~Hors Concours II ~ Tour après Tour~

11 novembre 2013 § 600 Commentaires

Hors_Concours_II_04

1

Légendaires du Fab Four , au fil des 4 saisons ,

après mûres réflexions , voilà de source sûre ,

comment l’enluminure , va unir pour le bon ,

un hors concours au nom , ma Muse dorant ses murs.

~

2

Libre à vous sans ratures , d’y briller par la veine ,

bienvenue à toutes les cernes , chaque âge fait bonne figure ,

quant à parler d’allure , sachez pour votre gouverne ,

quarante quatre jours discernent , qui d’âme a belle nature.

~

3

En premier lieu « oyez » , voici la règle d’ors jeux ,

juste bien ouvrir les yeux : étrangères , familiers ,

penser outre rimer , à l’esprit chaleureux ,

en mire gardez ce feu , pour cet espace ça crée.

~

4

Peu importe le reflet , faites en sorte tours d’histoire ,

au vu d’un vert regard , vivre demeure partager ,

bonne chance ami(e)s cerclés , vous voilà sur le quart ,

quatre fois onze en mémoire , éclaire cette fin d’Année.

~

NéO~

~

Tour 1 ~ du 11 au 21 Novembre

….

« Alchimie »

Réaliser un texte au choix avec ces 4 mots Clefs

« Tour Quête Hors Quatre »

Ex: ( Poétique )

Hors il était une foi ,

Inspirant l’Âme en Quête ,

Quatre orne son cap en croix ,

L’Echo de ma Tour s’entête.

 

Tour 1&2 ~ du 11 nov au 2 Décembre

….

« Nombre d’Hors » 

( Photos~ Dessins~ Peinture~ Composition perso~ )

Trouver ou créer un reflet avec le chiffre 4 

4~ 44~ 444~ 4444~

Hors_Concours_II_44

Tour 1.2&3 du 11 nov au 13 décembre

….

«  Porteurs de Lumières »

Au passage à l’Hiver , le visage de votre flamme

colore en soi la Trame , dans le sillage d’hier.

ce brin d’hommage à Mère , jette une ombre sur le charme

hors sans rendre mes armes , à bord l’onde persévère.

Au Clair de l’Une , reflétez votre Lumière en ce lieu

Hors_Concours_II_88

Bougie , Lanterne , feux , briquet

~

 

Tour 1,2,3 & 4 du 11 nov au 24 décembre

….

« Esprit »

Réaliser un Acrostiche avec le mot ~ Onde

Ex: ( Poétique )

Ouvres toi vers ses âmes ,

Ne demeure point mort né ,

Doute mais garde la flamme ,

En regard du passé….

~

44 jours en soi , avant de tendre l’oreille,

au retour du Soleil , illuminant l’onde là ,

le 11 étant ma croix , mon salut vit d’éveil ,

je vais suivre son conseil : « ta Tour attend un Toi. »

 

Hors pour les 16 saisons prochaines ,

portant au loin ce vœu envers.

ma chaîne relie nos univers ,

j’en aime l’écho en cette arène ,

au fil du temps rongeant mes veines ,

mon âme y voit en soie l’entière ,

œuvrant où la magie opère ,

face au chaos semant ses graines.

~

~

A vous de transmuter 🙂 œuvrez d’arts sans manière

changez au fond ma pierre , après le plomb l’aurore ,

ci~dessus en vue de flore , un petit brin d’éphémères ,

pour entrer en matière , au cœur des chercheurs d’hors.

~

Quart de Tour

Marlaguette

Des quatres saisons écoulées
Toutes, je ne les ai pas aimées
Tour à tour, elles sont passées
Certaines, je les ais occultées
Hors la dernière savourée
Ma quête enfin soldée
Laissant place à une légèreté
Puisse-t-elle encore durer.

~ Demie Tour

Marla_Hors_concours_Tour_2

~ 3/4 de Tour

Marla_hors_concours_Tour_3

~ Rêvolution

Opération sourire au cœur
Neutralisant toutes mes peurs
Déclinaison toute en finesse
Essentiellement pleine de caresses .

Hé Lium

Un deux trois seuls furent jetés comme base muette
algèbre point zéro
géométrie du temps vide
de l’espace aveugle et sans l’ombre d’une quête
d’un moindre bruissement

la bouche béante ouverte comme un monstre
tire par ce cri sourd le cinq quiet
les saints de leur quiétude ou de leur torpeur,
ces anges perchés et tirés à quatre épingles
qui logent en haut de leur tour
de verre d’acier et de soleil
exactement hors de tout trépas.
Ils se dirent, rusés : »comment émouvoir ce trépied et qu’il marche ?  »
C’est pourquoi depuis, les ânes et les bœufs
ne sont pas tripodes…
mais boitent parfois à cause de l’ange maladroit ;-)

~ Demie Tour

Héluim_hors_concours_2_onze-onze

~ 3/4 de Tour

Hélium_hors_concours_tour_3

~ Rêvolution

On peut se demander pourquoi les cieux si violents
Ne semblent pas répondre à nos attentes inquiètes
Depuis ces temps de mémoire si troublants
Événements faits jungle chaos rocheux défaites
 

Oublie donc la voix singulière oublie la croix
Ne pense pas le signe sans sa lumière
Donnée sur la montagne osseuse amère
Encre qui noircit les ténèbres où meurt la voix

Onde qui ondule lente sur la place
Noire de blés foule d’épis
Debout dressés géants qui se plient
En dansant quand elle passe.

Om et gars
Nous et Elle
Donna Ma
Emma de Noel

LO

~Sur le Quart

« C’est ainsi qu’arriva mon TOUR. J’étais impatiente et j’avais certes attendu plus que la moyenne mais qu’il ne s’imagine pas pour autant que j’allais me plier en QUATRE. Il était exclu que je me donne en spectacle, HORS de question que je me contorsionne. Et tant pis s’il n’était pas content. Après tout je n’avais que 60 ans et il n’est jamais trop tard pour se mettre en QUÊTE de son premier amant. »

~ Demie Tour~

nombre-dhors_LO_Tour_2

~ 3/4 de Tour

~ Rêvolution

Oh ne sais-tu ma douce, ma belle, mon altière
Ne sais-tu que l’homme n’aura jamais fini
De jouer à jouir en salissant ton lit
Et qu’il oublie que les p’tites morts sont éphémères

~

Oh il oublie
Ne le sais-tu
De songer à lui
Et il ne sait pas que c’est lui qu’il tue.

Prunelles

Quatre compères en quête de tours se dirigeaient vers le lieu-dit « Hors Soie », main dans la main en chantonnant.
Le premier avait les oreilles baladeuses et s’égarait dans la voix du deuxième qui le poussait dans les pieds du troisième pour avoir de l’espace.
Le deuxième, manchot, s’empêtrait dans les plis de la cape du premier.
Le troisième un peu gêné ne voulait pas du premier attifé du second mais il était muet. Alors il grimaçait pour se faire comprendre et ne chantait que dans sa tête.
Le quatrième, emporté par l’élan, brinquebalait des jambes, transformées en grelots.
Nul doute qu’ils cherchaient tous l’étoile puisqu’ils étaient sur le chemin chacun la leur, tous ensemble.
Il advint ce qui devait advenir …
un caillou.
Le premier s’étala emportant le deuxième dans sa toge. Le troisième trébucha sa grimace en un hoquet tonitruant et le quatrième mélangea ses pinceaux.
Silence soudain, après la chute
et la nuit noire

