~A l’ombre des tours, l’éveil se fait jour~

4 septembre 2013 § 129 Commentaires

A_l_ombre_des_tours_04
 
L‘illusion des saisons , s’enchaîne à la surface ,
Critique étant la masse , aux flux d’informations ,
Drôles de révolutions , dont les poisons sur place ,
tournent en rond dans la nasse , menaçant l’horizon.
    ~
A_l_ombre_des_tours_08
 
En mille lieux du désert , l’ancrage est sage point d’eau ,
Ce penchant pour l’écho , aux fléaux millénaires ,
Conte l’ombrage salutaire , au gré d’un long repos ,
L’astre brûlant nos peaux , métisse les fils du Père.
    ~
A_l_ombre_des_tours_11
 
L‘Alliance des éphémères , marche à part vers le haut ,
Pour ne point vivre idiot , une foi à la Lumière ,
Aux Tours bien des mystères , se forgent hors du flambeau .
A voir la voie des mots , aux anges au seuil de Mère.
    ~
A_l_ombre_des_tours_22
 
L‘œil garde un angle ouvert , sur la nature des mondes ,
Outre chemins de rondes , songe la couleur des vers ,
Pour les souffleurs d’hier , la noble matière abonde ,
Le sable mouvant nous sonde , explore tel Gulliver.
    ~
A_l_ombre_des_tours_33
 
Seule l’âme de taille altère , un tant soi peu sans toge ,
Hors du commun déroge ,où d’autres aiment se complaire ,
Par faim d’élémentaires , ces Esprit s’interrogent :
L’éternité nous loge , où défaillent nos chimères ?
    ~
A_l_ombre_des_tours_44
 
Oublions Légendaires , la censure pour un temps ,
Même à contre courant , l’Alchimiste persévère ,
Le feu couvant la pierre , l’artiste ignore seing~blanc , 
l’An neuf se montre flambant , d’ors la mesure se perd.
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Hélas mon Âge de faire , approche le mur du chant ,
La porte aux quatre vents , reste ouverte en lisière ,
Ma Lyre en bandoulière , point d’orgue du cheminant ,
Refuse d’être l’instrument , soumise aux clefs sectaires .
    ~
A_l_ombre_des_tours_66
 
Une fois marquée au fer , la chaire devient geôle ,
Gardant l’épié au sol , ses ailes au delà du verre .
L’esprit ce réfractaire , à taire l’envie d’envol ,
Brise alors ce bémol , d’une crise identitaire.
    ~
A_l_ombre_des_tours_77
 
Sa liberté de paroles , étant toute relative ,
En soie l’éveil arrive , à bord comme un symbole ,
Suivant ces années folles , dont ma croix primitive ,
Errant le long des rives , jouait du cor sur les cols.
    ~
A_l_ombre_des_tours_88
 
L‘horloge poursuit sa course , dans ma mémoire interne ,
Face aux aiguilles du terme , ma veine cherche la source ,
Sans vendre la peau de l’Ourse , faute d’un moral en Berne .
L’Astrolabe ma gouverne , sème l’Achab à mes trousses .
    ~
A_l_ombre_des_tours_111
 
Dans le Sillage aimant , de l’Une et ses reflets ,
Navigue bien des pensées , au large d’éléments ,
A fuir l’aveuglement , l’évidence reprend pied ,
Sage étoile cette alliée , guide au Nord mon sextant .
    ~
A_l_ombre_des_tours_122
 
Face aux flux miroitants , œuvrant dans l’univers ,
L’Onde tisse la toile polaire , de ce tableau vivant ,
Fontaine d’un jeu troublant , nouant l’endroit de repères ,
Belle est matrice au claire , l’oiseau de mes printemps .
    ~
A_l_ombre_des_tours_133
 
Avant la fin des Temps , justifiant l’éphémère ,
« Tu visiteras l’enfer , en tant qu’enfant fuyant , »
Hors la faucheuse se fend , d’un doux sourire amère ,
Sa griffe en un éclair , porte à faux maux passants.
    ~
A_l_ombre_des_tours_144
 
Au fil de maint détours , l’esprit toujours en quête ,
Fait fi de vains prophètes , ayant requêtes pour cours ,
Deux vers ornant ma tour , en regard de la bête ,
« Nul miroir aux alouettes , n’enchante le Troubadour. »
    ~
A_l_ombre_des_tours_155
 
Au Diable les hauts discours , sur les valeurs de lames ,
Avant de rendre les armes , nu comme au premier jour ,
L’âme vole à mon secours , sans peur à fleur des flammes ,
Hors si le monde se damne , demeure fidèle autour.
    ~
A_l_ombre_des_tours_166
 
Songe ou trêve sans pareil , l’avis est loin d’être rose ,
L’excuse métamorphose , l’atout existe en ciel ,
Au lieu de tendre l’Oreille , toute la galerie s’expose ,
A trouver porte close , une fois sonné le réveil.
    ~
A_l_ombre_des_tours_177
 
Dans l’ombre des façonneurs , l’Alliance reste de mise ,
L’Une sait sa Terre promise , tourner mal par ailleurs ,
Rendez vous aux lueurs , sa Présence s’y précise ,
Savoir demeure en Pise . où la chaise vide se meurt.
    ~
A_l_ombre_des_tours_188
 
L’éveil en vous dormeurs , est bienvenu à ce jour ,
Hors l’onde éclaire nos tours , de mille et une couleurs ,
Ce monde héberge l’horreur , comme il accueille l’amour ,
Soleil & l’Une autour , érigeons l’havre au cœur .
    ~
A_l_ombre_des_tours_199
 
En cet instant du Rêve , l’écho de vers brisés ,
Atteint l’âme éveillée , dont les saisons sans sève ,
Un beau matin s’achèvent , au son du cor usé ,
Son arbre de vie mort né , au renouveau s’élève.
 
