commentaires

                           ~
                    Hors Saison d’Hier .
                    Au Cœur Même de l’Arche ,
                    Le vent Joue avec les Feuilles.
                         
                           ~
                    Cette Lumière du Jour .
                    Le Vivant en Marche ,
                    Trois Sentinelles ouvrent l’Oeil.
                           
                           ~
                    L‘Astre est au Zénith .
                    Bois Flottés , Pont d’Hors ,
                    l’Echo d’une Âme sur le Seuil.
                          
                           ~
                    Souffle de Saison ,
                    Mouvements de l’Onde,
                    le Courant emporte son Deuil .
                          
                           ~
                    L‘Eté sent la Mort .
                    Tapis Rouge de Rigueur ,
                    La Forêt pleure son Cercueil .
                          
                           ~
                    La Fraîcheur du Temps .
                    A Gorges Déployées ,
                    L’eau se Faufile sans Ecueils .
                          
                           ~
                    Belles Lueurs d’Automne.
                    Pied au Paradis ,
                    Sœur , Grand Merci pour l’Accueil.
                         
                           ~
                    Hors , Entre deux Mondes .
                    Champignons à Foison ,
                    Juste un Palier vers Là Haut .
                         
                           ~
                    Nuages d’Horizon ,
                    Sillage d’Alchimie .
                    Reflets sans Paroles vous Tous.
                       
                           ~
                    L‘Oreille des Géants ,
                    L’Eveil n’attend Pas .
                    Sa Nature , Notre Libre Cours .
                        
                           ~
                    Et la Lumière Fut ,
                    Vision Ephémère .
                    Diamant Vert , Fleur du Silence.
                       
                           ~
                    Seconde Chance en Terres ,
                    Naître au Son du Cor.
                   « Entends Battre le Coeur de l’Une. »
                       
                           ~
                    Pas un Bruit aux Tours ,
                    Etrange ce Sentiment .
                    Qui d’Autre en Flore , Est~ce Toi ?
                       
                           ~                
                    Octobre est Bien Las ,
                    En Mesure Toujours .
                    L’Une d’Hors nous Tend ses Bras.
                           ~
                    Dernier Quart Diurne ,
                    Le Poisson Ronde .
                    Retour en Source Mère.
                           ~
                    Sa Présence à l’Hors ,
                    Moindre Signe de Vie .
                    Comme un Faisceau d’Evidence .
                           ~
                    Crépuscule du Monde .
                    Ci~gît le Dragon ,
                    L’Esprit Songe à l’Âge d’Hors .
                           ~
                    Île était une Foi ,
                    Demeure de Saisons .
                    « Bon Vent à Vous Légendaires. »
                         ~
                        NéO~
                           

~Au Pied du Pigne , sa Ligne est d’Hors ~

22 juillet 2012 § 142 Commentaires

Hors du Paradis Blanc , les Pierres de l'Une Affleurent ,
Entrelaçant leurs Coeurs , de Marches elles Même Forgeant ,
Un Anneau pour le Temps , Où Viendront aux Lueurs , 
A Nouveau des Chercheurs , d'Un Cinquième d'Eléments .
~
 
Au Pied des Contreforts , en Attente du Glacier ,
Devant sa Majesté , où bien est ce Là Milord ?
Suivant la Voie du Nord , Désireux de s'Elever, 
Aux Fers bien Ouvragés , nous Restons las Dehors .
~

           Au Vu de la Pyramide , chaque Pierre est Importante ,
           Sa Construction Savante , Provient d’une Base Solide ,
             Pour Durer Hors du Vide , voir Remonter la Pente ,
          Cette Fois comme en Quarante , Ailleurs va l’Apatride .

~

            Parcourant la Dorsale ,  Tombés Hors du Panneau ,
              Reposent encore là Haut , un Monde « d’Original »,
           Autant d’Indices du Graal , A Prendre le Sac au Dos ,
        La Marque à Fleur de Peau , d’Anciens Dormeurs du Val.

~

      Sur ce Sentier de Flore , c’est une autre Paire de Manches ,
A marquer d’une pierre blanche , la voie nous guide sans torts ,
Ni Dieu ni maître à bord , seulement quelques vieilles branches 
       Dont l’Arbre de Vie se Penche , Bienheureux de son Sort .

~

             A la Surface de l’Une , la Glace Brise Nos Silences ,
     Craquante à l’Evidence , Pour les Beaux Yeux de Neptune ,
              Au Delà de la Rancune , Nos Piolets en Béances ,
  Assurent notre Seconde Chance , en Cas de Mauvaise Fortune .

~

                Dans ce Coucher du Jour , le Ciel offre un Miroir ,
             A la Danse des Mémoires , Chacun évoque son Tour ,
                 Se Remémore en Cours , Comme il est Illusoire ,
               De Refléter l’Histoire , sans une Issue de Secours .
~

                   A la Venue des Rayons , la Vision s’Eternise ,
            Sans Vouloir Lâcher Prise , l’Ecoute en Attentions ,
           Suspend sa Perception , Pour Voir la Terre Promise ,
         Au Loin de la Matière Grise , l’Esprit Trouve l’Horizon .

~

                      Encordés à la Lune , Par un Fil Invisible ,
            L’Âme Dénote l’Indicible , liant l’Onde & le Diurne ,
        Belle est la Cause Commune , Dans ce Chant du Possible ,
        Notre Dame y est Sensible , Malgré Toutes nos Lacunes .

~

              En Traversant le Voile , Aux Vestiges de l’Aurore ,
       Tous les Silences ont d’Hors , Quatre Poussières d’Etoiles ,
       Bleus & Blancs se Dévoilent , s’Harmonisent en nos Fors ,
                   Pour Donner à l’Effort , un Théatre Royal .

~

              Au Large du Grand Cervin , dans cet Espace Vierge ,
           Sous un Manteau de Neige , Tout le Royaume est Ceint ,
             D’Une Couronne où l’Alpin , Par Nature fait le Siège ,
           Sans l’Ombre d’un Privilège , Ni la Lumière d’un Saint .

~

                   Posé sur son Ecrin , le Sommet a de l’Allure ,
             Au Bleu Divin d’Azur , La Noblesse du Blanc Teint ,
         Rien Troublant ce Refrain , si ce n’est un Bol d’Air Pur ,
           Le Mythe a la Dent Dur , l’Ivresse se Joue de l’Airain .

~

         De Cette Jeunesse sans Fin , Sont les Enfants d’Arthur ,
             Leurs Quêtes Préfigure , un Renouveau des Liens ,
                Chacun y met du Sien , au Fur Tisse à Mesure ,
 Prend Conscience d’une Nature , Trouvant Sagesse en Chemins .

~

                 L’Union des Sentiments , sous la Voûte Divine ,
         Offre l’Hors d’une Entreligne , sur le Pas Sage du Temps ,
              Bien des Communs Moments , Passés dès l’Origine ,
            En Accords pour Être Digne , Dans le Sillage du Vent .