Quand ils se réveillèrent tout était suspendu, surtout le temps. La colline en satin brillait des mille feux du soir qui s’endormait.
Et là, devant, vermeille ( vermeille parce que mieux adapté je crois dans ce monde inversé et puis le rouge en un départ ça me va ) : chacun sa Tour pour trouver son étoile.
Mais pas dans le bon ordre. Ils se mirent donc en Quête de pour qui était-elle.
Le chêne était habité par un merle qui certainement chantera à ta place pour attirer la belle.
Le peuplier s’élançait trop pour le dernier dont le sol n’était pas sûr. Mystère, mais il allait si haut et c’était beau avec toutes ces fourmis qui montaient…
Le saule pleurait tout doucement, dandinant du chapeau : parfait pour te bercer, prends le pour te calmer, grimpe par les branches, tu te feras fil argenté pour ne pas le blesser et … attention aux chenilles !
Le baobab ressemblait plus à une colonne déformée qu’à une tour avec sa tête démesurée échevelée. C’est du solide et confortable, ça ne peut pas tanguer. Prend donc, il est pour toi mon ami.
Je prends la cathédrale qui regarde au soleil.
Les voilà tous quatre embarqués pour le pays de l’Hors. Ils s’éloignaient les uns des autres et les regards tournés vers leurs particularités d’étoile. Pourtant chacun savait que l’hors saison rassemblera. Les centres se reconnaissaient déjà.
MAIS QU’EST-CE QUE C’EST ? Ils allaient tous au même endroit.

~ Demie Tour

Prunelles_Hors_concours_Tour_2

~ Demie Tour

Hors_Concours_Tour_3_Prunelles

~ Rêvolution

On ne peut deviner
Ni savoir … que …
Deviendras-tu
Et qui es-tu d’abord ? …
tu dois te transformer ,
te perdre en te quêtant dans l’onde obscure.
 
Maïa
 
Sur le Quart
 
Aux quatre vents
S’érigent tels d’immenses tours
De géants feuillus Vénérables chênes séculaires
Hors des sentiers battus
Dans les fragrances
Des sèves et des résines
Partir en quête d’absolu…
 
~Demie Tour
Maïa_Hors_Concours_Tour_2
 
~ 3/4 de Tour
Maïa_Hors_concours_tour_3
 
~ Rêvolution
 
Odeurs de mousses
Noire la terre
De chemin en chemin
Errances superbes
Origines matricielles
Nus , danser le monde
Désirs organiques
Etreintes et promesses fertiles
..
Ouvert l’horizon
Noire la terre
Déjà la graine se bat
Entre les pierres éparpillées

Harmony

~ Quart de Tour

La QUÊTE de l’amour n’est pas sentiment vain ,
Même si la TOUR est haute, ne renoncerai point ,
Et pour l’atteindre, je me couperai en QUATRE ,
Trouverai,HORS de moi, la force de me battre.

~ Demie Tour

Harmony_Hors_Concours_Les 4 cerfs_Tour_2

~

912641Andreetbougie1

~ Rêvolution

Ondées et frimas nous attendent en hiver
Nature dans le brouillard épais et infini
Dévoile petit à petit les formes de la terre
Ecoute le silence de ce monde endormi.

Bruno 

~  Quart de Tour

Le chemin sera long, nous a dit le poète.
Allons donc hors les murs, de nos tours en ivoire.
Livrés aux quatre vents, en route pour la gloire.
Que la fête commence, je veux dire, la quête.

~ Demie Tour

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

~ 3/4 de Tour

Bruno_horsconcours_Tour3

~ Rêvolution

Oui, oui, oui, trois fois oui, à la Vie, c’est ma Foi.
Ne jamais perdre Espoir, garder l’estime de Soi.
Demander la Lune, avancer comme un Roi.
Et clamer haut et fort, la puissance de sa Joie.

Chateau d’Ys 

~ Quart de Tour

Quatre p’tites notes de musique,
En quête d’un air classique,
Hors les murs pathétiques,
Tour à tour se répliquent.

~ Demie Tour

???????????????????????????????

~ 3/4 de Tour

Dys_Hors_concours_Tour_3

~ Rêvolution

On dit qu’ils sont plaisants tous ces petits poèmes,
NéO les moissonnant dans sa boîte à rondeaux,
Diffusant sur les ondes et ce sur le même thème,
Epigrammes, acrostiches, sonnets ou fabliaux.

Dominique

~ Sur le Quart
 
Oh ciel !”m’exclamais-je en lisant des autres les œuvres,
Ces QUATRE là auront gagné avant que n’arrive mon TOUR !”
Je n’étais encore qu’en QUÊTE d’une source d’inspiration,
que voilà déjà les HORS-d’œuvres !
Je me rendis compte mais trop tard,
que le chemin à parcourir ne serait pas de velours !
 
~Demie Tour
Dom_Hors_Concours_Tour_2 
~ 3/4 de Tour
Hors_concours_Dominique_Tour_3
 
~Rêvolution
 
On craint, on hésite, on se questionne,
puis téméraires on se lance dans l’aventure…
Néotienne !
De jour en jour, d’année en année
et après avoir à sa suite parcouru les sentes
et traversé les monts,
Enfin nous voilà arrivés fourbus mais heureux,
à Saint-Akrostikhos,
terme du troisième des quatre périples audacieux.
 

Gisèle

Quête d’infini aux quatre vents s’envole,
Un appel hors du temps jamais ne s’étiole,
A chacun il s’adresse, même dans sa tour,
Tutoyant l’allégresse miroir de l’amour.
Retiens encore ses murmures en fulgurance
Essaimés dans les jardins d’un feu qui danse,

Tu cueilleras les oiseaux de miel du soleil,
Oubliant l’arc des pluies de solitude,
Un souffle cordial te tirera du sommeil,
Rallumant en toi la flamme de quiétude,
Si tu laisses sa lueur te porter conseil.

~Demie Tour

Gisèle_Hors_Concours_Tour_2_nombre_d_hors

~ 3/4 de Tour

Gisèle_Hors_Concours_Tour_3_Lumière

~ Rêvolution

Gisèle_Hors_Concours_Tour_4

Osmose en esprit , eau et feu réunis
Nimbent l’espace de mille et une traces.
Danse la flamme au gré de perles de vie
Enivrante valse qui jamais ne lasse .
 

Gibulène

~ Sur le Quart

Petite Emma est descendue
De sa tour, chaudement vêtue. ..
Hors du château elle s’ aventure
Communiant avec la nature
Ramasse dans son panier
D’osier finement tressé
Mousse touffue et feuilles d’hors
Qui sont véritables trésors !
Rencontre sur son chemin
Quatre écureuils et trois lapins,
Deux renardeaux et une chouette…
Emma tour à tour les caresse
Avec douceur et maladresse
Puis les quitte et part en quête
De baies tendres pour son goûter
Au château, une fois rentrée. ..
….
Les rayons du soleil se posent
Sur ses joues de nacre rose;
La journée va bientôt finir,
Emma vient de s’ endormir!

~ Demie Tour

les-4-saisons

~ 3/4 de Tour

Hors_Concours_Tour_III_Gibulène

~ Rêvolution

Oublier son passé
Naître à une autre vie
Désirer avancer
Et sortir de la nuit……

Marie Jo 64

~ Sur le Quart

Quel esprit m’a portée HORS de moi ?
Un TOUR de belle magie, QUATRE à
Quatre, pour toujours, a changé ma voie.
Ma QUÊTE du bonheur en toi sera !

~ Demie Tour

Marie_jo64_Hors_concours_Tour_2

~ 3/4 de Tour

Marie_jo_hors_concours_Tour_3

Rêvolution

Ondes diaphanes sur l’eau,
Naïades, nymphes légères,
Déesses des sources claires,
Écho chante allargando.