    NéO~

~Rose & Vaillant, Alliance & 6ème sens~

21 juillet 2013 § 93 Commentaires

Rose_et_vaillant_alliance_04
 
Hors des monts du Midi , la Vie montre ses dents ,
Au delà de quarante ans , mon âme est pleine d’envies ,
S’émerveillant chaque nuit , des lumières du Vivant ,
Ce clair~obscur du Temps , entre deux tours séduit .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_11
  
Une Foi en corps relie , l’échappée belle aux vents ,
Dame Rose m’accompagne en , au cœur de l’Alchimie ,
Nous voilà onze amis , sur d’hauts sentiers grisants ,
A fleur des éléments , au seuil de cette magie.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_22
 
Hors l’Alliance se poursuit , en prenant là hauteur ,
Au travers des couleurs , l’indicible se produit ,
Ce monde d’émaux fleurit , se teinte de jolies sœurs ,
Rien d’étonnant d’ailleurs , tant l’onde semble infinie .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_32
 
Au refuge d’avant nuit , les champs de l’enchanteur ,
Chantent en voie mille lueurs , « ô chœur de mes écrits » ,
J’en aime le moindre bruit , résonant en demeure ,
D’un lac d’Anthème sonneur , d’une veillée d’âmes ici.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_33
 
Mon corps vaillant fait fi , des maux superficiels ,
Aussi légère soit~elle , ma rose en l’âme gémit ,
Où la lumière s’enfuit , chaque fleur pour l’essentiel ,
Accueille alors l’éveil , pour l’élève averti .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_44
 
Au cœur de ce réduit , chaque être porte son soleil ,
L’Univers tend l’oreille , en toutes ses galaxies ,
Nous sommes au sein d’esprits , à nul autre pareil ,
Evoluant sous ce ciel , perclus en théories.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_53
 
Hors à mon humble avis , la parole ne vaut rien ,
Sans vivre au moins le lien , juste une foi dans sa vie ,
Ce chemin d’alchimie , embrase à portée de mains ,
Par le feu du divin , le froid régnant sans lui .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_51
 
Depuis des lunes je fuis , ce monde courant sa fin ,
Cherchant à voir enfin , une neuve porte de sortie ,
Sans être de dernière pluie , l’Une veille sur son écrin ,
Face au déluge lointain , se profile bien des bris .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_55
 
Clef de voûte à la lumière , étendard de l’Alliance ,
Rose & Vaillant dans l’anse , s’unissent pour l’éphémère ,
Marchant cette fois envers , entrant en résistance ,
Hors Quêtes de connaissances , agissent les Légendaires.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_66
 
Au delà d’un sixième sens , l’existence même de Mère ,
Traverse en un éclair , nos murs d’indifférences ,
Sa Nature reste une chance , tel un haut rayon vert ,
Perçant l’antre en matières , d’éléments sous silence.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_77
 
Au fil d’une telle avance , la montagne amplifie ,
L’écho des songes enfouis , à fleur des parois denses ,
Hors vivre n’est point une science , mais un état d’esprit ,
En nous sommeille le fruit , d’une once de résilience.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_88
 
Face à ce vide immense , le marcheur peut conter ,
Des faits d’histoires tissés , évitant nombres d’errances ,
Où l’étoffe par vaillance , affronte l’adversité ,
Rose de mémoire aînée , parle aux vents de sa Lance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_99
 
Sur la route de Susanfe , le pas d’Encel dansait ,
Invitant sous ses traits , nos pieds à la prudence ,
Sans porter l’indolence , l’œil le trouve aux aguets ,
Inutile en effets , de jouer avec malchance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_101
 
Vaillant reprit ses sens , près de la roche dorée ,
Jouant de leurs reflets , l’une par intermittence ,
Compose avec aisance , au gré d’hivers cernés ,
Un monde où s’accrocher , approche de la nuance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_103
 
Hors rien ne sert je pense , d’attendre une réaction ,
Toute chose œuvre dans le fond , durant son existence ,
A faire de sa croyance , un choix sans illusions ,
Telle l’empreinte des dragons , Au deçà de mon enfance.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_104
 
La marque des temps nouveaux , sublime ces grands royaumes ,
Hors de la main des Hommes , elle forge d’anciens joyaux ,
Sa nature sur les hauts , par les saisons transforme ,
Ceux dont le pic de forme , leurs fait changer de peaux .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_111
 
Une foi en corps s’en faut , à voir dont l’Une colore ,
Son territoire du nord , avec d’ors oripeaux ,
L’artiste aimant là haut , nous rendre envieux de son sort ,
Comment craindre la Mort ?, au vu d’un tel Tombeau.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_122
 
Un nouveau jour s’élève , le dernier pour ce tour ,
La Haute cime au long cours , voit où le songe s’achève ,
Au pied du col ma trêve , fût brève mais de bon secours ,
Car du chapeau toujours , dame Rose salue mes rêves .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_133
 
Susanfe au nom du col , ouvre mille et un sésames ,
Passage de bien des âmes , il mène suivant l’éole ,
Vers les géants au sol , touchant du doigt la trame ,
Nous laissant sous le charme , d’une mythique farandole.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_144
 
Marchant au bord de l’abîme , tout en guettant l’orage ,
L’Haute cime dans notre sillage , devient le but ultime ,
Hors nos promesses s’arriment , à revenir en sages ,
Pour un futur voyage , où l’accord en soi prime .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_155
 
Au cœur d’un beau pierrier , l’humeur tend à la fête ,
Nous garderons en têtes , ce gage particulier ,
Celui de savoir lier , roches tendres et dures arêtes ,
Pour parvenir en Quête , à toutes choses unifier.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_161
 
Hors l’Onde dans son reflet , relie l’entre deux mondes ,
En soie juste une seconde , demeure au mieux cette clef ,
Ouvrant pour y songer , d’autres vies en la Ronde ,
Où la Magie abonde , nos racines sont plongées .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_166
 
A l’aube d’un nouvel âge , ma tour augure en for ,
De faire un brin d’efforts , pour ne point faire barrage ,
Dame Rose à son ouvrage , d’azurs sait réconforts ,
Vaillant au son du cor , loue d’alliance son courage.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_177
 
Une fois encore la croix , croise en chemins ma ligne ,
Au delà d’un simple signe , elle illumine ma voie ,
Ce fil au son du bois , demande à Rose d’être digne ,
De source à l’Origine , Hors du Col du Jorat .
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_188
  
Au vu d’une course folle , si loin d’antique Provence ,
L’Onde porte à l’évidence , l’Alliance en premier rôle ,
Ces liens unissent symboles , au fil de providences ,
Aux compagnons de cette chance , Vaillant offre son épaule.
    ~
Rose_et_vaillant_alliance_199
 
Quand à NéO~ l’heureux , de n’être plus à part ,
Son âme devenue miroir , reflète une voie pour deux ,
L’Alliance en corps noueux , donne au sommet de son art ,
L’envie d’être sur le quart , sans jouer un double jeu.
    ~
    NéO~
    ~

Bel été Légendaires….