~

                 De ce Voeu Vif Argent , Noué par la Lumière ,
           L’Une au Coeur du Sanctuaire , A Dressé ses Géants ,
         Silhouettes de Bienveillants , Ombres Portées en Tiers ,
               A la Robe Ephémère , de Cristaux Scintillants .

~

           Seul l’Oeil du Blanc Dragon , Guignant les Alentours ,
              Eveille au Pied de l’Atour , Aux Signes à Profusion ,
             Clignant sans Confusion , Après un Sommeil Lourd ,
                Il Faudrait Être Sourd , Pour en Perdre la Vision .

~

         Pour Gagner des Millions , en Termes d’Années Lumière ,
              Où la Magie Opère , seules Comptent les Emotions ,
            Au Choeur des Vibrations , Résonne une Note Claire ,
            Nous Sommes Riches de Faire , au Si la Part du Lion .

~

               Sans Doutes ni Confusions , en Voyage Aurifère ,
                L’Eau déverse en Désert , la Vie dans son Sillon ,
       Les Pluies sont d’Hors Saisons , Chaque Nuage Salutaire ,
              Oeuvrant en un Mystère , sur les Hauteurs de Sion .

~

           LAvis à Notre l’Echelle ,vaut Bien d’Antiques Leçons ,
               Franchir le Mur du Son , nous Ouvre à l’essentiel ,
         En Parler sous le Soleil , Pour ne Plus Tourner en Rond ,
                   Histoires d’Evolutions , Résolutions Par Ciel .

~

               Entre Roches & l’Ether , la Montagne est Sublime ,
              A l’Ecole de ses Cimes , Hors Ligne est la Frontière ,
         Tout Autant de Matières , Forcent le Respect des Rimes ,
           Quand se Reflète l’Abîme , Au Fond d’un Dernier Vers .

~

               La Descente Solitaire , Vient Célébrer ce Tour ,
     Bien Mieux qu’un Long Discours , Aux Paroles Solidaires ,
     L’ Art est comme la Manière , Une Preuve en Soi d’Amour ,
             L’Artiste en suit le Cours , dans l’Atelier de Mère .

~

                    Là Bas Songe la Forêt , Enracinée en Serres ,
                Portant son Rêve Envers , d’une Eternelle Livrée ,
                 Juste le Temps d’un Eté , l’Âme a Croisé le Faire ,
                   Foulé l’Autre Univers , de nos Glaciers Ainés .

~

      Il n’est Jamais Trop Tard , Pour Voir sous la Grande Ourse ,
           L’Eclair dans un Regard , en Partages de Ressources ,
                  Cesser en Faim la Course , de Futiles Avatars ,
       Quand l’Onde Porte l’Espoir , L’Esprit Coule de la Source.
                                                           ~
                                                        NéO~

~Un Jour au Seuil, l’Oeil aux Deux Tours~

4 juin 2012 § 226 Commentaires

     
                                               ~ 
         La Dame du Lac en Corps , Dormait au Coeur de l’Onde ,
        Quand au Bord de son Monde , Après un Temps d’Efforts ,
     Mes Pas Trouvèrent l’Abord , Couvert d’une Flore Profonde ,
             L’Echo Loin à la Ronde , Résonnait de Tant d’Hors .
       
                                               ~
             Sans une Voix de Stentor , l’Une effleurait l’Esprit ,
           « Regarde bien Sept Vies , Souviens Toi en Ton For « 
              Déjà~Vus sont d’Accords , En Regards de Magie ,
       La Règle de Troie nous dit , l’Apparence compte en Sort .
                                               ~
        Là Haut veillaient Deux Tours , Pivots d’un Autre Temps ,
  Entre~Axe de Grands Changements , comme la Nuit a son Jour ,
               Dans le Silence Autour , la Vie est Là Pourtant ,
             Merveille en Eléments , Précieuse en Libre Cours .
                                                          ~
       Sur le Seuil Même des Marches , Retour au Premier Plan ,
          L’Eté au Quatre Vents , viendra pour l’Hôte en Arche ,
             Suivre les Patriarches , en cette Fin de Printemps .
       Une Saison faite d’Hors Blanc , d’Ornements & Panaches .
                                                         ~
                 Ici la Pierre Murmure , la Roche est Souveraine ,
           Aux Légendes Anciennes , se Mêlent des Airs d’Arthur ,
           L’Empreinte a la Facture , d’Une Lame dans son Arène ,
             N’est ce pas Tranchant la Veine , le Fil d’Excalibur ?
                                               ~
          Face au Gris de l’Azur , Pour ces Statues Gardiennes ,
       Les Couleurs sont en Chaînes , des Maillons de la Nature ,
           Chacune donne en Sculptures , sa Nuance Pérenne ,
            Le Savoir mis en Scène , Forge une Soif de Culture .
                                               ~
              A Fleur des Contreforts , le Vivant Ouvre les Yeux ,
       Nul Besoin de Sept Cieux , pour voir Deux Chamois d’Hors ,
             Clin d’Oeil en Métaphore , Nos Âges sont Délicieux ,
              Sans un Caprice des Dieux , Vivons Avant la Mort .
                                               ~
                Au Col je dis « Chapeau » , la Vue vaut le Détour ,
               Il Faudrait être Sourd , Perdre le Fil de ses Mots ,
            Pour ne Point Voir en Flots , les Forces Tour à Tour ,
               Agissant par Amour , Pour Sculpter ce Tableau .
                                               ~
               Les Toiles de Mère sur Terre , Sont un Si Reflété ,
               Des Oeuvres Inachevées , Donnant le La d’Hier ,
            Toutes ces Belles Ephémères , Songent à l’Eternité ,
           Sans voir le Temps Passé , Hors de Portée d’un Tiers .
                                               ~
              Dans ses Vestiges d’Hiver , la Belle est Couronnée ,
          Sa Bonne Etoile est Née , l’Hors d’une Année Lumière ,
               Sans être Miss Univers , Elle en Demeure l’Aînée ,
              Conservant son Trophée , en un Divin Sanctuaire .
                                                         ~
          Sur ses Pentes Aurifères , chaque Rencontre est Salué ,
                  Accueillant l’Etranger , en Cet Eden si Vert ,
          Quatre ont l’Oeil Grand Ouvert , semblant s’interroger ,
   Pourquoi suivre le Sentier , Quand l’Hors Piste mène à Mère ?
                                               ~
                Le Coeur à la Croisée , Voudrait Croiser le faire ,
             Décréter de Manière , Quand le Corps laisse Hâler ,
          Sans Tomber dans le Verset , Se relevant des Ornières ,
               L’Esprit voit sans Oeillères , par Où il faut Passer .
                                               ~
          La Tension est sans Failles , les Notes de l’Une Légère ,
      L’Âme Oeuvre en Atmosphère , Dans les Moindres Détails ,
               A ne Livrer Batailles , qu’en Strict Nécessaire ,
        Pour ces Instants Hors Pairs , Jamais Bonheur Défaille .
                                               ~
                     A la Mémoire Vivante , Posant ces Ailes Ici ,
            Ma Plume en Hors Dédie , ses Lignes Non~Savantes ,
              Par Foi la Femme Enchante , sans Divine Comédie ,
           Les Flammes du Paradis , Encerclent l’Enfer de Dante .
                                                           ~
                                                        NéO~
                                               ~