Colette

~ Quart de Tour
 
Donner sens à ma vie,
En QUÊTE d’meubler ma TOUR,
Du dedans au dehors ;
HORS tout, QUATRE en laisse trois.
 
~ Demie Tour
hors-concours-iitour-2
 
~ 3/4 de Tour
hors-concours-iitour-3
 
~ Rêvolution
 
Oriente mes pas,
Nourrie de ta PAROLE,
De racines profondes,
En toi pour la VIE …
 

Ghislaine

Dans le couloir, hors du temps,
sa quête devra durer quatre jours..
Il devra, du sablier, faire talent !
Pour que roi, il devienne à son tour !

Ariaga

L’alchimiste

Dans la tour invisible,
prisonnier de lui-même,
hors l’athanor attendant l’or,
l’alchimiste en sa quête folle,
se meurt depuis quatre lunes,
dans les vapeurs de ses couleurs.

Elleirame 

~ Sur le Quart

En quête des hors de moi-même
je fais le tour des quatre éléments.

~ Demie Tour

~ 3/4 de Tour

Elleirame_Tour_3_Hors_Concours

~Rêvolution

Onde perdit l’aiR et la Ronde ne fut plus tournée
N dans sa chute à l’hors, laissa l’Ode chanter
D jeté, l’Un en quatre tours fut rêv’ailé
E fut gardé pour conjurer l’esprit mauvais 

Rémi

Rêver sept genèses dadaïstes
irradier gaiement gnose élégiaque
dorer amour cependant épectase
hormis limpide alchimie aurifiée .

Néa~

~ Quart de Tour

Ouvre l ‘Oeil
Nous sommes sur le seuil
Draine ago Home
Entrée en somme ( équation)

et cette photo hummm entre le ouvre ma ta porte
ou l’inverse avec le saubriquet et le pierrot Lunaire

Histoire de se mettre en quatre
Autour d’une enquête
Acquis le tour entête
Flamme en retour d’âtre

De quoi imaginer avec Or d’oeuvre le Dessert et l’ Entrée
sans oublier le Nez pour Discerner et Entendre et Ouie Dire, la Dague et l’ Epée

et Neuf ou le Nouveau Né … Onde Nourrit Différent Esprit
De quoi entrer en matière, pour le reste il faut tisser.. pas hors normes
Odal s’y trouve autant que le Soleil et le Cheval … ou tiré à 4 épingles.

Suite royale

Quatre Rois sont partis Hors leur Tour pour Conquête.

~Demie Tour

Néa_Hors_concours_Tourr_2

~ 3/4 de Tour

Néa_Hors_Concours_Tour_3

~ Rêvolution

Outre le temps et l’âge
Neuf en est l’atout
Découvre le vrai visage
Explore le monde en tout.

L’Ermite

~ Quart de Tour

 » La fratrie était composée de QUATRE membres…
vivants dans le cercle familial avec ,au centre ,la TOUR sombre..
Tour où trônait le maître régnant inflexiblement
Avec le temps , ils parvinrent à fuir HORS de ce cercle
Chacun partant de son côté en QUÊTE du bonheur
Bonheur que chacun crut trouver selon son cœur ……

~ Demie Tour

Hors_Concours_l_ermite_Tour_2_

~ 3/4 de Tour

Ermite_Hors_Concours_Tour_3

~

~ Rêvolution

Où arriveras tu
Navire de papier ?
De ce ru perdu
En méditerranée??

www

~ Quart de Tour

Ils partirent à quatre fiers troubadours
un peu fous en quête d’une reconnaissance
hors et sur leur terre de naissance
ils en firent vivement le tour
et restèrent à jamais les Fab Four.

~ Demie Tour

4countdown

~ 3/4 de Tour

suncat

~ Rêvolution

Or il apparut que de noblesse de robe,
il se mit à en porter dans le monde.
Né homme, capitaine de dragons,
fait femme, Lia de Beaumont,
Destiné à un fabuleux destin,
on le connut sous le nom de d’Éon.
Et il s’avère aujourd’hui que le Chevalier
est l’anagramme du mot « onde ».

Ava

~ Sur le Quart

« Dans la nuit blafarde,
quatre silhouettes se précipitent dans la tour,
en quête de la lumière céleste
qui les mènera hors les murs,
pour échapper au monstre
qui leur court après et veut les dévorer « .

~ Demie Tour

quatre

~ 3/4 de Tour

Ava_Hors_Concours_Tour_3

~ Rêvolution

Ondoyantes en sont les eaux,
Nacrés sont ses reflets,
Dense est sa profondeur,
Ensorcelant est ce lieu magique
où vient de se perdre votre esprit.
 

Julie

~ Sur le Quart

Elle était là seule face au bleu
de la lune chantant l’amour
sa bouche framboise échappant
des notes comme une oraison
prière au ciel, yeux en pluie,
et soubresauts du haut de sa tour
elle attendait hors du temps
qu’on la délivre de cette prison !
 
~ Demie Tour
Hors_Concours_Julie_Tour_2

~ 3/4 de Tour

bougie neo

~ Rêvolution

Ondulations de toi sur le miroir d’O
Nuances vibratoires en rondes vers l’N
Délicats soulèvements de gouttes ioDées
En de légers remous ton corps je vEux

Mu

~Sur le Quart

Ce fut mon Tour
de me mettre en Quatre pour autrui
faire la Quête,
Hors tout le reste.

~Demie Tour

Miss_Univers_Hors_Concours_Tour_2

~ 3/4 de Tour

MU_Hors_Concours_Tour3_lumiere

~ Rêvolution

MU_Onde_Tour_4

Orbites géosynchrones autour de la planète ,
Nuages de satellites au~dessus de nos têtes ,
Data Base Centers pour ceux toujours en Quête ,
Enregistrent et décodent l’Onde que rien n’arrête .

Mooonalila

~Sur le Quart

Gémeaux
ascendant Gémeaux
je n’avais pas fait le tour
de mes quatre moi
pas encore
j’étais hors de tout
en quête
de moi.

~Demie Tour

photo44mooona_Hors_Concours_Tour_2

~3/4 de Tour

bougiemooona_Hors_Concours_Tour_3

~Rêvolution

Oniromancienne
Nue
Danse
Extatique

~
C~T
 
~ Sur le Quart
 
L’union du carré 4 et la rondeur d’une sphère
Voici une quête ! comprendre la quadrature du cercle.
L’homme dresse des tours pour se souvenir de son origine céleste,
Évanescence spirituelle contre incarnation terrestre :
De Hors provient la dualité !
~
Demie Tour
C_T_Hors_concours_Tour_2
 
~ 3/4 de Tour
C_T_Tour_3_Hors_Concours
 
 
Rêvolution

Ouvrir son cœur c’est inonder de lumière ,
Naître de nouveau à la vie c’est illuminer ,
Dans son forT intérieur l’homme possède un secret ,
En l’âme-agit un alchimiste qui se crée .

Jobougon

~ Sur le Quart

En plein cœur de la ville,
la tour Eiffel enjambe de sa lumière
l’écheveau des rues assoupies en quête de repos.
Telle une vieille dame majestueuse, campée sur ses quatre piliers arqués,
elle rêve de rejoindre l’étoile du Berger.
 Hors de l’attraction terrestre,
qui sait si elle ne se sentirait pas plus légère.
Mais pour l’instant, il faut qu’elle apprenne à marcher.
Et puis plus tard, qu’elle apprenne à voler.
 
~ Demie Tour
Jo_Hors_concours_Tour_2
 
 
~ 3/4 de Tour
Jo_Hors_concours_Tour_3dame-en-robe-de-lumiere-
 
 
~Rêvolution

Obtenez l’ocre et la lumière,
Nimbée d’une ombre singulière,
De la grande dame majestueuse,
En l’imaginant lumineuse.