~Rose & Vaillant, le Cinquième Elément~

21 décembre 2012 § 185 Commentaires

Le_Cinquème_Elément_11
 
Le Temps se Joue des Tours , Comme la Nuit des Amants ,
Depuis l’île Hurle aux Vents :  » Osez en Libre Cours  » ,
Vivez Enfin le Jour , Cessez d’Être Deux Enfants ,
Assez Versé de Sang , l’Anneau a Soif d’Amour .
    ~
Le_Cinquème_Elément_22
 
Vaillant sécha ses Larmes , sur le Tombeau de Rose ,
Quand Importe la Cause , l’Hiver décor le Drame ,
L’Automne y perd son Charme , Ses Cheveux Blancs Reposent ,
Après Métamorphoses , A Fleur d’un Matin Calme .
    ~
Le_Cinquème_Elément_33
 
Pour en Dénouer la Trame , le Deuil est Salutaire ,
Dans le Sillage d’Hier , sur les Pas de la Dame ,
L’Homme irait Chercher l’Âme , au Cercle de l’Enfer ,
Trouvant en Âge de Faire , La Clef Valant Sésame .
    ~
Le_Cinquème_Elément_44
Se Battre pour la Lumière , Demande à l’Hors Alliance ,
Au Delà d’une Quête de Sens , l’Esprit doit Savoir Faire ,
Le Vide Auprès de Mère , Faire Terre tout ses Silences ,
Nul n’a de Seconde Chance , sans Espoirs Éphémères .
    ~
Le_Cinquème_Elément_55
 
La Mort depuis Longtemps , Rôdait d’Ombres sur ces Terres ,
Je ne puis t’aimer Entière , sans me connaître Vraiment ,
Qui est Tu mon Enfant ? Pourquoi Donc ses Mystères ?
A Poursuivre des Chimères , Tu Perds l’Hors de Ton Temps .
    ~
Le_Cinquème_Elément_66
 
Pour Entrevoir l’Envers , l’œil se doit d’être Perçant ,
Sans Faire Don de son Sang , Nul ne Revient de l’Enfer ,
Hors Rose était aux Fers , sa Cellule un Néant ,
En Absence d’Éléments , Le Vœu Reste Arbitraire .
    ~
Le_Cinquème_Elément_77
 
Sur le Seuil de sa Pierre , Le Philosophe Errant ,
Sans Rentrer dans le Rang , Mène sa Quête Aurifère ,
L’Espace Demeure Ouvert , Mais Pour Combien de Temps ?
La Porte du Questionnement , s’Ouvre en Epoque Charnière .
    ~
Le_Cinquème_Elément_88
 
Que Veux Tu Légendaire ? La Mère ou bien l’Enfant ?
Quand l’Âme Souffre le Tourment , l’Esprit à Vif est Nerf ,
Dès l’Hors Comme à la Guerre , Les Clairs en un Mouvement ,
Abrègent Naturellement , Par l’Envoi du Tonnerre .
    ~
Le_Cinquème_Elément_99
 
« Ton Nom est Lucifer , Prince des Ambivalents ,
Le Mien étant Vaillant , Au Chœur de l’Univers ,
Souviens Toi de Vesper , l’Astre au Soleil Couchant ,
Prends Mon Âme sur le Champ , En Mars mon Sang Libère « 
    ~
Le_Cinquème_Elément_100
 
Le Vil n’est point Lumière , l’Ancienne l’a Fait Mordant ,
Sa Lame sans Enchantement , Traverse Lentement ma Chère ,
Les Maux se Font Plus Clairs , Sa Mue Suit le Serpent ,
D’Abord l’Environnement , Ensuite l’Essence de l’Air .
    ~
Le_Cinquème_Elément_111
 
L‘Île m’éloigne du Désert , Mon Choix les Jours Suivants ,
Par Foi & Librement , Voit s’approcher l’Hiver ,
Deux Fleurs à la Lumière , Au Pied de la Tour d’Argent ,
S’épanouissent Vaillamment , Conscientes de l’Éphémère .
    ~
Le_Cinquème_Elément_122
Au Delà Songe le Roi Cerf , Dans les Bois du Levant ,
Son Enfant d’Hors Maintenant , Rêve Auprès de sa Rivière ,
Court Une Voie Solitaire , En Quête d’un Vert Printemps ,
Sa Langue Naît Étrangère , Aux Yeux des Malvoyants .
    ~
     NéO~

~Mue d’Automne,l’Une vue Hors Norme~

4 novembre 2012 § 184 Commentaires

                           ~
                    Hors Saison d’Hier .
                    Au Cœur Même de l’Arche ,
                    Le vent Joue avec les Feuilles.
                         
                           ~
                    Cette Lumière du Jour .
                    Le Vivant en Marche ,
                    Trois Sentinelles ouvrent l’Oeil.
                           
                           ~
                    L‘Astre est au Zénith .
                    Bois Flottés , Pont d’Hors ,
                    l’Echo d’une Âme sur le Seuil.
                          
                           ~
                    Souffle de Saison ,
                    Mouvements de l’Onde,
                    le Courant emporte son Deuil .
                          
                           ~
                    L‘Eté sent la Mort .
                    Tapis Rouge de Rigueur ,
                    La Forêt pleure son Cercueil .
                          
                           ~
                    La Fraîcheur du Temps .
                    A Gorges Déployées ,
                    L’eau se Faufile sans Ecueils .
                          
                           ~
                    Belles Lueurs d’Automne.
                    Pied au Paradis ,
                    Sœur , Grand Merci pour l’Accueil.
                         
                           ~
                    Hors , Entre deux Mondes .
                    Champignons à Foison ,
                    Juste un Palier vers Là Haut .
                         
                           ~
                    Nuages d’Horizon ,
                    Sillage d’Alchimie .
                    Reflets sans Paroles vous Tous.
                       
                           ~
                    L‘Oreille des Géants ,
                    L’Eveil n’attend Pas .
                    Sa Nature , Notre Libre Cours .
                        
                           ~
                    Et la Lumière Fut ,
                    Vision Ephémère .
                    Diamant Vert , Fleur du Silence.
                       
                           ~
                    Seconde Chance en Terres ,
                    Naître au Son du Cor.
                   « Entends Battre le Coeur de l’Une. »
                       
                           ~
                    Pas un Bruit aux Tours ,
                    Etrange ce Sentiment .
                    Qui d’Autre en Flore , Est~ce Toi ?
                       