~Rose & Vaillant , Ô Amants du Vivant~

4 mai 2012 § 450 Commentaires

                                 Rose Acte IV
 
En Trois Actes Antérieur , se Joue Mémoire de Rose ,
Vaillant défend sa Cause , Avec l’élan du Cœur ,
Sa Seconde Chance se Meurt , d’un Lent Poison Morose ,
Colère à petites Doses , Rongea l’Hors Intérieur.
                                                       ~  
Toutes les Femmes sont nées Fleurs , Au Regard de Vaillant ,
Un Esprit Bienveillant , Leurs a donner Couleurs ,
Depuis le Monde est Leurres , Hors Combien Restent au Chant ?
Par Foi Naturellement , En connaissances d’Ailleurs.
                                                       ~
                                                       ~          
Rose a dans la Douleur , Vécu nombres de Tourments ,
Sans Lumières Sentiments , ni un Gramme de Douceur ,
Ses Chênes étaient Noirceurs , Nul Amour l’entourant ,
Point de Jour pour l’Enfant , Juste de Sombres Lueurs.
                                                       ~
                                                       ~            
Au Loin l’Astre Brillait , Par l’Absence de ses Feux ,
Phare Matin Silencieux , Clairs Prémices de l’Été ,
Pas une Note déchirait , le Voile d’Hors en ces Lieux ,
Vaillant Plongea ses Yeux , Vers sa Morte Bien Aimée.
                                                       ~
                                                       ~            
Brin de Flore à Pleurer , son Vœu lui était Chaire ,
Rose parlait d’une Lumière , Au Delà de l’Orée ,
Voulant Voir ces Reflets , Après bien d’âpres Guerres ,
l’Homme Irait en Enfer , Chercher l’Âme Esseulé .
                                                       ~
                                                       ~        
Sa Conscience toute Entière , Prenait Acte des Méfaits ,
A Vouloir aux Arrêts , son Épée mettre aux Fers ,
Sang & Larmes Coulèrent , sans même tirer un Trait ,
Sur Une Histoire si Vrai , entre Deux Solitaires.
                                                       ~
                                                       ~        
Aux Regrets nés d’hiers , sa Peine Forgea l’Anneau ,
Graver au Cœur des Maux , par des Forces Pérenne ,
Dans l’Écorce Souterraine , Sa Reine suivait son Flot ,
Vaillant Trouva les Mots , Inscrits à Fleur du Chêne.
                                                       ~
                                                       ~   
L‘Une & l’Hôte au long s’aime , d’un Amour Hors du Temps ,
L’Arbre est notre Témoin , Si son Souffle s’égrène ,
Portez vers la Gardienne , Quatre Graines d’Éléments ,
« Ô Amants du Vivant , Gardez la Flamme Mienne. »
                                                       ~
                                                       ~       
Comment Livrer dès l’Hors , Bataille contre les Dieux ?
Quand le Corps se fait Vieux , Le Cœur bat bien plus Fort .
La Vie demande Efforts , La Mort nous donne au Mieux ,
Ses Ténèbres pour Jeux , sans le Moindre Réconfort.
                                                       ~
                                                       ~        
L’Ancienne vivait au Seuil , Son Œil Torve en Bandeau ,
Mit mon Charme en Lambeaux , Nul n’abuse de son Deuil ,
A Ciseau Pierre & Feuille , Elle gagna son Fardeau ,
Portant bas sur son Dos , nos Vieilles Ruses en Recueils.
                                                       ~
                                                        ~             
Etranger sur ses Terres , écrivant mon Destin ,
Toutes les Lignes de ma Main , Voulaient en Neuf bien Faire .
Dénouer la Trame Mortuaire , Verte Opale en Jardin ,
C’est connaître pour toute Faim , Rien d’envies éphémères.
                                                        ~
                                                        ~        
La Faux n’est jamais Loin , elle nous Souffle sur l’épaule ,
Distribue les Beaux Rôles , par des Mots Assassins .
En Mémoire du Parfum , d’une Fleur Née d’Eole ,
Le Guerrier s’auréole , de Combattre comme Saint.
                                                        ~
                                                        ~       
Dans cette pièce Millénaire , chaque Acte prend la Parole ,
S’opposent par Paraboles , l’Avis d’autres Univers ,
Combien sont Nécessaires ? pour donner par Symboles ,
L’Onde d’Amour si frivole , quand le Chœur n’est sincère.
                                                        ~
                                                       ~       
Près du Vieil Arbre Blanc , Reposent Fleurs & Guerriers ,
Quand le Chêne est Cerné , Rose Discerne l’Hors du Temps ,
Dame Nature Noue Amants , Par le Fil des Années ,
L’ Anneau Entrelacé , Autour d’Âmes du Vivant .
                                                     
                   NéO~
                                                   
 

( Acte I ~ Acte II ~ Acte III )

~A l’Horsin, l’Une est Hors de Question~

4 avril 2012 § 192 Commentaires

        C‘est là l’Hors du Commun , noble Quête du Mortel ,
   Un Hors d’Oeuvre Essentiel , Quand six Sens vont d’Instinct.
    Être Hors Norme le vaut bien , car porter le Grain de Celle ,
      C’est « Hors Sol«  toucher le Ciel , un Septième de Divin.
                                             ~
         
         Hors des Sentiers Battus , en des Lieux Ordinaires ,
   « Hors Pair » Brille sous Lumière , Mère est Hors de ma Vue.
     L’Hors ne court pas les Rues , sur les Marches d’Univers ,
          Précieuse est sa Matière , Hors de Portée d’imbus.
                                             ~
   
    L‘Hors d’Usages parle en Bien , d’une Route sans ornières ,
       Où de Bonnes Manières , mettent Hors Jeu le Malsain.
      Hors du Temps les Anciens , savent l’Âge d’Or Aurifère ,
   Même Hors d’Âges leurs Vers , Riment en Corps ô Combien.
                                             ~  
    
     Hors Concours Quotidien , faire le Lien ouvre Toujours ,
           Son Esprit à l’Atour . Hors de Danger du Rien ,
    Si le Vide est Tant Craint , « Hors les Murs » libre cours ,
  C’est Hors Course par Amour , Pleins d’Espaces en son Sein.
                                             ~
       