 

~Hors Concours , Au Jour le Jour ~

3 octobre 2012 § 559 Commentaires

 
En Hommage aux Saisons , le Thème Universel ,
Sera par Etincelles , Votre Imagination ,
Selon l’Inspiration , les Mots font la Part Belle ,
Au Delà du Réel , entre Humour & Passions .
~
Voici le Premier Vers : 
« Il Etait une Fois donc , un Concours Ordinaire …« 
Si Quatre se Trouvent Reliés , A vous la Liberté.
 
Les Quatre Règles d’Hors au Fil des Trois Tours 🙂
 
1 ~Concours Ouvert à Toutes & à Tous . 
 
2~Le Style Choisi est l’Alexandrin 🙂 ( 12 Pieds)
Cette Phrase est un Exemple , Typique d’Alexandrin.
 
3~La Dernière Syllabe doit Rimer avec celle Au Dessus :
A lors comme ça mon Vieux , tu vas participer ?
Te joindre naturellement , à la communauté .
Mais oui je joue le Jeu , Histoire de versifier ,
Perdre un peu de mon Temps , Sans Être Pieds et Poings Liés .
 ~
4~ Attendre le Prochain Tour avant de Participer à Nouveau 😉
 
1er Tour jusqu’au 11 Octobre ….
Composer avec au Moins Quatre Alexandrins
2ème Tour jusqu’au 22 Octobre
Lier son Nom de Plume à d’Hors Eléments et Après en avoir fait un Reflet me l’Envoyer 😉
( Pierres ~ Feuilles ~ Bois ~ Plumes etc… )
~
Dernier Tour jusqu’Au 31 Octobre
Composer un Acrostiche avec une Essence d’Arbre 😉
~
‘est la Fin de l’Automne déjà l’Hiver s’en Vient ,
H eureusement l’Arc Alpin ne sombre pas en Somme ,
Ê tre à l’Heure lui Donne , du Temps pour faire le Lien ,
N iveler sous les Sapins , l’Hors Blanc aux Yeux des Hommes ,
E ternelle Mise en Formes , D’une Neige Tombant en Fin .
~
Pour ce Tour les Alexandrins ne sont pas  » Obligatoires « 
Seul Compte l’Acrostiche :mrgreen:
Quelques Essences pour Exemple : SAPIN ~ ERABLE ~ TILLEUL
~
Délibération du Jury & Proclamation des Résultats :
Pour le Samedi 03 Novembre :mrgreen:
~
A vous de Jouer , l’Onde compte sur vous pour propager cette Idée 🙂
~
Sont d’Hors & Déjà Qualifié(e)s ~Isabelle ~ Dom Dom ~ Bruno ~ Mélusinefée ~ Prunelles Chateau d’Ys ~ Ti Piment ~ Marla ~ Gibulène ~ Mu ~ Aurore ~ Val ~ Georgina ~ lO ~ Tuffette ~ Hamony ~ Julie ~ ColetteDc ~ Francis ~ Locadine ~ Agnès la Malouine ~ Loofy ~ Brigitte hb ~ Nemesis ~ LuciaGisèle ~ Martine ~ Marie Jo ~ Jo ~ Solange ~  Héloïse ~ Rony ~ Kairosf ~ ~◘ẅ◘ ~ KorriMarla ~ Fr@ne ~ Filamots ~ Marie~Ne ~
 
Sont d’Hors & Déjà Qualifié(e)s pour le Troisième Tour :
 Loofy ~ Prunelles ~ LO ~ Lucia ~ Colette Dc ~ Tuffette ~ Gibulène ~ Locadine ~ Rony ~ Gisèle ~ Château d’Ys ~ Mu ~ Isabelle C ~ BrunoKairosf  ~◘ẅ◘  ~ Dom Dom ~ AuroreKorri ~ Marie Jo ~Néa ~ Martine B  ~Héloïse ~ Julie ~Marla ~ Filamots ~ Bleu Marie ~
~
Les Gens d’Ere ayant accompli la Quête des Trois Tours :

~ ◘ẅ◘  ~ Isabelle.C ~ Néa ~ Marie.Jo ~ Martine ~ Mu ~ Gisèle.F ~ Julie ~ Prunelles ~ Marla ~ Kairos.F ~ Gibulène ~ Colette.Dc ~ Locadine ~ Aurore ~ Bruno ~ Lucia ~ Filamots ~ LO ~ korigane ~ Rony ~ Tuffette ~

 
Ami(e)s de la Poésie , bon Vent et soyez Sage ,
Avec un Brin d’Esprit , Hors Amusez vous Bien 😉
 
1er Prix : un Pack de 44 commentaires selon votre Choix
2ème Prix : Une Page Dédicacé de ce Style :  ~A la Source de LO~ 
3ème Prix : Un Portrait Fantastique : Exemple
4ème Prix : Une Boîte de Chocolat 😉
5ème Prix : Un Lingot d’Hors
~
NéO~
~
1er Prix des Légendaires ~ Rony
 
2ème Prix des Légendaires ~ Chateau d’YS
 
3ème Prix des Légendaires ~Kairos.f
 
4ème Prix des Légendaires ~ Gisèle.F
 
5ème Prix des Légendaires ~ Martine
 
Palme d’Hors d’Alexandrie ~ Julie
 
Palme d’Hors du Nom de Plume~ Dom Dom
 
Palme d’Hors de l’Acrostiche~ Bleue Marie
 
Prix Spécial Ordinaire : Meilleur Espoir Masculin : Bruno
Prix Spécial Ordinaire : Meilleur Espoir Féminin : LO
Prix Spécial Ordinaire : Nuances en Hors : Lucia
Prix Spécial Ordinaire : Artiste des Quatre Saisons : Marla
Prix Spécial Ordinaire: Etoile de Mère: Miss Mu
Prix Spécial Ordinaire : Amitié Hors Frontière : Colette D.c
Prix Spécial Ordinaire : Belle Vue en Vers : Marie~Jo
Prix Spécial Ordinaire : Meilleure Bobine en Toile : Www
Prix Spécial Ordinaire : Effets Spéciaux : Tuffette
Prix Spécial Ordinaire : Humour au Fil des Jours : Loofy
Prix Spécial Ordinaire : Vers du Solitaire : Francis
Prix Spécial Ordinaire : Nature & Energie : Héloïse
Prix Spécial Ordinaire : Rayon de Soleil : Aurore
Prix Spécial Ordinaire : Langue des Oiseaux : NéA
Prix Spécial Ordinaire : Becs d’Hors du Jury : Prunelles
Prix Spécial Ordinaire : Grand Merci d’Hors : Filamots
Prix Spécial Ordinaire : Echo d’Hors: Gibulène
 

Du 03 au 29 Octobre ~ Au Fil des Trois Tours

~Clôture du Concours le 31 à Minuit~

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il Etait une Fois donc , un Concours Ordinaire …
Et pris de court j’ai envie d’y participer,
Cette ronde de pieds me réjouie en particulier.
J’ai l’envie de tournoyer au rythme des feuilles,
J’ose, un peu hésitante démarrer ce recueil .
~Isabelle Cottard
~
T iens voilà que Néo nous lance un néo-défit !!
I mmédiatement je prends ma plume et atrophie
L’ acrostiche sans honte pour rendre o-mage à cet arbre.
L’ essence est belle en cette période de fin d’octobre
E n jaune elle s’habille et arb’or sa parure
U niquement pour un court moment ineffable.
L’ instant est pré-cieux pour ceux qui voient sa dorure.
~
 
Proposé sans exception à tous les “tenaires”,
Les plus beaux, les plus grands, les plus vifs, les plus fiers,
Par le Chevalier NéO-dit-le-Téméraire,
Noble Conteur devant les hommes, de Dame Mère.
~Dom Dom
 
~
Alors donc, commençons ce parcours sans écueil.
L’ami Néo, joue bien ici les écureuils.
Et je le vois sourire de nos rimes à deux balles.
Dans sa quête à la perle, évitons qu’il s’emballe 🙂
~Bruno
~
M e diras-tu son nom? Est-ce un arbre? Un lampion?
E n myriades de torches, il éclaire les monts.
L orsque l’Automne diffuse sa lumière dorée.
E n bouquets éclatants, il éclaire les forêts.
Z on bel habit de fête est d’un jaune-orangé.
E n flammes immobiles, l’incendie est figé.
 