                           ~                
                    Octobre est Bien Las ,
                    En Mesure Toujours .
                    L’Une d’Hors nous Tend ses Bras.
                           ~
                    Dernier Quart Diurne ,
                    Le Poisson Ronde .
                    Retour en Source Mère.
                           ~
                    Sa Présence à l’Hors ,
                    Moindre Signe de Vie .
                    Comme un Faisceau d’Evidence .
                           ~
                    Crépuscule du Monde .
                    Ci~gît le Dragon ,
                    L’Esprit Songe à l’Âge d’Hors .
                           ~
                    Île était une Foi ,
                    Demeure de Saisons .
                    « Bon Vent à Vous Légendaires. »
                         ~
                        NéO~
                           

~Rose & Vaillant , Ô Amants du Vivant~

4 mai 2012 § 450 Commentaires

                                 Rose Acte IV
 
En Trois Actes Antérieur , se Joue Mémoire de Rose ,
Vaillant défend sa Cause , Avec l’élan du Cœur ,
Sa Seconde Chance se Meurt , d’un Lent Poison Morose ,
Colère à petites Doses , Rongea l’Hors Intérieur.
                                                       ~  
Toutes les Femmes sont nées Fleurs , Au Regard de Vaillant ,
Un Esprit Bienveillant , Leurs a donner Couleurs ,
Depuis le Monde est Leurres , Hors Combien Restent au Chant ?
Par Foi Naturellement , En connaissances d’Ailleurs.
                                                       ~
                                                       ~          
Rose a dans la Douleur , Vécu nombres de Tourments ,
Sans Lumières Sentiments , ni un Gramme de Douceur ,
Ses Chênes étaient Noirceurs , Nul Amour l’entourant ,
Point de Jour pour l’Enfant , Juste de Sombres Lueurs.
                                                       ~
                                                       ~            
Au Loin l’Astre Brillait , Par l’Absence de ses Feux ,
Phare Matin Silencieux , Clairs Prémices de l’Été ,
Pas une Note déchirait , le Voile d’Hors en ces Lieux ,
Vaillant Plongea ses Yeux , Vers sa Morte Bien Aimée.
                                                       ~
                                                       ~            
Brin de Flore à Pleurer , son Vœu lui était Chaire ,
Rose parlait d’une Lumière , Au Delà de l’Orée ,
Voulant Voir ces Reflets , Après bien d’âpres Guerres ,
l’Homme Irait en Enfer , Chercher l’Âme Esseulé .
                                                       ~
                                                       ~        
Sa Conscience toute Entière , Prenait Acte des Méfaits ,
A Vouloir aux Arrêts , son Épée mettre aux Fers ,
Sang & Larmes Coulèrent , sans même tirer un Trait ,
Sur Une Histoire si Vrai , entre Deux Solitaires.
                                                       ~
                                                       ~        
Aux Regrets nés d’hiers , sa Peine Forgea l’Anneau ,
Graver au Cœur des Maux , par des Forces Pérenne ,
Dans l’Écorce Souterraine , Sa Reine suivait son Flot ,
Vaillant Trouva les Mots , Inscrits à Fleur du Chêne.
                                                       ~
                                                       ~   
L‘Une & l’Hôte au long s’aime , d’un Amour Hors du Temps ,
L’Arbre est notre Témoin , Si son Souffle s’égrène ,
Portez vers la Gardienne , Quatre Graines d’Éléments ,
« Ô Amants du Vivant , Gardez la Flamme Mienne. »
                                                       ~
                                                       ~       
Comment Livrer dès l’Hors , Bataille contre les Dieux ?
Quand le Corps se fait Vieux , Le Cœur bat bien plus Fort .
La Vie demande Efforts , La Mort nous donne au Mieux ,
Ses Ténèbres pour Jeux , sans le Moindre Réconfort.
                                                       ~
                                                       ~        
L’Ancienne vivait au Seuil , Son Œil Torve en Bandeau ,
Mit mon Charme en Lambeaux , Nul n’abuse de son Deuil ,
A Ciseau Pierre & Feuille , Elle gagna son Fardeau ,
Portant bas sur son Dos , nos Vieilles Ruses en Recueils.
                                                       ~
                                                        ~             
Etranger sur ses Terres , écrivant mon Destin ,
Toutes les Lignes de ma Main , Voulaient en Neuf bien Faire .
Dénouer la Trame Mortuaire , Verte Opale en Jardin ,
C’est connaître pour toute Faim , Rien d’envies éphémères.
                                                        ~
                                                        ~        
La Faux n’est jamais Loin , elle nous Souffle sur l’épaule ,
Distribue les Beaux Rôles , par des Mots Assassins .
En Mémoire du Parfum , d’une Fleur Née d’Eole ,
Le Guerrier s’auréole , de Combattre comme Saint.
                                                        ~
                                                        ~       
Dans cette pièce Millénaire , chaque Acte prend la Parole ,
S’opposent par Paraboles , l’Avis d’autres Univers ,
Combien sont Nécessaires ? pour donner par Symboles ,
L’Onde d’Amour si frivole , quand le Chœur n’est sincère.
                                                        ~
                                                       ~       
Près du Vieil Arbre Blanc , Reposent Fleurs & Guerriers ,
Quand le Chêne est Cerné , Rose Discerne l’Hors du Temps ,
Dame Nature Noue Amants , Par le Fil des Années ,
L’ Anneau Entrelacé , Autour d’Âmes du Vivant .
                                                     
                   NéO~
                                                   
 

( Acte I ~ Acte II ~ Acte III )

~A l’Horsin, l’Une est Hors de Question~

4 avril 2012 § 192 Commentaires

        C‘est là l’Hors du Commun , noble Quête du Mortel ,
   Un Hors d’Oeuvre Essentiel , Quand six Sens vont d’Instinct.
    Être Hors Norme le vaut bien , car porter le Grain de Celle ,
      C’est « Hors Sol«  toucher le Ciel , un Septième de Divin.
                                             ~
         
         Hors des Sentiers Battus , en des Lieux Ordinaires ,
   « Hors Pair » Brille sous Lumière , Mère est Hors de ma Vue.
     L’Hors ne court pas les Rues , sur les Marches d’Univers ,
          Précieuse est sa Matière , Hors de Portée d’imbus.
                                             ~
   
    L‘Hors d’Usages parle en Bien , d’une Route sans ornières ,
       Où de Bonnes Manières , mettent Hors Jeu le Malsain.
      Hors du Temps les Anciens , savent l’Âge d’Or Aurifère ,
   Même Hors d’Âges leurs Vers , Riment en Corps ô Combien.
                                             ~  
    