         Hors d’Haleine sur le Long , A l’Ecoute d’Hauteurs ,
      Sa Voûte porte mes Couleurs , à l’Orée d’Hors Saisons ,
   Bleus et Verts de Passions , Hors Série sonnent ses Heures ,
     Volées aux Sons des Choeurs , Hors d’Atteinte Carillons.
                                             ~
   
    Hors Taxe donne le Passeur , à la Frontières des Mondes ,
      L’Hors s’offre loin à la Ronde , Hors Bilan des Valeurs ,
     A l’Espoir d’Âmes Soeurs , Hors de Prix s’affiche l’Onde ,
      Hors la Loi d’une Seconde , Fixe son Cours par Coeur.
                                             ~
 
  Tant d’Hors Pistes mènent ailleurs , pour revenir sur nos Pas ,
    Mieux vaut Être Hors de Soi , Hors du Champ Migrateur ,
     Tout les Grands Voyageurs , vont Hors Limites Au Delà ,
       Hors Zone Chercher d’éclats , Hors Circuit la Saveur.
                                             ~
         
          Hors Antenne coule l’Onde , sa Nature va Sauvage ,
            Insoumise en Sillages , Hors Délais ni repaires ,
          Tout en lâchant sa Bonde , Hors Médias paysages ,
          Faire le Voeu à la Page , de ne plus être en Colère.
                                             ~
     
      Même Hors d’Etat de Nuire , l’Envie ne me plait Guère ,
        En Mauvaise Conseillère , Hors de Cause pour l’Ire ,
        Hors de Contrôle écrire , reste sans Signes Sincères ,
            Une Voix Hors Ligne amère , a bien y réfléchir.
                                             ~
      
        Hors Contrat d’Editions , sans Parutions Souveraine ,
          Tout l’Hors Sujet déchaine , Hors de Propos dit on ,
      Hors Barème du Million ,Va sans Fautes mais en Peine ,
             Hors Catégorie Reine , récompenser par Don .
                                            ~
    
       Hors du Feu de la Rampe , Chacun de nous est Acteur ,
       Rêve d’un Monde Meilleur , Hors Service de la Lampe ,
       Le Bon Génie décampe , reste à l’Hors ses Chercheurs ,
   Têtes de Pont d’Hors Pondeurs , d’Idées Neuves de Trempes.
                                            ~
      
        Ces certifiés Hors~Classe , tous de Races du Vivant ,
  Un Cinquième d’Eléments , Quatre Hors~Rang bien Vivace ,
      Au Vif Argent Hors~Place , se retirent bien sous Vents ,
    Tels en Somme des Géants , Hors~Cadre mais si Tenaces.
                                            ~
    
       A l’Invisible Hors Texte , se joignent d’Autres Pensées ,
        Par la Toile des Reflets , Hors Faute sert de Prétexte ,
      Hors d’eau est sans Conteste , sans vouloir se Mouiller ,
       Hors d’Air est en Projets , Hors Cotes cultive le Geste.
                                            ~
   
      Je pourrais citer d’Hors , Mille et Une Nuits sous Lune ,
       A Chercher l’infortune , Hors de Combat sans Torts ,
   Dans son Palais de Flore , Règles d’Hors sont Comme Une ,
    « Hors Tout » mesure Fortune , Donne sa Parole en Hors.
                                            ~
  
    Hors de Doutes s’il en Faut , Nombres d’Hors sont Visions ,
     Autant d’Hors de Questions , surnagent à Fleur de Peau ,
    Gardant Lettres Hors de l’eau , par d’Infimes Convictions ,
    C’est Hors de Proportions , Quatre Intimes Parts d’Echos.
                                            ~
                                          NéO~
 
 
Dans ma Ruée vers l’Hors , en des Rives Printanières ,
L’Onde n’oublie pas ses Frères , ni ses Sœurs de l’Aurore ,
D’Hors & déjà d’Accords , l’Au revoir sans Mystères ,
Résonne en Couvrant l’Air , d’une douce Note en son For.

~En Surface, du Blanc Dragon de Glace~

18 février 2012 § 153 Commentaires

Une Foi n’est pas Coutume , au Crépuscule de l’Onde ,
Là où les Songes Abondent , dans cet écrin de l’Une ,
Pour un vœu de fortune , source de rêves en ce monde ,
Venez d’hors à la Ronde , vers le Vallon des Brumes.
    ~
Sur le Manteau de Mère , Dame Rivière suit sa Trace ,
Le Blanc Dragon de Glace , Sage Ancien d’Univers ,
Se repose en eaux claires , grondant de sa voix basse ,
«Bienvenue Pauvre Hère , d’Audace en ma Tanière.»
    ~
Sa Présence Légendaire , aux Courants de l’Année ,
Loin du cercle est contée , hors du cycle des mystères ,
Au grand cœur de l’hiver , quand le souffle est damné ,
Son corps vient se forger , en des anneaux Lumières.
    ~
Près des hêtres séculaires , sous les feuilles vermillons ,
Ses écailles Cristallines ,Crissent le long de la Roche ,
Tout son Être s’enterre , Hiverne en Lames de Fond ,
Creusant Voûte Divine , Aux Saisons en Approche.
    ~
Par le biais d’hémisphères , parcourant d’Ondes pensées ,
L’étranger va Renouer , son Ancrage à la Terre ,
Le Dragon sans Repaire , Veille là juste à Portée ,
Il me Faut l’aborder , De pas sages sans Œillères.
    ~
L‘âme des Cinq éléments , Brille en Flore de Reflet ,
Flèche ce terrain d’Orée , Arque les couleurs d’Antan ,
C’est la Marque de Vaillant , Son Cœur bat par Attraits ,
Pour toutes formes d’effets , Aux Frontières du Vivant.
    ~
Sa Dorsale en Triades , apparaît au Contour ,
Du Haut d’un Libre Cours , en suivant l’Enfilade ,
Je repense aux bravades , Quatre énigmes de l’atour ,
Une question offre toujours , des réponses en cascades.
    ~
Hors les Murs l’escalade , se poursuit par Paliers ,
Loin des Couloirs dorés , vers des Murailles de Jades ,
Dans un Luxe de Détails , Crocs et Griffes Effilés ,
Pour une étreinte gelée , Enserrent l’Une en Sérail .
    ~
Aux Couleurs de l’Émail , la Livrée Héraldique ,
Sa Maison Fantastique , Plaines en Chants de Bataille ,
Pour le Barde sans Ouailles , aux Paroles Lyriques ,
Blason Emblématique , en Nuances de Vitrail.
    ~
Le Jeu d’Ombres en Molasse , forme des Glyphes Aurifères ,
Mille Signaux éphémères , Couvrent la Chute des Glaces ,
Hors Traitement de Surface , Dans ce Palais Lumière ,
L’Esprit Trouve en Matière , un Louvre d’Autres Faces.
    ~
Sur la Crête d’Échine , sa Peau glisse sans arêtes ,
En Surface se Reflètent , d’Arabesques entre lignes ,
Près du Cœur de son Antre ,il vaut mieux se connaître ,
Laisser parler son Être , la Voie d’hors en est Chantre.
    ~
Ses petit rien d’Autrui , ombres gardiennes anges gardiens ,
Par Myriades de Liens , sur les Toiles de nos Vies ,
Laissent des Signes par si , empreintent nos propre chemin 
Dans leurs Pas , Chaque Matin , Marche le Peuple Fourmi.
    ~
Hors du Dragon d’éther , l’Astre s’estompe lentement ,
Imprimant aux Mouvements , sa Danse élémentaire ,
En Hommage à Gaïa , Loin du Chaos des Failles ,
L’œil saisit ses Détails , en Attente d’Héméra .
    ~
Au Cœur de l’Alchimie , la Magie Dore les Rives ,
Eclaire Préface des Pierres ,Colore les Veines d’Avant ,
Cinq couleurs sont tamis , pour une longue marche à suivre ,
Ocre et Bleu sont Repères , Vert et Blanc Hors du Temps.
    ~
Sa Rencontre en ces Lieux , dans le Berceau du Vent ,
Offre un pur Enchantement , haut présent merveilleux ,
Instant d’hors à mes Yeux , tant ses traits sont Seyant ,
Ciselés d’Arcs Boutants , Par l’Orfèvre des Dieux.
    ~ 
Chacun Croise son Totem , au Fil des Jours et Nuits ,
Il en est d’Infini , En Variables de Thèmes ,
La plupart d’entre eux sèment , plusieurs graines pour un Fruit ,
Leurs Valeurs de Jadis , Coulent au Creux de nos Veines.
    ~
Près de l’Œil du Dragon , l’Esprit Ouvre ses cinq cens ,
Laisse Entrer sa Prescience , Sans Aucune Illusions ,
Ecarte toute Confusion , Ce Seigneur Porte l’Alliance ,
L’espoir d’une Renaissance , dans chacun des Sillons.
    ~
Son Regard sans Affronts ,ne perçoit nulle Offense , 
A l’un Tentant sa Chance , ayant toute sa Raison ,
Il Confirme sa Vision , Donnant Corps et Substances ,
Pour Tant de Persévérance , Un Brin de Révélation.
    ~
Nous ne sommes que du sable , dans le lit de la Rivière ,
La Créature des Cieux , aux échos d’Origine ,
En Miroir Vénérable , Veille au grain des Poussières ,
Son Aveu Silencieux ,Vient du Fait de nos Racines.
    ~
L‘astre Brûle de ses Flammes , la Carcasse du Dragon ,
Sous le Feu des Rayons , La Glace perd de son Charme ,
Pour sa longue veillée d’arme , dans l’eau bleue du vallon ,
L’Onde Murmure son Nom , Pendragon verse Larmes .
    ~
    NéO~