Bonjour enfants de Mère, bonjour enfants si fiers.
Je viens donc me délier la langue ici.
Je vais devoir dompter mes gestes et mes envies.
C’est abrupte pour moi tout en alexandrins,
Je préfère en traverses, poursuivre le chemin.
Mais je vais essayer disait l’enfant bossue.
Je suis l’enfant sauvage et je suis dans la rue.
Ma bosse vous plaît-elle ? Voulez-vous la toucher ?
Vous pouvez vous savez : le bonheur assuré !
Avec un peu de chance vous pourrez attraper
aussi !!!!! Oh !!
Puis-je … être un peu ici désobéissante ?
un peu de cette joie qu’une fée bienveillante
A déposée sur mon berceau bancal et nu
au pied du grand péché qui a fini en fût.
~ Prunelles
~
P our certains, buisson noir, et pour d’autres ardent buisson, je suis…
R ameaux, justice et rectitude, passion vive d’amour aux épines acérées et fines oxymorons, je tends…
U n merle noir, parfois vient si beau, ou un verdier en amoureux ébats, les chats…
N e pénètreront pas mon seuil enchevêtré…
E n été je produis et silence : secret, fruits bleuis douleur âcre mais je rêve déjà de mûrir au soleil d’automne indien…
L es prunelles amères devront patienter les gelées et l’hiver blet au ciel blafard…
L a pie et le geai savourent avant toi après toi sans disette mes amoureux acides et âcres bleus puis douceur ; aubépine à fleurs blanches ma sœur jumelle printemps en haies vives s’épanouit avant les feuilles…
I l faut drageons que je m’étende et m’étire en dragon bouillonnant, propension…
E n belle forme, grains, le motif de mes veines et je sais devenir belle canne aux mains de l’élégant…
R ien ne crains pas même capricorne aucune miette perdue nettoyage et eau vive de Vie, petit paon de nuit flambé musique légère…
 
~
Il était une fois un concours ordinaire
Que proposait NéO, l’Ami qui fait des Verres,
Il ne s’agit donc plus à tort et à travers,
De jeter sur la Feuille des Mots ou des chimères,
Etagère, Ephémères. En voyage pour Cythère,
Atmosphère, délétère, Le tout et son contraire,
Mais plutôt quelques Rimes dans la langue de Voltaire.
~ Chateau d’Ys
~
B ientôt nous glisserons vers la morne saison,
O ù sont les belles lumières de nos étés radieux,
U n à un tombent alors dans un bruit disgracieux,
L es bois des arbres morts. Vois-tu à l’horizon,
E bouriffé, hirsute, le Bouleau se dénude,
A u fond de la vallée où le climat est rude,
U ne à une les feuilles s’envolent dans un frisson.
 
Il était une fois , un concours ordinaire…
Et tous les affamés sur leur plume se jetèrent ,
Pour bien entamer cette épopée suicidaire
J’ai pris stylo et feuille et j’en suis pas peu fière …
~ Ti Piment 
~
Qu’à Néo ne déplaise que je vienne céans
Poser ces quelques mots écrits en m’amusant
L’automne qui s’en vient aux poèmes est propice
Et ses roux chatoyants, et ses feuilles qui crissent
Font oublier l’été, sa chaleur infernale
En attendant la neige et le froid hivernal………
~ Gibulène
~
iver va bientôt dépouiller
rables et Micocouliers ;
einture d’or sur le feuillage,
amure en feu en grand hommage
n couleur, à dame nature !!
 
rs donc, commence l’aventure
aissant les feuilles s’envoler
ci et là, vers terre-mère
enant couvrir sol en jachère
nvite à errance en forêt !
rrance, oui, mais pas en hors :
oute tracée, la sente y est !
 
harme automnal, quand tout s’endort
t que se prépare la sève
‘un printemps qui plus tard viendra
éveiller nature qui dort
t changer les nuances d’hors
‘appliquant à la relève…..
 
~
Il était une fois un concours ordinaire
Lancé par Néo qui ne manque pas d’air
D’essayer sur la toile de nous faire plancher,
Alors que mon petit cerveau est lessivé.
Poser mes rimes ici mais quelle outrecuidance
Alors qu’il s’y trouve tellement de talents immenses
~Mu
~
N uits plus fraîches et plus longues c’est bel et bien l’automne
O ubliez nectarines et pêches de l’été
Y ‘a plus qu’à modifier le régime en somme
E nlevez la bogue et dégustez le cerneau
R éjouissez-vous vous pouvez me casser les noix 🙂
 
~
Dans l’Hors qu’on court le jeu en vaut claire chandelle
Eclairée des vers des uns et plumes d’elles
Il était une foi en Champ d’Elle un Chant d’Ailes ,
Rubans poétiques lumières de chaque saison
Où vents spiralés se frôlent avec raison
Et fragrances de Terre enjôlent en déraison .
~Aurore
~
O livier Millénaire enroulé de Paix
L a Colombe un Jour lâchée par Noé
I mporta un Rameau d’Olivier
V enant Symboliser la Fin du Déluge
I dolâtré par des Bouches Gourmandes
E mportant Distillant Saveur de tes Fruits
R avissement tu es pour le Corps & l’Esprit.
 
En attendant la neige et le froid hivernal
Me voila près de vous, loin de tout pied d’estale
A poser quelques mots sur la page de NéO~
Afin de la nourir de quelques jeux de mots
~Val
 
il était une fois donc, un concours ordinaire
mais l’automne venu tout devient extraordinaire
les ors et rouges chevauchent les verts profonds
d’un beau tableau, forment la toile de fond.
~Georgina
 
~
Tandis que NéO joue au petit jeu des mots
Et convie chacun à creuser le ciboulot
Ici dans le grand Sud on s’amuse avec l’eau
Octobre c’est bien trop tôt pour aller au boulot.
~LO 
~
râce au Ciel, aux saisons ou à notre grand âge
n sait encore ici jouer comme des enfants
ne fois n’est pas coutume même pour les plus sages
arions les Hivers, les Automnes et nos Printemps
nfinies sont les richesses de ceux qui partagent
 
D e ceux qui croient encore à la force du temps
n jeu innocent vaut mieux qu’une guerre d’usage
 
ouons donc avec les ors et les chatoyants
llons par les chemins, les cours d’eau et les champs
rivilégions la nature, rendons-lui hommage
u attendons-nous à subir le châtiment
éO merci pour ce jeu qui nous rend si sages
 
~
Merci ami Néo de cette invitation
À faire rimer les mots en drôle animation
Hélas je ne suis point douée pour ces jeux là
Il me semble plus sage de vous céder le pas
 
Mais je viendrai vous lire et pourquoi pas sourire
À vos joutes verbales , les meilleures et les pires
Chantant les tons d’automne en un chœur d’amitié
Nul besoin d’ sonotone pour goûter 12 pieds .
~ Tuffette
~
S ous la pluie et le vent
A u beau milieu du champ
U n arbre pleure encore
L es branches alourdies
E nneigées se replient
S i triste mais pas mort 
 