     Hors Concours Quotidien , faire le Lien ouvre Toujours ,
           Son Esprit à l’Atour . Hors de Danger du Rien ,
    Si le Vide est Tant Craint , « Hors les Murs » libre cours ,
  C’est Hors Course par Amour , Pleins d’Espaces en son Sein.
                                             ~
       
         Hors d’Haleine sur le Long , A l’Ecoute d’Hauteurs ,
      Sa Voûte porte mes Couleurs , à l’Orée d’Hors Saisons ,
   Bleus et Verts de Passions , Hors Série sonnent ses Heures ,
     Volées aux Sons des Choeurs , Hors d’Atteinte Carillons.
                                             ~
   
    Hors Taxe donne le Passeur , à la Frontières des Mondes ,
      L’Hors s’offre loin à la Ronde , Hors Bilan des Valeurs ,
     A l’Espoir d’Âmes Soeurs , Hors de Prix s’affiche l’Onde ,
      Hors la Loi d’une Seconde , Fixe son Cours par Coeur.
                                             ~
 
  Tant d’Hors Pistes mènent ailleurs , pour revenir sur nos Pas ,
    Mieux vaut Être Hors de Soi , Hors du Champ Migrateur ,
     Tout les Grands Voyageurs , vont Hors Limites Au Delà ,
       Hors Zone Chercher d’éclats , Hors Circuit la Saveur.
                                             ~
         
          Hors Antenne coule l’Onde , sa Nature va Sauvage ,
            Insoumise en Sillages , Hors Délais ni repaires ,
          Tout en lâchant sa Bonde , Hors Médias paysages ,
          Faire le Voeu à la Page , de ne plus être en Colère.
                                             ~
     
      Même Hors d’Etat de Nuire , l’Envie ne me plait Guère ,
        En Mauvaise Conseillère , Hors de Cause pour l’Ire ,
        Hors de Contrôle écrire , reste sans Signes Sincères ,
            Une Voix Hors Ligne amère , a bien y réfléchir.
                                             ~
      
        Hors Contrat d’Editions , sans Parutions Souveraine ,
          Tout l’Hors Sujet déchaine , Hors de Propos dit on ,
      Hors Barème du Million ,Va sans Fautes mais en Peine ,
             Hors Catégorie Reine , récompenser par Don .
                                            ~
    
       Hors du Feu de la Rampe , Chacun de nous est Acteur ,
       Rêve d’un Monde Meilleur , Hors Service de la Lampe ,
       Le Bon Génie décampe , reste à l’Hors ses Chercheurs ,
   Têtes de Pont d’Hors Pondeurs , d’Idées Neuves de Trempes.
                                            ~
      
        Ces certifiés Hors~Classe , tous de Races du Vivant ,
  Un Cinquième d’Eléments , Quatre Hors~Rang bien Vivace ,
      Au Vif Argent Hors~Place , se retirent bien sous Vents ,
    Tels en Somme des Géants , Hors~Cadre mais si Tenaces.
                                            ~
    
       A l’Invisible Hors Texte , se joignent d’Autres Pensées ,
        Par la Toile des Reflets , Hors Faute sert de Prétexte ,
      Hors d’eau est sans Conteste , sans vouloir se Mouiller ,
       Hors d’Air est en Projets , Hors Cotes cultive le Geste.
                                            ~
   
      Je pourrais citer d’Hors , Mille et Une Nuits sous Lune ,
       A Chercher l’infortune , Hors de Combat sans Torts ,
   Dans son Palais de Flore , Règles d’Hors sont Comme Une ,
    « Hors Tout » mesure Fortune , Donne sa Parole en Hors.
                                            ~
  
    Hors de Doutes s’il en Faut , Nombres d’Hors sont Visions ,
     Autant d’Hors de Questions , surnagent à Fleur de Peau ,
    Gardant Lettres Hors de l’eau , par d’Infimes Convictions ,
    C’est Hors de Proportions , Quatre Intimes Parts d’Echos.
                                            ~
                                          NéO~
 
 
Dans ma Ruée vers l’Hors , en des Rives Printanières ,
L’Onde n’oublie pas ses Frères , ni ses Sœurs de l’Aurore ,
D’Hors & déjà d’Accords , l’Au revoir sans Mystères ,
Résonne en Couvrant l’Air , d’une douce Note en son For.