~Une Journée en Hiver, Hors Frontières~

4 février 2012 § 194 Commentaires

 Dans la Vallée des Hêtres , la Forêt s’est Voilée ,
Recouverte en Allées , des Nuages aux Fenêtres ,
Pour Trouver Quatre Lettres , Il me faut Donc m’élever ,
Au Delà l’étoilée , peut tout Jours me Promettre.
                                                         ~                      
Une Journée en Hiver , sur les Terres éclairées ,
Là où l’Onde aime Errer , Hors du Jeu des Frontières ,
Tant m’apporte la Matière , Peu m’importe les Reflets ,
Telles étaient mes Pensées , pour une Quête d’Aurifère .
                                                         ~                 
C‘est aux Pieds des Géants , sur la Trace du Passé ,
A l’écoute du Silence , l’Esprit vers la Lisière ,
Qu’un Ancrage au Vivant , a Fait le Vœu de Mère ,
Plongeant en son Essence ,Vingt Mille Lieux sous Lumière.
                                                         ~           
Au Grand Chœur de ces Bois , la Voie est Toute Racée ,
Mélangeant les Lignées , Aux Couleurs d’Autre Foi ,
Plus d’un Arbre porte en Soie , l’Âme des Vers Oubliés ,
L’éden saurait Relier . Tout ces Enfants du Roi .
                                                         ~              
Bien des Pas ont Laissé , Une Empreinte sur la Neige ,
Son Enceinte s’allège , sous Mille Rayons Dorés ,
Le Corps devient Léger , l’Harmonie en Solfège ,
Joue sa Note en Saint Siège , l’Esprit aime s’y Poser.
                                                          ~              
Près du Buisson Ardent , dans un Murmure dit Vain ,
La Nature conte en Bien , une Journée sous le Vent ,
Le Fou Naturellement , fait de l’Esprit Hors Chemins ,
Il est Sage d’être Ainsi , dans ce Paradis Blanc.
                                                          ~           
Sur une Ombre en Lumière, la Présence du Soleil ,
Offre Sixième Merveille , en Alliance Singulière ,
Pour ce Pin Solitaire , loin du Nombre vit l’éveil ,
L’Arbre est de Bons Conseils , Il sait l’Une Être Tiers.
                                                          ~                  
Juste à Fleur de Frontières , A la Rencontre du Vide ,
L’œil découvre le Guide , Niché au Cœur des Pierres ,
Vérité est Fait Mère , en des Courants Rapides ,
Pour une Clarté limpide , il faut vivre sans Barrières.
                                                         ~                  
En revenant sur mes Pas , en Songeant à Hier ,
Brins de Pensées éclairent , un Long Retour sur Soi ,
Ainsi raisonnent les Bois , en Présence de l’Hiver ,
Le Mauvais Temps leurs Sert , A s’évader Au Delà.
                                                         ~                      
Ici dort l’Horizon , Trait d’Union entre l’Être ,
Il vaut mieux se Connaitre , en des Airs d’Hors Saisons ,
Appeler l’Abandon , A l’écoute du Silence ,
L’Homme sans Nom a Sept Chances , Autant de Vies pour le Bon.
                                                           ~                   
Rien ne presse Vraiment , Mère a Toute sa Raison ,
Dans les Brumes du Vallon , il fait bon être Vivant ,
Sentir l’Une en l’Hors Blanc , nous Conter sa Passion ,
Eveiller par le Fond , Nos Questions sur le Temps.
                                                          ~                     
A Fleur de Fin Janvier , l’Hiver était Clément ,
Bien Trop Doux sur Léman , Invitant Février ,
Mais le Vent à Tourner , la Rigueur vient sur l’An ,
Souffler des Froids d’Antan , Geler les Bois sur Pieds.
                                                        ~
C‘est pour l’Onde un Partage , Sons Voyagent Outre Monde ,
D’anciennes Contrées Abondent , en Vestiges d’un Autre Âge ,
Yggdrasil vient s’ancrer , Entrouvrir Hors Pilier ,
Quand l’Esprit Envisage , Sa Lumière nous Inonde ,
Aux Confins d’une Profonde , Tresse des Songes Sauvages ,
Du Haut d’Arbre Perché , Mémoire Reflète Pensée.
~
NéO~