Pour l’hiver,c’est trop tôt. l’automne est à peine là
Profitons des couleurs,des feuilles qui rougeoient
De ces tapis dorés qui crissent sous nos pas.
Et surtout du soleil,l’astre répandant la joie.
~Harmony
~
i j’avais reçu le don d’écrire
vec ardeur,je remplirais des pages
eut-être,en plus de savoir dessiner
nfiniment,j’aurais parlé des âges
N‘oubliant pas ce dont je peux rêver
***
H élas,il faut que je me creuse le cépon.
E tre moi-même en écrivant de beaux vers
enter d’exprimer l’automne et l’hiver
ayonnant chacun de différentes façons
ntre tons chauds et le blanc,je me fonds
***
aturellement,l’automne a supprimé le vert.
n a vu des tons rouge,jaune,pourpre et brun
nvitant les animaux à se préparer à l’hiver
ereinement mais sûrement,chacun s’affaire
ntassant noix,noisettes,avalant vers de terre
out près des maisons,ils font des provisions
ntéressés par la mousse et de la paille sèche
t bien d’autres végétaux dont j’ignore le nom
ien ne leur échappe et ils font bonne pêche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
~
Au pied? comme celui de l’arbre dans la forêt !
qui nous laisse sur le sol des feuilles colorées !
oui sur elles , des vers et des rimes je déposerai
pour offrir à la nature mes poèmes inspirés
et je les regarderai alors, toutes s’envoler
puis, dans les airs je les verrai virevolter,
pour aller dans les jardins d’automne déposer
mes mots d’amour et de tendre amitié
et si de chine ou d’ailleurs viennent se mélanger
tout plein de feuilles d’arbres du monde entier!
de tant de voeux écrit , gentils à souhait
de tapis de feuilles de doux mots douillets
ainsi les feuilles comme des baisers
sur la planète ensemble nous relierait
mes amis mes frères ainsi en a décidé
l’arbre de vie, qui règne dans la forêt
~Julie
~
C haine ! de maillons d’arbres en arbres ! tu es bijou
H être, comme l’auxilaire de vie tu es l’oxigène de nos nuits
E lm , ailes aiment se réfugier dans tes bras levés vers le ciel
N oyés de vert ou les doux nids douillets y sont cachés si bien lovés
E phedra, oh oui ! l’ effet drappé du châle de brume sur ton corps !
 
S ecrètement tu pleure S
A mour caché, il se noy A
U ne vie tombée a l’ ea U
L oin de toi oh j’ai si ma L
E t le sol alors se dérob E
 
Il était une fois un concours ordinaire
De ce matin blafard je risque prendre l’air
Me voici donc ici cher NéO~ essoufflée
À traverser l’océan les idées bien trempées.
 
Dans ce concours ordinaire, je r’viens heureuse
De cet automne, recouvert de feuilles en cette fois
Les cheveux au vent, nez en l’air victorieuse
D’avoir, moi, la Colette foulé ces pierres du bois
 
À m’émerveiller, ai marché dans ses sentiers
Entre l’été et l’hiver, ces jours si précieux
Percées de soleil, bonheur et joie entourée
En attendant l’printemps au goût si délicieux
~Colette Dc
~
S ous tapis de neige, en deux mois, donc bientôt,
A vec ta majesté, de tes branches effilées,
P ort serré et conique, tu seras le plus beau,
I magine, toi l’unique, les yeux émerveillés,
N oël, verras à tes pieds, ses nombreux cadeaux.
 
Il était une fois donc,un concours ordinaire..
Proposé par un « gars » extra-ordinaire
Mais de récompense ,n’avons que faire..
Savoir manier les mots est nécessaire ,
Afin de Néo,le magicien, satisfaire.
Point n’est besoin de copier Apollinaire:
Voir »chez »De Nerval ferait peut-être l’affaire?
Drenagoram ,manieur de mots est expert……..
Ainsi: Conclusion que peut faire « le solitaire »
Le mieux ,pour finir,n’est il pas de se taire?
~Francis.

Chêne
Hêtre
Aulne
Rosier
Merisier
Ebène

~
Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire
Ce soleil pâlissant dont la faible lumière
Attiédit les moiteurs de l’air
Des milliers de feuilles se couchent à terre
Une nouvelle odeur parfume l’air
De cette saison aux multiples couleurs éphémères .
~Locadine
~
nlacé sous les éclats de lune bleutés
R egorgeant de sève en ses veines irrigués
A ltier et majestueux au sein du paysage
B uvant le doux miel de cette terre si sage
‘écorce rugueuse et noueuse des géants
n son coeur , il palpite , à un rythme entraînant
 
Découvrant ce concours qui me laisse sans vers
Je voudrais y adhérer sans trop de misère
Mais le défi est cruel et me laisse parterre
Heureusement l’Hors NéO m’entraine dans les airs
~Agnès Malouine du Nord Finistère Cigale de Saint Malo
~
Il était une Fois donc , un concours ordinaire
pour nous réchauffer, plaçait l’enfer en hiver
pour nous rafraîchir, en été faisait neiger
et aux mi-saisons, prenait le temps de danser
 
Il était une Fois donc , un concours ordinaire
qui fait aujourd’hui à nos esprits prendre l’air
pour qu’ils puissent enfin, pour toujours, loin de l’amer
s’envoler au plus près de notre mère, la Terre.
~Loofy
~
out ici est déboisé
R ares endroits où se poser
E nnui, celui qui nous emmène
M ort dans l’âme et duramen
B ougeons nos vies, nos amis
L isons textes et poésies
E t plus jamais ne TREMBLons !
 
La lumière déchire les grands arbres d’ Or 
Sous le cuivre des feuilles en Terre du Nord
Y compter les pieds n ‘est pas une mince affaire
Même dans un concours, ma foi, ordinaire
Qui, recelant Majuscules , Alexandrins
Sème divers pieds Hors pair sans en avoir l’air
En cet automne trop froid pour être Indien
~Brigitte HB
 
Il était une Fois Donc , un Concours Ordinaire ,
Reconnue éprise du jeu de l’imaginaire,
Ami Néo alerte, m’invita pour me plaire.
Malheureusement ce qu’il ignorait fut amère,
L’alexandrin né de ma plume est une galère !
Mais puisqu’il le faut, je saurais bien sur le faire,
Rendre un hommage à la hauteur de notre Mère,
A la nature et ses splendeurs saisonnières…
Heuuu… ah oui : ce qui fut fait en ces quelques vers !
En espérant que nulle censure protocolaire,
Ne vienne affecter nos amitiés visionnaires,
Car Dame Nature vaut bien mieux que ce mot précaire,
J’en conviens ami Neo, voudras-tu enfin me faire taire …
~Nemesis
~
Il était une fois donc, un concours ordinaire
Inventé par Néo, l’ami expert en Vers
Il ne s’agit pas donc, ici de lui déplaire
Au contraire en ces mots, essayons de lui plaire !
 