~Au Seuil de l’Onde, Oeil Sonde à l’Hors~

4 novembre 2011 § 301 Commentaires

     ~
L’automne est las de vivre en cours , prenant son quart tout à la ronde ,
Veillant saisons à chaque seconde , pour l’équilibre de quatre accords ,
Temps l’harmonie invite à flore , libre est l’amour portant au monde ,
En terre d’atours où l’une abonde, au seuil de l’onde l’œil sonde à l’hors.
    ~
L‘hors d’un profil sous le couvert , la pierre à l’onde devient dormeur ,
Les yeux mi~clos cillent aux lueurs , le grain des veines devient mystère ,
L’esprit du lieu veille aux frontières , au fond du lit fuit le passeur ,
La vie elle même doucement se meurt , attend sa nuit au sein de l’hiver.
    ~
Bienvenue à vous en terres d’orées, sur le sentier d’un grand rêveur ,
En ces contrées vit l’enchanteur , Ici la pierre sait murmurer.
Jadis les songes se partageaient , nouant l’esprit de frères et sœurs ,
Le temps hélas n’est plus porteur , depuis l’esprit se laisse hâler .
    ~
Enracinés sur deux versants , de beaux anciens lentement s’effeuillent ,
Perdant livrées d’une robe claire , les bras ouverts en rose des vents ,
Vivant dans l’ombre d’autres géants , sous le regard des pierres de seuil ,
En ces rivages l’arche est d’ailleurs, ses patriarches voyagent au temps.
    ~
Au fond du val chante la rivière , berçant les terres de son courant ,
Le cycle d’une s’écoule en corps , son lit est fait des pluies d’hier ,
Dans son sillage un cœur de pierre , se trouve au centre des éléments ,
Hors veines s’écoule la sève d’avant , la vie découle d’une plume envers.
    ~
Hors floraison raison d’automne , dans ce silence les chiens aboient ,
Meute de chasseurs accourt aux bois, Le cor résonne en son royaume,
Un Beau Vivant devient Fantôme , La Cour se Vide au Bal des Rois ,
Reste le guide en sept endroits ,un brin de mousse couvre son heaume.
    ~
La clef des songes repose à l’hors , au cœur des lois qu’une onde altère ,
Par son Regard tout en Matières , Seul l’Essentiel devient Trésors ,
Contient à fleur l’infime par celle , poussière d’orée venue d’aurore ,
Ainsi veiné en l’arche d’alliance  toutes graines de vie porte la lumière ,
Où l’œil moderne perd connaissances , sa nature même oublie l’accord.
    ~
Lisière d’essences l’âme s’esseule, l’œil aux frontières sent la présence
Ô cœur des pierres un songe aîné , invite l’esprit à voir l’ensemble ,
En traits d’union le tout s’assemble , indivisible est la forêt ,
A l’origine des liens d’orées , Mère nous accueille à fleur des sens.
    ~
Gardiennes du lieu au claire de l’une ,
Trois sœurs de veines affleurent la roche ,
Dans l’ombre discerne à mon approche ,
Un Œil ouvert à fleur des runes.
    ~
Les yeux de l’une offrent un pont d’hors, une hôte façon de voir au delà
Pour Traverser il faut par Foi , écouter celles au Chant de Flore ,
Le cœur des lignes en monde est fée , la poussière dore le moindre éclat ,
L’onde en Ailes Même nous tend ses Bras , sans jeter là le moindre sort.
    ~
La sentinelle veille hors chemins , sur un écrin d’une noble cause ,
Pour l’essentielle métamorphose , monde en nature à l’hors c’est teint.
    ~
Le vieux danseur connait l’accord , un monde entier conte ses pas ,
Quand l’harmonie entame son la , une sous le charme chante en son for 
Trouve sa voie et la vie mord , l’empreinte au long allant au delà ,
Payant sa Dîme tout à la Joie , portant trépas dans une Belle Mort.
    ~
L’elfe de pierre murmure mon nom , au loin s’élance l’hêtre ancestral ,
Dans une couronne toute Automnale , l’allure du roi porte Saison ,
Sa reine nature au diapason , en lignes pures lui est égale ,
L’hors d’une Ronde s’invite au Bal , la Pierre en l’Arbre y scelle l’Union.
    ~
Portant le sceau de son accord , ma muse se baigne près de la source ,
Vers la recherche de nobles pairs , magie opère , voix viennent éclore ,
L’esprit s’éveille aux regard d’ans , sous le chapeau l’un se ressource .
Prend la mesure de l’éphémère , au sein des hêtres de prime abord .
    ~
Une telle rencontre change un destin , ouvre les yeux envers une onde ,
Un hêtre à Part au cœur me Sonde , demande à voir au fil des liens ,
De quelle nature est mon chemin , aux yeux de l’une loin à la ronde ,
Il se murmure entre deux mondes , un serment d’hors lie deux anciens.
    ~
L’aïeul depuis offre son regard , sur les vestiges du premier chant ,
En libre cours va son frère lige , parler d’étoffe a sa mémoire .
   ~
A fleur de peau au son du cor , marchant sous brume près de la source 
En la recherche de nobles pairs , magie opère , Voix Viennent éclore ,
L’esprit s’éveille aux éléments , sous le chapeau l’un se ressource .
Prend la mesure de l’éphémère , au Sein des Hêtres de cimes du nord.
    ~
Des êtres étranges forment à la ronde , pour le regard tout en portées ,
Une porte ouverte par le reflet , autant de liens vers l’autre monde .
    ~
Le roi Léo sous sa crinière , songe à son peuple devenu migrant ,
Dès les premières paroles du chant , l’automne entame sa longue prière ,
En cette saison aile file sous vents , tourbillon dense de peaux légères ,
Eole emporte toutes celles d’hier , elles reviendront pour un printemps .
    ~
La source au val longe la montagne , les pierres de l’une lui en sont gré ,
Ainsi son cours comme enchanté , par traversées nous accompagne .
D’une rive à l’hôte le temps s’éloigne , invite l’esprit à faire le guet ,
Marcher sur l’haut c’est s’engager , où l’une & l’autre hors se rejoignent.
    ~
Ce don en hors est ordinaire , un bien commun envers l’histoire ,
Pour voir en sien un monde à part , ce dont la flore revêt en Mère ,
Il fait le lien tout en lumières , sur la matière d’êtres en regards .
Un Œil ouvert cherche le miroir , les yeux de l’une sont légendaire .
    ~
Juste une Petite Révolution , Douze Mois autour d’un chœur des Toiles .
Un an déjà qu’en terres de Graal , l’alliance de l’une sème hors saisons ,
Graines de reflets faits d’émotions , au cœur des bois l’onde se dévoile ,
Vivante sous vents , envers loyale , sept sens suffisent à sa raison .
    ~
Le cours de l’onde découle de source , lié aux vers par le reflet ,
Si son quatrain se laisse guider , écoute les pierres sous la grande ourse ,
La ronde à l‘hors poursuit sa course , déroute par Foi l’éternité ,
Au lent demain ses passagers , veilleront sans doutes à ses ressources.
    ~
    Combien d’entre eux perçoivent seulement ?
    Toute la magie au chœur des pairs ,
    Une alliance d’hors faite d’alchimie ,
    Le vœu de l’une pour la lumière.
    ~
      NéO~


~ Dans le Sillage de la Lumière ~

29 décembre 2010 § 127 Commentaires

 
L‘Hiver est là , au Cœur des Bois .
Longtemps Chanter , il est Venu ,
Sa Gangue Blanche , jetant un Froid ,
Sur les Écorces à moitiés Nues.
Par Vagues entières , comme Autrefois ,
Dans un Silence , tant attendu .
 
 
Une Vie au dehors , Fête dans l’air du Temps .
De Saisons Souvenirs , des Chemins à venir ,
Songent envers les Dormants , ils Voyagent en Mère .
Aux Effluves de la Terre , les Racines se donnent .
Aux Souvenirs d’une Lumière , la Chaleur d’Avant .
Les Clameurs de la Sève , et le Feu de l’Automne ,
Par Moments , elle Résonne aux Couleurs du Vent ,
A connaître au Printemps , l’Éphémère des Plaisirs .
De Renaître un Moment ,
Par Reflets dans le Vers .
 
 
Quand le Nord s’abandonne ,
Aux Détours d’un Visage ,
Envisage le Sud .
Elle le Touche et lui Donne ,
Tout le Souffle de l’ Hors ,
Parle d’une Voie , d’un Sillage ,
Harmonie des Accords .
Sur la Souche du Sage .
 
 
Dans ses Rêves d’Amplitudes .
Elle Éclaire mes Regards ,
En ses Veines Mansuétudes .
Je suis l’Hôte , à l’Égard .
 