~ A Flore d’Hiver , sa Lumière d’Hors ~

4 janvier 2012 § 239 Commentaires

                                                    
                                                          ~            
Dans les Bras de Lumière , dorment deux êtres de Soie , 
L’Une et l’Autre content pour Moi , ce récit d’éphémères ,
Leurs Lignes dorent pour l’Entière , une Branche Lettre A ,
Dame Blanche , Anita , vont d’Alliance trouver Mère.
                                                          ~             
Ici l’Onde souffle Temps , dessine l’écume des Jours ,
Rien ne Reste Toujours , l’Océan est mouvements ,
Dans le Creux du Vivant , voyage une vague d’Amour ,
L’Âme de Fond , livre autour , Son Sillage émouvant .
                                                         ~                  
L’Horizon entre Cimes , Signe aussi au Passage ,
Un Sillage en Alpha , Une étoile pour Deux ,
En Mémoires des Rimes , la Magie se Partage ,
Divisant pour une Foi , l’Arbre de Vie sous nos Yeux.
                                                         ~              
Compagnons Solitaires , Solidaires en Rayons ,
Fait de soie en Haillons , Habillés de Lumières ,
Nos Racines sont en Terres , Chaines aux Mêmes Maillons ,
Peu Importe l’Illusion , l’Une est Identitaire.
                                                         ~                 
Au Pays de l’Hors Blanc , ses Enfants Contreforts ,
Non Content de leurs Sorts ,Ont l’Allure de Géants ,
Leurs Manteaux bien sous Vents , sont Couverts par la Flore .
Hauts Royaumes des Cadors , Ici Songent les Gogants.
                                                         ~              
Au Couchant de l’Aurore , telles étaient ses Pensées ,
Accueillant Hors Reflets , la Nouvelle en deux Morts ,
Essentielle Métaphore , Vers Miroir du Passé ,
Vœux d’Histoires bien Aimées , Disparues en des Corps.
                                                        ~                       
Je les Retrouve là , Dans un Duo de Vie ,
Songe Verso mes Amies , Belles Aimantes des Bois ,
Sous la Voûte Filante , l’Une Tourne chaque Nuit ,
Son Œil de vers nous Lie , A Présent je vous Vois.
                                                         ~        
Dans ses Branches d’Univers , bien des Mondes se Côtoient ,
Plusieurs Arches d’un Seul Toit , sont Berceaux de Lumière ,
Leurs Alliances éphémères , Forgent une voûte pour la Soie ,
La Promesse qu’Au Delà , le Printemps suit l’Hiver.
                                                          ~             
C‘est en Frère du Vivant , Main Ouverte à l’écorce ,
Le Cœur nouant sa Force , Contre un Vert d’élément ,
Echangeant nos Regards , Point de Vue par Nature ,
A l’écoute des Murmures , quand l’Azur est Tout Chant .
                                                         ~         
Sous le Dôme de l’Alliance , l’Arbre est Porteur du Sceau ,
Aucun Maux n’est Couvert , quand la Parole est d’Hors ,
Tout le Monde à sa Chance , d’y entendre l’écho ,
Le Message de nos Pairs , Sage Parabole d’Alors.
                                                         ~                    
Une Forêt d’Aurifère , A Perdu Connaissances ,
Deux Esprits en Partances , ont Rejoint par la Mer ,
Trois Rivages Divers , les Pierres d’havre à Fleur d’Anses ,
Quatre Larmes en Silence , Coulent au Cœur des Rivières.
                                                         ~           
l’Orée du Chemin , Deux Âmes Sœurs en Lisières ,
Veillent aux Liens faits d’Hiers ,Tissés pour son Prochain ,
La Chaleur dans le Grain , Provient bien de Matières ,
D’un Ancien Savoir Faire , Poussière d’Hors du Destin.
                                                       ~          
Dans le Feu de l’Hiver , les Lueurs s’estompaient ,
Pour un Moment de Paix , en Présences Nécessaires ,
Juste un Tour sur la Sphère , Au Loin l’Astre plongeait , 
L’Âge de Faire pour de Vrai , Rejoignait sans Frontières.
 ~
   NéO~
                                                         ~                               
  A la Mémoire d’Annie Masson & Anita le Sant