Voici devant la porte, frappe le Bel Automne
Au Chœur de la forêt, déjà sa voix résonne
Et les feuilles rouillées, sous nos yeux tourbillonnent
Qu’un vent léger emporte, par ce temps monotone
~Lucia
~
T ard le soir, on venait s’asseoir sous ses branches
I l est fier aujourd’hui d’être un beau centenaire
L ui, aime à offrir ses petites fleurs blanches
L ongévité, il se prénomme, sa partenaire,
E corce , lui donne encore force et énergie
U nis en liens, sa sève en éveil, sous la terre
L ibère, au fil du temps, des vertus légendaires
~
O ublier le passé, les mauvais souvenirs
R egarder droit, les yeux fixés vers l’avenir
M ourir à son égo pour renaître à la Vie
E tre et vivre pleinement ce que « je Suis »
 
 
~
Il était une fois donc, un concours ordinaire
Prenons la plume à l’oiseau solidaire
Pour chanter la nature et son savoir faire.
Mais comment choisir le bon vocabulaire
Celui qui sait danser pour te satisfaire
Celui qui est tout sauf un abécédaire
Qui aime s’enfuir loin du cadre scolaire ?
Je vois l’ami Néo que dans l’oculaire
Le réel épouse bien l’imaginaire
Donnant souffle aux fantasmes littéraires
Laissons donc notre âme loin de l’arbitraire
Peindr’ à sa façon l’éclat de notre terre.
~Gisèle
~
F ixer la toile de l’éphémère
R etenir encor’ l’ambre lumière
E n gardant le sourire d’une mère
N imbé de perle ,rosée première
E n estompant les larmes amères .
 
P uis suspendre aux fils d’argent de la lune
L es silences du vent dans le coton des cieux
A chaque pulsation un glissement gracieux
T ouchera la cord’ des violons à la une
A lors à l’unisson chanteront les feuilles
N octambules aria aux voix opportunes
E poussant le tempo de vie qui se cueille .
Il était une fois donc, un concours ordinaire,
Dirigé par Néo, l’ami de la terre.
L’été vient de passer, plus vite qu’un baiser,
Le chêne est fatigué, les feuilles vont tomber.
 
L’hiver arrivera, annonçant les gelées
Et les premiers flocons, apporteront gaieté.
Il est loin le printemps, celui de mes vingt ans,
Boursouflé par le vent, chassant les sentiments. »
~Martine
~
E lle est là, en face de l’arrêt du bus,
U n livre entre les mains,
C ontre le bel Eucalyptus,
A ttendant son chérubin…
L ui ne viendra pas…
Y aurait-elle bêtement cru ?
P ourquoi lui faire ça ?
T itubant, elle repart d’où elle est venue,
U ne larme coule discrètement,
S ilencieusement…
 
~
Il était un fois donc, un concours ordinaire.
Pourquoi aurais-je l’idée de m’y soustraire ?
Bel automne, appelé par certains Brumaire,
Est là, et chatoie de lueurs incendiaires.
 
Je marche dans la sente, trouée de soleil,
Mystérieuse, aux parfums à nuls autres pareils,
Traversée par le chant dépouillé d’un bouvreuil
Puis soudain, égayée par les sauts d’un écureuil
Qui, en jouant à cache-cache me tient en éveil.
 
Comment nommer le sentiment qui m’envahit ?
Le cœur léger, je foule l’humide tapis,
Les feuilles craquent sous mes pas, je ralentis,
Je savoure l’instant présent, je m’alanguis.
 
Bel automne, qui demain couvrira de frimas
Ce sous-bois enjoué, charmant et délicat,
Laisse encore fuser un moment l’alléluia
De tout ce petit monde qui n’y survivra pas.
~Marie JO
~
urêka ! la jolie feuille au vent d’Autan
it, vire, virevolte, tournoie en chantant,
rabesques, pirouettes et cacahuètes …
illevesées, ricanent lors les branchettes,
oin de nous imprudemment tu t’es envolée,
t maintenant sur le sol tu vas t’écraser ! 
 
Il était une fois, donc…
 
Un concours ordinaire, dites-vous, ami très cher ?
Mais vous avez les mots, vous avez la matière !
Je réponds à ce jeu, voyez comme je suis fière,
Quand votre invitation m’envole sur cette croisière.
 
Le concours est hardi, les saisons familières
Pourtant sous le parvis se devine la charnière
D’un automne chaleureux en tapis de bruyère
Où se déclinent les feuilles de nos vers solidaires.
 
C’était une légion, une cavalerie entière
Une imagination, un recueil, une bannière,
Et de cette réunion va naître la lumière,
Chaque plume à l’ouvrage y brille, particulière.
 
Celle de Jobougon n’attendait sous la pierre
Que la conversation à l’hors de la lisière
Tapissée de ses feuilles où la joie nourricière
Fait que soit reconnue toute plume singulière.
 
C omme ces parfums d’ébène où couraient nos prières
E ntités de forêt respiraient la bohème
D ’où le frêne et l’érable associés par le thème
R iraient encore sous cape de nos jeux d’écolières
E t la nature entière festoie, hospitalière…
~
~JO
 
Il était une fois donc un concours ordinaire
A l’ombre des houppiers encore parés de vert
L’ami NéO~ propose d’aligner quelques vers
Alexandrins impose et moi je désespère
Car mes vers et ma prose se veulent libres comme l’air
Telles feuilles à l’automne se donnant à l’éther.
~Solange
 
~
Il Etait une Fois donc, un Concours Ordinaire…
Trouvant origine dans le cœur de l’Homme-Nouveau
Celui-ci se reposait alors au milieu d’une clairière
Avec pour seule musique le chant des p’tits oiseaux
 
La saison de l’automne venait de s’annoncer
Et comme se laissant porter par l’Air
Des feuilles tombantes venaient le caresser
Leur couleur dorée empreinte de lumière
 
L’Homme-Nouveau à moitié endormi, à moitié éveillé
Sourit et se fit la réflexion l’espace d’un instant
« Il faut si peu de choses pour être émerveillé… »
Avant de se laisser aller dans le vaste néant.
~Héloïse
 14-10-2012-concours-hors-nc3a9o-002
~
« Il Etait une Fois donc, un Concours Ordinaire …
Restait à découvrir le bon itinéraire
et choisir les bons mots et la juste grammaire
la belle image aussi le son intermédiaire
 
pour courir les saisons sans traverser la mer
du Printemps à l’Automne ou l’Été ou l’Hiver
enchanter les instants où les mots se rejoignent
et chasser les regrets Que le vent les éloigne
 
Un Ordinaire qui Concourt au moins Une Fois
à forger un poème chanté par cent voix
tolérantes joueuses Mais les mots sont dits
Sous forme bigarrée ils sont tous écrits »
~Rony
~
P rince de la plaine, solitaire élancé,
E nchanteur accueillant pour le cœur vagabond,
U n humble tronc rugueux, confident effacé
P our marcheur fatigué de son chemin si long,
L aisse, sur son feuillage, souffler comme un chant
I nspiré par Octobre faiseur de couleurs,
E t murmure, semblable au vent, des mots senteurs,
R eflets d’un matin bleu et d’un soleil couchant.
 
~
Il était une fois donc un concours ordinaire
Même en retard, je ne saurais me taire
Poussée par le vent d’est ou celui de la mer
Je rejoins avec hâte mes multiples confrères.
 
Revenus bredouilles des sauvages Cévennes
Sans même un bolet ou quelques chanterelles
Sous les arbres centenaires, ramassées à la pelle
Des feuilles dorées et de rondes châtaignes.
 