 
Aux Morsures de la Bise ,
Tout un Monde se découvre ,
Aux Silhouettes des Nuances ,
Les Fantômes de Lueurs ,
Elle est là , ma Promise,
Parcourant la Forêt ,
Ondulant dans les Pins .
Dans ses plaines , je puise
Des moments de Bonheurs ,
En son Cœur , je me Trouve .
Ecoutant son Chagrin ,
Tout un Monde qui s’épuise .
 
 
Dans le Vent qui s’obstine , à geler l’Apparence ,
La Lumière vient d’ Orée , le Manteau de la Terre .
Par une Onde en Travers , effleurer les Écorces ,
La Mémoire de nos Frères ,
Toute une Vie par Essences .
 
Une Promesse à Venir, Là où le Rêve s’enterre ,
Aux Rayons d’un Printemps ,
Viendra couler la Force .
A nouveau dans les Chants ,
Cet Écho de nos Pairs ,
Telle une belle Délivrance ,
L‘Air d’une Neuve Onde de Mère..
 
 
Je m’en vais Hors , rejoindre les Arbres ,
Faire sous le Sol , un Lit d’Hiver ,
Attendre en Corps , l’ombre de Celle ,
Qui s’en viendra , par sa Lumière ,
Dorer tout l’ Hors , de Veines Marbre .
Parler d’Éveils à la Lisière ,
Réveiller l’Âme des Vielles Racines ,
Relier une Onde , où Tout me mêle .
En Sève se Trouve , nos Origines ,
Si j’en suis Las , j’irais à Mère.
Dans le Repos , auprès des Frères.
 
                                          O~
 

~A la Recherche d’une Onde de Mère~

7 novembre 2010 § 154 Commentaires

 
~

Juste à l’Orée d’Anciennes Lumières ,

Chaque Saison Donne dans la Nuance ,

Son Lien d’Alliance au cœur Primaire .

L‘envers du Morne , cerne Différences .
Par sa Portance aux Raisons Mère ,

Ce Monde éclaire l’éveil aux Sens ,
Belle délivrance , d’Automne Divers ~

L‘Hôte

Dans le Haut des Sous Bois ,Quand ma Lyre m’abandonne ,
En Raison des Reflets , je me perd à claire Voie .

La Vie ne vas pas de soie , par le Biais d’autres Pensées ,

Cette Saison ma Compagne , Vient Ombrer mes versets ,

Lors d’une Réelle Journée , son Onde vivante me soigne.

~

L’hôte Se dresse en Lisière , tel un gardien de la foi ,
Touchant l’Hors de mes doigts , m’invite à traverser ,
Avant même de plonger , ouvrant l’œil par endroits .

L’Onde s’accorde à Sonder , la Forêt dans la Joie .

Ma Main à fleur de Veine , s’enracine sur la sienne .

L’Une œuvrant à Relier, Sous Mille Flots de Lumières.

Le chercheur à son Vers ,

Afin d’y sauver l’Âme.

Lentement par avancées , ma ligne au fil de Mère.
Empreinte sans un éclair , l’énergie des Sentiers
Son Monde est ainsi Fées , mes Pas dans sa Poussière ,
Ont conscience d’éphémères , sans valeurs Ajoutées .

Bien Heureux d’entamer , une nouvelle ronde en l’ère ,

Mon étreinte sur les verts , renoue nos liens d’Orées ,
Sœur étant bien Lunée , dans les Bras de mes Frères.

Quand l’Alchimie coulait en Terre ,

Prenant sa Source à fleur des Âmes ,

Cinq éléments résonnaient Clairs ,

La Tour du Nord chantait la Dame .
Sa
Fille au Cercle de l’Univers.
Tissait sa Toile au sein de la Trame.

~

Sa fine Chevelure portait de l’Ambre ,
A la mémoire des arbres d’Or ,

Dont chaque Aurore dorait les Membres ,

Touchant d’Azur l’être excelsior .
Sonnait la note des Verts d’Alors ,

Faisant le Lien au fil des Mots ,
Hors ce Creuset fait d’idéaux ,

Se meurt maintenant dans l’antichambre ,

A Force d’attendre en soi le sceau ,
Trop peu d’appelés cherchent en Novembre.

~

Pourtant l’Appel de la Lumière , invite à traverser les Eaux

Rejoindre l’île à fleur de Peau , aux Ancestraux relie à Mère ,

La Forêt parle un Langage d’ère ,

l’élémentaire mâche pas ses maux ,

Le Temps est venu de servir l’écho , la voie ouverte va Légendaire 

Entre le Verbe et Quatre Saisons .

Déclinaisons du Peuple de l’Herbe ,

Puisent leurs Racines sous Frondaisons ,
Hors la Parole n’est point Acerbe .
Au Vent l’Avis demeure Passions ,

une Ascension sans fuir la plèbe ,
Le Barde sans nom par foi célèbre ,

le Lien des rimes donnant Liaisons.
Sans Illusions est sa Maison ,
L’Esprit opère après l’algèbre .

A la Lueur d’une Guérison ,
La Vrai fracture entre deux Mondes ,
Garde en Surface des Failles au Long ,

Dont les Dragons sont la Vertèbre .
Hors ressentir leurs Emotions ,
C’est trouver place au fil de l’Onde ,

Devenir en Ronde un Flux de visions ,

Recherchant sa Nature Profonde .

Au Cours d’une Marche d’âge Trentenaire ,
Mon Âme Lumière trouva son Arche ,
D’Hauts Patriarches Hors murmurèrent ,
« Trouve en ton cœur la Matriarche . »
Depuis ce Jour mon Univers ,
Noue en Couleurs des liens d’Attaches ,
Nul ne se cache en la Matière ,
Tous vont en vers afin qu’Une sache .

NéO~

Vers des Songes

~ Les 4 Mondes Premiers ~

21 novembre 2009 § 27 Commentaires

 Manuscrits de la Terre Morte

( PYRAMIDE des ANCIENS )
~
I Le Monde Minéral
 
Matières à réfléchir
 
 
~
 
Rien naît inerte en la matière , la lumière dore le moindre grain 
Chaque Pierre posée sur le chemin , se révèle être élémentaire ,
Cette part en tiers de l’Univers , croisant les lignes de nos mains 
Eveille à l’Hors l’écho lointain , sommeillant juste sous la chaire. 
~
Géants de Roches ou fine Poussière , le Minéral résonne en lien ,
A la mémoire de nos Anciens , le monde moderne offre un désert 
Sans alchimie le savoir faire , Œuvre à la perte du grand dessein 
Celui d’unir l’Une & l’Humain , Au fil des pages du Millénaire.
~
Pour Être en Phase avec son ère , le Cheminant vit du commun.
 