~Au Seuil de l’Onde, Oeil Sonde à l’Hors~

4 novembre 2011 § 301 Commentaires

     ~
L’automne est las de vivre en cours , prenant son quart tout à la ronde ,
Veillant saisons à chaque seconde , pour l’équilibre de quatre accords ,
Temps l’harmonie invite à flore , libre est l’amour portant au monde ,
En terre d’atours où l’une abonde, au seuil de l’onde l’œil sonde à l’hors.
    ~
L‘hors d’un profil sous le couvert , la pierre à l’onde devient dormeur ,
Les yeux mi~clos cillent aux lueurs , le grain des veines devient mystère ,
L’esprit du lieu veille aux frontières , au fond du lit fuit le passeur ,
La vie elle même doucement se meurt , attend sa nuit au sein de l’hiver.
    ~
Bienvenue à vous en terres d’orées, sur le sentier d’un grand rêveur ,
En ces contrées vit l’enchanteur , Ici la pierre sait murmurer.
Jadis les songes se partageaient , nouant l’esprit de frères et sœurs ,
Le temps hélas n’est plus porteur , depuis l’esprit se laisse hâler .
    ~
Enracinés sur deux versants , de beaux anciens lentement s’effeuillent ,
Perdant livrées d’une robe claire , les bras ouverts en rose des vents ,
Vivant dans l’ombre d’autres géants , sous le regard des pierres de seuil ,
En ces rivages l’arche est d’ailleurs, ses patriarches voyagent au temps.
    ~
Au fond du val chante la rivière , berçant les terres de son courant ,
Le cycle d’une s’écoule en corps , son lit est fait des pluies d’hier ,
Dans son sillage un cœur de pierre , se trouve au centre des éléments ,
Hors veines s’écoule la sève d’avant , la vie découle d’une plume envers.
    ~
Hors floraison raison d’automne , dans ce silence les chiens aboient ,
Meute de chasseurs accourt aux bois, Le cor résonne en son royaume,
Un Beau Vivant devient Fantôme , La Cour se Vide au Bal des Rois ,
Reste le guide en sept endroits ,un brin de mousse couvre son heaume.
    ~
La clef des songes repose à l’hors , au cœur des lois qu’une onde altère ,
Par son Regard tout en Matières , Seul l’Essentiel devient Trésors ,
Contient à fleur l’infime par celle , poussière d’orée venue d’aurore ,
Ainsi veiné en l’arche d’alliance  toutes graines de vie porte la lumière ,
Où l’œil moderne perd connaissances , sa nature même oublie l’accord.
    ~
Lisière d’essences l’âme s’esseule, l’œil aux frontières sent la présence
Ô cœur des pierres un songe aîné , invite l’esprit à voir l’ensemble ,
En traits d’union le tout s’assemble , indivisible est la forêt ,
A l’origine des liens d’orées , Mère nous accueille à fleur des sens.
    ~
Gardiennes du lieu au claire de l’une ,
Trois sœurs de veines affleurent la roche ,
Dans l’ombre discerne à mon approche ,
Un Œil ouvert à fleur des runes.
    ~
Les yeux de l’une offrent un pont d’hors, une hôte façon de voir au delà
Pour Traverser il faut par Foi , écouter celles au Chant de Flore ,
Le cœur des lignes en monde est fée , la poussière dore le moindre éclat ,
L’onde en Ailes Même nous tend ses Bras , sans jeter là le moindre sort.
    ~
La sentinelle veille hors chemins , sur un écrin d’une noble cause ,
Pour l’essentielle métamorphose , monde en nature à l’hors c’est teint.
    ~
Le vieux danseur connait l’accord , un monde entier conte ses pas ,
Quand l’harmonie entame son la , une sous le charme chante en son for 
Trouve sa voie et la vie mord , l’empreinte au long allant au delà ,
Payant sa Dîme tout à la Joie , portant trépas dans une Belle Mort.
    ~
L’elfe de pierre murmure mon nom , au loin s’élance l’hêtre ancestral ,
Dans une couronne toute Automnale , l’allure du roi porte Saison ,
Sa reine nature au diapason , en lignes pures lui est égale ,
L’hors d’une Ronde s’invite au Bal , la Pierre en l’Arbre y scelle l’Union.
    ~
Portant le sceau de son accord , ma muse se baigne près de la source ,
Vers la recherche de nobles pairs , magie opère , voix viennent éclore ,
L’esprit s’éveille aux regard d’ans , sous le chapeau l’un se ressource .
Prend la mesure de l’éphémère , au sein des hêtres de prime abord .
    ~
Une telle rencontre change un destin , ouvre les yeux envers une onde ,
Un hêtre à Part au cœur me Sonde , demande à voir au fil des liens ,
De quelle nature est mon chemin , aux yeux de l’une loin à la ronde ,
Il se murmure entre deux mondes , un serment d’hors lie deux anciens.
    ~
L’aïeul depuis offre son regard , sur les vestiges du premier chant ,
En libre cours va son frère lige , parler d’étoffe a sa mémoire .
   ~
A fleur de peau au son du cor , marchant sous brume près de la source 
En la recherche de nobles pairs , magie opère , Voix Viennent éclore ,
L’esprit s’éveille aux éléments , sous le chapeau l’un se ressource .
Prend la mesure de l’éphémère , au Sein des Hêtres de cimes du nord.
    ~
Des êtres étranges forment à la ronde , pour le regard tout en portées ,
Une porte ouverte par le reflet , autant de liens vers l’autre monde .
    ~
Le roi Léo sous sa crinière , songe à son peuple devenu migrant ,
Dès les premières paroles du chant , l’automne entame sa longue prière ,
En cette saison aile file sous vents , tourbillon dense de peaux légères ,
Eole emporte toutes celles d’hier , elles reviendront pour un printemps .
    ~
La source au val longe la montagne , les pierres de l’une lui en sont gré ,
Ainsi son cours comme enchanté , par traversées nous accompagne .
D’une rive à l’hôte le temps s’éloigne , invite l’esprit à faire le guet ,
Marcher sur l’haut c’est s’engager , où l’une & l’autre hors se rejoignent.
    ~
Ce don en hors est ordinaire , un bien commun envers l’histoire ,
Pour voir en sien un monde à part , ce dont la flore revêt en Mère ,
Il fait le lien tout en lumières , sur la matière d’êtres en regards .
Un Œil ouvert cherche le miroir , les yeux de l’une sont légendaire .
    ~
Juste une Petite Révolution , Douze Mois autour d’un chœur des Toiles .
Un an déjà qu’en terres de Graal , l’alliance de l’une sème hors saisons ,
Graines de reflets faits d’émotions , au cœur des bois l’onde se dévoile ,
Vivante sous vents , envers loyale , sept sens suffisent à sa raison .
    ~
Le cours de l’onde découle de source , lié aux vers par le reflet ,
Si son quatrain se laisse guider , écoute les pierres sous la grande ourse ,
La ronde à l‘hors poursuit sa course , déroute par Foi l’éternité ,
Au lent demain ses passagers , veilleront sans doutes à ses ressources.
    ~
    Combien d’entre eux perçoivent seulement ?
    Toute la magie au chœur des pairs ,
    Une alliance d’hors faite d’alchimie ,
    Le vœu de l’une pour la lumière.
    ~
      NéO~