L’automne n’est pas chez nous, il faut monter plus haut
Pour la beauté du site, se rendre chez NEO
La bas, les bois, les champs, les monts sont mis en mots
Les couleurs de la vie bâtissent son château.
~Kairosf
~
O r le chemin est long et du mal a ma main
R imer n’est pas aisé, écrire encore moins
M ais pour l’ami Néo que ne ferai je point
E ncore quelques mots et j’atteindrai la fin
 
 
~
Il Etait une Fois Donc, Un Concours Ordinaire,
Par l’odeur alléchée, me vit poindre mon nez.
M’alarmer je ne puis, ni même Apollinaire,
Le panache en bataille, la prunelle délavée.
~ẅ◘
~
C ytise zen Kane
H être ou ne pas être
A ulne delà du réel
R obinier Hood
M erisier un autre jour
E rable tum n’est pas ciné.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
~
CHANSON D’AUTOMNE
 
Il était une fois donc un concours ordinaire
Mais en automne tout devient extraordinaire.
Mes pas crissent sur les feuilles mortes couleur rouille
Une odeur de sous-bois flotte dans l’air, je bafouille
Cherche mes mots. La forêt a parure de beauté.
J’entends au loin des anciens cantiques, airs d’éternité.
Tout en regardant ce paysage idyllique,
Ces feuilles qui tombent, deviens mélancolique.
 
♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜
 
Un air de Toussaint flotte, le glas au loin sonne,
Messe de souvenir, les mémoires résonnent.
 
♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜
 
Nous voyons des sorcières, l’Ankou encapuchonné.
Voici les enfants fêtant Halloween, venant sonner
A nos portes en quête de quelques friandises.
Dans un épais brouillard le chat noir fait des vocalises.
Dehors il crachine, et il bruine, tombe la nuit.
En parcours sur le sentier, des chants déchirent la nuit.
Ils se rendent comme un seul vers le cimetière..
 
♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜
 
Voici donc de l’automne ma petite bafouille
En lisant ne me transformera en citrouille
Du moins espère, mon petit délire va te plaire
Seul petit délire pour concours ordinaire…
~Korri
~
SSorbier des oiseleurs
OOh le joli nom d’arbre fleur
RRegarde ses belles et rouges
BBaies pour un hiver aux nez rouges,
IIl fera bien froid, de la neige blanche,
EEntourant les maisons, neige blanche,
RRecouvrant terres et campagnes.
〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫
DDes baies rouges et sucrées
EEn pâture pour les oiseaux
SSont sur ces arbres aussi en montagne.
〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫
OOiseaux se régalent, baies sucrées
IIls les goûtent goulûment, les oiseaux,
SSorbier des oiseleurs d’où son nom.
EEn lui donnant alisier comme nom,
LLe reconnaîtras finement sculpté,
EEt chantourné, tel dentelle de bois sculpté ?
UUne foule de petits objets sculptés
RRencontreras dans les salons,
SSorbier des oiseleurs est son nom.
〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫〜♫
 
C œur ouvert tout en beauté
H ors t’es recouvert en fin d’été
A  tes pieds des champignons
R iches de couleurs en cette saison
M erveille chaque fois de création.
E n ronde les elfes sous notre admiration.
 
Il était une fois, un Concours Or dinaire
 
A fin de saison, deux COeurs battent à l’Uni Sont
Deux fentes laissent entrevoir intérieur lumineux
Un recul pris avant Lie Vert devant les yeux
De belle aura rosée, ils disent réussissons
Suspendus comme deux gouttes, leur énergie rayonne
De Fyshia Ma prolongement de l’ Automne
Le regard suspendu devant le Mer Veilleux.
~Néa
~
S a façon d’aimer est fusionnelle
A rbre Roi de Noël
P udeur du Cœur et Ame au Ciel
I F à la tête dans les Etoiles
N é pour Gravir les plus Hauts Sommets
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
~
Il était donc une fois, un concours ordinaire
Bien au chaud, bien au froid, cachée dans ma tanière
Attendant un p’tit signe qui réveillerait ma chair
Au couleur de l’automne, les couleurs de l’éclair
 
Raviver cette flamme, en désirant l’hiver
Derrière un sourire, me redonnant de l’air
Un baiser de toi, qui chassera l’enfer
Donnant vie enfin à quelques primevères
~Marla
~
R ien ne sert de pâlir
O u bien même de rougir
B riller de mille éclats
I maginer tomber si bas
N ues telles leurs branches dépouillées
I ndolentes feuilles tombées
E n tapis au sol jonchées
R ichesse d’une telle beauté.
~
Il était une fois un concours ordinaire,
Si ordinaire, qu’il en devient tant: extra,
Pendant que la feuille tombe sur le blanc drap,
Ô tonne, offre nous encore ton Ôra …
~
E t je les vois tomber en quantité,
Parfois un oup de vent les envole,
I l semblerait que le matelas se dégonfle,
C louée au sol une d’elle résiste,
E lle ne veut pas quitter le pied du géniteur,
A lors, l’aspirateur communal est venu lui faire peur …
~
~Fr@ne
 
 
Il Etait Donc une Fois , un Concours Ordinaire .
Sur une planète appelée la terre.
L’ami des arbres, hommage au chapeau,
Reliant entre elles, les forces vives de l’eau,
 
Créatrice, donnant vie, valse des mots.
Les racines s’étirent, s’allongent en haut,
En bas, par ci par là, plongeant avec bonheur,
Dans l’être, le présent, caresses dans le coeur.
 
Les feuilles, les branches, sculptures vivantes,
M’entraînent avec elles dans la tourmente
Du vent, qui dérange les fées de l’onde,
Dansent avec elles pour refaire le monde.
 
L’automne a raison, n’en faire qu’à sa tête,
Toutes les couleurs se disputent la place,
Au gré du vent, de l’instant, et de la fête
Pourtant, les feuilles se mêlent, et se font face.
~~~~
Le soleil joue avec les feuilles assemblées
Se moque de l’ombre, de la lumière là-haut
Ses rais se glissent moqueurs et dévergondés
Réveillent encore les ardeurs, de celles par lot
~~~~
Qui s’envolent, tourbillonnent, au gré du vent
Vertes, jaunes, rousses, chevelures dorées
Crissent sous les pas, s’engouffrent sous la ramée
Offrent refuge aux amoureux de l’instant.
~~~~
L’automne a raison, n’en faire qu’à sa tête
Le soleil joue avec les feuilles qui dansent
Qui s’envolent, tourbillonnent, sur la crête
S’éloignent vers le firmament bleu, secrètes.
~Filamots
~
O ù se trouve l’essence de mon être ?
L ‘espoir coule dans mes racines,
I infiniment profondes plongent à l’origine.
V aillant au vent, je règne en maître,
I vre de joie, je respire mes fleurs blanches,
E t sous le soleil, je devine buisson de branches
R oi de l’olive offrant une huile magique.
~
 
F aisant fi des années, pour longtemps installé
I gnorant les froidures et les blanches gelées
G rand arbre généreux de la terre ancestrale
U nique et respecté, feuillage vert d’opale,
I l y a sous ton ombre tous les chants de la terre
E t je sais, sans douter que tu sauras y faire
R épandant sans compter les fruits de nos été
~BleuMarie
 
 » Il était une fois donc,un concours ordinaire,
Qu’un mage audacieux osa jeter dans l’Ere
Se jouant des essences au coeur de la matière,
Il emmena les âmes frôler notre Terre.
 
Allons donc prendre l’air hors des murs de raison,
Humons dans l’air du temps l’odeur de la saison.
Notre nature interne commune à celle de Terre,
Saura bien en son for sentir les liens du corps.
Charmée par l’élément, je me sais éphémère,
Je confie donc au vent des pensées hors dinaire.
 
Hors concours, effeuillant dans l’air quelque matière…
 
Un passage pour la rime d’un air mutin sans dire,
Peut-être faire sourire, sans pour autant qu’il trime,
Le mage fabuleux jouant entre les brindilles.
~Marie~Ne
~
oujours en hors concours
nstinctivement jeu rime
iant d’âmes tour à tour
L‘effet boomerang fait vivre
E ntend tu donc ses rires
U ne belle âme se ranime
L‘avis vaut tous les tours
 

Où suis-je ?

Catégorie Quatre Saisons sur DRENAGORAM.