 » Simple est la Première Loi « 
 

II Le Monde Végétal
 
L’Essence Naturelle
 

~

L’Hors du commun vit la part belle , face au visage de son vivant 
Sculpté en flore au cœur du vent , l’apprenti sage y lit l’accord 
L’âme en forêt y puise ce nord , au bord de l’Onde cet autre élan 
Alliant le cycle d’éléments , autour de source lui donnant corps.
~
Hors pour entendre le son du cor , ressentir l’appel de son chant ,
Le cheminant au seuil de Pan , d’un œil sait lyre tout en son for 
Ouvrant ses sens de prime abord , à percevoir l’environnant ,
La Magie coule en rayonnant , Où la main par le geste l’Honore.
 
Pour s’accorder avec l’autour , l’empreinte du Lien relie l’aimant.
 
 » Le Lien en second va de soie « 
III Le Monde Animal
 
Faire Preuve d’Esprit c’est vivre d’Alliance
 

~

Voler enfin de ses propres Ailes , apporte en vues la Liberté ,
Celle ci demeure conditionnée , par la mémoire pour l’essentiel 
Hors le Savoir existe en Ciel , sa moitié dort enracinée ,
Le cycle de vie peut rayonner , quand l’animal & l’âme s’emmêle.
~
Ce lien en faune a une empreinte , celle ci se pose au gré du vent 
Tel un écho au cœur ardent , dont la portée n’est jamais feinte 
Son esprit sœur alors d’atteinte , une fois nouée à l’élément ,
Elève au delà le cheminant , par son regard en cette enceinte.
~
L’être au Totem en labyrinthe , sème sans crainte d’être perdant.
 
«  Pan lie l’Une & l’Hôte toujours par foi « 

IV Le Monde Vital
 
Sa Nature Même est Résilience
 
 ~
Avoir vécu mille aventures , porté en croix la sage Parole ,
A la lueur de vrais symboles , offre en lumière sa quadrature ,
Le Cheminant vit de blessures , couvrant l’écorce de son Idole ,
Le sang versé des cernes folles, bouleversant l’âme de par nature
~
A l’aune en dernière écriture , la même pensée inverse les rôles 
En Âge de faire auprès du Saule , ai je entendu le bon murmure ?
Celui du chant venant d’Azur , guider mes pas le long des cols ,
La peur du vide me lie au sol , la foi en l’hôte le rend plus sûr
~
Dans cet esprit la voûte est dense , la résilience ouvre les murs.
~
«  La Clef de l’écoute réside en Toi « 
 

* Arbre Couronne * 
 
 » La Prophétie de l’Arbre Mère, Racine de l’âme au Sein de la Terre. »
 
 
Aux Portes du 5ème Monde , rien ne va sans combats ,
L’ Avenir est fait de choix , dehors le Vivant gronde .
Les Anciens mènent la Fronde , selon l’Esprit de Gaïa ,
Une seconde chance en voie , s’offre en Hors pour la ronde .
~
Celle de voir outre Temps , l’espoir renaître au delà ,
Pour les porteurs de Foi , l’Univers même les sonde ,
Où les deux Tours abondent , Ordre & Chaos font Lois ,
Leurs champions sont en droits , de défendre Vide & Onde.
20086563
 
 
Au Pied de l’Arbre Mère , 9 Royaumes vont prendre Formes ,
Pour des Destins Hors Normes , au Chœur de l’Univers ,
Les Lignes dans le désert , dessinent le Songe des Hommes ,
La Nuit le Chant les gomme , pour des Années Lumières .
~
Une Branche d’Existence pour une Pierre de Pouvoir ,
Survivre devient un Art , sur le fil de l’errance ,
Les cheminants avancent , suivant l’écho du Phare ,
L’ Appel à leurs regards , résonne en liens d’Alliance .
 

~

Du respect de la parole donné , aux sens profonds de vos actes
Le pacte scelle à la Lumière , le songe primaire de vos ancêtres .
Naissent et meurent les vérités , la dualité détermine l’Être ,
Soyez fidèles et sans regrets , entier envers l’âme de la Mère
Un monde éteint vient de sombrer ,
Parmi les flammes d’une nouvelle ère. 
 
~

Pierre de Lave
La 1ère branche aux Rois Dragons
Pierre de Lune
La 2ème branche aux Maîtres-Faiseurs
Pierre Fossile
La 3ème branche au Peuple du Lien
Pierre de Courage
La 4ème branche aux Sœurs du Destin
Pierre Brute 
La 5ème Branche aux Hommes de Volonté
Pierre de Sang
La 6ème branche aux Démons loin du cœur
Pierre de Larmes
La 7ème branche aux Frères de la Cote
Pierre de Folie
8ème branche au  Roi Maudit
Pierre d’étoile
9ème branche aux Esprits-Machines

~

Clef du 5ème Monde

~

La traversée du Désert
 

Hors pour les passagers du temps ,
l’époque abonde en contresens 
Le faux savoir sème l’ignorance ,
au gré des jours perdus en rang ,
Certains résonnent différemment ,
cherchant encore par le bon sens 
Comment faire fructifier cette chance ,
d’avoir en Lien tant d’éléments
 Les Mondes Premiers restent opérant ,
pour traverser ce vide immense ,
L’Arche se résume au fil d’errances ,
à approcher de la vérité ,
Celle ci avant de nous embarquer ,
mène nos barques vers l’évidence ,
Deux Tours étant sous Influences ,
pour avancer l’âme doit ramer .
 
——-
 » Un jour ou l’autre il faut agir « 
Mieux vaut d’abord bien se connaître
A moi l’illusion de servir ,
Donner du sens au pied de la Lettre .
~
La cause Première de ma Nature.
« Le Chant d’Esprit de ma Terre-Mère »
A volonté en Onde est pure ,
Ma vie par Soie file éphémère.
~
Laisse moi Hors donc un jour y croire ,
A mon Regard entendre Flore ,
Changer ce Monde est illusoire.
Sans la Mémoire tel est son Sort .
~
Ton Arbre Mort dans le Désert ,
Fleurira demain à nouveau ,
Quand l’Haut Chapeau à la Lumière ,
En Âge de Faire vivra d’échos .

D R E N A G O R A M

Cinq Clefs Ouvrent la Porte de l’Anagramme

A vous de voir ~ Sauvez votre Âme.

NéO~

Où suis-je ?

Catégorie Manuscrits de la Terre Morte sur DRENAGORAM.