~L’étranger, dans la Vallée des Hêtres~

21 mai 2011 § 377 Commentaires

                                                          ~      
J‘avais Trouvé un vieux Chemin , une autre Façon d’aller envers ,
Un Beau Gardien dans la Lumière , une Belle Histoire Parlant d’Anciens ,
La Plaine au Loin était sans Fin , à ma mémoire un Découvert ,
Ici les Ombres donnaient l’Entière , Toute la Mesure d’une Onde de Bien.
                                                          ~
Le Temps filait comme suspendu , les Heures Perdues n’ayant pas Prise ,
Hors le Gogant parfois se brise , quatre flèches en vue Pointaient le Ciel 
Sur le Coté une Grande Souche Nue , sa Ligne en Flore la lumière Grise ,
Autant de Signes étaient de mise , Vestiges de Mère aux Sept Merveilles.
                                                          ~ 
~Haut au Col de l’Aiguillon , un Monde à Part nous tend les Bras .
C’est en secondes qu’une Vie s’étend , à même Printemps de sensations ,
Une Mère Passion a Corps d’éclats , Quand le Vivant s’en vient aux Bois ,
Donner Visages aux Cœurs des Rois , Conter Pas Sage sous Frondaisons.
                                                           ~
Le champs de Mai vire au couvert , riche par essence d’une lignée basse ,
Sur l’Herbe danse en soi la grâce , la belle du jour joute en Prés Verts ,
Parfum d’amour sous l’Arbre ouvert , la belle couleur signe en préface ,
Le grand Livre reflétant l’audace , Où la fleur même s’entiche du Vers.
                                                           ~
Noble est le Roi siégeant en Cours , Marqué à Vie du Sceau d’empreinte
Le jour au vent file hors d’atteinte , sur son Royaume au pied de la Tour 
Mon Maître Maux d’aucun secours , Révèle en l’hêtre aucune Crainte , 
A Fleur d’écorce le son d’une Plainte , jamais ne vient au Troubadour .
                                                          ~
Ici le Gris parle aux beau Vert , Feuilles ont l’Avis de Fil en Aiguilles ,
En réseau Mère une Onde y Brille ,Tissant Faisceaux à la Lumière ,
L’Arbre est Savoirs en la matière , l’élémentaire d’une Grande Famille ,
Aux Branches du Temps l’Arche y distille , son élixir en âge de Faire.
                                                          ~  
Déjà l’espèce se fait plus Rare , Une Peaux de chagrin du Premier Songe
Aux Oripeaux Glanés en Vain , Tout Gogant porte son Regard ,
Vers le Monarque ou bien le Tsar , dont les cernes au delà s’allongent ,
Ici les Hommes ont pris en main , la reconquête des bois sans Gloire .
                                                          ~
Sous vents je croise sans le vouloir , de hauts Anciens aux lignes d’orées ,
C’est Par Estime envers les Fées , un don de soie Hors des Couloirs ,
A la Lisière de ma mémoire , l’Histoire fait Lien le long d’Années ,
Pour mettre en formes l’Effet , un Monde qui rime est plein d’Espoirs.
                                                          ~
Deux mains ouvertes portant le ciel , dix doigts ornant divin feuillage 
Un Haut Feuillet lors du voyage , en chemin s’ouvrait vers l’Essentiel ,
Laissant par Hêtre en songe d’éveil , autant de reflets pour un pas Sage 
La Vie est faite de Métissages , ça voir c’est naître d’un long sommeil.
                                                          ~
Trois Patriarches Parlaient d’antan , de Liens tissés à la Lumière ,
Ces Vieux Enfants d’une Même Mère , Savaient en rien être Différents ,
Hors l’Amitié en Bon Vivant , relie l’aimant aux Hêtres Chers ,
Du Bien de Naître pour l’Uni Vers , la Branche des Toiles au firmament.
                                                          ~ 
Six Frères d’hier vivaient ensemble , Alliance Passé au loin des Hommes ,
A Vivre Ainsi Hors du Royaume , Leur voie semblait être un brin folle ,
Par Foi sans mal le Sage s’isole , Loin des versets ou bien des psaumes ,
De Mêmes Racines au fond Rassemblent , tout les élèves faisant école .
                                                         ~
Ce chef d’orchestre en Hors apporte , entre ses Bras l’accord du Temps ,
Par sa Mesure en lents Mouvements , une Harmonie non langue Morte 
En Faisant Corps il ouvre en sorte , une brèche au cœur de l’itinérant , 
Mon âme ne saurait faire semblant , d’y voir au delà une essence Forte 
                                                          ~
Juste éveillé je vois la scène, l’Arbre me semble Hêtre un vrai Semblable.
Ses traits tirés à même l’écorce , la marque Mère de ceux de veines ,
Comme à son Âge sincère étrenne , du vif argent bien Vénérable ,
A l’immuable procure la force , d’une vie au vent face à ses Peines.
                                                          ~
Sous vents à torts lame du bûcheron , tranche dans le vif loin du sujet ,
Leurs Résilience vient couronner , l’envie de vivre pour le bon ,
La sève ici coule à Foison , nourrissant le Roi décapité ,
Sa Souche porteuse illuminée , Projette en Hors ses Nourrissons .
                                                          ~
Cette Foi au Nord m’ouvre la porte , vers des Contrées Imaginaires ,
Ici le Temps coule Légendaire , sa Vieille Magie suit les cohortes ,
Trouvant repos dans le grand Air , pour sans manière refaire en Sorte ,
Un Monde acteur où l’idée Forte , serait en âge d’aimer ses pairs.
                                                          ~
Hors le creuset d’une autre Vallée , Métamorphose son Monde Vivant ,
L’écorce Bossue s’incline au Flanc , la Robe de Bois se Voûte Tachetée ,
Tout Corps Moussu devient léger , abrite mille Rêves venu d’Antan ,
La Sève en Lyre rejoue le Chant , Au Pied des Géants Oubliés .
                                                          ~
Son Œil vaillant a l’Avis Dur , sur les Voyages outre Passés ,
A même le Champ des Oubliés , se dressent l’élan d’antiques statures ,
Sous leurs Regards cette aventure , mélange rouages & Sablier ,
Trop de grain de sable ont mal tourné , délaissant l’Onde Mère Nature.
                                                          ~
A Corps Noueux l’essence est Belle , tel le Tourment des écritures ,
Chaque ligne portée nous Préfigurent , Ombres & Nuances de sa Lignée ,
Sous vents les Arbres jamais Taillé , offrent un bestiaire à mon Regard ,
Autant de vies à mon Histoire , la voie des Anges dans cette Vallée .
                                                          ~
A Fleur du Ciel je vais Serein , la marche en Flore poursuit son Jour ,
Aux dessous liés ma course d’Amour , en main de l’hôte sont verts satins 
La Ronde Aînée dénoue le chemin , S‘enivre dès lors du Troubadour
Les Fleurs de l’Âme cernent la Tour , d’un Jardin faune aux bancs divins .
                                                          ~   
Etrange est l’Homme prédestiné , marchant en la Vallée des Hêtres ,
L’Esprit d’ailleurs croit le connaître , d’Âme vagabonde le long d’années 
Au fil du lien sur les sentiers , Ses Rêves au loin vont Disparaître ,
Il en demeure une Muse où lettres , donnent au dragon un Haut Parler .
                                                          ~
L’hêtre tient mon cœur entre ses cernes , il noue les autres à son reflet 
Sa voix m’est claire juste à portée , son Timbre d’hors non balivernes ,
L’ancienne le forme sans mise en scène , de toute manière à discerner ,
Le Faux du vrai venant croiser , sa Voûte à l’Onde belle & pérenne . 
                                                          ~
Ancrés au Sol depuis l’enfant , s’ouvrait une Arche sous le Couvert ,
Huit piliers d’hors sont ponts de pierres , ô fiers gardiens de mon néant
Noueux vos liens avec les vents , s’accordent au fil d’un Bain en Mère ,
Au delà du savoir vivre à Terre , l’Hêtre y resserre les vrais courants .
                                                            ~
Mon pèlerinage en Val des Hêtres , à fait naître mille échos d’écorces ,
Cette Onde à part puisant sa Force , dans le Fait Hors de se connaître ,
Au Fil d’une foi fît disparaître , mes illusions sans faire entorse ,
L’étranger y fût à la Noce , sa muse fragile changea peut être .
                                                         ~
L’été s’approche au long de roches , le Corps de l’Hôte s’évade aux cimes ,
La pierre m’appelle et puis s’arrime , de mes Racines je me sens proche ,
Le temps d’une pause naguère fantoche , va de hauteur en lunes claires ,
Ma source en rêve depuis l’hiver , l’écoute ma foi demeure bonne pioche ,
   Dans l’Onde Vallée dort l’Aurifère , j’irais Ailleurs servir l’Alliance ,
Les Mois à venir seront moins Denses , pour les Reflets de l’enchanteur.
~
NéO~

Où suis-je ?

Entrées taguées Anciens sur DRENAGORAM.